Dictionnaire d’architecture civile et hydraulique/Aire

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  Aileron
Ais  ►

AIRE, ſ. f. Mot dérivé du latin Area, ſurface. C’eſt une ſurface, une ſuperficie plane & horizontale, ſur laquelle on trace un plan, une épure. (Voyez Epure.) On ſe ſert encore de ce mot pour déſigner un enduit de plâtre fait pour tracer quelque Deſſein.

Aire d’un baſſin. C’eſt un maſſif d’environ un pied d’épaiſſeur, fait de chaux & de ciment avec des cailloux, ou un courroi de glaiſe, pavé par-deſſus : ce qui fait le fond du baſſin. Cette Aire ſe conſerve long-tems, pourvû que la ſuperficie de l’eau s’écoule aiſément. Quand le tuyau de décharge eſt trop menu, l’eau ſuperflue regorgeant ſur les bords, délaye le terrein ſur lequel eſt aſſis le baſſin, & le fait périr.

Aire de Chaux et de ciment. C’eſt un maſſif d’environ un pied d’épaiſſeur, fait de chaux & de ciment mêlé avec du caillou, qu’on met ſur les voûtes des terraſſes qui font expoſées à l’air, ſur leſquelles on poſe enſuite les dalles de pierre avec quelque pente pour l’écoulement des eaux, comme il en a été fait ſur l’Orangerie de Verſailles. Il ſe fait auſſi de ces Aires de ciment dans les baſſins de fontaine. (Voyez ci-devant Aire de baſſin.)

Aire de moilon. C’eſt un petit maſſif d’épaiſſeur de neuf à dix pouces ſur le terrein de rez de chauffée, ſur lequel. on poſe & ſcelle les lambourdes, les carreaux ou les dalles de pierre. Pour l’intelligence de ceci, voyez Lambourdes. Carreau. Dalles. Ce maſſif eſt de moindre épaiſſeur ſur les voûtes que ſur la terre.

Aire de plancher. Ce terme exprime deux choſes : 1°. la charge qu’on met ſur les ſolives d’un plancher, qu’on appelle ordinairement Fauſſe-aire : 2°. une couche de plâtre pur pour recevoir le carreau ou pour en tenir lieu. C’eſt ce que Vitruve entend par ſtatumen.

Aire de recoupes. Terme de Jardinage. C’eſt une épaiſſeur d’environ huit à neuf pouces de recoupes de pierre, pour affermir les jardins.