Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Charbonnier et le Foulon

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Charbonnier et le Foulon.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 28).
56


LE CHARBONNIER ET LE FOULON


Un charbonnier qui exerçait son métier dans une certaine maison, ayant vu un foulon établi près de lui, alla le trouver et l’engagea à venir habiter avec lui, lui remontrant qu’ils en seraient plus intimes et qu’ils vivraient à moins de frais, n’ayant qu’une seule demeure. Mais le foulon lui répondit : « C’est pour moi totalement impossible : car ce que je blanchirais, tu le noircirais de suie. »

La fable montre qu’on ne peut associer des natures dissemblables.