Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Berger et le Louveteau

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Berger et le Louveteau.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 138-139).
315


LE BERGER ET LE LOUVETEAU


Un berger, ayant trouvé un petit loup, le nourrit ; puis, quand il fut devenu louveteau, il lui apprit à enlever des moutons dans les troupeaux du voisinage. Le loup une fois dressé lui dit : « Maintenant que tu m’as habitué à voler, prends garde qu’il ne te manque beaucoup de tes moutons. »

Les gens que la nature a faits redoutables, une fois dressés à la rapine et au vol, ont souvent fait plus de mal à leurs maîtres qu’aux étrangers.