Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Le Vieux Cheval

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Le Vieux Cheval.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 62).
138


LE VIEUX CHEVAL


Un vieux cheval fut vendu pour tourner la meule. Quand il se vit attelé au moulin, il gémit et s’écria : « Après les tours de la carrière, à quels tours me voilà réduit ! »

Ne soyez pas trop fier de la force que donne la jeunesse ou la renommée : pour bien des gens le temps de la vieillesse s’est consumé en pénibles travaux.