Dictionnaire de Trévoux/6e édition, 1771/BLANC

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jésuites et imprimeurs de Trévoux
(Tome 1p. 918-921).
◄  BLAMUSE

☞ BLANC, ANCHE. adj. Souvent employé substantivement. Ce qui est de la couleur la plus approchante de la lumière, & la plus opposée au noir. Albus, candidus. Le blanc, à proprement parler, est un composé de toutes les couleurs. Les corps ne paroissent blancs que parce qu’ils réfléchissent des rayons de toutes couleurs, au lieu que les noirs les absorbent. Aussi un corps noir s’échauffe bien plus facilement qu’un blanc. Voyez Couleur. Quand on veut exagérer la blancheur, on se sert de ces comparaisons. Blanc comme un satin, parlant de la peau. Blanc comme ivoire, en parlant des dents. Blanc comme neige, en parlant du linge. Blanc comme albâtre, en parlant d’un beau sein. Il crache blanc comme coton, en parlant de la salive. Ceux qui briguoient les Magistratures à Rome, étoient habillés de blanc : c’est pourquoi on les appeloit Candidats. On appelle papier blanc, celui où il n’y a rien d’écrit. Hévélius dit qu’il est très-certain que les animaux deviennent blancs en hiver dans les pays septentrionaux, comme les lièvres, les renards & les ours ; & que l’été ils reprennent leur couleur naturelle. En Ethiopie on a du blanc l’idée que nous avons du noir. On y peint le Diable blanc, si l’on en croit Ludolphe.

Les Thraces ont été les premiers qui ont marqué les jours heureux avec de petits cailloux blancs, & les malheureux avec des noirs. Les grecs ont imité cette coutume, & cela a donner lieu au proverbe, marquer une jour de blanc ; pour dire, témoigner une fort grande joie.

Ce mot, selon Covarruvias, est goth. Ménage, après Guyet, dit qu’il vient de albicus, d’où les Italiens ont fait bianco, & les Espagnols blanco. Il en dérive aussi le mot de blond.

Blanc, se dit aussi de ce qui est pur & net, qui n’est ni sale ni gâté. Nitidus, purus. Du linge blanc. Une assiette blanche. En ce sens on dit au figuré, ce criminel a gagné le Juge, il l’a fait sortir tout blanc de cette affaire. Ce mot pris ainsi dans un sens figuré, a diverses autres significations. Par exemple, ils sont tout blancs au-dehors & tout noirs au-dedans ; c’est-à-dire, qu’ils sont vertueux en apparence, mais qu’au fond ce sont des méchans.

Quand je veux dire blanc, la Quinteuse dit noir.

Boil.

C’est-à-dire, quand je veux dire d’une façon, elle dit d’une autre.

L’homme va du blanc au noir.
Il condamne au matin ses sentimens du soir. Id.

C’est-à-dire, que l’homme est volage & inconstant dans toutes ses résolutions. M. Claude a dit que S. Augustin avoit passé du blanc au noir, sur le sujet de la tolérance pour les Hérétiques ; pour dire que ses premiers sentimens sur cet article étoient fort différens de ceux qu’il embrassa dans la suite.

Vouer au blanc, se dit lorsque le pere ou la mere d’un enfant fait vœu que cet enfant sera vêtu de blanc, avec le bonnet, les gants, les souliers, &c. de la même couleur, pendant un certain temps en l’honneur de la Vierge. Acad. Fr.

Blanc. On appelle vers blancs les vers sans rimes, tels que ceux des Anglois & des Italiens modernes. Je vais prendre la liberté de traduire en cet endroit en vers blancs, comme votre pièce est écrite, parce que le temps qui me presse ne me permet pas le travail qu’excite la rime. Voltaire. J’aurois souhaité pouvoir, à l’exemple des Italiens & des Anglois, employer l’heureuse facilité des vers blancs. Idem.

Blanc, se marie avec plusieurs substantifs, qui changent sa signification en y ajoutant quelque chose.

Blanc-bec. s. m. Jeune homme sans expérience. Il se dit plus ordinairement de ceux qui sont nouvellement entrés dans les troupes. C’est un blanc-bec.

Argent blanc, ou Monnoie blanche. C’est toute la monnoie d’argent. Nummi argentei. Et il est opposé à l’or & au billon.

Armes blanches. C’étoient jadis les armes d’un jeune Chevalier, dont l’écu n’étoit chargé d’aucunes Armoiries. Parma alba. On appelle aujourd’hui Armes blanches celles qui ne sont pas armes à feu, comme les épées, les sabres, &c.

Bière blanche. On appelle ainsi la bière qui tire sur la couleur du vin blanc, pour l’opposer à la bière rouge. Cervisia albida.

Billet blanc. Voyez Billet.

Bois blanc, est du bois de bouleau, peuplier, tremble, &c. Populus.

Boudin blanc, est un boudin fait avec du lait & du blanc de chapon. Botulus lacte & albâ caponum carne fartus.

Carte blanche, est une carte où il n’y a point de peinture de roi, dame, ni de valet. Charta alba. On dit donner la carte blanche à quelqu’un ; pour dire, offrir de faire quelque chose à telles conditions qu’il lui plaira.

Cheveux blancs, des cheveux de vieillard blanchis avec l’âge. Cani. Ainsi on dit, il est tout blanc de vieillesse. Par la même raison, le mot de blanc se prend encore quelquefois pour la blancheur même des cheveux, ou pour la maladie qui les fait devenir blancs.

Ils n’arrêteront pas le temps qui toujours vole,
Et qui d’un triste blanc va peindre tes cheveux.

Main
.

Cire blanche, est de la cire, qui étant jaune naturellement, a été blanchie à la rosée.

Cornette blanche, se dit en France du premier régiment de cavalerie, régiment du Colonel Général de la cavalerie.

Cure blanche, est un terme usité dans l’Orléanois & ailleurs, a qui se dit des Cures possédées par des Chanoines Réguliers de S. Augustin, parce qu’ils ont des soutanes blanches, pour les distinguer des autres Curés séculiers qui en ont de noires à l’ordinaire. Ainsi on dit Cures blanches & Cures noires.

Drapeau blanc, en France, le premier Drapeau d’un Régiment.

Eau blanche, c’est de l’eau où l’on a mis du son pour la faire boire aux chevaux malades.

Echarpe blanche, signal de ceux qui étoient autrefois au service de France.

Fer-blanc, est du fer battu en lames, & blanchi avec de l’étain. Ferrum stanno illitum. On appelle Taillandiers en fer-blanc, ceux qui sont des entonnoirs, des lanternes, &c.

Gelée blanche, c’est la gelée légère qui se forme le matin de la rosée, ou brouillard. Pruina.

Gris blanc, c’est du gris pâle tirant sur le blanc. Albidus.

Blanc-etoc. Voyez Blanc-être.

Blanc-être. Terme d’exploitation & de commerce de bois. Faire une coupe de bois à blanc-être, c’est n’y rien réserver, abattre tant le bois taiilis que les baliveaux & autres arbres retenus. Quelqus-uns disent blanc-etoc, mais blanc-être est plus usité.

Blanc-manger, est un mets délicat fait en forme de gelée : un pressis de viande avec du lait, du sucre & des amendes. Jus è carnibus elixis concretum, & albidum colorem referens. Il y a un fruit au Mexique qu’on appelle blanc-manger, qui en effet en a presque le goût. Il fond dans la bouche comme la neige, l’emplit d’une eau sucrée. Il est gros comme une poîre, & est plein en dedans de plusieurs noyaux ou petite pierres noires.

Magie blanche, est un art innocent de faire des choses extraordinaires par la connoissance des secrets de la nature, que le peuple croit ne se pouvoir faire que par le pouvoir des Démons. Ars innocens & ingeniosa stupenda patrandi.

Mer blanche, c’est la mer glaciale, ou Hyperborée. Mare Glaciale, Hyperboreum. On appelle aussi Mer blanche la mer Egée, parce qu’on tient que c’est une mer fort sure.

Meurier blanc. Espèce de meurier dont les feuilles servent à nourrir les vers à soie.

Moine blanc, est un Religieux de l’Ordre des Chanoines réguliers de S. Augustin, ou de Prémontré, ou des Feuillans. Monachus alba veste indutus. On appelle, vouer au blanc un enfant, quand on l’habille de blanc jusqu’à un certain âge, en l’honneur de quelque saint Fondateur d’un Ordre qui porte le blanc. Il y a aussi à Paris des Blancs-Manteaux, appellés autrefois des Guillemins, dont la maison est maintenant remplie de Bénédictins. Ce nom de Blancs-Manteaux a été aussi donné aux Religieux de la Congrégation des Serfs de sainte Marie Mere de Jesus-Christ. Elle fut instituée à Marseille dans le Monastère de sainte Marie des Arènes, & le Pape Alexandre IV la confirma en 1225.

Note blanche, est une note de musique dont la tête est blanche, c’est-à-dire, vide dans le milieu. Elle vaut deux noires, ou la moitié d’une ronde.

Pain bis-blanc, qui est mêlé de son ou de seigle.

Pavillon blanc, est le pavillon de l’Amiral de France.

Poivre blanc, est une poivre dépouillé de son écorce. Voyez Poivre.

Poudre Blanche, est de la poudre à canon qui tire sans faire de bruit, à ce que l’on prétend.

Reine blanche, Voyez Reine.

Rose blanche. Terme de Fleuriste. Œillet, ainsi appelé, parce qu’il n’est ni plus large, ni plus feuillu que la rose blanche : sa plante est foible, mais sa fleur ne casse point en lui laissant cinq boutons. Cult. des Fl.

Blanc-racine. Œillet blanc, qui a une grosse & large fleur, ainsi nommé de M. Racine.

Blanc de Paris. Autre espèce d’Œillet commun à Paris. La blanche printanière, la blanche tardive, sont des noms de Tulipes. Id.

Blanche d’Andilly. Espèce de pêche qui mûrit dans le mois de Septembre. La Quint. T. I. p. 267. Il ne les estime pas. Voyez P. III, ch. 5, p. 418 du I T. Elles sont sujettes à avoir la chair molle & presque en bouillie. Id. C. 12, p. 422.

Sauce blanche, est une sauce faite avec du beurre fondu, & qui n’est pas noirci à la poêle.

Sel blanc, est du sel décrépité, ou séché au feu. Excoctus igne sal.

Verre blanc, c’est du verre pur, & bien plus clair & diaphane que le verre commun.

Blanc, terme de peinture, la couleur, ou la matière blanche que les Peintres emploient pour rendre blanc.

Blanc d’Espagne. Espèce de terre ou marne blanche qui se fond très-facilement dans l’eau. On ne l’emploie qu’en détrempe.

☞ Il y a aussi du blanc de craie qui est à-peu-près la même chose.

Blanc de plomb ou de céruse. C’est la rouille du plomb, qui est ainsi appelée à cause de sa blancheur. Cerussa, psimmithium. Elle se fait à la vapeur du vinaigre : on l’appelle autrement céruse. On met du plomb dans des pots, au fond desquels il y a du vinaigre. On bouche ces pots de telle manière que l’air n’y puisse entrer ; ensuite on les enterre dans du fumier, où on les laisse trente jours : au bout de ce temps on les débouche, & on trouve le plomb devenu blanc & cassant : on rompt le plomb en morceaux ; on le fait sécher à l’air, & on le broie pour les Peintres qui s’en servent : c’est le plus beau blanc que nous ayons.

☞ Le blanc de plomb est aussi un cosmétique, dont les femmes se servent pour blanchir la peau. On en fait le fard Fucus, pigmentum.

Blanc des Carmes. C’est de la chaux de Senlis fort blanche & passée dans un tamis très-fin.

Blanc. s. m. Terme de Fleuriste qui se dit des œillets. C’est une espèce de tache blanche, qui s’attache aux fanes de l’œillet, & qui peu-à-peu, comme une peste, gagne le cœur. Le blanc est une maladie incurable de l’œillet. Pour le préserver pourtant des accidens que cause cette maladie, il faut le garantir des nuits froides & des brouillards, l’exposer en grand air, & l’arroser souvent. Voyez le Traité de la Cult. Des fleurs, c. 18. J’ai un œillet qui a le blanc. Liger. Mes œillets périssent par le blanc. La Quint.

☞ On appelle blanc de champignons, des filets blancs qu’on trouve dans le fumier, & qui produisent des champignons.

C’est aussi un terme de Jardinier, qui se dit des concombres & des melons. Mes concombres, ou mes melons, ont le blanc. Liger. Ce mal, qui est mortel pour ces plantes, n’est autre chose qu’une altération dans les fibres de leurs fanes, ou de leurs bras, qui n’étant plus capables de recevoir le suc qui les nourrit, périssent. Id.

☞ Cette maladie attaque aussi les arbres, principalement les pêchers. C’est une espèce de lèpre qui gagne peu-à-peu les feuilles, les rameaux & les fruits qui se couvrent d’une espèce de matière cotonneuse, qui bouche apparemment les pores, & empêche par ce moyen la transpiration. Inde mali labes. Comme on ne connoît point la cause de ce mal, on en ignore le remède. On l’appelle autrement meunier.

Blanc Rhasis, que le vulgaire appelle blanc raisin, est un onguent qui est ainsi appelé de sa couleur blanche, & du nom de son inventeur, qui est Rhasis, Médecin. Il est composé d’huile rosat, de cire, de céruse & de camphre. On l’emploie dans les brûlures, les gratelles, & plusieurs autres maladies de la peau.

Blanc d’eau. Plante qu’on appelle autrement nénuphar. Nymphæa. Voyez Nénuphar.

Blanc de Mesue, est un emplâtre qu’on nomme autrement diachylon.

Blanc de baleine. C’est la cervelle d’une espèce de baleine que les Basques appellent byaris, & ceux de S. Jean de Luz cachalot. C’est, selon quelques-uns, la baleine mâle. On prend la cervelle de cet animal ; on la fait fondre sur un petit feu ; ensuite on la met dans des moules semblables à ceux où l’on jette le sucre ; après qu’elle est refroidie & égouttée de son huile, on la fait refondre comme la première fois, & ainsi plusieurs fois de suite, jusqu’à ce qu’elle soit bien purifiée & bien blanche : alors on la coupe en écaille avec un couteau fait exprès. Le blanc de baleine veut être conservé dans des vaisseaux bien bouchés, car il n’y a guère de chose qui se gâte plus aisément à l’air. Pomet. Outre ses usages en Médecine, on l’emploie comme cosmétique.

Blanc de perle. Voyez Bismuth.

En termes de Médecine, on dit Le blanc de l’œil. Oculi album, oculorum albor. C’est la première tunique, ou peau de l’œil, qu’on appelle aussi conjonctive, parce qu’elle sert à joindre & à soutenir les autres. Elle ne va que jusqu’au cercle qu’on nomme iris.

Blanc de chapon, c’est la chair du chapon cuit, sur-tout celle des ailes & de la poitrine.

Blanc d’œuf. Glaire de l’œuf où est le germe. Albumen.

Blanc. Monnoie ancienne de billon qui valoit communément dix deniers tournois, quelquefois plus, quelquefois moins. Quincunx Francicus. On appeloit grands blancs, ou gros deniers blancs, ceux qui valoient dix deniers tournois ; & petits blanc, ou demi-blancs, ceux qui n’en valoient que cinq. Les blancs dans leur origine, c’est-à-dire, sous Philippe de Valois & au commencement du règne du Roi Jean, étoient aussi quelquefois appelés gros tournois, parce qu’ils tenoient la place des gros tournois qu’on ne fabriquoit plus. Le Blanc. Les droits Curiaux sont taxés pour chaque Paroissien à Pâques à un blanc. Pendant les guerres contre les Anglois les blancs à la couronne valoient 12 deniers : cela varioit selon la différence des monnoies.

On fabriqua aussi sous Charles VI, des blancs & des demi-blancs à l’écu. On a appela des grands blancs au soleil de Louis XI, & Charles VIII, des sous qui valoient treize deniers, qu’on a aussi nommés treizains. Sous Charles VIII, les blancs furent nommés Carolus ; Carolus Francicus ; & Ludovicus, sous Louis XII. Sous François I, on les nommoit Franciscus ou douzains, à cause qu’ils valoient douze deniers. Decunx Francicus. Il y a eu aussi des pièces de six blancs appelées Néelles, parce qu’elles avoient été faites en la tour de Néelle, à Paris. On a appelé cette monnoie, sous ou livres blancs, à cause qu’elle étoit blanchie, à la différence d’une autre monnoie noire, qui étoit de moindre valeur, qu’on appeloit sous nerets. Le Blanc dit que ce fut pour la distinguer des doubles & des deniers qu’on appeloit communément monnoie noire, à cause de leur couleur qui tiroit sur le cuivre. En 1358, on fabriqua de gros deniers blancs à la couronne. Le Blanc.

Petit Blanc. s. m. Nom d’une ancienne monnoie, qui valoit cinq deniers. C’est encore à présent une monnoie de compte, & l’on appelle trente deniers, six blancs.

Un usurier à la tête pelée
D’un petit blanc acheta un cordeau
Pour s’étrangler. Marot.

Peu après il l’appelle simplement blanc.

Ayant regret de son blanc, s’est pendu. Id.

Blanc. Papier ou parchemin signé, que l’on donne à quelqu’un pour servir de quittance. Avant son départ, il m’a laissé son blanc pour recevoir sa pension.

Blanc signé, ou Blanc seing, papier que l’on donne à quelqu’un pour le remplir à volonté. Papier que l’on donne à des Arbitres, ou à des personnes de confiance pour le remplir des conditions qu’ils jugeront à propos. Potestas rei gerendæ ad arbitrium. On le dit aussi de tout acte où on laisse quelques lignes en blanc, que l’on confie à la discrétion de quelqu’un pour le remplir, soit d’une quittance, soit d’une rescription, soit de quelque autre chose.

En Blanc, adv. se dit en ces phrases. Procuration, quittance en blanc, où on laisse le nom en blanc, de celui qui doit agir, ou recevoir. Pura tabula cum Chirographo. Ce mot est en blanc, c’est-à-dire, il y a de l’espace pour le mettre, lorsqu’il n’a pas été rempli. On le dit aussi de ce qui a été omis.

Un livre en blanc, est un livre en feuilles sans reliure. Folia dissoluta. Rôtisseur en blanc, celui qui vend les viandes lardées, & non rôties. On dit aussi que des étoffes, des chapeaux, sont en blanc, lorsqu’ils n’ont point passé par la teinture.

Blanc. s. m. signifie encore une marque blanche, ou noire, qu’on met à un but pour tirer de l’arc ou du fusil. Signum. Tirer au blanc, donner dans le blanc. Tirer de but en blanc, c’est du lieu marqué où l’on est, tirer droit dans le blanc où l’on vise. Quand un arc est trop lâche, on ne sauroit donner dans le blanc, si on ne prend sa visée beaucoup plus haut. Ab. Regnier.

On dit proverbialement d’un homme qui est entre deux vins, qu’il est entre le blanc & le clairet. On dit qu’un homme a mangé son pain blanc le premier ; pour dire, qu’il a été nourri délicatement dans sa jeunesse, & qu’il aura bien des maux, des fatigues à essuyer dans la suite. On dit qu’un homme se fait tout blanc de son épée ; pour dire, qu’il se promet de faire bien des choses, où souvent il ne peut pas réussir ; & de celui qui est extrêmement heureux en toutes choses, que c’est le fils de la poule blanche. On dit aussi que des personnes se mangent le blanc des yeux ; pour dire, qu’elles sont extrêmement ennemies. On dit aussi, qu’un homme est réduit au bâton blanc, ou absolument, réduit au blanc, quand il est devenu extrêmement pauvre & misérable ; qu’il est au blanc, lorsqu’il n’a pas un sou. Il se dit principalement des joueurs qui ont perdu tout leur argent ; on dit aussi, par menace, je te mettrai au blanc, c’est-à-dire, je te ruinerai. On dit aussi qu’un homme passe du blanc au noir ; pour dire, qu’il la faut faire absolument de gré ou de force. On dit aussi, dire une chose de but en blanc à quelqu’un ; la dire hardiment, sans façon, sans considérer s’il l’aura agréable ou non. On dit aussi à celui qui promet de faire une chose impossible, qu’en ce cas on lui donnera un merle blanc. Les voyageurs disent aussi, rouge au soir, blanc au matin, c’est la journée du pélerin. Les joueurs d’échecs disent, dame blanche a le cul blanc ; pour dire, que le Roi blanc doit être posé d’abord sur une case noire. On dit aussi, pour marquer l’égalité de deux choses, que c’est bonnet blanc & blanc bonnet.

Les Blancs. Nom d’une faction qui se forma dans la ville de Pistoie, en Italie, l’an 1300. Ceux de la faction contraire furent appelés les Noirs. Le Poëte Dante étoit de la faction des Blancs ; & parce que Charles de Valois, frere de Philippe le Bel, & Vicaire de l’Empire dans la Toscane, chassa les Blancs de Florence, dont ils s’étoient emparés, Dante, qui fut chassé avec eux, se déchaîna contre les François. C’est la cause de ses invectives, & des contes injurieux & faux qu’il écrivit contre eux.

On distingue encore dans plusieurs pays des Indes les Blancs & les Noirs. On appelle Blancs les Européens, ou d’autres peuples moins basanés que les naturels du pays. Ainsi dans l’Inde les Blancs sont les Mogols, & les Noirs sont les Indiens. Les Blancs, dans l’île de Madagascar, sont les Zafferamini, & les Casimonibous qui y sont venus d’Arabie ; & les Noirs sont les naturels de l’île.

La Confrérie des Blancs. Alborum ou Canamorum confraternitas. C’est à Naple une Confrérie dont le principal emploi est d’assister les criminels que l’on conduit au supplice, pour les exhorter à faire une bonne mort. P. Helyot, T. VII, p. 105.

Blancs. Imposteurs qui parurent en Italie, vers la fin du XIVe siècle, ainsi nommés parce qu’ils portoient des robes blanches. Voici ce qu’en écrit Thierry de Niem, témoin oculaire. L’an 10 de Boniface IX, vinrent d’Ecosse en Italie, certains Imposteurs, habillés de robes blanches, qui portoient des croix fabriquées de briques, fort artistement travaillées, d’où ils exprimoient du sang qu’ils y avoient fait entrer adroitement. Ils disoient que l’un d’entr’eux étoit Elie venu du Paradis pour annoncer la fin du monde, qui alloit périr par un tremblement de terre. Ils parcoururent presque toute l’Italie, & se firent un grand nombre de disciples, auxquels ils inspiroient de faire des pélerinages. Ils couchoient par-tout où la nuit les rencontroit, hommes, femmes, garçons & filles tout pêle-mêle. Leur prédication contribua d’abord à la réforme des mœurs, mais leur imposture ayant été découverte, tous ces faux Pénitens furent dissipés. Niem, de Schism. l. 2. c. 26. S. Antonin, Platine, le Pogge, Arétin, &c. en parlent aussi.

Blancs-battus. Confrèrie de Pénitens établie par le Roi de France Henri III, mais qui ne dura pas long-temps. Elle étoit composée des plus grands Seigneurs de la Cour, & particulièrement des mignons du Roi. On lit dans le Journal d’Henri III, que la Chapelle du S. Esprit servoit à cette fameuse Confrèrie des Blancs-battus. Leur habit étoit blanc, & d’une forme bizarre & extraordinaire. C’étoient de grands sacs qui couvroient tout le corps, n’ayant que deux trous pour laisser la vue libre. Les freres de cette Confrèrie affectoient des austérités très-rigoureuses, jusqu’à faire des processions à pied, depuis le Couvent des Chartreux de la rue d’Enfer, où étoit leur assemblée, jusqu’à l’Eglise de Notre-Dame de Chartres à dix lieues de Paris, en deux jours ; & ce qu’il y a de plus extraordinaire, c’est que le Roi assistoit lui-même à ces processions habillé comme les autres.

BLANCS-MANTEAUX. s. m. pl. Nom que l’on a donné à Paris aux Services ou Religieux serfs de la sainte Vierge, parce qu’ils avoient des manteaux blancs. La maison qu’ils occupoient au quartier du Marais s’appeloit aussi les Blancs-Manteaux, & la rue dans laquelle elle est située, la rue des Blancs-Manteaux. Ce Monastère passa en 1298 aux Guillelmites, qui le cédèrent en 1618 aux Bénédictins de Cluni, qui l’on cédé à leur tour aux Bénédictins de la Congrégation de S. Maur, qui le possedent aujourd’hui ; quoiqu’ils soient habillés tout de noir, eux, leur maison, leur rue conservent encore le nom de Blancs-Manteaux. Voyez Du Breuil. Antiq. De Paris, p. 895, & celles de Malingre, p. 623 ; le P. Héliot, T. III, C. 45. Je viens des Blancs-Manteaux. Je vais à vêpres aux Blancs-Manteaux.

☞ BLANC. (le). Ville de France, en Berri, du côté du Poitou, sur la rivière de Creuse, généralité de Berri. Oblincum, siège d’une élection.