Cours d’agriculture (Rozier)/ARIDE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome premierp. 670-671).
◄  ARIA
ARILLUS  ►


ARIDE, se dit d’un terrain sec & stérile, & même en parlant d’une contrée en général. L’aridité provient de deux causes ; ou de ce qu’il ne pleut jamais dans le canton, ou de ce que l’eau ne peut pénétrer la terre, ou bien si elle la pénètre, elle s’écoule trop rapidement. Les couches de rochers, ou d’argile, ou de craie pure, sont les causes de l’aridité ; un amas trop considérable de sables produit le même effet par un moyen opposé. Si le sol est aride, en raison du froid ou de la chaleur excessive du climat, on tenteroit en vain de le cultiver. Quand cette aridité est produite par une couche du rocher, on est dans le même cas, à moins que le rocher ne soit brisé par la main de l’homme, & planté ensuite en vignes ; telles sont les côtes du Rhône depuis Vienne jusqu’au-delà de Valence, au moins pour la plupart. La dépense de cette opération est excessive ; mais les avances sont bientôt retrouvées par la qualité des vins. Sans les vignes, le pays dont on vient de parler laisseroit dans l’esprit du voyageur l’idée d’un pays sauvage, ingrat, tandis qu’il ne sait ce qu’il doit le plus admirer, ou des efforts de l’industrie humaine, ou des ressources de la nature. Tout rocher ne mérite pas les frais que nécessite cette culture. Ils seroient prodigués en pure perte dans les granits, dans les rochers dont le gluten tient ses parties si serrées, qu’elles ne se décomposeroient pas à l’air.

Si le terrain est rendu aride par l’argile, il convient, avant de faire aucune tentative, d’examiner si le produit correspondra avec la dépense, & ce doit toujours être la première question que l’agriculteur est obligé de se faire à lui-même. Voyez ce qui à été dit au mot Argile, relativement à son amélioration.

Si le terrain est sablonneux, au contraire, l’amélioration en sera moins difficile, puisqu’il ne s’agit que de lui donner de la consistance par l’addition des terres fortes & argileuses, & c’est encore l’ouvrage du tems.