Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/L’Âne sauvage et l’Âne domestique

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir L’Âne sauvage et l’Âne domestique.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 117).
264


L’ÂNE SAUVAGE ET L’ÂNE DOMESTIQUE


Un âne sauvage ayant vu un âne domestique dans un endroit bien exposé au soleil, s’approcha pour le féliciter de son embonpoint et de la pâture dont il jouissait. Mais dans la suite l’ayant vu chargé d’un fardeau et suivi de l’ânier qui le frappait avec un gourdin, il s’écria : « Oh ! je ne te félicite plus ; car je vois que c’est au prix de grands maux que tu jouis de ton abondance. »

C’est ainsi qu’il n’y a rien d’enviable dans les avantages qu’accompagnent les dangers et les souffrances.