Mozilla.svg

Cours d’agriculture (Rozier)/ARGENTINE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome premierp. 652).


ARGENTINE. M. Tournefort la place dans la septième section de la classe sixième des herbes à fleur de plusieurs pièces, dont le pistil devient un fruit composé de plusieurs semences disposées en manière de tête, & il la désigne par cette phrase : Pentaphylloïdes argenteum alatum, seu potentilla. M. Von Linné la classe dans l’icosandrie polygynie, & la nomme potentilla anserina.

Rozier. Cours d'agriculture, tome 1, planche XX : Argentine

Fleur, (Voyez Pl. 20) composée de cinq pétales B presque ronds, & toute la fleur avec son calice est représentée en D. Les divisions du calice sont découpées en plusieurs segmens & à deux rangs. Les étamines figurées séparément en C, sont à peu près au nombre de vingt, & environnent le pistil ; les cinq du centre l’accompagnent immédiatement, & les autres sont plus courtes.

Fruit E, sphérique, composé d’un grand nombre d’ovaires, & chaque ovaire compose une capsule à une seule loge renfermant une des semences F.

Feuilles. Elles poussent de la racine, sont ailées, quelquefois opposées, & quelquefois alternativement placées ; leur pétiole terminé par une feuille impaire ; le contour des feuilles est denté en manière de scie ; leur couleur est verte par-dessus, & argentée par-dessous, ce qui l’a fait appeler argentine.

Racine A, noirâtre, fibreuse, pousse des filets qui prennent racine de distance en distance.

Lieu. Le bord des rivières, des fontaines, dans les terrains sablonneux & humides. La plante est vivace ; elle fleurit en Juin & Juillet, & la fleur est d’un beau jaune.

Propriétés. Toute la plante a un goût d’herbe un peu salé ; elle est vulnéraire, astringente, desiccative. Quelques auteurs la conseillent dans la diarrhée, la dyssenterie bénigne ; on dit qu’elle est propre à expulser les sables contenus dans les voies urinaires, ce qui demande un nouvel examen.

Usages. Les feuilles récentes, depuis demi-once jusqu’à une once en infusion dans six onces d’eau ; desséchées depuis une demi-drachme jusqu’à demi-once en infusion dans la même quantité d’eau. La semence pilée & donnée à la dose de demi-drachme dans quatre onces de son eau distillée, arrête les hémorragies ; le suc de la plante se donne aux animaux à la dose de demi-livre ; la semence en poudre, à celle de deux drachmes,