Cours d’agriculture (Rozier)/BRISE-VENT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome secondp. 463).


BRISE-VENT. C’est un rempart de paille ou de roseaux, que l’on fait pour mettre des plantes ou des couches à l’abri des vents. Ces brises-vents ou paillassons sont placés perpendiculairement, & maintenus tels par le secours de piquets fichés en terre ; leur hauteur est communément depuis trois jusqu’à cinq pieds, & la longueur proportionnée au terrain que l’on veut abriter.

À Montreuil, où tout se fait en grand, les brises-vents sont en maçonnerie, & forment des murs d’espaliers perpétuels. Comme la pêche exige un certain degré de chaleur, afin d’acquérir sa maturité & son parfum, les cultivateurs industrieux de ce village, ont eu recours à l’art pour seconder la nature, de manière qu’un arpent de terrain est coupé par un grand nombre de quarrés en murs de huit à neuf pieds de hauteur, & communiquant les uns aux autres par des portes ménagées dans les coins. Chaque quarré est un endos en petit. De cette manière, ils sont maîtres de s’opposer aux vents qui fatiguent les arbres, & ils ont encore l’avantage d’avoir toutes les expositions possibles, afin que les fruits ne mûrissent pas tous en même tems. Ces murs ont, les uns l’exposition du soleil levant, ceux-ci du soleil de dix heures, du soleil de midi, de deux heures ; enfin aucun des côtés des murs n’est inutile, même ceux directement exposés au midi, ils servent de soutient aux pruniers, &c.