100%.png

Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Martin (rue Saint-)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Martin (rue Saint-).

Commence aux rues des Lombards, no 2, et de la Verrerie, no 78 ; finit aux boulevarts Saint-Denis, no 1, et Saint-Martin, no 61. Le dernier impair est 315 ; le dernier pair, 260. Sa longueur est de 1,160 m. — De 1 à 135, 6e arrondissement, quartier des Lombards ; de 137 à la fin, 6e arrondissement, quartier de la Porte-Saint-Denis ; de 2 à 160, 7e arrondissement, quartier Sainte-Avoie ; de 162 à la fin, 6e arrondissement, quartier Saint-Martin-des-Champs.

Presque toutes les grandes voies publiques de Paris n’étaient, dans le principe, que de simples chemins qui conduisaient à des abbayes célèbres ; ainsi les rues Saint-Martin, Saint-Denis, Saint-Antoine, etc., doivent leur origine ou leur développement aux abbayes de Saint-Martin, de Saint-Denis et de Saint-Antoine. Vers 1147, la rue Saint-Martin, qui commençait à la rivière, était presqu’entièrement bâtie jusqu’à la rue Neuve-Saint-Merri ; en cet endroit était une porte de la seconde enceinte de Paris. La construction des halles, sous Philippe-Auguste, avait attiré une grande partie de la population parisienne sur la rive droite de la Seine, et la rue Saint-Martin, voisine de cet immense bazar, en recueillit aussitôt de précieux avantages. Vers l’année 1200, elle était presque complètement bordée de constructions jusqu’à la rue Grenier-Saint-Lazare ; là, était une porte de ville qui faisait partie de la troisième enceinte de Paris. En 1418, la rue Saint-Martin se prolongeait jusqu’à la rue Neuve-Saint-Denis. Ce fut enfin sous le règne de Louis XIII qu’elle atteignit l’emplacement qui lui sert encore aujourd’hui de limite. — Une décision ministérielle du 28 messidor an V, signée Benezech, avait fixé la moindre largeur de cette voie publique à 12 m. En vertu d’une ordonnance royale du 6 mai 1836, cette moindre largeur a été portée à 14 m. Propriétés de 1 à 31, retranchement 4 m. 40 c. à 5 m. 10 c. ; 33, 35, ret. 3 m. 50 c. à 4 m. 20 c. ; 37, 39 seront supprimées pour exécuter l’alignement de la rue Ogniard ; 41, 43, ret. 2 m. à 2 m. 60 c. ; de 47 à 65, ret. 1 m. 70 c. à 2 m. ; de 67 à 73, ret. 2 m. à 3 m. ; de 75 à 81, ret. 3 m. à 3 m. 50 c. ; 83, alignée ; 85, ret. réduit 2 m. 70 c. ; les deux encoignures de la rue de Rambuteau, alignées ; 95, ret. réduit 50 c. ; 97, 99, ret. 30 c. à 50 c. ; 101, ret. réduit 80 c ; 103, ret. réduit 1 m. 60 c. ; de 105 à 115, ret. 2 m. à 2 m. 75 c. ; 117, 119, ret. 2 m. 75 c. à 3 m. 50 c. ; de 121 à 133, ret. 3 m. 50 c. à 4 m. 40 c. ; 135, ret. réduit 3 m. 50 c. ; de 137 à 145, ret. 2 m. 57 c. à 2 m. 80 c. ; 147, alignée ; 149, ret. 3 m. 30 c. à 4 m. ; 151, ret. 4 m. à 4 m. 30 c. ; 153, alignée ; de 155 à 161, ret. 3 m. 50 c. à 3 m. 80 c. ; 163, ret. 3 m. 30 c. ; de 165 à 173, ret. 2 m. 30 à 3 m. 10 c. ; 175, 177, alignées ; de 179 à 183, ret. 2 m. 26 c. à 2 m. 40 c. ; 185, alignée ; de 189 à 195, ret. 1 m. 70 c. à 2 m. 05 c. ; 197, 199, ret. 1 m. 20 c. à 1 m. 70 c. ; 201, ret. 1 m. ; 203, ret. réduit 1 m. 10 c. ; 205, ret. réduit 2 m. ; 207, ret. réduit 2 m. 70 c. ; 209, ret. réduit 3 m. 40 c. ; 211, ret. réduit 4 m. 30 c. ; 213, ret. réduit 4 m. 40 c. ; 215, 217, ret. 4 m. 80 c. à 5 m. 80 c. ; 219 doit être supprimée pour l’exécution d’un grand pan coupé à l’encoignure de la rue Greneta ; 221, ret. 1 m. 70 c. ; 223, alignée ; de 225 à 231, ret. 70 c. à 1 m. 50. c. ; 233 doit être supprimée pour l’exécution de l’alignement de la rue Guérin-Boisseau ; 235, ret. réduit 90 c. ; 237, ret. réduit 50 c. ; 239, ret. réduit 25 c. ; 241, ret. 80 c. ; 243, 245, alignées ; 247, ret. réduit 60 c. ; 249, alignée ; 251, ret. 1 m. ; de 253 à 267, alignées ; 269, ret. 30 c. ; 271, alignée ; de 273 à 283, ret. 75 c. à 1 m. 40 c. ; 285, ret. réduit 60 c. ; 287, ret. réduit 25 c. ; 289, alignée ; de 291 à 303, redress. ; 305, 307, ret. réduit 30 c. ; de 309 à la fin, ret. 1 m. à 1 m. 50 c. ; — 2, ret. 2 m. ; 4, ret. 1 m. 20 c. ; 6 doit être supprimée pour l’exécution de l’alignement de la rue du Cloître-Saint-Merri ; de 8 à 26, ret. 75 c. à 1 m. 20 c. ; de 28 à 42, ret. 1 m. 80 c. à 2 m. 30 c. ; de 44 à 64, ret. 2 m. à 2 m. 50 c. ; de 66 à 76, ret. 2 m. 40 c. à 3 m. 10 c. ; 78, 82, alignées ; 84, ret. 2 m. 80 c. ; 86, 88, ret. réduit 2 m. 10 c. ; 90 doit être supprimée pour l’exécution de l’alignement de la rue des Petits-Champs ; 92, ret. 1 m. 20 c. ; 94, alignée ; 96, 98, ret. 90 c. ; 100, 102, alignées ; 104, 106, ret. réduit 30 c. ; 108, 110, redr. ; de 112 à 116, ret. 25 c. ; 118, 120, ret. 40 c. ; 122, redr. ; 124, alignée ; 126, redr. ; de 130 à 144, alignées ; 144 bis et 146, redr. ; 148, ret. 40 c. ; de 150 à 154, ret. 40 c. à 70 c. ; de 156 à 166, ret. 70 c. à 1 m. ; 168, ret. réduit 50 c. ; 170, alignée ; de 172 à 182, ret. 20 c. à 30 c. ; 184, alignée ; de 186 à 192, ret. 30 c. à 50 c. ; de 194 à 198, pas de ret. ; 202, ret. 3 m. 30 c. ; de 208 à 222, ret. 3 m. 40 c. à 4 m. 30 c. ; 222 bis, ret. réduit 2 m. 80 c. ; 224, ret. réduit 2 m. ; 226, ret. réduit 1 m. 30 c. ; 228, ret. réduit 60 c. ; 230, alignée ; 232, ret. réduit 30 c. ; 234, ret. réduit 1 m. 70 c. ; 236, 238, ret. 2 m. 40 c. à 2 m. 80 c. ; 240, alignée ; de 242 à 248, ret. 1 m. 30 c. à 1 m. 50 c. ; de 250 à la fin, alignées. — Égout et conduite d’eau dans une grande partie. — Éclairage au gaz : côté des numéros impairs (compe Française) ; côté des numéros pairs (compe Lacarrière).

Au no 96 on voyait, avant la révolution, l’église Saint-Julien-des-Ménétriers. — « L’an de grâce 1328, (dit Dubreuil), le mardi devant la Saincte-Croix, en septembre il y avait en la rue Saint-Martin-des-Champs, deux compagnons ménestrels qui s’entr’aymoient parfaictement et estoient toujours ensemble. L’un estoit de Lombardie et s’appeloit Jacques Graze de Pistoie, autrement dit Lappe ; l’autre estoit de Lorraine et avoit nom Huet, le guette du palais du roi. Or advint que le dit jour après disner, ces deux compagnons estant assis sur le siège de la maison du dit Lappe et parlans de leur besongne, virent de l’autre part de la voye, une pauvre femme appelée Fleurie de Chartres, la quelle estoit en une petite charrette, et n’en bougeoit jour et nuict, comme entreprise d’une partie de ses membres, et là, vivoit des aumosnes des bonnes gens. Ces deux, esmeus de pitié, s’enquirent à qui appartenoit la place, désirants l’accepter et y bastir quelque petit hospital. Et après avoir entendu que c’estoit à l’abbesse de Montmartre, ils l’allèrent trouver ; et pour le faire court, elle leur quitta le lieu à perpétuité, à la charge de payer par chacun an cent sols de rente, et huict livres d’amendement dedans six ans seulement, et sur ce, leur fit expédier lettres, en octobre, le dimanche devant la Sainct-Denys 1330. Le lendemain, les dits Lappe et Huet prindrent possession du dit lieu, et pour la mémoire et souvenance firent festin à leurs amis. » — Telle fut l’origine de l’église et de l’hôpital de Saint-Julien. Quelques ménétriers se réunirent aux deux fondateurs et firent construire le petit hôpital, dont la pauvre Fleurie occupa jusqu’à sa mort le premier lit. Les ménétriers achetèrent ensuite au prix de douze livres et douze sols de rente par an, une maison sise au coin de la rue Palée (aujourd’hui du Maure), et obtinrent la permission de faire bâtir une chapelle. L’hôpital reçut les noms de Saint-Julien et Saint-Genest, et la chapelle ajouta à ses titres celui de Saint-Georges. L’architecture de la petite église de Saint-Julien devait exciter la curiosité des artistes. Sa façade pittoresque était d’une délicatesse remarquable. Elle consistait en une grande arcade accompagnée de quatre niches. La frise de l’arcade était remplie de petits anges qui jouaient de plusieurs instruments, alors en usage, tels que l’orgue, la harpe, le violon, le rebec à trois cordes, la vielle, la mandoline, le psaltérion, la musette, le cor, le hautbois, la flûte de Pan, la flûte à bec, le luth et le tympanon. Dans la niche à gauche était la statue de saint Julien ; à droite, celle du martyr saint Genest, comédien à Rome, sous le règne de Dioclétien. Ce saint, protecteur des musiciens et des histrions, était coiffé d’une espèce de toque et couvert d’un simple manteau. Il tenait à la main un violon. Les ménétriers et les jongleurs demeuraient presque tous dans la rue qui porta leur nom, et qui se trouve aujourd’hui confondue dans la rue de Rambuteau. Réunis en confrérie dès l’année 1331, ils signèrent au nombre de trente-sept, un règlement qui fut enregistré au parlement, le 23 novembre de cette année. Les jongleurs et ménétriers de la corporation de Paris avaient seuls le droit de se présenter aux fêtes qui se célébraient dans cette ville. Les ménétriers étrangers ne pouvaient exercer leur industrie, sous peine d’être bannis de Paris pendant un an et un jour et de payer une amende. Cependant, lorsqu’ils ne faisaient que passer par la ville, ils étaient hébergés aux frais de l’hôpital fondé par Lappe et Huet. La corporation des ménétriers était gouvernée par un roi et par le prévôt de Saint-Julien. Constantin, célèbre violoniste de la cour de Louis XIII, fut élu roi des musiciens de Paris. À sa mort, arrivée en 1657, Dumanoir lui succéda sous le nom de Guillaume Ier ; son fils, Guillaume II, qui le remplaça, abdiqua volontairement en 1685. Le royaume des ménétriers tomba dans l’anarchie jusqu’en 1741. À cette époque, le célèbre Guignon monta sur le trône, mais les vapeurs de la royauté excitèrent son insolent despotisme. Une insurrection générale força l’imprudent monarque à signer son abdication. Le titre de roi des musiciens fut supprimé en 1773. Dès l’année 1744, l’archevêque de Paris avait ordonné aux prêtres de la Doctrine Chrétienne de célébrer le service divin dans la chapelle de Saint-Julien. Le 17 décembre 1789, une députation des confrères de Saint-Julien-des-Ménétriers se présenta à la barre de l’Assemblée Nationale, et lui fit hommage de leur église. Ce curieux monument, qui contenait en superficie 148 m., fut vendu le 25 février 1792 et abattu quelques années après.