100%.png

Famille sans nom/II/Chapitre XIV

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hetzel (p. 414-420).

XIV
dernières phases de l’insurrection.


L’acte commis par les Anglais, en violation du droit des gens et des droits d’humanité, eut un énorme retentissement dans les deux mondes. Une enquête fut ordonnée par les autorités de Niagara-Falls. Mac Leod avait été reconnu de quelques-uns de ceux qui avaient pu échapper au massacre et à l’incendie. D’ailleurs, ce misérable ne tarda pas à se vanter ouvertement d’avoir « mené l’affaire contre ces damnés de Yankees ! »

Il n’était question, cependant, que d’une indemnité à demander à l’Angleterre, lorsque, au mois de novembre 1840, Mac Leod fut arrêté dans les rues de New York.

Le représentant anglais, M. Fox, le réclama : le gouvernement fédéral refusa de le rendre. Aussi, à la Chambre des lords comme à la Chambre des communes, le ministère fut-il mis en demeure de rendre Mac Leod à la liberté, comme ayant agi d’après les ordres de la reine. Le congrès répondit à cette prétention en publiant un rapport qui justifiait les droits de l’État de New-York. Ce rapport ayant été considéré comme un véritable casus belli, le Royaume-Uni prit ses mesures en conséquence.

De son côté, après avoir renvoyé l’assassin devant les Assises sous prévention de meurtre, le parlement fédéral vota des subsides. Et, sans doute, la guerre eût été déclarée, lorsque Mac Leod, excipant d’un alibi peu justifié, mais qui permettait aux Anglais comme aux Américains d’étouffer cette affaire, fut renvoyé des fins de la plainte.

C’est ainsi que devaient être vengées les victimes de l’horrible attentat de la Caroline !

Après la défaite des insurgés à l’île Navy, lord Gosford reçut avis que les réformistes ne chercheraient plus à se révolter contre les autorités régulières. D’ailleurs, leurs principaux chefs étaient dispersés ou renfermés dans les prisons de Québec et de Montréal, et Jean-Sans-Nom n’était plus.

Cependant, en 1838, quelques soulèvements se produisirent encore sur divers points des provinces canadiennes.

Au mois de mars, première tentative, provoquée par Robert Nelson, frère de celui qui commandait à Saint-Denis, et qui échoua dès le début.

À Napierville, seconde tentative, dans laquelle deux mille patriotes, luttant contre six cents réguliers de sir John Colborne, sans compter cinq cents Indiens et quatre cents volontaires, furent mis en déroute à la journée d’Odelltown.
'Family Without a Name' by Georges Tiret-Bognet 82.jpg
Clary, agenouillée, soutenant sa tête, lui parlait.


Au mois de novembre, troisième tentative d’insurrection. Les réformistes des comtés de Chambly, Verchères, Laprairie, l’Acadie, Terrebonne et Deux-Montagnes, dirigés par Brière, les Lorimier, les Rochon, etc., se divisèrent en deux bandes de cent hommes. L’une attaqua un manoir seigneurial, qui fut inutilement défendu par les volontaires. L’autre s’empara d’un bateau à vapeur au quai de la bourgade de Beauharnais. Puis, à Châteauguay,
'Family Without a Name' by Georges Tiret-Bognet 83.jpg
La Caroline, se penchant sur l’abîme, disparut dans le gouffre.


Cardinal,Duquet, Lepailleur, Ducharme, voulant obliger les sauvages de Caughnawaga à livrer leurs armes, entreprirent une campagne qui avorta. Enfin, Robert à Terrebonne, les deux Sanguinet à Sainte-Anne, Bouc, Gravelles, Roussin, Marie, Granger, Latour, Guillaume Prévost et ses fils, organisèrent les derniers mouvements qui marquèrent la fin de cette période insurrectionnelle des années 1837 et 1838.

C’était maintenant l’heure des représailles. Le gouvernement métropolitain allait procéder avec une énergie si impitoyable qu’elle touchait à la cruauté.

Le 4 novembre, sir John Colborne, alors investi de l’autorité supérieure, avait proclamé la loi martiale et suspendu l’habeas corpus dans toute la province. La Cour martiale ayant été constituée, ses jugements furent rendus avec une partialité et même une légèreté révoltante. Cette cour envoya à l’échafaud Cardinal, Duquet, Robert, Hamelin, les deux Sanguinet, Decoigne, Narbonne, Nicolas, Lorimier, Hindelang et Daunais, dont les noms ne s’effaceront jamais du martyrologue de l’histoire franco-canadienne.

À ces noms, il convient de joindre ceux de quelques-uns des personnages qui ont figuré dans cette histoire, l’avocat Sébastien Gramont, puis Vincent Hodge, qui mourut comme était mort son père, avec le même courage et pour la même cause.

William Clerc, ayant succombé à ses blessures sur la terre américaine, André Farran, qui s’était réfugié aux États-Unis, survécut seul à ses compagnons.

Puis vint la liste des exilés. Elle comprit cinquante-huit des patriotes les plus marquants, et bien des années devaient s’écouler avant qu’ils pussent rentrer dans leur patrie.

Quant au député Papineau, l’homme politique, dont la personnalité avait dominé toute cette période de revendications nationales, il parvint à s’échapper. Une longue existence lui a permis de voir le Canada en possession de son autonomie, sinon de sa complète indépendance. Papineau est mort dernièrement aux limites d’une vieillesse justement honorée.

Il reste à dire ce qu’est devenue Catherine Harcher. De ses cinq fils, qui avaient accompagné leur père à Saint-Charles et à l’île Navy, deux seulement revinrent à la ferme de Chipogan, après quelques années d’exil, et, depuis cette époque, ils ne l’ont plus quittée.

Quant aux Mahogannis, qui avaient pris part au dénouement de l’insurrection, le gouvernement voulut les oublier, comme il oublia l’excellent homme, entraîné malgré lui à se mêler de choses dont il ne se souciait guère.

Aussi maître Nick, dégoûté des grandeurs que, d’ailleurs, il n’avait point cherchées, revint-il à Montréal, où il reprit sa vie d’autrefois. Et, si Lionel retourna à son pupitre de second clerc dans l’étude du marché Bon-Secours, sous la férule d’un Sagamore, ce fut le cœur plein du souvenir de celui pour lequel il eût volontiers fait le sacrifice de sa vie !

Chacun d’eux devait conserver le souvenir de la famille de Vaudreuil, et celui de Jean-Sans-Nom, réhabilité par la mort, et l’un des héros légendaires du Canada.

Cependant, si les insurrections avaient avorté, elles avaient semé des germes à plein sol. Avec le progrès que le temps impose, ces germes devaient fructifier. Ce n’est pas en vain que des patriotes versent leur sang pour recouvrer leurs droits. Que cela ne soit jamais oublié de tout pays à qui incombe le devoir de reconquérir son indépendance.

Les gouverneurs, envoyés successivement à la tête de la colonie, Sidenham, Bagot, Métcalfe, Elgin, Monck, cédèrent peu à peu quelques parcelles des prétentions de la Couronne. Puis, la constitution de 1867 établit sur d’inébranlables bases la confédération canadienne. Ce fut à cette époque que s’agita la question de capitale au profit de Québec, finalement tranchée en faveur d’Ottawa.

Aujourd’hui, le relâchement des liens avec la métropole est pour ainsi dire complet. Le Canada est, à proprement parler, une puissance libre, sous le nom de Dominion of Canada, où les éléments franco-canadiens et anglo-saxons se coudoient dans une égalité parfaite. Sur cinq millions d’habitants, près du tiers appartient encore à la race française.

Chaque année, une touchante cérémonie réunit les patriotes de Montréal, au pied de la colonne, élevée sur la côte des Neiges, aux victimes politiques de 1837 et 1838. Là, le jour de l’inauguration, un discours fut prononcé par M. Euclide Roy, président de l’Institut, et ses derniers mots peuvent résumer l’enseignement qui ressort de cette histoire :

« Glorifier le dévouement, c’est créer des héros ! »


fin de la deuxième et dernière partie.