Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/La Mouette et le Milan

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir La Mouette et le Milan.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 84).
193
LA MOUETTE ET LE MILAN

Une mouette ayant avalé un poisson, son gosier éclata et elle resta étendue morte sur le rivage. Un milan, l’ayant aperçue, dit : « Tu n’as que ce que tu mérites, puisque, née oiseau, tu cherchais ta vie sur la mer. »

Ainsi les gens qui abandonnent leur propre métier pour en prendre un qui n’est pas le leur sont justement malheureux.