Faits curieux de l’histoire de Montréal/13

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

UN PHILANTHROPE CANADIEN FRANÇAIS, M. ANTOINE-OLIVIER BERTHELET


Parmi les Canadiens français qui ont fondé ou généreusement doté les œuvres religieuses, charitables et philanthropiques, il faut placer au premier rang Antoine-Olivier Berthelet qui, de son vivant, distribua une bonne partie de l’héritage que lui laissa son père et que lui-même il avait fait fructifier avec bonheur.

Pour l’époque, ce philanthrope fut d’une munificence qui égale presque celle de certains millionnaires écossais et américains.

Antoine-Olivier Berthelet naquit à Montréal, le 25 mai 1798, du mariage de Pierre Berthelet et de Marguerite Viger (Ann. de V.-M., II. 3e sup., 32)

M. Pierre Berthelet, si l’on en juge par son testament (greffe Papineau, 26 octobre 1806, etc.) possédait des biens considérables, tant dans la province du Bas-Canada que dans la région du Détroit. Il semble n’avoir eu que quatre enfants : Antoine-Olivier, Louis-Benjamin, Henri et Thérèse.

Antoine-Olivier fit ses études au collège de Montréal (où il entra à l’âge de 8 ans), puis s’occupa de négoce. Il épousa, en premières noces, le 30 octobre 1822, Marie-Angélique-Amélia, fille de Louis Chaboillez, notaire. Devenu veuf en 1850, M. Berthelet convole, le 21 octobre 1851, avec Marie-Josephte-Charlotte Guy, fille de Louis Guy, notaire.

De son premier mariage était née Marie-Amélie Berthelet qui épousa Alfred Larocque. Madame Larocque mourut à Paris, le 2 avril 1856, âgée de 33 ans seulement.

M. A.-O. Berthelet fut député de Montréal-Est de 1832 à 1834 et membre du Conseil législatif pendant une partie du mois de juin seulement, d’après le Guide parlementaire de M. Desjardins.

Il s’éteignit le 25 septembre 1872, âgé de 74 ans (Ann. de V. M., I, 3e sup. 53-54)

Dons faits par M. A.-O. Berthelet seul ou conjointement avec sa femme, sa sœur Thérèse ou sa fille, madame Larocque.

1835. 14 mars — M. Berthelet donne à madame Gamelin, fondatrice de la Providence, une maison sise rue Sainte-Catherine, près de l’ancien évêché. Madame Gamelin et ses infirmes s’y logèrent le 1er mai suivant au nombre de 24. (Ann. de V.-M., I. 79 et Girard, Mme Gamelin, 15).

1842, 1er août — Les pères Oblats sont transférés à Longueuil dans une maison donnée par M. Berthelet, en mémoire de feu l’abbé Augustin Chaboillez, curé de Longueuil, décédé le 17 août 1834, âgé de 57 ans. La maison en question avait appartenu au curé Chaboillez. (Ann. de V.-M., I. 13).

1843, 24 mai — M. Berthelet et sa femme sont parrain et marraine d’une des 10 nouvelles cloches de l’église Notre-Dame de Montréal. La cloche reçut au baptême les noms de Olivarins-Amelia et pesait 2114 livres. (Ann. de V.-M., I, 8). L’annaliste ne le dit pas, mais il est probable que comme les autres parrains, M. Berthelet avait dû souscrire une bonne somme.

1851, 11 juin — Bénédiction de la première pierre de l’hospice Saint-Joseph, rue Bonaventure, érigé par M. et Mme Berthelet. Cet hospice, encore inachevé, fut occupé, au lendemain des incendies du 8 et du 9 juillet 1852 par des orphelins et des personnes infirmes ou âgées, sous les soins de Mlle Laferté, puis de Mlle Benoit. Les sœurs Grises acceptèrent cet hospice le 23 décembre 1853 et en prirent possession le 4 janvier suivant (Ann. de V.-M., I, 64). Le 28 avril 1854, les fondateurs en font l’abandon définitif (Ann. de V.-M., II, sup. 54).

1852 — Achat du shérif, par M. Berthelet, pour Mgr l’évêque de Montréal, au prix de $16,000 du Baptist College, rue Guy, dans le but d’y établir l’hôpital Saint-Patrice. Cette institution fut confié le 31 mai 1852 aux Hospitalières de l’Hôtel-Dieu.

L’édifice fut converti en pensionnat (Mont-Sainte-Marie) par les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame, le 8 septembre 1860 (Ann. de V.-M., I, 150). Il est possible que M. Berthelet ait contribué de sa bourse à l’achat de 1852.

1859-60 — Mlle Thérèse Berthelet fournit $19,400 pour la construction de l’aile nord-ouest du couvent des sœurs de la Providence et M. A.-O. Berthelet, la somme de $4,000. (Ann. de V.-M., I, 82).

1860 — M. A.-O. Berthelet contribue à la construction de l’aile sud-ouest du monastère des sœurs de la Miséricorde (Ann. de V.-M., I, 88).

1861 — M. Berthelet fait don d’un terrain et d’une maison pour l’hospice Saint-Antoine, 24, rue Labelle. (Ann. de V.-M., I. 89).

1861-62 — Pour la construction de l’aile nord-est du monastère du Bon-Pasteur, construite en 1861-62, au prix de $15,200, les religieuses sont redevables à M. Berthelet (Ann. de V.-M.)

1862, 15 juin — Bénédiction de la première pierre de la chapelle Saint-Joseph, rue Cathédrale. M. Berthelet souscrivit $20,000 pour cette construction et sa sœur $2,400. La chapelle fut consacrée le 15 octobre 1863 (Ann. de V.-M., I, 65).

1863, 1er mai — M. Berthelet souscrit $4,000 et son gendre M. Alfred Larocque, $2,000 pour l’acquisition de l’externat des Dames du Sacré-Cœur, rue Lagauchetière. (Ann. de V.-M., I, 156).

1861, 22 octobre — M. Berthelet donne aux RR. PP. Jésuites un terrain évalué à $20,000 pour y ériger l’église du Gésu. (Ann. de V.-M., I, 134).

1868 — M. Berthelet est élu président du Comité des zouaves pontificaux. Il envoie à ses frais 20 zouaves canadiens en Italie (Borthwick, Montreal, its History, 1875)

1869 — M. Berthelet fonde ou contribue largement à la fondation de la maison de réforme, rue Mignonne (maintenant de Montigny) dont le coût s’éleva à $100,000. (Borthwick, Montreal, its History, 1875.)

La liste de ces dons est établie d’après des ouvrages dont les assertions ont souvent besoin d’être contrôlés ; il peut donc s’y trouver des erreurs et elle est certainement incomplète, car M. Berthelet a fait d’autres dons. Quelques chercheurs entreprendront peut-être, un jour ou l’autre, de corriger et de compléter cette énumération, s’il y a lieu, afin de rendre entière justice à qui de droit.