Cours d’agriculture (Rozier)/PRÊLE ou QUEUE DE CHEVAL

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Serpente (Tome huitièmep. 369).


PRÊLE ou QUEUE DE CHEVAL. (Voyez planche XIX, page 178.) Tournefort la place dans la sixième section de la quinzième classe, qui comprend les herbes à fleurs à pétales, à étamines ordinairement séparées du fruit, sur des pieds différens, & il l’appelle equisetum arvense longioribus setis. Von-Linné la classe dans la criptogamie parmi les fougères, & la nomme equisetum arvense.

Rozier - Cours d’agriculture, tome 8, pl. 19, prèle.png

Fleur : la floraison & la fructification de cette plante ne sont pas bien connues. Les fleurs naissent au sommet des tiges. B représente quelques étamines que l’on a cru appercevoir sur la tige. L’épi C est composé de plusieurs espèces de calices hexagones, disposés comme les espèces d’alvéoles d’une ruche d’abeilles. F représente un de ces calices vu de profil ; le même est montré presque de face en G. La base de l’épi est portée dans le calice ou enveloppe universelle D.

Feuilles E : très-longues, simples, marquées de quatre cannelures profondes, articulées ; les articulations sont très-longues.

Racine A ; menue, noire, articulée, rampante.

Port. La tige qui porte la fructification est une hampe surmontée d’un épi qui ressemble à un chaton ; les tiges stériles sont feuillées ; les feuilles sont disposées tout autour comme les rayons d’une roue autour de son moyeu. Le nom de la plante lui vient de la ressemblance de ses feuilles avec les crins disposés autour de la queue du cheval.

Lieu. Les terrains humides & sablonneux ; la plante est vivace.

Propriétés. Les feuilles & les tiges sont inodores & d’une saveur austère ; elles sont regardées comme propres à suspendre le pissement de sang par pléthore ou par des calculs ; l’hémorragie utérine par pléthore ou par blessure ; la diarrhée avec foiblesse d’estomac ; la dissenterie lorsque les douleurs sont calmées & qu’il n’existe plus que le relâchement : sous forme de cataplasme, on croit qu’elles s’opposent à la sortie des hernies réduites des enfans. Toutes ces propriétés n’ont pas encore été bien confirmées par l’observation. On dit que toutes les espèces de prêles sont nuisibles aux moutons ; cependant les bœufs & les chevaux en mangent l’herbe verte avec plaisir.