Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments/Pigalle (rue)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Pigalle (rue).

Commence à la rue Blanche, nos 12 et 14 ; finit à la place de la barrière Montmartre. Le dernier impair est 35 ; le dernier pair ; 36. Sa longueur est de 583 m. — 2e arrondissement, quartier de la Chaussée-d’Antin.

Le plan de Jaillot (1772) l’indique sous la dénomination de rue Royale. C’était plutôt à cette époque un chemin conduisant à Montmartre.

« Administration centrale. Séance du 18 nivôse an VIII. — L’administration centrale du département de la Seine, vu la lettre par laquelle l’administration municipale du 2e arrondissement demande que la dénomination de la rue ci-devant Royale, division du Mont-Blanc, soit supprimée, et qu’il lui en soit substitué une autre conforme aux principes de la Révolution ; considérant qu’il convient de ne laisser aucune trace d’un régime proscrit à jamais, et qu’il importe de retracer aux yeux des citoyens les époques où se sont opérées les révolutions tendant à la prospérité publique, le commissaire du gouvernement entendu ; arrête que la rue Royale, division du Mont-Blanc, portera le nom de rue du Champ-du-Repos. (Registre 40, page 64.) » — Il parait que cet arrêté ne fut point exécuté, car nous lisons dans le même registre, page 74, séance du 22 du même mois de nivôse an VIII : « L’administration centrale du département de la Seine arrête que la rue Royale, division du Mont-Blanc, portera le nom de rue de l’an VIII. » — Dans le courant de l’an XI, cette voie publique prit la dénomination de rue Pigalle. — Une décision ministérielle du 12 prairial an XI, signée Chaptal, et une ordonnance royale du 1er juillet 1834, ont fixé la moindre largeur de cette voie publique à 10 m. Le numérotage de cette rue est très irrégulier. Les constructions ci-après sont alignées : propriété entre les nos 1 et 3, 15, 17, 17 bis, encoignure droite de la rue Boursault, 19, 21, 21 bis, 23 ; mur de clôture à l’angle de la place ; 4, 6, de 16 à 24, 20, 22, encoignure gauche de la rue Notre-Dame-de-Lorette, de 32 à 36 (ces derniers numéros continuent ceux de la rue La Rochefoucauld), et de 30 à la fin. — Conduite d’eau entre les rues Blanche et Boursault. — Éclairage au gaz (compe Anglaise.)

Pigalle (Jean-Baptiste), célèbre sculpteur, naquit à Paris en 1714. À l’âge de dix ans, il entra chez le Lorrain, et montra si peu de dispositions que son maître l’engagea bientôt à renoncer à la sculpture. Le jeune Pigalle persista et poursuivit avec ardeur le cours de ses études. À vingt ans, il entra dans l’atelier de Lemoine, et voulut peu de temps après concourir pour le grand prix de sculpture, mais il échoua complètement. Loin de se désespérer de cet échec, l’artiste courageux prit la résolution de partir à pied pour Rome. Coustou fils, qu’il y trouva, s’empressa de partager avec lui ses faibles ressources, et Pigalle put rester dans cette ville pendant trois années à étudier les chefs-d’œuvre de l’antiquité. À son retour il alla présenter à son maître une statue de Minerve, et reçut cet encouragement flatteur : « Mon ami, je voudrais l’avoir faite. » Cependant Pigalle eut longtemps à lutter contre l’intrigue et fut réduit à travailler en sous-ordre ; mais ayant été chargé de faire une statue de la vierge pour l’église des Invalides, le comte d’Argenson, alors ministre, fut si charmé de la perfection de cette œuvre, qu’il chargea Pigalle de faire la statue de Louis XV. Les autres travaux remarquables du grand sculpteur sont : une statue de Vénus, le mausolée du maréchal de Saxe, celui du comte d’Harcourt, et une jolie figure de jeune fille qui se tire une épine du pied. Pigalle, reçu membre de l’Académie, fut nommé recteur en 1777, et mourut le 20 août 1785.