Discours sur l’Histoire universelle/I/5

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche

Cette epoque de la ruine de Troye, arrivée environ l’an 308 aprés la sortie d’Egypte, et 1164 ans aprés le deluge, est considerable, tant à cause de l’importance d’un si grand évenement célebré par les deux plus grands poëtes de la Grece et de l’Italie, qu’à cause qu’on peut rapporter à cette date ce qu’il y a de plus remarquable dans les temps appellez fabuleux, ou heroïques ; fabuleux, à cause des fables dont les histoires de ces temps sont envelopées ; heroïques, à cause de ceux que les poëtes ont appellé les enfans des dieux, et les heros. Leur vie n’est pas éloignée de cette prise. Car du temps de Laomédon pere de Priam, paroissent tous les heros de la toison d’or, Jason, Hercule, Orphée, Castor, et Pollux, et les autres qui vous sont connus ; et du temps de Priam mesme, durant le dernier siége de Troye, on voit les Achilles, les Agamemnon, les Menelas, les Ulysses, Hector, Sarpedon fils de Jupiter, Enée fils de Venus, que les romains reconnoissent pour leur fondateur, et tant d’autres, dont des familles illustres et des nations entiéres ont fait gloire de descendre. Cette epoque est donc propre pour rassembler ce que les temps fabuleux ont de plus certain, et de plus beau. Mais ce qu’on voit dans l’histoire sainte est en toutes façons plus remarquable : la force prodigieuse d’un Samson, et sa foiblesse étonnante ; Eli souverain pontife, venerable par sa pieté, et malheureux par le crime de ses enfans ; Samuël juge irreprochable, et prophete choisi de Dieu pour sacrer les rois ; Saül premier roy du peuple de Dieu, ses victoires, sa présomption à sacrifier sans les prestres, sa desobéïssance mal excusée par le prétexte de la religion, sa réprobation, sa chute funeste. En ce temps Codrus roy d’Athenes se dévoûa à la mort pour le salut de son peuple, et luy donna la victoire par sa mort. Ses enfans Medon et Nilée disputerent entre eux le royaume. à cette occasion les atheniens abolirent la royauté, et déclarerent Jupiter le seul roy du peuple d’Athenes. Ils créerent des gouverneurs, ou présidens perpetuels, mais sujets à rendre compte de leur administration. Ces magistrats furent appellez archontes. Medon fils de Codrus fut le premier qui exerça cette magistrature, et elle demeura long-temps dans sa famille. Les atheniens répandirent leurs colonies dans cette partie de l’Asie Mineure qui fut appellée Ionie. Les colonies aeoliennes se firent à-peu-prés dans le mesme temps, et toute l’Asie Mineure se remplit de villes greques. Aprés Saül, paroist un David, cét admirable berger, vainqueur du fier Goliat, et de tous les ennemis du peuple de Dieu ; grand roy, grand conquerant, grand prophete, digne de chanter les merveilles de la toute-puissance divine ; homme enfin selon le coeur de Dieu, comme il le nomme luy-mesme, et qui par sa penitence a fait mesme tourner son crime à la gloire de son créateur. à ce pieux guerrier succeda son fils Salomon, sage, juste, pacifique, dont les mains pures de sang furent jugées dignes de bastir le temple de Dieu.