Cours d’agriculture (Rozier)/AVERTIR

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


AVERTIR, (Économie rurale et vétérinaire.) Privés de raison et non de sentiment, les animaux frappés par quelques mouvemens inattendus, surpris par quelque objet nouveau, éprouvent de la crainte ; cette sensation occasionne en eux des mouvemens brusques et souvent dangereux pour les personnes assez imprudentes pour les approcher sans les en prévenir. Veut-on aborder un cheval ? il faut se présentera à lui en face, lui toucher d’abord les parties que l’on peut atteindre sans danger, puis venir à celles que l’on a intérêt de manier ; le cheval prendra ainsi de la confiance et se laissera aisément subjuguer. Si l’on se présente à l’animal le plus doux, d’une manière brusque, et sans l’en prévenir, il s’épouvante, et la rosse le plus ordinairement dénuée d’énergie, blesse, et le cheval méchant tuera l’homme qui l’aura terrifié. Usons de précautions en approchant des animaux, employons la douceur pour les conduire ; habitués à voir un bienfaiteur dans le maître qui les gouverne, leur attachement rendra leurs services plus précieux, et augmentera ainsi leur utilité. (Ch. et Fr.)