Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Bardeau

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bard <
Index alphabétique - B
> Barre, Barrière
Index par tome

BARDEAU, s. m. Bauche, Essente, Esseau. C’est le nom que l’on donne à de petites tuiles en bois de chêne, de châtaignier, ou même de sapin, dont on se servait beaucoup autrefois pour couvrir les combles et même les pans de bois des maisons et des constructions élevées avec économie. Dans les pays boisés, le bardeau fut surtout employé. Ce mode de couverture est excellent ; il est d’une grande légèreté, résiste aux efforts du vent, et, lorsque le bois employé est d’une bonne qualité, il se conserve pendant plusieurs siècles. Quelquefois les couvertures en bardeaux étaient peintes en brun rouge, en bleu noir, pour imiter probablement les tons de la tuile ou de l’ardoise. Ces fonds obscurs étaient relevés par des lignes horizontales, des losanges de bardeaux peints en blanc.

Bardeaux.XVe.et.XVIe.siecles.png

Le bardeau est toujours plus long que large, coupé carrément, ou en dents de scie, ou en pans, ou arrondis au pureau ; il est généralement retenu sur la volige par un seul clou. Voici quelles sont les formes les plus ordinaires des bardeaux employés dans les couvertures des XVe et XVIe siècles (1). Leur longueur n’excède guère 0,22 c. et leur largeur 0,08 c. Ils sont souvent taillés en bizeau à leur extrémité inférieure, ainsi que l’indiquent les deux figures A, afin de donner moins de prise au vent et de faciliter l’écoulement des eaux. Les bardeaux étaient refendus et non sciés, de manière à ce que le bois fût toujours parfaitement de fil ; cette condition de fabrication est nécessaire à leur conservation. Le sciage permet l’emploi de bois défectueux, tandis que le débitage de fil exige l’emploi de bois sains, à mailles régulières et dépourvues de nœuds. La scie contrarie souvent la direction du fil ; il en résulte, au bout de peu de temps, sur les sciages exposés à la pluie, des éclats, des esquilles entre lesquelles l’eau s’introduit. Lorsque les bardeaux sont posés sur des surfaces verticales telles que les pans de bois, ils affectent les formes que l’on donnait aux ardoises dans la même position (voy. Ardoise) ; le bois se découpant avec plus de facilité que le schiste, les dentelures des bardeaux posés le long des rampants des pignons, sur les sablières ou les poteaux corniers, présentent parfois des dentelures ouvragées et même des ajours.

Bardeaux.maison.Honfleur.png

Nous avons encore vu à Honfleur, en 1831[1], une maison de bois sur le port, dont les sablières étaient couvertes de bardeaux découpés en forme de lambrequins (2). On voit beaucoup de moulins à vent en France qui sont totalement couverts en bardeaux. En Allemagne, on fait encore usage des bardeaux de sapin, particulièrement en Bavière, dans le voisinage du Tyrol[2].

  1. Nous donnons cette date, parce que tous les jours ces restes de revêtements de maisons disparaissent, et que la maison dont nous parlons peut avoir perdu son ornementation d’essente ou même être démolie aujourd’hui.
  2. Le bardeau cloué sur les pans de bois les préserve parfaitement de l’humidité extérieure, et on ne saurait trop recommander son emploi pour les constructions isolées, exposées aux vents de pluie. Trempé avant la pose dans une dissolution d’alun, il devient incombustible.