Discours véritable de la vie, mort, et des os du géant Theutobocus

La bibliothèque libre.
Aller à : navigation, rechercher

Discours véritable de la vie, mort, et des os du géant Theutobocus

1613



Discours veritable de la vie, mort, et des os du Geant Theutobocus, roy des Theutons, Cimbres et Ambrosins, lequel fut deffaict 105 ans avant la venue de nostre Seigneur Jesus-Christ.
Avec son armée, qui estoit en nombre de quatre cents mille combatans, deffaicte par Marius, consul romain, et fust enterré près un chasteau nommé Chaumon, et à present Langon, proche la ville de Romans, en Daulphiné.
Là où on a trouvé sa tumbe, de la longueur de trente pieds, sur laquelle son nom estoit escrit en lettre romaine, et les os tirez excèdent 25 pieds, y ayant une des dents d’yceluy pesant 11 livres, comme au vray on vous les fera voir en ceste ville, qui est du tout monstrueux tant en hauteur qu’en grosseur.
À Lyon, par Jean Poyet, 1613.
Avec Permission1.

Entre tous les effects que ceste grande mère et ouvrière de toutes choses de nature a jamais produict en ce bas univers, l’enorme grandeur de certaines personnes, vulgairement appelées geants, a toujours tenu le plus haut rang et degré sur le theatre des merveilles ; tesmoins en sont les Sainctes Escriptures en la destruction de ceste tour de confusion, je dis la tour de Babel ; tesmoin les poëtes en leurs gigantomachies, tesmoin l’admiration avec laquelle les historiens vont descrivant ces estranges colosses, tesmoin enfin l’ethimologie de leur nom de geant, qui ne veut dire autre chose que fils de la terre ; comme s’il n’eust pas esté au pouvoir des hommes de les engendrer ; ce qui fait dire à Juvenal :

Unde fit ut malim fraterculus esse gigantum.

Voulant exprimer une race obscure et incognuë comme n’ayant esté produicte que de la terre ; et, qui plus est, ceux qui n’ont point voulu ramper si bas ont bien osé asseurer que leurs progeniteurs n’avoyent esté autres que les genies et demons, comme si ceste generation estoit impossible aux hommes, et comme si la nature n’avoit autre remède pour eslever si haut ces estranges colosses. N’est-il bien vraysemblable que ceste grande architecture ne leur aye peu fournir une extrême chaleur et humeur tout ensemble, vrais instruments et vrayes causes de ceste enorme grandeur, et par ce moyen mettre en practique l’axiôme : Operatur natura quantum, et quandiu potest, sans neantmoins faire aucun sault ab extremis ad extrema : natura enim in suis operationibus non facit saltum.

Il est donc vray, et qu’il y peust avoir eu des geants sur la terre, et qu’ils ont peu avoir pour progeniteurs des hommes, non seulement devant le deluge, ains longtemps après ; et à ce propos, avant que passer aux profanes, faict pour moy le docte S. Augustin, quand il va racontant qu’un peu auparavant la ruine que firent les Gots, il y eust à Rome une femme de la grandeur d’un geant, les parens de laquelle n’outrepassoyent point la mesure commune de la stature des autres hommes. Et de faict, d’où auroit esté engendré un Goliath, de quel ciel seroit tombé Og, roy de Basan, le premier estant grand de six coudées et une palme, selon Samuel, et le lict du second, qui estoit de fer, ayant neuf coudées de longueur, la coudée, selon la supputation des Grecs, estant de deux pieds, et, selon les Latins, d’un pied et demy ? Davantage, ne vois-je pas les Israëlites ne sembler que sauterelles à comparaison des Amachins ? N’entends-je pas toute l’antiquité proclamer contre ceux qui, d’une arrogance plus que terrestre, osent nier avoir jamais marché sur la terre des hommes de telle grandeur ? Et en premier lieu Plutarque, en la vie et l’ame de l’antiquité, recite que Sertorius, estant entré en la ville de Tingien, en laquelle, selon les Lybiens, il avoit ouy dire que le corps d’Athènes estoit, ce que ne pouvant croire pour la grandeur de la sepulture, le fit descouvrir et ouvrir, et ayant trouvé un corps d’homme de trente coudées de long, en demeura grandement esmerveillé, et, après avoir immolé dessus une hostie, fit recouvrir et refermer le tumbeau. Pline, curieux en la recerche des choses naturelles, nous en presentera le second, disant qu’en Crète, maintenant nommée Candie, un grand terre tremble estant excité, et une montagne abatuë et renversée, on trouva le corps d’un homme droict estant de quarante-six coudées, lequel quelques uns ont voulu dire estre le corps d’Orion, les autres d’Othion. Philostrate, en ses Héroïques, nous en va descrivant trois en semblable grandeur pour le moins, non de moindre admiration, le tect de la teste d’un desquels il raconte n’avoir peu remplir du tout de vin avec soixante-douze pintes candiotes. Quelques-uns en ont voulu descrire, le premier de la hauteur de trente coudées, le second de vingt-deux et le troisiesme de douze ; mais d’autant qu’il ne va exprimant que la grandeur de celuy qui fust trouvé en l’isle de Cos, qu’il dit estre de dix-huit pieds, ne faisant aucune mention de la hauteur de celuy de Lemnos, trouvé par Menocrates, ni aussi de celuy qui fut descouvert en l’isle d’Imbos. N’ayant deliberé d’apporter icy que les choses plus averées, je me contenteray seulement de demeurer avec Philostrate. Enfin les historiens nous en produisent une infinité d’autres, comme celuy qui fust trouvé en Cicile, de quarante pieds ; comme le corps d’Orestes, tiré hors par le commandement de l’oracle, estant de sept coudées ; comme celuy duquel il y a encore quelques ossements à Valence ; comme ceste femme de Cilicie, que descrit Zonatus en la vie de l’empereur Justin Thracian, qui en hauteur surpassoit plus que d’une coudée les plus grands hommes que l’on luy eust peu presenter ; comme enfin un des deux Maximiens, empereurs, lequel, au rapport de Julius Capitolinus, en sa vie, selon Cordus, se servoit du brasselet de sa femme pour anneau, tiroit et comme ravissoit après soy les carroces et chargées, brisoit et pulverisoit entre ses doigts la pierre nommée thopase, mangeoit quarante et soixante livres de chair, beuvoit une certaine mesure nommée amphora capitolina, lassoit quinze, vingt et trente soldats, et à la luicte en renversoit dix en un corps ; bref, exerçoit une infinité d’autres actes qui ne peuvent signifier en luy qu’une estrange grandeur. Je n’aurois jamais faict, et me perdrois au desnombrement de ces enormes colosses si je voulois rechercher tout ce que l’histoire, mémoire du temps, nous en a laissé une chose seule ; ne puis-je pas passer soubs silence, à sçavoir, combien grande devoit être la force de Turnus quand il jetta ceste pierre contre Ænée, sur laquelle Virgile dit que douze hommes de front se pouvoyent coucher, par ces vers :

Saxum immane ingens, campo qui forte jacebat
Limes agro positus, litem ut discerneret arvis :
Vix illud lecti bis sex service subirent,
Qualia nunc hominum producit corpora Tellus,
llle manu raptum trepida torquebat in hostem.

Mais pourquoy prens-je tant de peine à vous representer devant les yeux ces grands corps comme par une image, puis que M. de Langon, gentilhomme daulphinois, en a descouvert un reel et naturel sur ses terres, que toute la France a devant les yeux ; un, dis-je, sinon grand de soixante coudées, comme un Antheus ; sinon de quarante-six, comme un Orion et autres, neantmoins ne peut que ravir de grande admiration ceux qui auront ce bonheur que de le voir, sinon à tout le moins les principaux ossements, qui par leur grandeur le nous representent, et font juger à l’œil pour le moins de la grandeur de vingt pieds l’os de la cuisse et de la jambe devant qu’estre aucunement rompus conjoincts ensemble, venans jusques à la grandeur de neuf pieds, quoy que desnué et de joinctures du pied et semblables aux autres choses. Mais ne nous enquerons pas seulement quelle est sa grandeur, cerchons ce qui pourra estre dit de son nom. Outre qu’il s’est trouvé sur sa tumbe le nom de Theutobocus, Flore le vous enseignera en son 3 livre, chap. 3, de la Guerre des Cimbres, Teutons et Tigurins, descrivant son estrange grandeur, en ce qu’il estoit eminent de beaucoup par dessus les trophées, et qu’il passoit par dessus quatre et six chevaux. Voicy ce qu’il en dit :

Certe Rex ipse Theutobocus quaternos senosque equos transilire solitus, vix unum cum fugeret ascendit, proximoque in saltu comprehensus insigne spectaculum triumphi fuit, quippe vir proceritatis eximia super trophea ipsa eminebat2.

Mais à celle fin de rechercher l’histoire un peu plus haut, l’on peut sçavoir que l’an 642 de la ville de Rome bastie, et le 105 devant l’incarnation de nostre Sauveur, les Cimbres, Teutons, Tigurins et Ambrons, quittans leur païs, soit pour le ravage d’eaux que de la rner occeane, par son exondation, avoit faict, comme veut Florus, soit par la resolution de renverser et destruire du tout l’empire romain, comme dit Oriosus, ou à autre but et intention ayant faict et composé une grande et grosse armée, vindrent attaquer le camp de Marius, posé non guères loin de la conjunction du Rhosne et de Lysère, et, après avoir combatu quelques jours, ayant faict trois trouppes, quelques-uns prindrent le chemin de l’Italie et donnèrent loisir à Marius de changer son camp et le loger en un lieu plus avantageux, le campant sur une petite couline eminente sur les ennemis ; ce qu’ayant fait, et estant venu aux mains, la victoire estant demeurée neutre jusques à midy, enfin la chance se tourna sur les Tigurins et Ambrons ; de telle façon qu’à grand’ peine s’en estant sauvé trois mille, il en demeura sur les carreaux deux cents mille armés et huictante mille prisonniers, entre lesquels leur roy Theutobocus rendit le trophée insigne par sa mort. Les femmes, d’ailleurs, n’ayant peu obtenir la demande faicte à Marius, qui consistoit en la liberté et au moyen de pouvoir servir à leurs dieux, après avoir donné de leurs enfants contre les murailles, en partie s’entretuèrent par ensemble, en partie se pandirent, ayant faict des cordes de leurs cheveux. Et voilà ce qu’en dit Orosée au lieu sus alegué. Je sçay bien que quelques-uns, sous l’authorité de Plutarque et Florus, m’objecteront que Marius defit ces troupes à Aix et à Marseille, et que mesmes les Marsiliens fermèrent leurs vignes d’hayes faictes des os des morts, tant fust grande la desconfiture. Mais à cela le grand nombre de gens duquel estoit composée ceste armée fait voir clairement que Marius ne les deffit pas tous à une fois ; outre que, puis que nous avons des-jà dit qu’ils se despartirent en trois troupes, l’une prenant le chemin de l’Italie, l’autre tenant de près Marius, il est probable que la troisième fust celle-là que Plutarque dit avoir esté deffaicte à Aix et à Marseille ; et quoy que Florus confonde la mort de Theutobocus avec la deffaicte que le dit Marius fit à Aix, neantmoins, tant parce que ceux-cy estoyent vrayement de ses gens, et pour l’authorité d’Orose, que d’autant que nous trouvons la grandeur specifiée par Florus, l’on ne peut que l’on ne concède nostre geant estre le vray Theutobocus. Et combien que n’aurions pas ceste preuve qu’ils ayent esté deffaicts proche du chasteau de Chaumon, dit maintenant Langon, neantmoins les medailles qui se sont trouvées dans sa tumbe, outre que le nom de Marius y est demonstré par une semblable figure3 si est-ce qu’à cause de la ressemblance qu’elles ont avec celles de l’amphitheâtre d’Orange, dit de Marius4, tout soupçon est osté à ceux qui seront si opiniastres que de n’en vouloir rien croire, si toutesfois il y peut avoir de ces geants encor en ce temps, je veux dire des cœurs et jugements si terrestres. Puis donc qu’il conste asses suffisamment de son nom, parlons plus particulièrement de quelques autres parties de son corps, et accomplissons la prophétie de Virgile,

Grandiaq’ effossis mirabitur ossa sepulchris.

Et entre autres ne laissons pas eschapper les dents, desquelles tant s’en faut que nous en disions ce que dit le docte S. Augustin de la dent qu’il vit au bord de la mer de la cité d’Utique, laquelle on pouvoit juger estre cent fois plus grande que chascune des dents de nostre aage, qu’au contraire j’oseray doubler le nombre en la moindre de celles de nostre Theutobocus, desquels une chascune de celles que nous avons à les voir ressemblent entièrement, et en forme et en grandeur, le pied d’un taureau de vingt mois5 ; que, si l’on peut juger du lyon par l’ongle, je vous laisse à penser quelle gorge de four il devoit avoir ; et afin de n’estre plus long, laissant la description d’une partie d’une coste et de l’espaule, et semblables autres ossements que l’on pourra facilement voir, je parleray seulement de l’espesseur des vertèbres de l’espine du dos, par la dimension desquelles l’on peut sçavoir au vray combien estoit haut eslevé nostre grand corps ; et je croy qu’il n’y a personne qui, estant tant soit peu entendu en ces choses, ne le juge surpasser vingt-cinq pieds, une chacune des vertèbres estant plus espesse de beaucoup que la grandeur de la tierce partie d’un pied, voire approchant le demy pied devant qu’estre rien rompues. Je laisse maintenant au lecteur à faire la supputation, y ayant vingt-huit vertèbres outre les trois de la queue, dictes similitudinaires, et je m’asseure et ose encore bien dire cela, qu’on trouvera qu’il ne dement aucunement sa tumbe, qu’on a trouvé grande de trente pieds6.

Voilà ce que, selon mon incapacité, je vous ai peu dire de Theutobocus, roy, sinon du tout, au moins d’une partie des Tigurins, Cimbres, Teutons et Ambrons, trouvé ceste presente année mil six cens trèze, environ dix-sept et dix-huit pieds dans terre, tout auprès du chasteau autresfois dit Chaumon, maintenant Langon, auprès d’un petit tertes et coline7, tout à la plus grande gloire de Dieu et en après à l’honneur du sieur de Langon.

Par son très humble serviteur,

Jacques Tissot.



1. Cette pièce se rapporte à un événement singulier qui intéresse, comme on le verra, plutôt la paléontologie que l’histoire : étrange problème, dont la solution s’est fait attendre plus de deux siècles, de 1613 à 1835, et qui aboutit, en fin de compte, à faire restituer à un mastodonte des ossements que pendant deux cents ans on avoit prêtés à un géant imaginaire ! — La découverte eut lieu le 11 janvier 1613, dans le Bas-Dauphiné, à quatre lieues de Romans. Des ouvriers qui travailloient dans une sablonnière voisine du château de Chaumont, propriété du marquis de Langon, y trouvèrent, à 17 ou 18 pieds de profondeur, un certain nombre d’ossements de grande dimension : le col de l’omoplate, deux vertèbres, la tête de l’humérus, un fragment de côte, le gros tibia, l’astragale, le calcanéum, et enfin deux mandibules, l’une avec une seule dent, l’autre avec une dent entière, les racines de deux autres de devant, et les fragmentis de deux dents rompues. La découverte, déjà importante, l’eût été davantage si quelques ossements n’eussent été brisés par les ouvriers ou ne fussent tombés en poussière sitôt qu’ils avoient été exposés à l’air. Aujourd’hui la science ne tarderoit pas à s’emparer de pareilles dépouilles ; alors ce fut l’ignorance et le charlatanisme qui firent main-basse dessus. Les fables commencèrent à circuler ; on parla d’un tombeau où les ossements auroient été découverts, mais dont on ne retrouva jamais la moindre trace ; de médailles de Marius mêlées aux débris, et enfin d’une inscription sur pierre dure portant ces mots : Theutobochus rex. Qui donc aidoit surtout à propager ces contes ? Deux individus qui s’étoient tout d’abord donné un intérêt dans l’affaire : Mazuyer, chirurgien à Beaurepaire, ville des environs, et David Bertrand ou Chenevier, qui y exerçoit les fonctions de taire.notaire. Le chirurgien se croyoit avoir autorité pour attribuer les ossements à qui il lui conviendroit le mieux, et le notaire pour légaliser le certificat de cette belle attribution. Mazuyer eut part au procès-verbal qui fut dressé de la découverte, et qui, selon M. de Blainville (Écho du monde savant, 1835, p. 234), « porte lui-même des marques évidentes de supercherie. » Cet acte est signé de Mazuyer et d’un Guillaume Asselin, sieur de la Gardette, capitaine châtelain, ainsi que de Juvenet, son greffier. Comme il falloit des réclames pour faire connoître au monde l’importante trouvaille où le chirurgien et le notaire avoient placé un si bel espoir de fortune, ils y avisèrent. M. de Blainville, (id., ibid.) est d’avis que ce sont eux qui firent forger les détails contenus dans la brochure ici reproduite, « et la première qui ait été publiée sur ce sujet ». Elle fit son effet : ordre vint de la part du roi de faire transporter à Paris les ossements du roi Theutobocus, et on les expédia en toute hâte, sauf « une partie de cuisse et deux dents », qui restèrent entre les mains du marquis de Langon. Ce détail, que nous trouvons dans la Vie de Peiresc, par Requier (1770, in-8, p. 144), n’a pas été connu de M. de Blainville. Le 20 juillet, le mystérieux ossuaire arrivoit à Paris, et l’intendant des médailles et antiques du roi s’empressoit d’en donner un récépissé à Mazuyer et à Bertrand, dit Chenevier, qui s’étoient engagés à restituer le dépôt à M. de Langon dans les dix-huit mois, à moins, toutefois, que Sa Majesté n’en décidât autrement. La Cour étoit alors à Fontainebleau ; on y porta les ossements, qui étoient la grande curiosité du jour : « Il y a quelques mois, lisons-nous dans une lettre du P. Millepied au P. Louis Richeome, datée du 8 octobre 1613, qu’on porta de Paris ici, dans la chambre de la reyne, les ossements d’un géant, qu’on disoit être ceux de Teutobotus (sic), roi des Cimbres, décrit par Florus. L’os de la jambe ou de la cuisse étoit de plus de cinq ou six pieds de hauteur, ou d’environ, et de grosseur à proportion. Le roi, les voyant, demanda s’il y avoit eu de si grands hommes. Ayant été répondu que oui : — Beaucoup de tels sujets feroient une belle armée, dit quelqu’un. — Oui, dit le roi, mais ils auroient bientôt ruiné un pays. » Un fragment de cette lettre, dont le curieux témoignage n’avoit pas encore été, que je sache, invoqué comme preuve de cette histoire, se trouve dans le Dictionnaire historique de M. de Bonnegarde, à l’article Louis XIII (t. III, p. 227–228). Ceux qui avoient répondu oui, à propos de l’existence possible du géant, ne furent pas crus sur parole par tout le monde. Dans la lettre, datée du cabinet du roi, qui fut écrite à M. de Langon pour le remercier de son envoi, on ne sembla pas bien convaincu de l’identité de ces débris avec les restes du roi Theutobocus. On ne la nioit pas positivement, mais on désiroit voir les médailles qui avoient été, disoit-on, trouvées dans le tombeau ; et l’on demandoit aussi la partie du squelette restée à Langon. Tout cela, selon nous, impliquoit un doute indirect. Le chirurgien Habicot ne le partageoit pas. Il prit fait et cause pour son confrère le chirurgien [de] Beaurepaire, et il fit paroître, avec une dédicace au roi, sa Gigantostéologie, ou Possibilité des géants. Riolan, qui, en sa qualité de médecin, ne devoit pas être d’une opinion que soutenoit la corporation ennemie, riposta tout aussitôt, mais sans se nommer, par sa brochure La Gigantomachie. Réplique du parti contraire : Habicot, ou quelqu’un des siens, publia la Monomachie, sans nom d’auteur ; Riolan, piqué, nia plus hardiment. Rien qu’au titre : Imposture découverte des os humains supposés d’un géant (1614, in-8), on sent que sa seconde brochure est beaucoup plus vive et plus nette que la première. Habicot, à court d’arguments, écrit alors à Mazuyer, qui étoit retourné à Beaurepaire, et lui demande en hâte les certificats de la découverte, mais Mazuyer ne s’exécute pas. En juin 1618, il n’avoit pas encore satisfait à la demande d’Habicot. Cependant un nouveau champion étoit entré dans la lice : c’étoit un chirurgien nommé Guillemeau, qui publia, en 1615 : Discours apologétique du géant. Riolan, resté sous les armes, mit au jour, trois ans après, la pièce capitale de ce débat, que le temps n’avoit fait qu’envenimer. Après cette nouvelle brochure : Gigantologie, ou Discours sur les géants, 1618, in-8, Habicot n’avoit qu’à s’avouer battu, d’autant mieux que les pièces qu’il attendoit de Mazuyer ne lui étoient pas parvenues. C’est ce qu’il ne fit pas : son Antigigantologie, ou Contre-discours de la grandeur des géants, vint prouver qu’il croyoit plus que jamais à l’infaillibilité de la cause qu’il défendoit. Riolan auroit cependant bien mérité de convaincre tout le monde. Quand il avoit dit, dans son dernier ouvrage, que ces os n’appartenoient pas à un géant, mais à un éléphant ou à une baleine, il avoit été bien près de la vérité. Peiresc avoit aussi été de cet avis. (V. sa Vie par Requier, p. 148.) Ces ossements, suivant lui, étoient ceux d’un éléphant, et il pensoit qu’en ces sortes de découvertes il falloit répéter ce qu’a dit Suétone de débris semblables trouvés de son temps : « Esse Capreis immanium belluarum, ferarumque prægrandia membra, quæ dicuntur gigantum ossa et arma heroum.  » (August., cap. 72.) Le silence se fit enfin sur cette grande dispute ; on ne reparla du roi Theutobocus et de ses ossements que plus de cent ans après. C’est dans une lettre, adressée le 22 décembre 1744 à l’abbe Desfontaines, et publiée au tome V de ses Jugements sur les ouvrages nouveaux, qu’il en est question. Il y est parlé de la moitié d’un os de la jambe et d’une dent, possédées encore par le petit-fils du marquis de Langon. C’étoit la partie des ossements qui n’avoit pas été envoyée à Paris, et dont Requier nous a parlé dans la Vie de Peiresc. Qu’étoit devenu le reste ? On va le savoir. En 1832, un naturaliste, M. Audoin, étant à Bordeaux, apprit d’un de ses confrères, M. Jouannet, que les ossements attribués au roi Theutobocus se trouvoient depuis fort longtemps dans le grenier d’une maison de cette ville. Suivant la tradition, ils avoient été apportés par Mazuyer pour être montrés en public, mais le pauvre diable, n’ayant pas fait ses frais, les avoit laissés pour compte. On ajoutoit que, ce qui lui avoit surtout nui, c’étoit la concurrence d’une tronpe de comédiens alors en passage à Bordeaux, et dont le public avoit préféré les farces à cette montre de vieux ossements. Cette troupe, toujours suivant la tradition, auroit eté celle de Molière ; c’est des Bejard qu’on vouloit dire. On sait, en effet, qu’ils allèrent à Bordeaux, sous le patronage du duc d’Épernon. Quoi qu’il en soit, lorsqu’on eut connaissance, au Muséum, de l’existence de ces débris, on pria M. Jouannet de les envoyer à Paris, ce qui fut exécuté. Grâce aux progrès qu’avoit faits la science paléontologique, il fut alors facile de reconnoître que ce n’étoient ni les os d’un géant, ni même les restes d’un éléphant, comme l’avoit dit Riolan, ainsi que Peiresc, et comme l’avoit répété Cuvier, dont l’erreur étoit bien pardonnable puisqu’il n’avoit pu les voir, mais les ossements d’un véritable mastodonte, « semblable, dit M. de Blainville, à celui de l’Ohio, dans l’Amérique septentrionale. » Cette découverte, dont les résultats s’étoient fait attendre deux cent vingt ans, étoit des plus précieuses. On ne peut même pas en citer une pareille en Europe, « puisque, dit le même savant, parmi les restes européens de mastodontes, c’est à peine si l’on cite quelques fragments de mâchoire, adhérents aux dents recueillies en grand nombre dans le midi de la France. » On peut se demander, après tout cela, si les débris retrouvés à Bordeaux sont bien ceux qui étoient provenus des fouilles faites à Chaumont. M. de Blainville n’en a jamais douté. Il s’y trouvoit, il est vrai, quelques morceaux de plus, mais « cela peut tenir, dit-il, à ce que les pièces ont été mal dénommées dans le premier procès-verbal. » Quant aux morceaux manquants : l’astragale, le calcanéum et une vertèbre, leur absence s’explique encore plus aisément, puisque, ce que n’a pas dit M. de Blainville, Peiresc, sur la fin de sa vie, avoit, suivant Requier (p. 148) « obtenu quelques morceaux des os prétendus du géant. » M. de Blainville conclut ainsi : « II est à peu près hors de doute que ces ossements sont bien ceux qui ont été attribués au roi Theutobocus, car il seroit bien difficile de croire qu’un second hasard aurait porté à la lumière six ou sept pièces capitales exactement les mêmes que dans le premier. » — En 1726, Scheutzer commit une erreur du même genre que celle dont nous venons de conter l’histoire. Le prétendu homme fossile trouvé dans les carrières d’Œningen, et dont il publia une description dans les Transactions philosophiques, n’étoit, comme le prouva Cuvier, qu’une grande salamandre.

2. C’est bien ce que dit Florus : « Le roi Theutobocus étoit plus haut que les trophées ; mais cela ne signifie pas, disoit Peiresc, qu’il eût une taille de vingt-cinq pieds, comme le prétendoient les auteurs de la découverte. Les trophées que soutenoient, dans les ovations et les triomphes, les bras élevés de ceux qui les portoient, ne dépassoient pas douze pieds. »

3. Ici, se trouve dans la pièce originale une grossière figure de médaille où nous n’avons rien distingué, mais où, paroîtroit-il, il falloit voir un M et un A. Notre auteur veut, à cause de ces deux lettres, retrouver là des médailles de Marius. Peiresc le contestoit, et avec d’excellentes raisons, d’après ce qu’on lit dans sa Vie par Requier, page 146 : « Pour ce qui est des lettres M A qui se trouvent sur le revers des médailles, disoit-il, elles ne désignent pas Marius, dont le prénom Caïus n’auroit pas été omis. Elles n’ont point été mises pour le mot Marius en entier, l’usage des Romains n’étant de mettre que la seule lettre initiale. Elles marquent bien plutôt Marseille, république alors, et à laquelle cette forme de médaille d’argent étoit propre, comme à une ville grecque, tandis qu’elle ne l’étoit pas aux Romains. »

4. L’auteur veut dire l’arc de triomphe d’Orange, qui, pendant longtemps, passa pour avoir été construit en l’honneur de Marius et de sa victoire contre les Cimbres. Il est à peu près certain aujourd’hui, d’après un récent mémoire de M. Ch. Lenormant, que ce monument date du règne de Tibère, et rappelle par conséquent la victoire remportée pendant le règne de ce prince sur Sacrovir, chef des Gaulois révoltés. (V. Comptes-rendus de l’Académie des Inscript., par Ern. Desjardins, 1858, in-8, p. 232–249.)

5. Ce n ’est pas de la taille de ces dents, mais de leur structure, qu’on se préoccupa le plus lorsque ces restes furent aux mains des membres de l’Académie des sciences. C’est d’après leur forme qu’on parvint à constater d’une façon certaine à quel genre d’animal ces os devoient appartenir : « La structure des dents, dit M. de Blainville, formant une couronne herissée de plusieurs rangées de tubercules en mamelons, et portées par de véritables racines, ne peut laisser aucun doute sur le genre de mammifères auquel ces ossements ont appartenu : c’étoit un mastodonte, et non un éléphant, comme M. Cuvier l’avoit pensé à tort, n’ayant, il est vrai, pour porter son jugement que le poids et une appréciation grossière de la grandeur de la dent principale. Toutefois, ajoute M. de Blainville, le fait soigneusement relaté de l’existence des racines auroit pu le mettre sur la voie, et l’on conçoit comment Habicot et ses partisans avoient été portés à soutenir la supercherie de Mazuyer, en remarquant que ces dents, étant pourvues de racines et de tubercules à la couronne, avoient réellement quelque ressemblance avec des dents d’homme, surtout pour des anatomistes qui ne possédoient à cette époque aucun élément de comparaison. »

6. Riolan, dans sa Gigantologie, étoit bien loin de tomber d’accord de tout cela : « Pour démontrer, dit M. de Blainville, que ce n’étoit pas un géant de trente pieds, comme le vouloit Habicot, il avoit supposé, d’après la longueur des os qu’il avoit examinés, et entre autres celle du fémur, ce qui étoit un mode de procéder fort rationnel, que l’animal ne pouvoit avoir plus de douze pieds de long, et il concluoit que, comme il n’étoit pas besoin d’un tombeau de trente pieds pour placer un corps qui ne pouvoit avoir que douze ou treize pieds, le tombeau prétendu étoit de l’invention de Mazuyier. Habicot, an contraire, admettoit ce fait comme positif ; il soutenoit que le contenu devoit être proportionné au contenant ; or, ce tombeau avoit trente pieds, donc les ossements qu’il contenoit avoient dû appartenir à un animal de cette taille. »

7. C’étoit, nous l’avons dit, au fond d’une sablonnière, dans un terrain d’alluvion, dit M. de Blainville. Requier (Vie de Peiresc, p. 143) remarque en outre que c’est dans la partie du Dauphiné placée entre le Rhône et l’Isère, et non loin de leur confluent. « Ce n’est pas là, disoit Peiresc (id., p. 145), qu’on auroit placé un tombeau ; l’on auroit choisi un endroit sinon élevé ou pierreux, du moins qui n’eût pas été si peu solide, de peur que le monument ne fût facilement enterré ou renversé. »