Cours d’agriculture (Rozier)/GIRAUMONT

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome cinquièmep. 289).


GIRAUMONT. Je déclare que je ne connois point cette citrouille ou courge dont j’ai beaucoup entendu vanter la qualité, & la préférence qu’on lui donne sur les courges ordinaires, les potirons & les concombres. On lit dans le Vocabulaire universel, au mot Giraumont : « Fruit d’un très-grand usage dans les pays chauds de l’Amérique. Il est communément plus gros qu’un melon : sa couleur extérieure est verte, mouchetée inégalement, d’un vert beaucoup plus pâle. La chair de ce fruit est jaune, renfermant intérieurement des semences plates, & semblables à celles de la citrouille. »

« Il y a des giraumons qui sentent un peu le musc, & qui pour cela n’en sont pas moins bons : les uns & les autres ne diffèrent pas beaucoup de la citrouille, si ce n’est que leur chair est plus ferme & d’un goût plus relevé. On en mange dans la loupe avec du lait, ou bien fricassés au beurre. »

« La tige qui produit le giraumont est verte, rude au toucher, ainsi que les feuilles, qui sont presqu’aussi larges qu’une assiette ; le tout rampant contre terre comme les melons & les citrouilles. » Cette description est trop générale, & ne caractérise point assez cette espèce.

L’auteur du nouveau Laquintinie, dans le Volume du Jardin potager, s’explique ainsi au mot Giraumont.

« Notre nomenclature m’a fait séparer du potiron, (voyez Citrouille) cette plante qui auroit dû être traitée dans le même article, ses caractères étant les mêmes. J’ajouterai seulement que les giraumons varient beaucoup de forme & de grosseur : il y en a de ronds, de longs ; de différentes nuances, de verts, de jaunes, de tachetés, de rayés de jaune sur un fond vert, de gros, de petits, de lisses, de rudes, de bosselés, &c. Ceux qui sont les plus gros & les mieux arrondis, & dont la peau est la moins dure & la moins lisse, & la moins foncée en couleur, sont les meilleurs ; leur chair est fine, délicate, moins aqueuse que celle du concombre ; elle est propre aux mêmes usages, & n’en a point le goût fort & désagréable. »