Cours d’agriculture (Rozier)/PIED-DE-CHAT ou PIED-CHATIER

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome septièmep. 648-649).


Rozier - Cours d’agriculture, tome 7, pl. 20, pied-chatier.png

PIED-DE-CHAT ou PIED-CHATIER. (Voyez Planche XX, page 637) Tournefort le place dans la seconde section de la douzième classe des fleurs à fleurons qui laissent après elles des semences aigrettées, & il l’appelle elicrysum montanum, flore rotundo subpurpureo. Von-Linné le classe dans la singénesié polygamie superflue, & il le nomme gnaphalium divicum.

Fleur ; lorsqu’elle est bien épanouie, elle a quelque ressemblance avec le pied d’un chat, d’où elle a pris son nom. A, représente un fleuron séparé ; B, le filet ; C, le calice ouvert & le placenta. Les fleurons hermaphrodites sont dans le disque ; les femelles à la circonférence, rassemblées dans un calice arrondi dont les écailles sont blanches & luisantes. Il faut observer que sur certains pieds on ne trouve que dès fleurons hermaphrodites stériles, sur d’autres, des fleurons femelles qui produisent les semences. La fleur varie pour sa couleur, du blanc au rose.

Fruit D ; semences oblongues, petites, couronnées d’un aigrette plumeuse, renfermées dans le calice commun, portées sur un réceptacle nu ; la gravure représente le pied de chat femelle.

Feuilles ; adhérentes aux tiges, très-simples, cotonneuses, blanchâtres ; les inférieures sont quelquefois en forme de spatule & quelquefois linéaires.

Racine ; rampante, fibreuse.

Port. Tiges de quelques pouces de hauteur seulement, très-simples, avec des rameaux rampans ; les fleurs sont au sommet disposées en corymbe ; les feuilles alternativement placées sur les tiges, & les inférieures sont rassemblées tout autour.

Lieu ; les montagnes élevées, dans les prés auxquels cette plante fait beaucoup de tort. La plante est vivace & elle fleurit en mai, juin & juillet.

Propriétés. Les fleurs sont la seule partie dont on fasse usage en médecine ; elles sont détersives, béchiques & incisives ; on s’en sert en infusion en manière de thé dans les rhumes, afin d’aider l’expectoration.