Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Necker (hôpital)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Necker (hôpital).

Situé dans la rue de Sèvres, en face du no 112. — 10e arrondissement, quartier Saint-Thomas-d’Aquin.

Il a été formé sur l’emplacement du couvent des religieuses bénédictines de Notre-Dame-de-Liesse. Établies en 1631 à Réthel, dans le diocèse de Reims, ces religieuses furent obligées, pour éviter les malheurs de la guerre, de se réfugier à Paris, en 1636. Elles s’installèrent dans la rue du Vieux-Colombier. Le roi approuva cette communauté dont le but principal était l’éducation des jeunes filles. La comtesse de Soissons et la duchesse de Longueville se déclarèrent protectrices de cet établissement. En 1645, les religieuses prirent possession d’une propriété connue sous le nom de jardin d’Olivet, et située dans la rue de Sèvres. En 1663, elles firent construire une chapelle. Ce couvent était presque désert lorsqu’il fut supprimé en 1778 ; à cette époque, madame Necker, femme du contrôleur général, conçut et exécuta le projet de fonder sur cet emplacement un hospice qui reçut le nom d’hospice de Saint-Sulpice. Pendant la révolution cet établissement fut appelé hospice de l’Ouest. Enfin on lui donna le nom de sa fondatrice. En 1802 et 1803 de grandes améliorations furent introduites dans cette maison qui contient 133 lits savoir : 14 pour les blessés ; 12 pour les blessées ; 12 pour les convalescents ; 15 pour les convalescentes ; 36 pour les malades ordinaires (hommes) ; 44 pour les femmes. Il est desservi par les sœurs de charité. En 1835, la mortalité a été de 1 sur 8/50. Idem, la dépense de 87 293 fr. 59 c.

En 1842, la mortalité a été de 1 sur 9/15. Idem la dépense de 202 991 fr. 56 c.