Essai sur la nature du commerce en général/Partie I/Chapitre 5

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche



Partie I, Chapitre 4 Partie I, Chapitre 5 Partie I, Chapitre 6




Les Propriétaires qui n’ont que de petites portions de Terre vivent ordinairement dans les Bourgs & Villages, proche de leurs Terres & Fermiers. Le transport des denrées qui leur en reviennent, dans les Villes éloignées, les mettroit hors d’état de vivre commodément dans ces Villes. Mais les Propriétaires qui ont plusieurs grandes Terres ont le moïen d’aller résider loin de leurs Terres, pour jouir d’une agréable société, avec d’autres Propriétaires & Seigneurs de même espece.

Si un Prince ou Seigneur, qui a reçu de grandes concessions de Terres lors de la conquête ou découverte d’un Païs, fixe sa demeure dans quelque lieu agréable, & si plusieurs autres Seigneurs y viennent faire leur résidence pour être à portée de se voir souvent, & jouir d’une société agréable, ce lieu deviendra une Ville : on y bâtira de grandes Maisons pour la demeure des Seigneurs en question ; on y en bâtira une infinité d’autres pour les Marchands, les Artisans, & Gens de toutes sortes de professions, que la résidence de ces Seigneurs attirera dans ce lieu. Il faudra pour le service de ces Seigneurs, des Boulangers, des Bouchers, des Brasseurs, des Marchands de vin, des Fabriquans de toutes especes : ces Entrepreneurs bâtiront des Maisons dans le lieu en question, ou loueront des Maisons bâties par d’autres Entrepreneurs. Il n’y a pas de grand Seigneur dont la dépense pour sa Maison, son train & ses Domestiques, n’entretienne des Marchands & Artisans de toutes especes, comme on peut le voir par les calculs particuliers que j’ai fait faire dans le Supplément de cet Essai.

Comme tous ces Artisans & Entrepreneurs se servent mutuellement, aussi-bien que les Seigneurs en droiture, on ne s’apperçoit pas que l’entretien des uns & des autres tombe finalement sur les Seigneurs & Propriétaires des Terres. On ne s’apperçoit pas que toutes les petites Maisons dans une Ville, telle qu’on la décrit ici, dépendent & subsistent de la dépense des grandes Maisons. On fera cependant voir dans la suite, que tous les Ordres & Habitans d’un État subsistent au dépens des Propriétaires des Terres. La Ville en question s’agrandira encore, si le Roi ou le Gouvernement y établit des Cours de Justice, auxquelles les Habitans des Bourgs & Villages de la Province doivent avoir recours. Il faudra une augmentation d’entrepreneurs & d’artisans de toutes sortes, pour l’entretien des Gens de Justice & des Plaideurs.

Si l’on établit dans cette même Ville des Ouvrages & Manufactures au-delà de la consommation intérieure, pour les transporter & vendre chez l’Etranger, elle sera grande à proportion des Ouvriers & Artisans qui y subsistent aux dépens de l’Etranger.

Mais si nous écartons ces idées pour ne point embrouiller notre sujet, on peut dire que l’assemblage de plusieurs riches Propriétaires de Terres, qui résident ensemble dans un même lieu, suffit pour former ce qu’on appelle une Ville, & que plusieurs Villes en Europe, dans l’intérieur des Terres, doivent le nombre de leurs Habitans à cet assemblage : auquel cas, la grandeur d’une Ville est naturellement proportionnée au nombre des Propriétaires des Terres, qui y résident, ou plutôt au produit des Terres qui leur appartiennent, en rabattant les frais du transport à ceux dont les Terres en sont les plus éloignées, & la part qu’ils sont obligés de fournir au Roi ou à l’État, qui doit ordinairement être consommée dans la Capitale.