Dialogue entre l’Imagination et l’Italie (O. C. Élisa Mercœur)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


DIALOGUE
ENTRE L’IMAGINATION ET L’ITALIE.

 

Vénus des nations, toujours jeune pour l’âme,
C’est au miroir du cœur que se peint ta beauté.
...............
...............
Géant tombé qui dort sous le poids de ta gloire,
Le temps, que dévora ton avide mémoire,
À frappé sur ton front un sceau de majesté.
Qui pourrait comparer ta force à sa faiblesse ?
Quel empire aujourd’hui pourrait à ta vieillesse
          Égaler sa virilité ?

Élisa Mercœur.
 


L’IMAGINATION.


           sont tes dieux et tes poètes,
Doux pays au beau ciel, frais Eden de l’amour ?
          Tes bosquets aux grâces muettes
N’offriront-ils donc plus leur parfumé séjour ?

          Où sont tes dieux et tes poètes,
Doux pays au beau ciel, frais Éden de l’amour ?

Quel flot d’une nacelle a conservé la trace ?
          L’écho, pareil au lac d’azur.
          Où chaque image, hélas ! s’efface,
          Ne redit plus les chants d’Horace
          Aux solitudes de Tibur !


L’ITALIE.


Voyez-vous ce beau ciel, ces lacs bleus qu’il colore,
Cette neige de fleurs tombant du citronnier,
Aussi pur que le son qui fuit de la mandore ?
Entendez-vous de loin le chant du gondolier ?

C’est dans ce doux climat où, pour charmer la vie,
On pense avec son âme, on aime avec son cœur,
Où les trésors n’ont rien que l’espérance envie,
Où l’on ôte à l’orgueil pour donner au bonheur.


L’IMAGINATION.


Va, ce double parfum de fleurs et de tendresse,
À pour moi vainement embaumé ton séjour ;
Beau pays ! tu n’as rien qui plaise à ma tristesse :
Car c’est sous d’autres cieux que j’ai rêvé d’amour.


L’ITALIE.

.........................
.........................
.........................
.........................


L’IMAGINATION.

.........................
.........................
.........................
.........................


L’ITALIE.

.........................
.........................
.........................
.........................


L’IMAGINATION.


Où sont tes dieux et tes poètes,
Doux pays au beau ciel, frais Éden de l’amour ?
Tes bosquets aux grâces muettes
N’offriront-ils donc plus leur parfumé séjour ?
Où sont tes dieux et les poètes,
Doux pays au beau ciel, frais Eden de l’amour ?


(1832.)