Critique de la raison pure (trad. Barni)/Tome I/Théorie élémentaire/P1/§5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

§ 5

Exposition transcendentale du concept du temps[ndt 1]

Je me borne à renvoyer le lecteur au n° 3, où, pour plus de brièveté, j’ai placé sous le titre d’exposition métaphysique ce qui est proprement transcendental. J’ajouterai seulement ici que le concept du changement, ainsi que celui du mouvement (comme changement de lieu) ne sont possibles que par et dans la représentation du temps, et que, si cette représentation n’était pas une intuition (interne) à priori, nul concept, quel qu’il fût, ne pourrait nous faire comprendre la possibilité d’un changement, c’est-à-dire d’une liaison de prédicats contradictoirement opposés dans un seul et même objet (par exemple, l’existence d’une chose dans un lieu et la non-existence de cette même chose dans le même lieu). Ce n’est que dans le temps, c’est-à-dire successivement, que deux modes contradictoirement opposés peuvent convenir à une même chose. Notre concept du temps explique donc la possibilité de toutes les connaissances synthétiques à priori que contient la théorie générale du mouvement, qui n’est pas peu féconde.


Notes de Kant[modifier]


Notes du traducteur[modifier]

  1. Cette nouvelle exposition a été ajoutée dans la seconde édition.