Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Louis-le-Grand (rue)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Louis-le-Grand (rue).

Commence à la rue Neuve-des-Petits-Champs, nos 72 et 74 ; finit aux boulevarts des Capucines, no 1, et des Italiens, no 29. Le dernier impair est 35 ; le dernier pair, 32. Sa longueur est de 370 m. — Les numéros impairs sont du 1er arrondissement, quartier de la Place-Vendôme ; les nos pairs, du 2e arrondissement, quartier Feydeau.

« Le roi ayant, par arrêt de son conseil du 22 mars 1701, ordonné pour la commodité des habitants des quartiers de Saint-Roch et de Saint-Honoré, que la rue Neuve-Saint-Augustin seroit continuée depuis la rue Neuve-Saint-Roch ou Gaillon, de quatre toises et demie de largeur à prendre en ligne droite depuis l’encoignure, et suivant l’alignement du devant du mur de face de l’hôtel de Lorges jusqu’à la distance d’environ onze toises du mur de clôture du couvent des Capucines, et que de cet endroit il seroit formé une autre rue en retour de cinq toises, parallèle, à la même distance d’onze toises ou environ du mur de l’enclos des Capucines, laquelle seroit appellée rue de Louis-le-Grand, pour communiquer à la rue Neuve des-Petits-Champs et conduire à la place de Louis-le-Grand ; et sa majesté étant informée qu’il seroit nécessaire, pour la commodité de ce quartier, de continuer la dite rue de Louis-le-Grand sur la même largeur de cinq toises jusqu’au boulevart, comme de supprimer la dite rue de Gaillon depuis le coin du dit hôtel de Lorges jusqu’au rempart par où les eaux des rues voisines s’écoulent présentement avec peine, etc. À quoi sa majesté voulant pourvoir et vu sur ce l’avis des sieurs prévôt des marchands et échevins de Paris ; ouï le rapport du sieur Fleuriau d’Armenonville, conseiller ordinaire au conseil royal, directeur des finances ; sa majesté, étant en son conseil, a ordonné et ordonne que, conformément au dit arrêt du conseil du 22 mars 1701, la dite rue Neuve-Saint-Augustin sera continuée depuis la rue Neuve-Saint-Roch ou de Gaillon, de quatre toises et demie de largeur à prendre en ligne droite et suivant l’alignement du devant du mur de face de l’hôtel de Lorges, jusqu’à la rencontre de la rue qui doit être appellée de Louis-le-Grand, laquelle rue sera ouverte de cinq toises de largeur à douze toises ou environ du mur des Capucines, et continuée depuis la rue Neuve-des-Petits-Champs jusqu’au rempart, près la barrière de Gaillon, etc. Fait au conseil d’état du roi, sa majesté y étant, tenu à Marly le 3 juillet 1703. » La rue Louis-le-Grand fut ouverte conformément à cet arrêt. Le procès-verbal qui constate ce percement est à la date du 8 octobre 1703. Une décision ministérielle du 28 brumaire an VI, signée Letourneux, et une ordonnance royale du 4 octobre 1826, ont maintenu la largeur primitive de cette voie publique. Toutes les constructions riveraines sont alignées. — Égout entre la rue Neuve-Saint-Augustin et le boulevart. — Éclairage au gaz (compe Anglaise).