Fables d’Ésope (trad. Chambry, 1927)/Les Loups, les Moutons et le Bélier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

List2.svg Pour les autres éditions de ce texte, voir Les Loups, les Moutons et le Bélier.

Traduction par Émile Chambry.
FablesSociété d’édition « Les Belles Lettres » (p. 97).

218


LES LOUPS, LES MOUTONS ET LE BÉLIER


Les loups envoyèrent des députés aux moutons, offrant de faire avec eux une paix perpétuelle, s’ils leur livraient les chiens pour les faire périr. Les stupides moutons convinrent de le faire ; mais un vieux bélier s’écria : « Comment pourrais-je vous croire et vivre avec vous, alors que, même sous la garde des chiens, il m’est impossible de paître en sécurité. »

Il ne faut pas nous défaire de ce qui assure notre sécurité, en prêtant foi aux serments de nos ennemis irréconciliables.