Mozilla.svg

Fables/Fable 3

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Villedieu - Fables, ou Histoires allégoriques, dédiées au Roy, 1670 (page 66 crop).jpg

FABLE III.

La Cigale, le Hanneton, & l’Eſcarbot.



LA Cigale, & le Hanneton,

Contracterent jadis un mariage enſemble ;
Et comme pour un jour, dit-on,
Tout Hymen à l’Amour reſſemble,
Le leur eut d’abord la beauté
Qui ſuit touſiours la nouveauté.

L’Epoux trouvoit l’Epouſe belle,
Comme elle le trouvoit charmant,
Ce n’eſtoit que tranſport, & que raviſſement,
Ils ſe juroient une ardeur eternelle,
Et croyoient tenir leur ſerment.
Mais tels ſermens ſe tiennent rarement,
Ce premier jour qu’un long uſage,
A fait nommer communément,
Le ſeul heureux du Mariage,
Eſtoit à peine encor paſsé ;
Que le nouveau Couple laſsé
De ſi longue Paix domeſtique,
En interrompit la pratique.

Le Hanneton alloit ſouvent
Voir une Gueſpe ſa voiſine :
Dame Cigale en eut le vent,
Pour moins Epouſe ſe mutine.
Elle entre en feminin courroux,
Accuſe le coquet Epoux,
De fauſſer la Foy conjugale,
Hanneton de s’enfuïr aux cris de la Cigale ;
Elle, de redoubler ſes cris ;
Luy, de l’accuſer de manie,
Adieu l’amour & les ſoûris,
Au triſte Hymen ils fauſſent compagnie.
Le Hanneton, morne & tranſſi,

Connoiſſant, mais trop tard, les ſoucis du ménage,
Va conſulter ſur ſon ſoucy,
Un Eſcarbot du voiſinage.
Cét Animal n’avoit point ſon pareil,
Il décidoit de tout en Auditeur de Rote,
Et toute la Gent Eſcarbote
N’agiſſoit que par ſon conſeil.
Compere, dit-il au Mary,
Ce ſont ſuites de l’Hymenée,
Vous n’eſtes pas le ſeul Epoux marry
Qui déplore ſa deſtinée.
Nous autres petits Eſcarbots,
En de pareilles conjonctures,

Entendons dire de bons mots
A Meſdames les creatures.
Quand pour divertir ſon chagrin,
Un homme vient à ſon voiſin,
Faire en ſe promenant ſecrette confidence,
Luy conter ſes douleurs, & ſes ſoupçons jaloux,
Dieu ſçait ſi pour avoir des témoins tels que nous,
Il en dit moins tout ce qu’il penſe.
Ecoutez, ce que l’autre jour
J’entendois raconter à Seigneur d’apparence :
J’épouſay, diſoit-il, une veuve de France,

Des premieres de cette Cour :
Soit que pour témoigner un amour plus parfait,
Elle cruſt à propos de paroiſtre jalouſe,
Ou qu’elle le fuſt en effet,
Touſiours quelque ſoupçon tourmentoit mon Epouſe ;
Je n’avois plus un moment de repos,
Sur la moindre viſite, ou le moindre propos.
Noſtre Jalouſe avoit un reproche à me faire ;
Un Amant me tira d’affaire,
Il nâquit certaine amitié,
Dans le cœur de noſtre Moitié,

Plus fine d’un carat que l’eſtime ordinaire ;
Depuis ce jour, tout fut calme chez moy,
Je fus reſpecté comme un Roy ;
On ne ſongeoit plus qu’à me plaire.

Compere Hanneton, pourſuivit l’Eſcarbot,
Si tu ſçais le ſecret d’entendre à demy-mot,
Fais ton profit de l’avis ſalutaire.
Laiſſe gronder ta femme tout le jour,
Ou ſi tu veux la faire taire,
Permets-luy de faire l’amour.

Dame trop prude, & beaucoup de raiſon,
Eſt un aſſortiment fort difficile à faire ;
Et pour la paix de la Maiſon,
Un peu d’intrigue, eſt un mal neceſſaire.


Villedieu - Fables, ou Histoires allégoriques, dédiées au Roy, 1670 (page 5 crop).jpg