Dictionnaire national et anecdotique par M. De l’Épithète/INSURRECTION

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher
Politicopolis (pp. 75-76).
JOURNAL  ►

INSURRECTION : si le dictionnaire raisonné eût parlé de ce mot, il eût dit qu’il étoit Hongrois, d’après M. l’abbé Prévot ; mois je dis d’après l’Encyclopédie, qui a dit d’après tant d’autres, qu’il est Crétois. Il désignoit le droit de soulevement accordé aux citoyens de Crete, lorsque la magistrature abusoit de sa puissance : quoique notre révolution ait été le droit Crétois, mis en exécution par les Parisiens, le mot insurrection se prend chez nous en mauvaise part, & nos journaux disoient & disent encore : telle puissance a formé un cordon pour empêcher que l’esprit d’insurrection qui regne en France, ne pénetre point dans ses états. Quelques anciens magistrats qui n’ont point adopté le nouveau régime, disent que telle ou telle province est encore en état d’insurrection. Ce qu’il y a de certain, c’est que quand l’insurrection est partielle, & que les insurgens au lieu de pendre sont pendus, il faut se servir pour parler exactement du mot de soulevement. Dans le cas contraire & pour éviter toute équivoque, on emploie le mot de révolution.