Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Grenadier, le Pommier, l’Olivier et la Ronce

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Grenadier, le Pommier, l’Olivier et la Ronce.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 142).
324


LE GRENADIER, LE POMMIER, L’OLIVIER ET LA RONCE


Le grenadier, le pommier et l’olivier contestaient de la qualité de leurs fruits. Comme la discussion s’animait, une ronce qui les écoutait de la haie voisine, dit : « Mes amis, cessons enfin de nous quereller. »

C’est ainsi que, dans les temps où les meilleurs citoyens sont divisés, les gens de rien essayent de se donner de l’importance.