100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Le Peletier (quai)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Le Peletier (quai).

Commence à la place de l’Hôtel-de-Ville, no 1 ; finit à la rue de la Planche-Mibray, no 2. Le dernier numéro est 44 ; Sa longueur est de 148 m. — 7e arrondissement, quartier des Arcis.

« 15 juillet 1673. Le roy s’étant fait représenter en son conseil l’arrêt rendu en icelui le xviiie mars dernier par le quel sa majesté auroit ordonné l’exécution du plan que les prévost des marchands et échevins de sa bonne ville de Paris, avoient fait faire pour la construction d’un nouveau quai commençant sur le pont Notre-Dame vis-à-vis de la rue de Gesvres et continuant jusqu’à la Grève ; et le résultat du conseil de ville assemblé pour l’exécution du dit arrêt, et sur les remontrances faites aux d. prevost des marchands et échevins par les propriétaires des maisons de la rue de la Tannerie, qui doivent être retranchées pour former le d. quai, qu’il leur seroit très avantageux que la ville fît travailler successivement à la construction d’un mur de quai, qu’il faut construire de neuf, depuis la culée de la première arche du pont Notre-Dame jusqu’aux quais des maisons de la d. rue de la Tannerie qui se trouvent déjà faits, et être dans l’alignement du d. plan, d’autant que cet ouvrage étant fait, il faudroit moins de temps pour parachever le surplus de la construction du dit quai, et qu’ils seroient en état de pouvoir plutôt faire réédifier leurs maisons et en jouir des loyers, ce qui diminueroit même le dédommagement qui leur pourroit être dû par la d. ville, par le quel il auroit été arrêté sous le bon plaisir de sa majesté qu’il seroit incessamment mis ouvriers pour la construction du mur de quai depuis la d. culée de la première arche du pont Notre-Dame jusqu’aux quais étant au derrière des maisons de la d. rue de la Tannerie où sont les fossés plains des tanneurs et ouvrages de teinturiers ; et voulant sa majesté autoriser les d. prévost des marchands et échevins pour l’exécution d’un dessein qui doit contribuer notablement à la salubrité de la d. ville, au dégagement du pont Notre-Dame et à la communication du quartier Saint-Antoine à son château du Louvre, et faire une des plus grandes commodités et beautés de Paris. Sa majesté étant en son conseil a ordonné et ordonne que le résultat du d. conseil de ville du xxxe juin dernier, sera exécuté, et que les prévost des marchands et échevins feront successivement travailler à la fondation et construction du dit mur de quai à faire de neuf, depuis la d. culée de la première arche du pont Notre-Dame jusqu’aux quais qui se trouvent pouvoir subsister au derrière des maisons de la d. rue de la Tannerie, et qu’en conséquence les propriétaires des maisons de la d. rue seront tenus, conformément à l’arrêt de son conseil du d. jour xviiie mars dernier, de faire abattre et retirer leurs maisons suivant l’alignement du d. plan, en sorte que dans le quinze avril prochain, au quel temps les tanneurs et teinturiers doivent être établis au faubourg Saint-Marcel ou à Chaillot, suivant l’arrêt de son conseil du 24 février dernier, les places nécessaires pour la perfection du d. quai, soient entièrement libres. Sera le présent arrêt exécuté, nonobstant oppositions ou appellations quelconques, etc… Signé Colbert, d’Aligre et Poncet. » Cet arrêt fut immédiatement exécuté. Le quai fut construit sous la direction de Bullet, architecte, et reçut la dénomination de quai Le Peletier, en l’honneur de Claude Le Peletier, président, aux enquêtes, président à mortier, ministre d’état et contrôleur-général, qui fut prévôt des marchands depuis 1668 jusqu’à 1676. Ce magistrat naquit en 1631, et mourut le 10 août 1711. — Une décision ministérielle du 5 vendémiaire an IX, signée L. Bonaparte, fixa la moindre largeur de ce quai à 11 m. En décembre 1830, on commença les travaux de reconstruction du parapet. Ces travaux durèrent deux ans. Il en résulta pour cette voie publique un élargissement de 11 m. environ qui fut pris entièrement aux dépens de la rivière. Les travaux occasionnèrent une dépense de 678,863 fr. 40 c. Dans le courant de l’année 1835, ce quai a été bordé de trottoirs et d’une plantation. En vertu d’une ordonnance royale du 22 mai 1837, les maisons bordant le quai Le Peletier ne sont point soumises à retranchement. La moindre largeur du quai est aujourd’hui de 20 m. 85 c. — Éclairage au gaz (compe Française).