Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Ambigu-Comique (théâtre de l’)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ambigu-Comique (théâtre de l’).

Situé boulevart Saint-Martin, à l’angle de la rue de Bondy. — 5e arrondissement, quartier de la Porte-Saint-Martin.

Le sieur Audinot, acteur de la comédie italienne, est le fondateur de l’Ambigu-Comique. Il ouvrit, au mois de février 1759, un théâtre à la foire Saint-Germain ; puis, sur le boulevart, un spectacle de marionnettes auxquelles il substitua des enfants. Grâce à la gentillesse et à l’intelligence précoce des jeunes artistes, ce spectacle fit fureur. Audinot donna à son théâtre cette devise, dans laquelle se trouvait son nom Sicut infantes audi nos. Un poète, l’abbé Delille, a peint l’empressement du public dans ce joli vers

« Chez Audinot, l’enfance attire la vieillesse. »

Tout Paris courut à ce théâtre ; l’Opéra resta désert. Les administrateurs du Grand-Théâtre, jaloux des succès d’Audinot, obtinrent à la fin de l’année 1771, un arrêt du conseil qui réduisit l’Ambigu-Comique à l’état de spectacle de dernière classe. On lui ordonna de supprimer les danses ainsi qu’une grande partie de son orchestre. Cette mesure, regardée comme une injustice, causa alors une grande rumeur. Peu de temps après, le théâtre d’Audinot parvint à recouvrer son ancienne liberté, moyennant une contribution annuelle de 12 000 livres qu’il dut payer à l’Opéra. La comtesse Du Barry, pour égayer le roi Louis XV, fit venir, au mois d’avril 1772, la troupe d’Audinot à Choisy. Un incendie, qui éclata en 1827, dévora complètement les bâtiments de ce théâtre ; sa reconstruction ne put avoir lieu sur le boulevart du Temple ; l’isolement qui était imposé aurait trop restreint les proportions des bâtiments : on fut donc forcé de rebâtir l’Ambigu-Comique dans un autre endroit ; on fit choix de l’emplacement actuel, qui offre toute la sécurité désirable. Les divers planchers de ce théâtre sont construits en fer et maçonnés en poteries ; les combles sont également en fer et couverts en ardoises ; le mur au droit de l’avant-scène, et séparant le théâtre de la salle, s’élève en gradins au-dessus des combles de ces deux parties ; enfin un rideau mobile en treillis de fer a été disposé en cet endroit. L’emplacement occupé par l’Ambigu a été acheté 385 515 fr. ; la démolition des anciennes constructions et l’exécution de la totalité des travaux ont eu lieu en moins de dix mois, et ont coûté 1 347 944 fr. ; les machines figurent pour 69 000 fr., et la peinture de décor a coûté 17 000 fr. Cette salle, construite de 1827 à 1828, par MM. Hittorf et Lecointe, architectes, peut contenir 2 000 personnes ; elle a été livrée au public le 8 juin 1828. Prix des places en 1843 : avant-scène des 1res, 5 fr. ; id. des 2es, 2 fr. 50 c. ; balcon des 1res 2 fr. ; stalle de balcon, 2 fr. ; stalles d’orchestre et de 1re galerie, 2 fr. 50 c. ; 1re loge de face, 3 fr. 50 c. ; 1re de côté et 2e de face, 2 fr. 50 c. ; baignoire de face, 2 fr. 50 c. ; baignoire de côté, orchestre et 1re galerie, 2 fr. ; 2e galerie, 1 fr. 50 c.; parterre, 1 fr. 25 c.