100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Marie (pont)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Marie (pont).

Situé entre le quai des Ormes et ceux d’Anjou et de Bourbon.

En 1371, dit Sauval, à peu près en cet endroit se trouvait un pont connu sous le nom de pont de Fust (de bois), d’après saint Bernard aux Barrés. — « Ordonnance du bureau de la ville, 27 juin 1618. Veu les lettres-patentes du 6 may 1614 pour la construction d’un pont de pierre à travers la rivière de Seyne, en conséquence du contract faict par sa majesté au sieur Marie (Christophe). Veu le rapport à nous addressé, avons ordonné qu’iceluy pont sera basty et construict vis-à-vis de la rue des Nonnains-d’Hyerres, pour aller de droict alignement au travers de la rivière sur le quai de la Tournelle, etc. Fait au bureau de la ville les d. jour, mois et an que dessus. » La construction du pont, suspendue et reprise à différentes époques, fut achevée en 1635. Ce pont était bordé de maisons des deux côtés. Le 1er mars 1658, la Seine extraordinairement débordée, détruisit deux arches du côté de l’île. Plusieurs personnes périrent. Il s’y trouvait deux maisons habitées par des notaires, l’une d’elles fut engloutie avec les arches du pont, et le notaire fut entraîné avec tous ses papiers. — Le roi ordonna la reconstruction de ces deux arches ; en attendant que cet ordre fut exécuté, on rétablit à leur place les arches en bois, et sur le pont un péage qui devait se percevoir sur les passants pendant dix ans, et dont le produit devait être employé à la construction des arches abattues. Sa restauration s’exécuta à l’expiration de ces dix années. On rebâtit les arches en pierre sans toutefois élever des maisons dessus, de sorte que depuis 1670 jusqu’à la fin de l’année 1788, ce pont resta en partie couvert de constructions, tandis que le surplus laissait un vide qui faisait désirer la destruction de celles qui existaient encore. Un édit du mois de septembre 1786 porte ce qui suit : « Il sera procédé à la démolition des maisons sur le Pont-Marie et des ailes qui en dépendent. » — Au commencement de l’année 1789 le pont fut entièrement débarrassé de maisons. On les remplaça par des trottoirs commodes, la route fut élargie, la pente adoucie. Le pont Marie est composé de cinq arches en plein cintre de 12 m. 80 c. à 14 m. 20 c. d’ouverture ; les piles sont décorées comme celles du pont Saint-Michel. La largeur d’une tête à l’autre est de 23 m. 70 c. Sa longueur entre les culées est de 93 m. 97 c.