Mozilla.svg

Encore Heidi/01

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Traduction par Camille Vidart.
H. Georg (p. 1-15).


Chapitre I.

Préparatifs de voyage.


Le bon docteur qui avait décidé le retour de Heidi dans sa patrie traversait précisément la rue dans la direction de la maison Sesemann. C’était par une radieuse matinée de Septembre, si lumineuse et si douce que tous les cœurs auraient dû en être réjouis. Et pourtant le docteur marchait le regard fixé à terre sur les pavés blancs, sans même s’apercevoir du beau ciel bleu qui s’étendait au-dessus de sa tête. Son visage portait une expression de tristesse qu’on n’y avait jamais vue autrefois, et depuis le printemps ses cheveux étaient devenus tout gris. C’est que le docteur avait eu une fille unique qui faisait toute sa joie et avec laquelle il avait vécu dans la plus grande intimité depuis la mort de sa femme ; or, quelques mois auparavant, cette jeune fille lui avait été enlevée pleine de vie et de santé, et depuis lors le docteur n’avait jamais repris sa gaîté d’autrefois. Au coup de sonnette qu’il fit entendre, Sébastien s’empressa d’ouvrir la porte d’entrée et le reçut avec force démonstrations de respect et de dévouement ; car, outre que le docteur était le plus intime ami du maître et de sa fille, son amabilité lui avait, comme partout, gagné le cœur de tous les habitants de la maison.

— Rien de nouveau, Sébastien ? demanda-t-il avec sa bienveillance accoutumée à Sébastien qui montait l’escalier derrière lui, ne cessant d’exprimer par des gestes son respect et sa soumission, bien que le docteur qui lui tournait le dos ne pût apercevoir sa pantomime.

— Tu as bien fait de venir, docteur, s’écria Mr Sesemann en le voyant entrer. Il faut absolument que nous parlions encore une fois de ce voyage en Suisse, et que tu me dises si tu maintiens ton premier arrêt maintenant qu’il y a un mieux sensible dans l’état de Clara.

— Mon cher Sesemann, tu es toujours le même, répliqua le docteur en s’asseyant auprès de son ami. Je voudrais vraiment que ta mère fût ici, — avec elle au moins tout est clair et simple et l’on va droit son chemin ; mais avec toi on n’en finit jamais : voilà la troisième fois que tu me fais venir pour te répéter toujours la même chose.

— Oui, tu as raison, cette affaire doit un peu t’impatienter ; mais, cher ami, ne me comprends-tu pas ? — et ici Mr Sesemann posa la main sur l’épaule du docteur comme pour faire appel à sa sympathie ; — il m’est dur de refuser à mon enfant une chose que je lui avais si fermement promise et dont elle s’est réjouie nuit et jour depuis plusieurs mois. C’est même l’idée de ce prochain voyage en Suisse et l’espérance de visiter bientôt son amie Heidi sur l’alpe qui lui ont fait supporter si patiemment cette dernière crise douloureuse ; et maintenant il me faudrait retirer tout d’un coup une espérance si longtemps caressée à cette pauvre enfant qui est déjà privée de tant de jouissances ? Non, je ne le puis pas.

— Sesemann, il le faut, répondit le docteur avec fermeté ; et comme son ami demeurait silencieux et abattu, il reprit au bout d’un instant : — Représente-toi encore une fois à quoi en sont les choses : il y a des années que Clara n’a pas passé un aussi mauvais été que ce dernier, et il ne peut pas être question d’un long voyage sans qu’on ait à en redouter les suites les plus fâcheuses. De plus, nous voici déjà en Septembre ; il se peut qu’il fasse encore très-beau sur l’alpe, mais il se peut aussi qu’il y fasse déjà froid ; les jours sont courts maintenant, et quant à rester là-haut et à y passer des nuits, impossible d’y songer pour Clara ; elle aurait donc à peine le temps de s’y arrêter, car on doit mettre au moins plusieurs heures de Ragaz à l’alpe, d’autant plus qu’il faudrait en tout cas la faire porter. Bref, Sesemann, ce n’est pas praticable. Mais, si tu veux, j’irai avec toi auprès de Clara pour lui parler ; c’est une enfant raisonnable, et je lui ferai part de mon projet : elle n’ira à Ragatz qu’au mois de mai prochain, et elle fera une longue cure de bains jusqu’à ce qu’il fasse bien chaud sur la montagne ; alors on pourra de temps en temps la monter à l’alpe, et, rafraîchie et fortifiée par la cure, elle jouira bien davantage de ces parties de montagne qu’elle ne le ferait maintenant. Tu comprends, Sesemann, que si nous voulons conserver quelque chance d’amélioration dans l’état de ton enfant, nous devons observer les plus grands ménagements et les soins les plus minutieux.

Mr Sesemann qui avait jusque là écouté en silence et avec une expression de triste résignation, releva tout à coup la tête et s’écria :

— Docteur, dis-le moi en toute sincérité, conserves-tu vraiment quelque espoir d’un changement dans son état ?

Le docteur haussa les épaules.

— Bien peu, dit-il à demi-voix. Mais voyons, cher ami, pense un peu à moi ! N’as-tu pas une enfant qui t’aime, qui te désire quand tu es absent, et qui se réjouit de ton retour ? Lorsque tu rentres chez toi tu ne trouves jamais la maison déserte et tu ne t’assieds pas à une table solitaire. Ta fille aussi a de quoi être heureuse ; il est vrai qu’elle est privée de bien des choses dont les autres jouissent, mais sous combien de rapports n’est-elle pas plus privilégiée que tant d’autres enfants ! Non, Sesemann, vous n’êtes pas tant à plaindre, vous êtes bien heureux d’être ensemble ; pense à ma maison si solitaire !

Mr Sesemann s’était levé et parcourait la chambre à grands pas selon son habitude lorsqu’il était fortement préoccupé. Il s’arrêta soudain en face de son ami, et lui frappant sur l’épaule :

— Docteur, dit-il, j’ai une idée ; je ne puis plus te voir ainsi, tu n’es plus du tout comme autrefois ; il faut que tu sortes un peu de toi-même, sais-tu comment ? C’est toi qui vas partir pour la Suisse et qui iras de notre part visiter la petite Heidi sur son alpe !

Cette proposition prenait le docteur par surprise et il voulut d’abord s’en défendre ; mais Mr Sesemann ne lui en laissa pas le temps. Tout enchanté de sa nouvelle idée, il saisit son ami par le bras et l’entraîna jusqu’à la chambre de sa fille. Le bon docteur était toujours le bienvenu auprès de sa malade, car il l’avait de tout temps traitée avec beaucoup d’affection et savait à chaque visite lui raconter quelque chose de drôle et d’amusant ; maintenant, il est vrai, il ne le pouvait plus, Clara comprenait pourquoi, et elle aurait bien aimé pouvoir lui rendre de nouveau sa gaîté. Elle lui tendit la main dès qu’il entra dans la chambre et il vint s’asseoir à côté d’elle. Mr Sesemann approcha aussi un fauteuil, et prenant la main de Clara dans les siennes, il commença aussitôt à parler du voyage en Suisse en disant combien lui-même s’en était réjoui ; il glissa légèrement sur le point principal, c’est-à-dire sur l’impossibilité d’entreprendre ce voyage pour le moment, car il appréhendait un peu les larmes, et il se hâta d’en venir à sa nouvelle idée en faisant observer à Clara quel bien ce voyage de plaisir ferait à leur excellent ami. Les larmes avaient été, en effet, bien près de couler et avaient rempli les yeux bleus de Clara en dépit de tous ses efforts pour les refouler ; elle savait combien son père redoutait de la voir pleurer ; mais aussi, c’était dur de penser que tout était fini, qu’elle ne ferait pas ce voyage auquel elle avait pensé tout l’été et dont la perspective avait été sa seule joie, sa seule consolation pendant ses longues heures de souffrance et de tristesse. Cependant elle n’avait pas l’habitude de contester avec son père ; elle savait bien qu’il ne lui refusait que ce qui pourrait lui faire du mal, aussi s’efforça-t-elle de ravaler ses larmes et de se tourner courageusement vers la seule espérance qui lui restât. Elle saisit la main de son bon ami, et tout en la caressant elle lui dit d’un ton câlin :

— Oh ! oui, n’est-ce pas, docteur, vous irez chez Heidi et vous reviendrez ensuite me raconter comment c’est là-haut, ce que fait le grand-père, et Pierre aussi, et ses chèvres ; je les connais si bien ! Et puis vous emporterez le paquet que je veux envoyer à Heidi ; je sais déjà tout ce que je veux y mettre, et aussi quelque chose pour la grand’mère. Oh ! docteur, allez-y, je vous en prie ! Pendant ce temps je prendrai de l’huile de foie de morue tant que vous voudrez !

On n’a jamais pu savoir si ce dernier argument décida l’affaire, mais il faut le croire, car le docteur sourit en répondant :

— Alors, je vois bien qu’il faut que j’aille, Clara, et tu deviendras bien grasse et bien rondelette comme nous voudrions t’avoir, ton papa et moi. Et quand, faut-il que je parte, dis-moi, l’as-tu déjà décidé ?

— J’aimerais bien que ce fût déjà demain de bonne heure, docteur, répondit Clara.

— Au fait, elle a raison, interrompit le père ; le soleil brille, le ciel est bleu, il n’y a pas une minute à perdre ; ce serait dommage de raccourcir d’un seul jour le temps que tu pourrais passer sur l’alpe.

Le docteur ne put s’empêcher de rire un peu en disant :

— Bientôt tu vas me reprocher d’être encore ici, Sesemann ; aussi ferais-je mieux de m’en aller.

Mais comme il se levait pour partir, Clara le retint par le bras ; elle avait encore à lui confier tous ses messages pour Heidi et à lui énumérer une quantité de choses qu’il devait bien regarder pour pouvoir à son retour lui raconter ce qu’il aurait vu. Quant à l’envoi pour Heidi, on le ferait parvenir au docteur plus tard dans la journée, parce qu’il fallait d’abord que Melle Rottenmeier aidât à tout empaqueter ; et dans ce moment elle était sortie pour une de ses expéditions en ville dont elle ne revenait jamais de sitôt.

Le docteur promit de s’acquitter exactement de toutes les commissions, de se mettre en route, sinon le matin de bonne heure, au moins dans la journée du lendemain et de venir à son retour rendre un compte fidèle de ce qu’il aurait vu et de tout ce qui se serait passé.

Les domestiques ont souvent un don tout particulier pour saisir ce qui se passe chez leurs maîtres longtemps avant que ceux-ci leur en aient dit un mot. Sébastien et Tinette devaient posséder ce don au plus haut degré ; au moment où le docteur descendait l’escalier accompagné de Sébastien, Tinette entrait dans la chambre de Clara qui l’avait sonnée.

— Allez faire remplir cette boîte de petits gâteaux tendres et bien frais, comme ceux que nous avons pour le café, Tinette, dit Clara en désignant une boîte qu’elle avait depuis longtemps préparée pour cela.

Tinette prit par un coin l’objet désigné en le balançant au bout de ses doigts d’un air dédaigneux, et, arrivée à la porte, elle lança cette remarque impertinente :

— Ça vaut bien la peine !

Quant à Sébastien, lorsqu’il eut ouvert la porte d’en bas avec sa politesse accoutumée, il dit en s’inclinant :

— Est-ce que Monsieur le docteur aurait la bonté de saluer la petite Mamselle de la part de Sébastien ?

— Tiens, tiens, Sébastien, répondit le docteur avec bonté, vous savez donc déjà que je pars ?

Sébastien toussa légèrement.

— Je suis — j’ai — je ne sais plus bien moi-même — ah ! oui, je me souviens maintenant : je traversais par hasard la salle à manger lorsque j’ai entendu prononcer le nom de la petite Mamselle, et comme il arrive souvent, on rapproche deux idées, et ainsi — c’est comme ça que —

— Sans doute, sans doute interrompit le docteur en souriant ; et plus on a d’idées à rapprocher, mieux on comprend. Au revoir, Sébastien, je transmettrai vos salutations.

Comme il franchissait le seuil de la porte pour s’éloigner de son pas le plus rapide, le docteur se trouva face à face avec un obstacle imprévu : le vent violent qui soufflait avait empêché Melle Rottenmeier de continuer ses courses en ville, et elle arrivait justement devant la porte. Le vent gonflait le grand châle blanc dans lequel elle était enveloppée, ce qui lui donnait tout à fait l’air d’avoir cargué une voile. Le docteur recula aussitôt de quelques pas ; mais Melle Rottenmeier qui lui avait toujours témoigné une considération et un empressement tout particuliers, se retira aussi en arrière avec la plus exquise politesse, et pendant un certain temps ils restèrent ainsi en face l’un de l’autre persistant avec force gestes à se céder mutuellement le passage. Un violent coup de vent vint soudain mettre fin à la situation en poussant Melle Rottenmeier à pleines voiles droit sur le docteur ; celui-ci n’eut que le temps de se tirer de côté, tandis que la dame, entraînée beaucoup plus loin, avait à revenir en arrière pour saluer convenablement l’ami de la maison. Cet incident l’avait fort mal disposée, mais le docteur avait un ton et des manières qui réussirent bien vite à lisser son humeur hérissée et à la transformer en une disposition pleine de douceur. Il lui fit part de ses projets de voyage en la priant de la manière la plus flatteuse d’emballer le paquet pour Heidi comme elle seule pouvait le faire, après quoi il prit congé d’elle.

Clara s’attendait à quelques combats avec Melle Rottenmeier avant d’obtenir son autorisation pour l’envoi de tous les objets qu’elle destinait à Heidi. Mais pour cette fois elle se trompait : Melle Rottenmeier était exceptionnellement bien disposée. Elle débarrassa tout de suite la grande table pour y étaler toutes les choses que Clara avait rassemblées, et les emballer ensuite sous ses yeux. Ce n’était pas une besogne aisée, car les objets qui devaient entrer dans le paquet étaient des plus divers. D’abord venait l’épais manteau à capuchon que Clara avait imaginé pour Heidi, afin qu’elle pût, durant l’hiver, descendre chez la grand’mère aussi souvent qu’elle le voudrait sans être obligée d’attendre que le grand-père pût l’accompagner et l’entortiller dans le sac pour la garantir du froid. Puis, pour la grand’mère un bon châle bien épais dans lequel elle pourrait s’envelopper chaudement afin de ne plus grelotter quand les vents d’hiver recommenceraient à secouer le petit chalet. Il y avait aussi la boîte pleine de petits gâteaux également destinés à la grand’mère pour qu’elle pût une fois manger autre chose qu’un petit pain avec son café. Ensuite venait un énorme saucisson ; Clara l’avait d’abord destiné à Pierre qui n’avait jamais rien d’autre que son pain et son fromage ; mais elle avait changé d’idée en réfléchissant que Pierre, dans sa joie, pourrait bien dévorer le saucisson tout d’une fois ; aussi avait-elle décidé de l’envoyer à la mère Brigitte qui en couperait d’abord un bon morceau pour elle et pour la grand’mère et donnerait le reste à Pierre en livraisons successives. Il y avait encore un sac de tabac pour le grand-père qui aimait tant à fumer sa pipe le soir devant le chalet. Enfin venaient une quantité de petites boîtes, de petits sacs, de petits paquets mystérieux que Clara s’était particulièrement amusée à rassembler et dans lesquels Heidi trouverait toutes sortes de surprises qui lui causeraient la plus grande joie.

L’œuvre compliquée de l’emballage ayant été menée à bonne fin, l’énorme paquet fut déposé sur le plancher, prêt à partir, et Melle Rottenmeier le contempla plongée dans de profondes réflexions sur l’art d’emballer, tandis que Clara le regardait fort satisfaite en se représentant les sauts de joie et les exclamations de Heidi quand elle le recevrait. Puis Sébastien entra dans la chambre, et d’un poignet vigoureux chargea le ballot sur son épaule pour l’emporter de suite à la maison du docteur.