Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/La Femme et la Poule

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Femme et la Poule.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 42-43).
90


LA FEMME ET LA POULE


Une femme veuve avait une poule qui lui pondait tous les jours un œuf. Elle s’imagina que si elle lui donnait plus d’orge, sa poule pondrait deux fois par jour, et elle augmenta en effet sa ration. Mais la poule devenue grasse ne fut même plus capable de pondre une fois le jour.

Cette fable montre que, lorsqu’on cherche par cupidité à avoir plus que l’on n’a, on perd même ce qu’on possède.