Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Les Bûcherons et le Pin

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Bûcherons et le Pin.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 46).
100


LES BÛCHERONS ET LE PIN


Des bûcherons fendaient un pin, et ils le fendaient facilement grâce aux coins qu’ils avaient faits de son bois. Et le pin disait : « Je n’en veux pas tant à la hache qui me coupe qu’aux coins qui sont nés de moi. »

Il n’est pas si rude d’essuyer quelque traitement fâcheux de la part des étrangers que de la part de ses proches.