Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Dépositaire et le Serment

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Dépositaire et le Serment.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 131).
298


LE DÉPOSITAIRE ET LE SERMENT


Un homme qui avait reçu un dépôt d’un ami projetait de l’en frustrer. Comme cet ami l’appelait à prêter serment, pris d’inquiétude, il partit pour la campagne. Arrivé aux portes de la ville, il aperçut un boiteux qui sortait et lui demanda qui il était et où il allait. Celui-ci ayant répondu qu’il était le Serment et qu’il marchait contre les impies, il lui posa une seconde question : « Après combien de temps reviens-tu d’habitude dans les villes ? - Au bout de quarante ans, parfois même de trente », répondit-il. Dès lors l’homme jura le lendemain sans hésiter qu’il n’avait pas reçu le dépôt. Mais il tomba sur le Serment, qui l’emmena pour le précipiter. L’homme récrimina : « Tu m’as déclaré, dit-il, que tu ne revenais qu’au bout de trente ans, et tu ne m’accordes même pas un jour de sécurité. » Le Serment repartit : « Sache bien que, quand on veut m’agacer, j’ai l’habitude de revenir le jour même. »

Cette fable montre que Dieu n’a pas de jour fixe pour punir les impies.