Cours d’agriculture (Rozier)/APPAT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


APPAT, (Chasse et Pêche.) Sous cette dénomination générique sont comprises toutes les substances que l’on emploie pour attirer dans les pièges les animaux sauvages, soit terrestres, sait aquatiques. La connoissance des habitudes et des appétits de ces animaux divers doit précéder et diriger la préparation des appâts qui trompent leur défiance et les font tomber dans les embûches. Ces notions, que l’expérience et la routine ont données aux chasseurs et aux pêcheurs de profession, peuvent aussi s’acquérir et même s’étendre ou se perfectionner par l’étude de l’histoire naturelle. Que les habitans des campagnes ne pensent pas que ce soit une étude difficile ; personne n’est mieux placé qu’eux pour s’y livrer avec avantage et pour en tirer des ressources importantes en agriculture et en économie rurale. L’histoire naturelle n’exige pas de professeurs ; c’est la nature elle-même qui se charge de l’enseignement, quand on sait la consulter et écouter ses leçons. Ceci, comme il est aisé de le sentir, n’a aucun rapport à la partie purement mécanique de cette science, c’est-à-dire à la classification des êtres animés ou inanimés, et à leur arrangement méthodique dont on a fait depuis quelque temps des théories fort embrouillées, s’accumulant et se succédant avec une inconcevable rapidité, et toujours sans aucun but d’utilité ni d’agrément.

Les appâts doivent donc varier, suivant la nature des animaux que l’on cherche à surprendre : on les trouvera indiqués dans les articles qui traitent des différentes manières de chasser et de pêcher. (S.)