100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Magloire (rue Saint-)

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche


Magloire (rue Saint-).

Commence à la rue Salle-au-Comte, no 1 ; finit à la rue Saint-Denis, nos 166 et 108. Le dernier impair est 3 bis ; le dernier pair, 6. Sa longueur est de 44 m. — 6e arrondissement, quartier des Lombards.

En 1426, c’était la rue Saint-Leu, ensuite Saint-Gilles, en raison de sa proximité de l’église Saint-Leu et Saint-Gilles. En 1585, on la nommait rue Neuve-Saint-Magloire. Elle a été élargie en 1737, par suite de la suppression d’une maison qui faisait l’encoignure de la rue Saint-Denis. Son nom actuel lui vient du couvent des Filles-Saint-Magloire, qui longeait un des côtés de cette rue. — Une décision ministérielle à la date du 18 octobre 1808, signée Cretet, avait fixé la largeur de cette voie publique à 8 m. En vertu d’une ordonnance royale du 19 juillet 1840, cette largeur a été portée à 10 m. Propriétés nos 1 et 3, retranch. 2 m. 50 c., surplus de ce côté ret. réduit 60 c. ; côté des numéros pairs, ret. 2 m. 20 c. à 3 m. — Éclairage au gaz (compe Française).

Couvent Saint-Magloire. Dès le IXe siècle, on voyait sur le chemin qui conduit de Paris à Saint-Denis, un oratoire dédié à Saint-Georges, et qui avait été construit au milieu d’un cimetière appartenant à la communauté de Saint-Barthélemi. Salvator, évêque d’Aleth, qui s’était réfugié à Paris avec les reliques de Saint-Magloire, fut inhumé dans ce cimetière. Vers 1117, les religieux de Saint-Barthélemi, grâce aux libéralités de Henri le Lorrain, établirent en cet endroit un monastère qu’ils vinrent habiter en 1138, et qui prit le nom de Saint-Magloire. Il y restèrent jusqu’en 1572 ; à cette époque, et d’après les ordres de Catherine de Médicis, ils furent transférés dans un emplacement situé près de l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas. Les Filles-Pénitentes qui habitaient l’hôtel d’Orléans, s’installèrent alors dans le couvent de la rue Saint-Denis. Tous les historiens font honneur de la fondation de la communauté des Filles-Pénitentes à un cordelier appelé Jean Tisserand, prédicateur célèbre, qui parla avec tant d’éloquence contre les excès du libertinage que plusieurs filles de mauvaise vie résolurent de réparer le scandale de leur conduite passée. Le nombre de ces pénitentes augmenta tellement qu’on jugea nécessaire de les réunir dans un seul local. Charles VIII, par lettres-patentes du 14 septembre 1496, autorisa leur établissement, et Louis XII leur céda, en 1500, la moitié de son hôtel. En quittant cette habitation, les Pénitentes prirent le titre de Filles-de-Saint-Magloire. Leur communauté, supprimée en 1790, devint propriété nationale, et fut vendue le 6 vendémiaire an V. Sur une partie de cet emplacement, l’acquéreur forma, vers 1807, l’impasse Saint-Magloire qui a été prolongée, en 1843, jusqu’à la rue de Rambuteau.