Dictionnaire national et anecdotique par M. De l’Épithète/CONTRE-RÉVOLUTION

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politicopolis (pp. 50-51).

CONTRE-RÉVOLUTION : mot nouveau, il a vu le jour peu après celui de révolution. (Voyez ce mot.) Contre-révolution désigne le coup de main qui remettroit le despotisme ministériel sur ses pieds, & feroit passer les aristocrates du fond de cale sur le tillac ; on sait ce qu’ils ont tenté pour opérer cette manœuvre. En effet, par la contre-révolution, un corps fameux ou qui a été fameux, avoit l’espoir de recouvrer la suprématie & des minuties mondaines auxquelles il tient encore ; un autre corps non moins fameux, ressuscitoit ses privileges. Les aventuriers obtenoient des places[1], les scélérats avoient aussi l’espoir de faire quelques coups de mains, & les parlementaires de voir renaître les beaux jours. Les pensionnaires remontoient leur cuisine, & les capitalistes (c’est-à-dire, les usuriers ou les agioteurs), leur porte-feuille.

Mais les politiques du café de Foy, même avant le 4 février, regardoient une contre-révolution comme impossible. Les politiques du Luxembourg n’étoient pas de cet avis, & ceux de la terrasse des Feuillans croyoient que ceux du Luxembourg n’avoient pas tort. D’un autre côté, il n’étoit pas un bon citoyen qui ne fît des vœux pour que les politiques du café de Foy eussent raison. Depuis le discours du roi ceux-ci ont voulu doubler les enjeux, & leurs adversaires ont en vain essayé de retirer les leurs.

  1. Il ne faut pas de contre-révolution pour cela.