Dictionnaire raisonné de l’architecture française du XIe au XVIe siècle/Trumeau

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trompe <
Index alphabétique - T
> Tuile
Index par tome

TRUMEAU, s. m. Ce mot s’applique généralement à toute portion de mur d’étage comprise entre deux baies. De même qu’un crénelage se compose de créneaux, qui sont les vides, et de merlons, qui sont les pleins, le mur d’une habitation comprend des trumeaux et des fenêtres à chaque étage. On donne le nom de trumeaux, spécialement dans l’architecture du moyen âge, aux piliers qui divisent en deux baies les portes principales des grandes salles, des nefs d’églises, des courtils, des préaux, etc. Pour les grandes portes monumentales, les architectes du moyen âge ne pensaient pas que les vantaux de bois battant en feuillure l’un sur l’autre, présentassent une fermeture suffisamment solide. Entre ces deux vantaux ils élevaient une pile de pierre formant battement fixe, pile dans la large feuillure de laquelle venaient s’engager les verrous horizontaux, les fléaux ou barres des vantaux de bois[1]. Ce parti devint un des beaux motifs de décoration des portes principales ; il permettait aussi de porter les linteaux de pierre sous les tympans, lesquels étaient chacun, sauf de très-rares exceptions, d’une seule pièce.

Nous ne trouvons, dans l’antiquité grecque ou romaine, aucun exemple de portes divisées par un trumeau ; cette disposition appartient exclusivement, paraîtrait-il, au moyen âge, et ne date que de la fin du XIe siècle. Elle permettait d’établir facilement, par une seule issue, deux courants pour la foule, sans qu’il y eût confusion, l’un entrant, l’autre sortant. Les baldaquins de bois, transportables, recouverts d’étoffes, qu’on appelle dais, et que le clergé, en France particulièrement, fait porter au-dessus du prêtre desservant ou de l’évêque en certaines circonstances, dais qui atteignent les dimensions d’une petite chambre, ne pouvant passer par l’une des deux baies des portes principales des églises, on supprima parfois, dans le dernier siècle, les trumeaux milieux ; des objets d’art d’une grande valeur furent ainsi détruits. Ces mutilations, heureusement, exigeaient des dépenses assez considérables pour soutenir les linteaux et tympans ; aussi existe-t-il encore un bon nombre de portes garnies de leurs trumeaux. L’une des plus anciennes et des plus remarquables est la grande porte de la nef de l’église abbatiale de Vézelay. Le trumeau de cette porte est franchement accusé et présente un profil d’un très-beau caractère[2]. Les baies sont larges ; les deux linteaux et le tympan qui les surmontent reposent solidement sur les deux encorbellements de ce pilier central (voyez fig. 1).

Trumeau.eglise.abbatiale.Vezelay.png


La statue de saint Jean-Baptiste, vêtu d’une robe et d’une peau, portant l’agneau dans un nimbe, occupe l’axe du pilier ; il précède, pour ainsi dire, l’assemblée qui garnit le tympan. À sa droite et à sa gauche sont deux figures de prophètes, et ses pieds reposent sur un beau chapiteau. L’intention évidente de l’architecte a été de laisser l’espace le plus large possible pour la foule, et de soulager la portée des linteaux au moyen de ces puissantes saillies latérales décorées de figures. Quand les vantaux sont ouverts, l’effet de ce trumeau se détachant sur le vide de la nef est imposant. Rien, dans l’antiquité, ne rappelle ces formes, ces silhouettes d’un effet étrange. L’artiste qui a composé cette porte, qui a su profiler ce trumeau, savait son métier. Là nulle hésitation, la décoration est en parfaite harmonie avec la structure, et, en examinant cette œuvre, l’idée ne vous vient pas qu’elle pût être conçue autrement. Il est rare que les trumeaux de portes aient cette ampleur magistrale. Pendant le XIIe siècle, ils ne consistent qu’en une pile que l’architecte projette aussi grêle que possible pour ne pas gêner la circulation, et qui est décorée habituellement par la statue du personnage divin ou du saint sous le vocable duquel est placée l’église. C’est sur ces données qu’est composé le trumeau de la porte centrale occidentale de la cathédrale de Sens (fig. 2) ; cette porte date de 1170 et fut restaurée à la fin du XIIIe siècle. La statue de saint Étienne, patron de l’église, décore le trumeau, sur les parois duquel s’élèvent des ornements du meilleur style[3]. Les bas-reliefs qui décoraient la partie inférieure du pilier ont été mutilés à la fin du dernier siècle. On voit, à la porte Sainte-Anne de la cathédrale de Paris (côté droit de la façade), un trumeau un peu antérieur à celui-ci, sur la face duquel se dresse la statue de saint Marcel. Sous les pieds du saint est représenté le sépulcre de la femme damnée qui servit d’habitation au dragon tué par le saint évêque, dont la tête est protégée par un dais. Les piliers séparatifs des portes étaient traités d’une manière beaucoup plus simple, lorsque l’édifice ne comportait pas une décoration luxueuse.
Trumeaux.cathedrale.Sens.et.eglise.Souvigny.png
Nous donnons ici (fig. 3) le trumeau de la porte principale de l’église de Souvigny (Yonne), église de la fin du XIIe siècle, bâtie avec une extrême simplicité. Ce trumeau est un monostyle quadrangulaire décoré par une colonnette prise aux dépens de l’épannelage, et surmonte de deux corbeaux qui sont destinés à soulager la portée des linteaux.

Ce n’est certes pas par la richesse des détails que se recommande ce morceau de pierre ; cependant la pureté des profils, l’élégance du tracé, en font une de ces œuvres qui plaisent aux yeux. Les belles époques de l’art ont seules le secret de charmer par leurs productions les plus simples aussi bien que par leurs splendides conceptions. Quand un art n’a plus, pour plaire, d’autres ressources que la profusion de la sculpture et la richesse de la matière, il est jugé : c’est un art de décadence ; s’il surprend un instant, la satiété suit bientôt cette première impression. Prenons encore exemple dans ces compositions simples qui ne séduisent que par une heureuse proportion, une étude délicate du tracé. Voici (fig. 4) le trumeau de la porte de l’église de la Nativité à Villeneuve-le-Comte (Seine-et-Marne)[4].

Trumeau.eglise.Nativite.Villeneuve.le.Comte.png


Une statue surmontée d’un dais décore seule ce monostyle. L’arcature, formant linteau, naît sur la pile et encadre des figures bas-reliefs, représentant la sainte Vierge et les trois rois mages. La statue de l’évêque repose sur un stylobate à section quadrangulaire, dont la proportion est étudiée avec beaucoup de soin. On reconnaît, dans la composition de cette porte, la main d’un de ces maîtres de l’Île-de-France qui savaient donner à leurs compositions les plus simples le cachet de distinction particulier à cette école.

Les églises de Bourgogne bâties pendant la première moitié du XIIIe siècle fournissent de remarquables exemples de portes avec trumeaux. La beauté des matériaux de cette province permettait de donner à ces monostyles une faible section, par conséquent une apparence de légèreté que l’on ne trouve point ailleurs. Malheureusement, les iconoclastes de 1793 ont fait, en Bourgogne, à toute la statuaire, une guerre acharnée ; bien peu de trumeaux ont conservé leurs statues. La composition demeure toutefois, et c’est ce qui nous préoccupe ici spécialement. Voici (fig. 5) le trumeau de la porte centrale de l’église de Semur (Côte-d’Or). Ce trumeau, dont la section horizontale est tracée en A, est étroit, mais profond, de manière à porter deux arcs de décharge au-dessus des deux baies. La partie extérieure est décorée par une colonnette avec chapiteau à tailloir circulaire, portant la statue de la sainte Vierge[5] ; sur les flancs de la pile sont sculptées les armes de Bourgogne et la fleur de lis de France entremêlées de quelques petits personnages finement traités. Deux corbeaux avec figurines soulagent les linteaux qui descendent en contre-bas de la statue, de telle sorte que celle-ci se détache en partie sur le tympan, disposition qui donne de la grandeur à la composition. Cette statue était surmontée d’un dais qui fut refait vers la fin du XIIIe siècle, ainsi que le montre notre figure. À l’église Notre-Dame de Dijon, qui date de la même époque[6], et qui a beaucoup de points de ressemblance avec celle de Semur, le trumeau de la porte centrale, très-mince, se compose d’une colonnette à l’extérieur ; portant la statue, et d’une seconde colonnette plus haute intérieurement, formant battement (voyez la section, fig. 6, en A, faite au niveau de l’adossement de la statue). Sur le fût de la colonnette intérieure est sculptée une tête servant de gâche aux verrous des deux vantaux. Ce détail, d’un travail remarquable, indique le soin que les artistes apportaient jusque dans les menus accessoires, comme ils savaient prévoir les moindres nécessités de la structure et en faire un motif de décoration. La pierre employée ici étant d’une extrême dureté, l’architecte a réduit autant que possible la section du trumeau. La qualité des matériaux employés a donc évidemment influé sur la forme de ces piliers séparatifs des baies de portes. Quelquefois un bénitier tenait au trumeau, à l’intérieur, si celui-ci était assez profond pour permettre le dégagement des deux vantaux.

Pendant le XIVe siècle, la forme donnée aux trumeaux de portes se modifie peu ; le principe admis dès le XIIIe siècle persiste, c’est-à-dire que la pile se compose d’un soubassement plus ou moins riche sur lequel se dresse une statue adossée, surmontée d’un dais (voyez Porte). On voit de beaux trumeaux séparatifs aux portes des cathédrales de Paris, d’Amiens, de Chartres, de Bourges, de Rouen. À dater de la fin du XIVe siècle, les trumeaux ne s’arrêtent pas toujours sous les linteaux ; ils pénètrent le tympan, présentent une décoration saillante sur celui-ci, qui prend beaucoup d’importance. Tels sont, par exemple, les trumeaux des portes de la façade de la cathédrale de Tours qui datent du commencement du XVIe siècle, ceux des églises de Saint-Eustache de Paris, de Saint-Wulfrand d’Abbeville, etc. Les articles Porte et Tympan rendent compte de ces dispositions, qui appartiennent à la fin du XVe siècle.

  1. On donnait aussi à ces trumeaux de portes le nom d’estanfiches.
  2. Voyez Porte, fig. 51.
  3. Voyez Sculpture, fig. 52.
  4. Cette église date des premières années du XIIIe siècle.
  5. Cette statue n’existe plus.
  6. 1230 à 1240.