Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Diogène et le Chauve

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Diogène et le Chauve.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 45).
97


DIOGÈNE ET LE CHAUVE


Diogène, le philosophe cynique, insulté par un homme qui était chauve, répliqua : « Ce n’est pas moi qui aurai recours à l’insulte, Dieu m’en garde ! bien au contraire, je loue les cheveux qui ont quitté un méchant crâne. »