Cours d’agriculture (Rozier)/PLANTULE

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome huitièmep. 26).


PLANTULE. Si on laisse quelque temps la semence dans la terre ou dans l’eau, les lobes pénétrés de parties aqueuses, chargées de sucs nourriciers, & que la chaleur met en mouvement, s’enflent & grossissent ; l’air renfermé dans leur substance, en se dilatant, fait éclater l’enveloppe qui tient les deux lobes réunis ; la radicule se montre ; on dit alors que la semence est germée ; en même temps les lobes sortent de terre en s’allongeant un peu sous la forme de deux feuilles très-différentes de celles que la plante doit porter ; on dit que la graine est levée : dans cet état les lobes prennent le nom de cotyledons ou de feuilles séminales, c’est-à-dire de premières feuilles produites par la semence. Ils travaillent à épurer la séve destinée à nourrir le fœtus de la plante ; la radicule va bientôt chercher des sucs plus forts dans le sein de la terre ; la plantule commence à paroître ; mais les parties augmentées en volume sont encore roulées & repliées sur elles-mêmes, comme elles l’étoient dans la semence ; les cotylédons toujours unis à la plantule par les deux troncs de vaisseaux, l’accompagnent hors de terre, comme deux mamelles destinées à allaiter le même sujet ; sa force & le développement graduel continue en raison de la chaleur & des sucs qui l’opèrent ; enfin la plantule forme ensuite une plante, un arbrisseau ou un arbre.