Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/ALARMER

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 207-208).
◄  ALARME
ALARO  ►

ALARMER. v. a. Donner l’alarme, causer de l’émotion, de l’épouvante, se dit tant au propre qu’au figuré. Terrere, Terrorem injicere. L’approche des ennemis alarma tout le camp. Une si fâcheuse nouvelle alarma son amour. Scar.

Il trouble ma raison, alarme ma tendresse. La Suze.

L’amitié remplit & remue le cœur, sans le troubler & sans l’alarmer. Plusieurs le font venir du cri de guerre des Grecs, qui étoit ἀλαλή

On y joint le pronom personnel, s’alarmer, prendre l’épouvante. Trepidare, consternari. Un Général ne doit point s’alarmer sans de bons avis. Vous vous alarmez d’une nouvelle qui se trouvera peut-être fausse. A quoi bon cette délicatesse, qui s’alarme d’un mot nouveau, & qui ne peut souffrir la rencontre de deux voyelles ? Bouh.

ALARMÉ, ÉE. part. On est alarmé d’un danger qu’on craint.