George Sand, sa vie et ses œuvres/4/Texte entier

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


GEORGE SAND


SA VIE ET SES ŒUVRES


****


1848-1876
Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/8


Illustration
GEORGE SAND, PAR CHARLES MARCHAL (NOHANT, NOVEMBRE 1861)


WLADIMIR KARÉNINE




GEORGE SAND
SA VIE ET SES ŒUVRES
* * * *
1848-1876




Deuxième édition



Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T1 (page 9 crop).jpg

PARIS
LIBRAIRIE PLON
LES PETITS-FILS DE PLON ET NOURRIT, IMPRIMEURS-ÉDITEURS
8, rue garancière — 6e

1899
Tous droits réservés



AVANT-PROPOS



Ce dernier volume de notre travail — terminé avant la guerre — n’aurait jamais vu le jour si trois bonnes fées, ou trois bons parrains n’avaient présidé à sa naissance et ne l’avaient protégé contre toutes les intempéries et toutes les puissances néfastes. C’est d’abord notre cher éditeur, M. J. Bourdel (de la Maison Plon-Nourrit), qui, ne sachant pas même si l’auteur était encore de ce monde dans sa lointaine patrie, avait soigneusement gardé depuis 1914 manuscrit et chapitres déjà mis en composition. C’est ensuite notre vieil et fidèle ami M. Henri Amic qui nous a fraternellement aidé à relire et à corriger la copie et les épreuves. C’est enfin M. Marcel Bouteron dont l’affectueux concours a remplacé pour nous celui de nos chers amis défunts le vicomte de Spœlberch de Lovenjoul et M. Georges Vicaire. Que tous ces amis de notre livre trouvent ici l’expression de notre gratitude la plus profonde et la mieux sentie.

W. K.
Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/15 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/16 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/17 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/18 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/19 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/20 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/21 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/22 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/23 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/24 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/25 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/26 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/27 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/28 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/29 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/30 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/31 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/32 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/33 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/34 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/35 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/36 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/37 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/38 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/39 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/40 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/41 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/42 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/43 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/44 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/45 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/46 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/47 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/48 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/49 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/50 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/51 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/52 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/53 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/54 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/55 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/56 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/57 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/58 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/59 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/60 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/61 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/62 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/63 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/64 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/65 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/66 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/67 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/68 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/69 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/70 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/71 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/72 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/73 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/74 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/75 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/76 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/77 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/78 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/79 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/80 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/81 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/82 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/83 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/84 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/85 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/86 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/87 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/88 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/89 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/90 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/91 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/92 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/93 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/94 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/95 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/96 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/97 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/98 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/99 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/100 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/101 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/102 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/103 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/104 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/105 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/106 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/107 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/108 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/109 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/110 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/111 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/112 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/113 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/114 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/115 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/116 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/117 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/118 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/119 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/120 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/121 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/122 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/123 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/124 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/125 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/126 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/127 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/128 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/129 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/130 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/131 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/132 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/133 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/134 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/135 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/136 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/137 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/138 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/139 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/140 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/141 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/142 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/143 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/144 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/145 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/146 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/147 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/148 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/149 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/150 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/151 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/152 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/153 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/154 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/155 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/156 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/157 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/158 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/159 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/160 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/161 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/162 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/163 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/164 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/165 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/166 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/167 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/168 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/169 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/170 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/171 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/172 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/173 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/174 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/175 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/176 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/177 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/178 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/179 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/180 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/181 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/182 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/183 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/184 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/185 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/186 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/187 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/188 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/189 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/190 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/191 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/192 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/193 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/194 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/195 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/196 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/197 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/198 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/199 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/200 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/201 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/202 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/203 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/204 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/205 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/206 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/207 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/208 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/209 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/210 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/211 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/212 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/213 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/214 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/215 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/216 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/217 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/218 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/219 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/220 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/221 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/222 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/223 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/224 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/225 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/226 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/227 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/228 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/229 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/230 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/231 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/232 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/233 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/234 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/235 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/236 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/237 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/238 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/239 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/240 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/241 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/242 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/243 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/244 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/245 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/246 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/247 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/248 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/249 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/250 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/251 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/252 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/253 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/254 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/255 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/256 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/257 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/258 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/259 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/260 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/261 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/262 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/263 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/264 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/265 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/266 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/267 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/268 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/269 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/270 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/271 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/272 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/273 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/274 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/275


CHAPITRE X

LE THÉÂTRE DE GEORGE SAND

Gabriel. — Les Mississipiens. — Cosima. — François le Champi. — La Commedia dell’ arte et les Marionnettes à Nohant. — Le Château des Désertes. — L’Homme de Neige et Narcisse. — Le Roi attend. — Molière et Mariette. — Claudie. — Le Pressoir. — L’époque théâtrale à Nohant (1860-1856). — Maître Favilla et deux lettres de Charles Baudelaire. — Le Mariage de Victorine. — Les Vacances de Pandolphe. — Mont-Revêche et le Démon du foyer. — Françoise. — Comme il vous plaira et Rouvière. — Lucie. — Pièces tirées de romans : Mauprat, Flaminio, Les Beaux messieurs de Bois-doré. — Le Pavé. — Le Drac. — La Nuit de Noël. — Marguerite de Sainte-Gemme. — La Laitière et le pot au lait. — Un bienfait n’est jamais perdu. — L’Autre.


C’est Gabriel qu’il faut considérer comme le premier essai de George Sand dans l’art dramatique, quoiqu’elle l’ait intitulé simplement « roman dialogué ». Ne voulant pas reprendre une seconde fois l’analyse de cette pièce, nous récapitulerons seulement ce que nous en avons dit dans notre volume II[1], nous trouvons que par ses qualités littéraires, autant que par la puissance de son action dramatique cette œuvre mérite d’être jouée bien plus que beaucoup de pièces de George Sand les plus prônées. Rappelons que Balzac, aussi, avait prié l’auteur de mettre ce drame en scène. On a retrouvé dans les papiers de George Sand une ébauche de scénario tiré de Gabriel. Mais cette pièce ne fut jamais jouée. On nous a dit que Mme Sarah Bernhardt avait eu l’idée de jouer Gabriel, que M. Henri Amic avait essayé de l’arranger pour le théâtre. Mais puisque ces projets restèrent inexécutés nous exprimons le vif désir de voir jouer un jour Gabriel, sans changement aucun, rien qu’avec quelques coupures peut-être. Nous désirons surtout qu’on garde intact le sombre et poétique dernier acte avec cette scène émouvante où, après le monologue de Gabriel-Gabrielle, dont la douleur et le désespoir aboutissent à une indifférence générale, à une apathie absolue, Gabrielle meurt assassinée. Ce dénouement émeut ; il doit satisfaire le spectateur, parce qu’il apparaît comme une nécessité : Gabrielle ne peut plus vivre, elle a vécu tout ce qu’un cœur humain peut supporter, il ne lui reste plus de force. Si ce bravo ne la tuait pas par méprise, elle mourrait quand même, elle attraperait une maladie, un coup de vent l’emporterait, le plus petit ruisseau suffirait pour la noyer, car le souffle de vie, l’esprit qui fait lutter et se défendre, ne l’anime plus. Elle est donc à la merci du moindre hasard. Nous conseillerions beaucoup à l’auteur qui voudrait mettre Gabriel à la scène de ne rien retoucher à ce dernier acte, de ne le point gâter par des arrangements, et nous sommes sûr que tous les spectateurs seront de l’avis de Balzac.

La seconde pièce de George Sand fut un proverbe : Les Mississipiens. Nous avons dit ailleurs[2] quels types incomparables présentent le vieux duc et la marquise de Puymontfort. Ce sont des portraits vivants. C’est au milieu des personnages de ce grand monde à son déclin que s’écoulèrent les premières années d’Aurore Dupin chez son aïeule Marie-Aurore de Saxe, dans son élégant petit salon rue des Mathurins et plus tard rue Thiroux, George Sand prétendit qu’ayant entrepris le prologue des Mississipiens, avec l’intention d’en faire une pièce de théâtre, la donnée lui parut peu convenir à la scène, l’action assez embrouillée se passant au temps de John Law, la passion de l’argent et l’affolement de la spéculation dominaient son sujet plus qu’il ne lui plaisait. Plus tard, cependant, Balzac composa son Mercadet sur une donnée semblable, mais il la modernisa, Mme Sand intitula donc ses Mississipiens « nouvelle dialoguée ». Malgré cette réserve les Mississipiens appartiennent certainement à la littérature dramatique, et nous partageons entièrement l’avis de M. Caro qui prétend que Gabrielle, les Sept cordes de la lyre et les Mississipiens sont comme un spectacle idéal que Mme Sand a donné à son imagination. C’est pour cela qu’ils demeurent étroitement liés à toutes ses œuvres dramatiques : ce sont ses premiers essais.

La troisième œuvre dramatique de George Sand : Cosima, fut certainement écrite pour être jouée. Ce drame dont le sous-titre est la Haine dans l’amour fut, comme nous le savons déjà, représenté en avril 1840. Au dire de Heine, la pièce n’obtint qu’un succès d’estime ; il écrivit même plus tard et non sans raison que ce fut un vrai four. Et ce fut justice. Quoique George Sand déclarât, dans sa Préface, que le froid accueil du public n’était nullement mérité, et qu’elle défendît son droit d’essayer une manière, de faire une pièce qui intéresserait non pas par des coups de théâtre et de grands effets de situations, mais par l’analyse seule de sentiments intimes, de petits événements de famille, et quoique George Sand elle-même d’une part et de l’autre le célèbre critique éreinteur Senkowski, qui se divertit extrêmement à la lecture de cette nouvelle œuvre de Georgius Sand » aient démontré que Cosima était bien la propre sœur d’Indiana et de Lélia, — mais idée et exécution, vouloir et pouvoir sont deux. Faisant montre comme Gabriel d’un boursouflage de style et d’un romantisme outré, rappelant toutefois comme Gabriel encore, certaines pièces de Hugo et de Musset, Cosima nous paraît notamment une œuvre de pure convention théâtrale, irréelle, ennuyeuse.

L’insuccès de Cosima fit pour longtemps abandonner le théâtre à George Sand, mais M. Caro a encore raison de dire que « cet effort infructueux avait irrité sa passion du théâtre plus encore qu’il ne l’avait découragée ».

Et voici qu’un beau soir d’automne de 1846, alors que toute la famille de Nohant passait la veillée dans le grand salon, tandis que Chopin pianotait en sourdine une de ses œuvres inachevées, au bruit des conversations, et que Mme Sand cousait près de la table, la jeunesse soudain eut l’idée de se costumer. Aussitôt dit, aussitôt fait. Tous disparurent. Une demi-heure après, le vieux salon Louis XV fut envahi par une bruyante compagnie : marquis, hidalgos, ogres, pierrots, soubrettes et princesses. À peine le grand pianiste s’en aperçut-il, que sans perdre une seconde, il attaqua un boléro improvisé, au son duquel tous ces soi-disant Espagnols et Gitanos se mirent à exécuter les pas les plus fantastiques que l’on puisse imaginer. Puis, vint un autre air de ballet ; de nouvelles danses s’improvisèrent. Et l’artiste de génie et les jeunes danseurs se sentirent grisés par leur succès. Le lendemain, le spectacle improvisé recommença : le corps de ballet de la veille hasarda plusieurs soli et même quelques scènes mimées, tantôt drôles, tantôt sentimentales. Dès que l’un des danseurs changeait de costume, confectionné avec autant de spontanéité que de simplicité (quelques défroques de couleur en faisaient les frais), aussitôt Chopin adaptait son jeu à ce nouvel aspect du danseur, et cette nouvelle improvisation inspirait à son tour quelque nouveau pas aux jeunes disciples de Terpsichore[3]. On se mit à jouer des pantomimes entières accompagnées par cette adorable musique. Puis, on exécuta, outre les danses, des scènes dialoguées improvisées. Lorsque Chopin reprit ses leçons à Paris, on continua pendant quelque temps les danses, Mme Sand s’étant chargée du piano ; puis on abandonna les danses et on s’adonna à de vrais spectacles dans le genre de l’ancienne commedia dell’ arte italienne, on joua des pièces improvisées d’après un scénario arrêté et discuté d’avance par tous les acteurs. Bientôt on ne pensa et on ne parla plus d’autre chose à Nohant. Généralement le sujet de la pièce du soir était débattu pendant le dîner : l’un ébauchait un scénario, les autres son développement, on rejetait une idée, on en proposait une autre et le soir ou le lendemain on jouait[4]. La troupe primitive grandit bientôt. Emmanuel Arago y débutait pendant ses vacances en 1846. L’imprésario, c’est-à-dire Maurice Sand, envoyait une invitation aux Duvernet père, mère et fille, ou aux Dutheil, père et deux fils. Quant à Mme Sand, comme nous l’avons dit au chapitre vi, de spectatrice elle devint actrice et joua les rôles les plus divers : jeunes premiers, jeunes premières, pères nobles, sorciers et reines[5]. Dans le premier des deux grands albums de Maurice Sand, qui demeurent comme une histoire du théâtre de Nohant magnifiquement illustrée, nous trouvons plusieurs lavis à l’aquarelle, représentant George Sand dans différents costumes d’homme et de femme. Nous donnons la reproduction de celui qui la représente dans le rôle de Pietro Colonna dans Une nuit à Florence. Mais c’est certainement dans le Château des Désertes, dont nous avons aussi parlé plus haut[6], que l’on trouve l’écho le plus fidèle de ces spectacles improvisés, de leurs préparatifs et des débats qui précédaient chaque représentation, relatifs au scénario, au caractère général de chaque rôle et aux analyses critiques des œuvres littéraires qui servaient de trame à ces pièces improvisées.

Puis les années 1847 et 1848 arrivèrent et tous les spectacles prirent fin. La gaie Augustine, la belle Solange, Fernand des Préaulx, Arago, Borie, n’étaient plus à Nohant. Mais lorsque Mme Sand se retrouva dans sa vieille maison, ce fut encore l’art dramatique, cette fois sous la forme des marionnettes, qui consola l’illustre femme, que le drame survenu dans sa vie privée et la tragédie politique connue sous le titre de « révolution de 1848 » laissaient désespérée. Maurice Sand, esprit si prompt à créer et à mettre debout une œuvre artistique, voyant le visage de sa mère constamment assombri et la sachant passionnée de théâtre, eut recours, pour la distraire, à cette passion favorite. (Le lecteur se soutient que l’arrière-petite-fille de Mlle de Verrières s’amusait dès l’âge de douze ans à arranger des pièces de Molière pour les représentations du couvent des Anglaises.)

Un soir Maurice se cacha avec son ami Lambert derrière le dos d’un grand fauteuil, habilla ses mains d’un mouchoir et fit son début d’imprésario de Guignol, en jouant à l’aide de ses dix « petits Poucets » une vraie petite comédie. Et comme il possédait un véritable talent d’improvisation, il mit dans cette petite pièce tant d’entrain, de verve, de gaieté que non seulement il fit

Illustration

rire sa mère jusqu’aux larmes, mais qu’elle y prit un plaisir sérieux.

Le lendemain, Maurice confectionna quelques marionnettes en bois sommairement taillées et habillées de chiffons. Peu à peu il se composa toute une petite troupe d’acteurs, joua d’abord derrière le classique paravent — cette rampe consacrée du Guignol — ensuite construisit un vrai petit théâtre.

Ses petits acteurs n’étaient point de vulgaires et stupides fantoches se ressemblant tous, dont on tire les bras et les jambes avec des ficelles. Les marionnettes de Maurice Sand avaient toutes une physionomie très marquée, justement adaptée au type qu’elles devaient personnifier. Elles ne se mouvaient point à l’aide de fils ni d’aucune mécanique et n’étaient point dirigées d’en haut : Maurice Sand se tenait au-dessous des tréteaux, comme le patron du Guignol forain, et passant son index dans l’intérieur de la tête de la marionnette, son pouce dans l’un de ses bras et le grand doigt dans l’autre, il dirigeait à son gré les mouvements des petites poupées qui semblaient sous ses doigts des êtres animés. Il savait changer sa voix suivant les personnages qu’il faisait mouvoir. Et comme lui et Lambert ne jouaient point seulement l’éternelle histoire de Pierrot, mais tantôt quelque drame romantique, tantôt une folle bouffonnerie italienne, la troupe était fort nombreuse. Aussi lorsque l’un des acteurs achevait sa tirade et qu’un autre, et quelquefois plusieurs autres personnages, entraient en scène, Maurice accrochait prestement sa petite poupée à un piton se trouvant au fond de la scène, de sorte qu’il pouvait entrer en scène autant de personnages à la fois qu’il était nécessaire à l’action. Si le fantoche ne s’accrochait pas d’emblée à son piton, il faisait manquer l’entrée, la sortie, ou la réplique d’un autre personnage. Manquer son piton ou avoir le piton devint synonyme d’une entrée ratée, ou d’une réplique oubliée et cela pour les acteurs du grand théâtre de Nohant aussi bien que pour les marionnettes. Les acteurs de l’Odéon qui y séjournèrent plus tard empruntèrent cette locution, et durant plusieurs années on disait derrière le rideau du second théâtre Français à chaque accroc survenu : il a le piton ou il a manqué son piton. Qui aurait cru que les acteurs de l’Odéon se souvenaient ainsi des petits sujets de bois de Maurice Sand ! Lui, entre temps, faisait avec ces derniers de vrais miracles. Grâce à son talent de peintre et sa science de la perspective, il brossa pour son théâtre de beaux décors très variés, soigna ses éclairages et, à force d’adresse et de combinaisons spirituelles, il poussa à la perfection tous les effets dits « scéniques », tous les trucs : éclairs, tonnerre, levers de soleil et de lune, jets d’eau, cascades, etc., etc. ; il arrivait à donner une illusion scénique complète. Et toujours, toujours il inventait pour les représentations de ses pupazzi quelque nouveau scénario captivant. Tous ceux qui assistèrent à ces représentations, à commencer par Mme Sand elle-même, disent que l’impression produite par ce théâtre de marionnettes était vraiment surprenante, merveilleuse, impossible à décrire. Éclairées d’une manière fantastique, groupées par Maurice avec une adresse incroyable et se mouvant le plus naturellement du monde, ces poupées paraissaient animées. Leurs yeux (figurés par des clous ronds enfoncés dans leurs têtes en bois), brillaient et semblaient voir, la voix de Maurice imitait tous les timbres, tous les accents, tous les tics des personnages, et les spectateurs pleuraient ou riaient aux larmes, comme à un vrai spectacle. « Personne ne sait ce que je dois aux marionnettes de mon fils, » écrivit plus tard George Sand, et elle n’exagéra point. Les marionnettes la sauvèrent du désespoir et de l’apathie morale, puis donnèrent une nouvelle impulsion et une nouvelle direction à son activité littéraire.

À côté des marionnettes la fin de 1848 et le commencement de 1849 virent ressusciter à Nohant les spectacles improvisés. Et non seulement ils ressuscitèrent, mais ils prirent encore un essor tout nouveau, un éclat inattendu. Chaque jour comptait quelque progrès : au lieu du « paravent tendu de papier bleu[7] », qui servit primitivement de décor et de rideau, Maurice et Lambert brossèrent de vrais décors, puis il y eut une rampe, des herses ; les costumes improvisés furent peu à peu remplacés par des costumes inventés et même commandés d’avance. Et bientôt les spectacles à Nohant prirent tant d’éclat que les acteurs s’enhardirent à jouer en public ; d’abord devant leurs amis de La Châtre ou des châteaux voisins (Papet du château d’Ars ou les Duvernet du Coudray), puis devant un public moins connu, habitants des alentours, et finalement Maurice et consorts eurent l’audace de jouer devant des amis, des connaissances et des acteurs venus de Paris, par exemple devant Bocage. D’autre part plusieurs actrices et acteurs, avec lesquels Mme Sand se lia d’amitié, prirent part à ces représentations. Grâce à ces séjours à Nohant beaucoup d’artistes parisiens devinrent des familiers et de vrais amis des Sand, mère et fils. Sans parler de Bocage et de Mme Sylvanie Arnould-Plessy, ceci se rapporte surtout à Sully-Lévy, Marie Lambert, Mlle Bérangère et M. et Mme Albert Bignon qui, tous, entre 1852 et 1860, furent souvent les hôtes de Nohant soit aux vacances d’automne, soit en été et même en hiver. Plus tard ce fut le tour de Thiron et de Clerh. Et cela dura presque jusqu’aux dernières années de Mme Sand. Tel fut le commencement de ce « Théâtre de Nohant », qui devint non seulement le passe-temps favori des habitants de Nohant, mais qui joua aussi un rôle très important dans la vie privée de Mme Sand et dans l’histoire de ses créations.

Ces représentations inspirèrent à George Sand le désir de tenter un nouvel essai théâtral. Nous avons vu qu’au milieu de la tourmente révolutionnaire elle avait écrit pour le « Théâtre du Peuple » son prologue le Roi attend, qui nous intéresse surtout comme la première des pièces de Mme Sand où elle mit en scène Molière. (Nous verrons à l’instant qu’il y en eut plusieurs.) L’année suivante, Mme Sand abandonna la politique pour revenir à l’art vrai, elle écrivit François le Champi, pièce tirée du roman de ce nom et représentée à l’Odéon en automne 1849. Cette comédie remporta un très grand et légitime succès[8], car, à l’encontre de presque toutes les œuvres dramatiques tirées de romans, généralement inférieures aux livres, cette comédie nous paraît, sous certains rapports, mieux composée que le roman. Quoique beaucoup de pages charmantes et de fines analyses psychologiques y manquent forcément, — ainsi toutes celles qui nous peignent la confusion et l’émoi de François devant l’amour qui l’envahit et qu’il ignorait, — mais l’action est serrée, et ne souffre pas des illogismes qui choquent le lecteur du roman. Elle s’engage au moment du retour de François, déjà adulte, dans la maison de Madeleine Blanchet, devenue veuve, malade et ruinée par sa rivale. Ceci supprime cette situation si déplaisante de l’enfant qui disait « ma mère » à celle qui le portait dans ses bras, devint amoureux d’elle, en fut aimé et l’épousa.

Revenue dans son Berry, encouragée par le succès du Champi et inspirée par l’atmosphère théâtrale qui l’entourait alors dans sa vieille maison de Nohant, Mme Sand se mit à écrire toute une série de pièces. Ce furent d’abord des comédies champêtres, genre qui avait paru si attrayant au public de la Comédie-Française. Puis elle se tourna vers la « comédie de mœurs » et même vers ce qu’on appelle les « pièces à thèse ».

Les années 1849-1851 doivent être considérées comme le temps où Mme Sand se tourna d’une manière très marquée vers la littérature dramatique. L’art dramatique sous toutes ses formes règne alors en autocrate à Nohant ; comédies après drames, drames après comédies s’entassaient sur le bureau de George Sand ; dans la salle voûtée du rez-de-chaussée, dite la salle du prieuré, la commedia dell’ arte succédait aux représentations de pièces apprises par cœur, ou aux spectacles des marionnettes. On s’y prépare toute la journée, on coud les costumes, on peint les décors, on fabrique avec du papier doré et de la colle des armures magnifiques ; à déjeuner et à dîner on discute les scénarios, on se dispute à propos du caractère de certain rôle.

En écrivant le Roi attend George Sand s’était souvenue de certains épisodes dramatiques de la vie de Molière. Elle écrivit pour les spectacles de Nohant une pièce tirée de la biographie de ce père du Théâtre français, et lui donna pour titre l’anagramme défectueuse de son nom — Marielle[9] ; puis Mme Sand fit une vraie pièce de théâtre — Molière, dans laquelle elle s’efforça de réhabiliter la mémoire du grand homme et de faire justice de certaines histoires répandues dans le public et portant atteinte à son honneur ; elle leur trouvait une explication psychologiquement vraie.

En outre, lors de ses recherches sur la genèse du théâtre de Molière, George Sand s’engoua de la Comédie italienne, se mit à étudier en compagnie de son fils l’histoire de ces « bandes » d’acteurs-improvisateurs, l’histoire des « masques », à faire des recherches sur les auteurs de leur époque, et se plongea complètement dans cette étude ; elle consacra un article spécial au Théâtre italien, elle en parla dans la préface de sa pièce les Vacances de Pandolphe, enfin, elle écrivit une préface pour l’étude de Maurice Sand sur les Masques et bouffons. C’est un travail extrêmement intéressant, traitant de la genèse, de l’évolution et des types principaux de ce théâtre et de cet art dramatique sui generis ; il est d’un grand attrait également pour ceux qui étudient l’histoire de la culture, pour les amis de Thalie et de Melpomène ou simplement pour tout lecteur passionné d’art. Entre autre, Maurice Sand a « découvert » un auteur oublié de ces comédies — un certain Beolco. Il a recueilli et narré sur cet auteur dramatique et sur ses œuvres des détails fort curieux. Quant à ses illustrations représentant les types traditionnels ou caractères de cette comédie italienne, elles en donnent une très vivante et très précise reproduction.

Les représentations théâtrales de Nohant eurent donc une action très importante sur l’activité littéraire de George Sand. Il en fut de même dans sa vie privée. Ces spectacles la reposaient de son labeur obstiné, jamais interrompu ; elle y oubliait les pénibles et tragiques impressions du dernier quart de sa vie ; elle y essayait ses nouvelles pièces destinées à quelque théâtre de Paris ; elle y puisa la donnée de plusieurs de ses romans[10]. Enfin le grand et le petit théâtre de Nohant, en ramenant George Sand à l’art dramatique, apportèrent de grands changements même dans sa vie. Il fallut faire des démarches pour placer les pièces, aller à Paris, assister aux répétitions, élargir le cercle de ses connaissances, fréquenter le monde artistique. Les observations qu’elle y fit engendrèrent une série de romans, dont les héros appartiennent à ce monde des tréteaux, tels sont : Pierre qui roule et le Beau Laurence, Adriani, Narcisse, etc., etc.

En 1851 Mme Sand fit une surprise à son fils : en son absence on reconstruisit la salle de spectacle. À son retour, Maurice trouva une vraie scène de théâtre parfaitement aménagée. Mme Sand en parle ainsi dans sa lettre du 24 février à Augustine de Bertholdi :

Oui, le théâtre a épaté Maurice. Il est arrivé le matin, il y a environ trois semaines. Le théâtre était fermé. Le soir je lui ai bandé les yeux et je l’ai conduit dans le billard. Il a vu la toile se lever, le décor de Claudie en place, tout bien propre, bien éclairé. Tu juges de sa surprise. On a joué deux fois seulement, depuis son retour. Je ne laisse jouer que tous les quinze jours, parce qu’après tout, il faut travailler. Hier a été une représentation splendide. Une pièce dans le goût des Pilules du Diable, moitié parlée, moitié pantomimée, avec des surprises, des diables, des pétards à chaque scène. Il y avait soixante personnes au public. Ça pirouettait un peu, mais on criait, on trépignait, et les acteurs étaient électrisés…

Le 28 avril Mme Sand écrit à la même correspondante :

Nous allons jouer ma dernière pièce[11]. Ah ! comme tu nous serais nécessaire ! Me voilà condamnée à faire les jeunes premières, la figure va encore quand je suis bien plâtrée, mais c’est un obstacle invincible pour moi de me persuader que je suis jeune, et ne me sentant pas la personne que je représente, je ne peux pas bien jouer. C’est au mois d’août que tu nous viens, n’est-ce pas ? Va-t-on s’en donner !…

Le 19 juillet Mme Sand annonce qu’elle est libérée de la nécessité de remplacer Augustine dans ces rôles qui lui conviennent si peu : ils sont désormais joués par une certaine Mlle Souchois, parente de Mme Duvernet, fort jolie personne. Toutefois, au dire de Mme Sand, cette jeune personne

réussit dans la partie naïve et enfant de son rôle, elle a été très insuffisante et très froide dans les endroits dramatiques. Mais on ne pouvait exiger davantage sur nos planches et Maurice a eu dans le rôle d’amoureux les mêmes qualités et les mêmes défauts, Manceau a eu en vieillard un grand succès. Lambert et Villevieille[12] ont bien joué aussi. En somme notre représentation a été très gentille et m’a bien donné l’idée de ma pièce, ce qui était pour moi la chose importante. Nous tâcherons d’en avoir une autre (une autre pièce) pour ton séjour ici. Solange est ici depuis une quinzaine avec sa petite qui est ravissante. On est très gai et tout va bien. Elle passera encore un mois avec nous…

Dans une lettre inédite de Mme Sand à Pauline Viardot, datée du 16 octobre de cette même année 1851, nous trouvons aussi les lignes suivantes, très intéressantes et qui nous peignent la manie théâtrale régnant alors à Nohant, aussi bien que le rôle du théâtre de Nohant dans la genèse des pièces de George Sand, destinées aux scènes parisiennes.


Nohant, 16 octobre 1851.

…Nous menons une vie de cabotins. Nohant n’est plus Nohant, c’est un théâtre ; mes enfants ne sont plus des enfants, ce sont des artistes dramatiques ; mon encrier n’est plus une fontaine de romans, c’est une citerne de pièces de théâtre. Je ne suis plus Mad. Sand, je suis un premier rôle marqué. Tout cela se passe bien gaiement, comme vous pouvez croire ; nous avons tout l’amusement et rien des déboires de l’art. Le théâtre est grand comme un mouchoir de poche, le public se compose de cinquante personnes ni plus ni moins, tous amis intimes, domestiques ou paysans du voisinage. La troupe se compose de Maurice et moi, de Manceau et Lambert, de Duvernet et sa femme, d’un bon enfant fort laid que vous ne connaissez pas et du menuisier de la maison, qui est le machiniste, le souffleur et l’utilité. La jeune première est Augustine au temps des vacances, et une autre que vous ne connaissez pas, dans d’autres moments. Nous faisons même venir de jeunes garçons, élèves du Conservatoire, quand nous avons besoin d’un amoureux, car ici, personne n’aime cet emploi-là. Enfin j’ai fait trois pièces cet été, dont deux ont été jouées par nous, refaites et rejouées. Cela m’est bien utile, je vois ma pièce et je la juge, et quand je n’en suis pas contente, je la bouleverse. Vous verrez, je pense, mes trois pièces eet hiver. Deux sont placées. Quant à l’autre, jetais dans la même situation que Gounod ; je comptais sur Bocage, et je savais que Bocage comptait sur lui. Mais le Marc Fouruier, nouveau directeur de la Porte-Saint-Martin, après m’avoir demandé ma pièce, m’a évincée sous divers prétextes dont le seul vrai, c’est que le Foucher[13] lui a défendu de me jouer. Espérons que cette persécution ne s’étendra pas à Ponsard[14] et à la musique de Gounod, d’autant plus que voilà le Foucher tombé dit-on[15]. Moi, je suis en course, par les jambes d’Hetzel, pour placer la dite pièce je ne sais encore où. La première est au Gymnase, la seconde au Vaudeville, si j’y puis avoir les acteurs sérieux que je veux dans les rôles que je leur destine. Mais tout cela est affreusement difficile et ennuyeux, et quand le plaisir d’écrire, et de jouer à Nohant est fini, l’ennui de se faire jouer à Paris commence.

Quand est-ce que vous viendrez passer quelque temps avec nous et vous amuser avec nous à ce jeu-là, chère fille ? Nous en avons un plus amusant, c’est d’improviser à l’italienne, sur des canevas assez compliqués parfois, et nos enfants font des tours de force d’à-propos et de dialogue comique. Il y a aussi la pantomine. Oui, quelque jour vous serez des nôtres, promettez-le-moi. Gounod tiendra le piano, et on fera un rôle de chasseur pour Viardot. Au besoin on lui mettra des perdrix empaillées sur le théâtre.


Les trois pièces auxquelles Mme Sand fait allusion dans cette lettre comme écrites en été 1851, sont : le Mariage de Victorine, les Vacances de Pandolphe et Nello le violoniste plus tard rebaptisé en Maître Favilla. Quant à l’année 1851 — où cette lettre et ces trois pièces furent écrites — il faut considérer cette date comme le vrai commencement de la carrière dramatique de George Sand, car c’est en janvier de cette année que fut jouée la première de toute une série de pièces que George Sand écrivit et mit en scène sans discontinuer, pendant quelque cinq années, jusqu’en 1856 à peu près. C’est ainsi que le 11 janvier 1851 fut jouée à la Porte-Saint-Martin par l’ami de l’auteur, Bocage, une pièce champêtre, Claudie, comme qui dirait un conte berrichon de George Sand mis en scène. Elle eut un grand succès. Le 10 mai de la même année on représenta, à la Gaieté, Molière. Puis viennent : le Mariage de Victorine, représenté au Gymnase le 26 novembre 1851, les Vacances de Pandolphe, comédie qui eut sa première le 3 mars 1852 au même Gymnase et qui est écrite dans le style des masques italiens sur lesquels Mme Sand fit un article en cette même année. Le 1er septembre 1852 on joua le Démon du foyer, au Gymnase. Une année plus tard, en septembre 1853, année où parurent les Maîtres sonneurs, on représenta, toujours au Gymnase, le Pressoir, drame champêtre dans le genre du Champi et de Claudie. Deux mois plus tard, le 28 novembre 1853, on donna, à l’Odéon, une pièce tirée par George Sand de Mauprat. Moins d’une année après, le 31 octobre 1854, George Sand revint au Gymnase avec Flaminio, tiré du roman de Teverino, (nous en avons parlé au chapitre vu du volume précédent). Onze mois plus tard, on joua, à l’Odéon, Nello-Favilla ; six mois après lui, le 16 février 1856, au Gymnase, Lucie ; le 3 avril de la même année, à l’Odéon, Françoise (destinée d’abord sous le titre de l’Irrésolu à la Comédie-Française). Enfin neuf jours à peine après cette dernière pièce, le 12 avril 1856, on représenta à ce Théâtre-Français le Comme il vous plaira de Shakespeare, arrangé par George Sand. C’est ainsi que de la fin de 1850 au commencement de 1856 George Sand écrivit et mit en scène douze pièces et la treizième, Marielle, prototype de Molière, fut imprimée dans la Presse vers la fin de 1851. Et combien de pièces encore ne virent pas le feu de la rampe à Paris et ne furent écrites que pour Nohant !

Nous ne dirons rien de Claudie. Le lecteur trouvera l’analyse de cette pièce et le récit de nos impressions personnelles lors de sa représentation à la fête du centenaire en 1904, dans le dernier chapitre de ce volume[16]. Rappelons seulement quelques curieux Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/292 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/293 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/294 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/295 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/296 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/297 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/298 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/299 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/300 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/301 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/302 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/303 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/304 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/305 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/306 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/307 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/308 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/309 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/310 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/311 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/312 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/313 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/314 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/315 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/316 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/317 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/318 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/319 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/320 intéressée à l’histoire de cette contrée, elle créa immédiatement dans son imagination ce canevas d’un « roman suédois » et elle se mit à en développer les détails. Le 20 novembre 1857 elle écrit déjà à Charles Edmond :


Cher ami,

Avant de vous parler d’affaires, je veux vous dire que je me suis enfin mise, ces jours-ci, à lire votre relation du grand voyage, et que, sans aucun compliment ni prévention d’amitié, j’en ai été ravie. J’avais peur d’entamer le gros volume et de le laisser en chemin. Aussi je n’ai pas voulu seulement l’ouvrir avant d’être sûre que je n’aurais plus une comédie de trois actes à faire toutes les semaines pour le théâtre de Nohant. Je suis tranquille à présent et je vous suis à travers les banquises…

Je vas vous suivre en Suède, où, précisément, j’ai posé mon nouveau roman. J’ai feuilleté un peu, avant de lire bien, cette partie du livre. Je vois que vous n’avez pas été en Dalécarlie, où j’ai planté ma tente en imagination. Dites-moi si vous connaissez en français, en italien ou en anglais (je ne sais pas d’autre langue), un ouvrage sur cette partie de la Suède, et un peu de détails sur son histoire au dix-huitième siècle, sous Frédéric Adolphe, le mari d’Ulrique de Prusse. Vous me feriez bien plaisir de me le prêter. Ou indiquez-moi quelque chose que je puisse lire sur ce pays et cette époque ; ou enfin faites-moi un petit précis de quelques pages, si vous avez cela dans la mémoire…

Parlons d’affaires ; ce sera bientôt fait. Vous prendrez le temps qu’il vous faudra pour la publication nouvelle ; vous me donnerez seulement quelque argent si je viens à en avoir besoin, en échange du manuscrit. Voici le titre sauf votre avis : Christian Waldo. Vous me direz que Waldo n’est pas un nom suédois ; c’est possible, mais c’est là justement l’histoire. Ce nom intrigue, même celui qui le porte. Annoncez, si vous voulez, que le roman se passe au dix-huitième siècle, afin qu’on ne croie pas qu’il s’agit de quelque parent de Pierre Waldo, le chef des Vaudois. Ou bien encore, le roman peut s’appeler, si vous croyez le titre plus alléchant : le Château des Étoiles. C’est un Stelleborg de fantaisie qu’un personnage s’est bâti en Dalécarlie, à l’imitation de celui d’Uranienborg dans l’île du Haven[17]. Dans ce château, il se passe des choses bizarres. Espérons qu’elles seront amusantes ; je crois, toute réflexion faite, que ce titre plaira mieux. Décidez. N’annoncez pas une peinture de la Suède ni du dix-huitième siècle ; car le cadre réel sera moins étudié que celui de Bois-Doré[18]. J’y ferai de mon mieux ; mais c’est surtout un roman romanesque que je fais cette fois…

Le 8 décembre elle écrit au même :

· · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

Vous êtes bien l’obligeance personnifiée, d’avoir pensé à mes bouquins en dépit des ennuis, des inquiétudes et du mal de tête. Envoyez-moi des ouvrages que vous me citez, ceux que vous me croirez utiles, mon sujet donné. Il me faut une couleur locale de la Dalécarlie au dix-huitième siècle et une couleur historique de la cour, de la ville et de la campagne sous les deux règnes qui précèdent celui de Gustave III. Je ferai bien cette couleur avec les événements ; mais je n’en sais pas le détail, et tout ce que je peux consulter chez moi passe sous silence, ou peu s’en faut, l’affaire des chapeaux et des bonnets.

J’ai les travaux de Marmier publiés dans les vingt-cinq premières années de la Revue des Deux Mondes ; mais ce que je cherche ne s’y trouve pas. Si son Histoire de la Scandinavie ne traite que des temps anciens, elle ne me tirera pas d’affaire. Décidez et faites comme pour vous.

Le 2 janvier 1858, elle lui écrit encore :

…Oui, je vous promets le Château des Étoiles (par parenthèse, il m’amuse beaucoup à griffonner ; est-ce bon signe ?), si ça peut vous être utile, je le promets à vous, pas à d’autres. Si vous quittez, je ne reste pas[19]. Mais vous savez que je serai obligée de vous demander Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/323 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/324 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/325 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/326 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/327 leur ville bienheureuse dans le prétendu bourg de la Faille sur Gouvre[20] où l’action de ce roman est censée se jouer, car non seulement tous ceux qui visitèrent La Châtre reconnaîtront d’emblée cette ville par ce détail topographique, mais aussi chaque lecteur de l’Histoire de ma vie se souviendra, d’abord confusément, d’avoir lu quelque part la description d’un théâtre adossé à un couvent de religieuses ou se trouvant même sous le même toit que cette communauté. Et en ouvrant l’Histoire il retrouvera effectivement dans le chapitre vii, p. 204-205, du volume premier et p. 55-56 vol. III la description de ce même emplacement qu’on voit dans Narcisse. Or, le roman aurait pu prendre le titre de la toute première œuvre de George Sand[21], la Comédienne et la Religieuse, car ses deux héroïnes sont : l’actrice Julia — passionnée, désordonnée, ne sachant point se maîtriser, nous dirions « hystérique », et la jeune « chanoinesse », Juliette, qui, quoiqu’elle n’ait point pris le voile, a quitté le monde et s’est dévouée à élever des orphelines. Elle manque de devenir la rivale de Julia, en aimant le même homme, un acteur dévergondé, elle le sauve pourtant, par la force de ses raisonnements et ses soins maternels, d’un abaissement définitif, et le ramène dans la bonne voie. Quant à elle, elle meurt n’ayant pu supporter le choc de la dure prose de la vie. Elle épouse in extremis Narcisse qui l’aimait depuis longtemps avec abnégation. Ce qui est le plus intéressant dans le roman, c’est sans doute le commencement où nous voyons peints en traits réalistes (et il faut noter ce reflet du naturalisme, alors à ses débuts), les mœurs et les us de La Châtre, les soirées de théâtre dans cette ville et enfin les deux natures d’artistes-viveurs : la Julia dépourvue d’équilibre, se jetant toujours dans les extrêmes, et Albani vivant aux dépens des autres, se drapant toujours dans Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/329 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/330 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/331 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/332 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/333 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/334 en littérature dramatique. Et à ce propos nous lisons dans le volume Auteurs dramatiques de Zola les lignes suivantes :

…Longtemps on lui a refusé tout talent dramatique, comme on en refuse d’ordinaire chez nous aux romanciers ; pour la critique, quiconque écrit un livre ne peut écrire un drame. Seulement après de grands succès, George Sand dut être reconnue pour un dramaturge, sinon très habile, du moins très large de facture et d’une émotion profonde. Elle triomphe au théâtre par son honnêteté, le sentiment calme et tendre qu’elle avait des passions.


On ne peut dire mieux pour juger George Sand, auteur dramatique, et c’est par ces lignes impartiales, équitables et justes que nous terminons le chapitre du Théâtre de George Sand.



CHAPITRE XI

1855-1862


Œuvres autobiographiques de George Sand. — Le plan primitif des Lettres d’un voyageur. — Le Journal de Piffoël. — La Lettre d’un oncle. — Un Voyage au Mont-Dore et l’Histoire de ma vie. — Existence à Nohant de 1849 à 1855. — Alexandre Manceau. — Nini Clésinger. — Terre et Ciel de Jean Reynaud et Evenor et Leucippe. — Voyage en Italie en 1855. — Impressions italiennes et la Daniella. — Charles Edmond et la PresseLes Beaux Messieurs de Bois-Doré, les Dames vertes. — Gargilesse et La Villa Algira. — Labeur sans trêve. — Entomologie, botanique et minéralogie. — Jean de la Roche. — Maladie et voyage à Tamaris en 1861. — Valvèdre, Flavie, Antonia et M. Rodrigues. — M. Francis Laur et Louis Maillard. — Le Marquis de Villemer. — Tamaris. Edmond Plauchut. — Autour de la table et Promenades autour d’un village. — La Famille de Germandre. — Alexandre Dumas.


Chacun sait que dans les graves et tragiques moments de la vie : face à face avec la mort, lors d’une maladie sérieuse, après la perte d’un être chéri ou après une rupture définitive avec un ami, involontairement on revit ses joies et ses peines, un examen de conscience s’impose, on se juge et parfois on se condamne. Si l’on est écrivain, ces moments sont la cause et la source première de Confidences et de Confessions. Maintes fois des tristesses, des événements tragiques éveillèrent chez George Sand le désir d’expliquer son être intime, de raconter les actes extérieurs qui le révélèrent. Plusieurs fois ce projet lui vint et presque toujours son génie créateur lui fit abandonner son plan primitif ; elle écrivit alors des œuvres qui n’étaient que mi-autobiographiques, des pages où à la Wahrheit (la vérité) se substituait la Dichtung (la fiction).

Si on laisse de côté les romans de Mme Sand contenant des détails autobiographiques (que nous avons notés chaque fois que nous les analysions) tels qu’Indiana, Valentine, Mattéa, Lélia, Elle et lui, le Toast, Lucrezia, Spiridion, Isidora, le Poëme de Myrza, le Diable aux champs, etc., etc., etc.), on doit considérer comme une tentative d’autobiographie les Lettres d’un voyageur. Voici ce que George Sand en dit elle-même :

Je viens de relire les Lettres d’un Voyageur de septembre 1834 et de janvier 1835 et j’y retrouve le plan d’un ouvrage que je m’étais promis de continuer toute ma vie. Voici quel était ce plan suivi au début de la série, mais dont je me suis écartée en continuant et que je semble avoir tout à fait perdu de vue à la fin. Cet abandon apparent veut surtout dire que j’ai réuni sous le même titre de Lettres d’un voyageur diverses lettres ou séries de lettres qui ne rentraient pas dans l’intention et la manière des premières[22]. Cette intention et cette manière consistaient dans ma pensée première à rendre compte des dispositions successives de mon esprit d’une façon naïve et arrangée en même temps… Je créai donc au hasard de la plume et me laissant aller à toute fantaisie un moi fantastique très vieux, très expérimenté et partant très désespéré. Ce troisième état de mon moi supposé, le désespoir, était le seul vrai, et je pouvais, en me laissant aller à mes idées noires, me placer dans la situation du vieil oncle[23], du vieux voyageur que je faisais parler… En un mot je voulais faire le propre roman de ma vie et n’en être pas le personnage réel, mais le personnage pensant et analysant…


Le Journal de Piffoël, dont nous avons plusieurs fois cité des extraits et qui ne fut jamais publié en entier, excepté le petit épisode intitulé la Fauvette du docteur[24], présente comme une suite de ces Lettres d’un voyageur, écrite de nouveau au nom d’un prétendu « vieux docteur », pessimiste et désabusé.

Cette histoire de sa vie était trop incomplète pour satisfaire George Sand, elle décida dès lors d’écrire ses mémoires.

Dans une note au bas d’un article de 1857 de Charles de Mazade sur l’Histoire de ma vie, Buloz dit que George Sand avait dès l’époque qui suivit sa rupture tragique avec Musset, vers 1835-36, l’intention sérieuse d’écrire ses mémoires, et qu’on peut en retrouver le plan et des détails dans les lettres de Mme Sand qu’il a gardées dans ses cartons :

… « Nous n’avons pas oublié non plus que dans l’hiver de 1835 Mme Sand eut pour la première fois l’idée d’écrire quatre volumes seulement de mémoires, qui ne devaient paraître qu’après sa mort. Quand il nous arrive de feuilleter encore les trois ou quatre cents lettres de Mme Sand qui nous restent entre les mains, nous y trouvons non seulement crayonné le plan de ces mémoires, mais quelques-uns même des éléments de ce livre posthume, pendant les dix premières et plus belles années de la vie littéraire de l’auteur… »

Mais bien avant 1835-36, vers 1827, en récapitulant probablement sa vie de jeune fille et de jeune mariée, sous l’impression de la trahison de son mari, de sa rupture morale avec lui et de son amour pour Aurélien de Sèze, George Sand avait songé à écrire son autobiographie.

Ce prototype de l’Histoire de ma vie s’appelle Voyage en Auvergne et en Espagne, fut écrit pour Zoé Leroy et fut, comme nous l’avons dit, imprimé, déjà après la mort de George Sand, dans le Figaro de 1888. L’original est écrit sur de petits cahiers in-8° et présente une série de très petits chapitres, parfois de deux ou trois lignes, qui sont comme un sommaire de ses futurs mémoires. Voici le commencement et quelques extraits de ce très intéressant écrit très important pour nous, où — cinq années entières avant la naissance de la future George Sand — se reflètent avec une étonnante intensité toutes les faces de son admirable talent. Ce qui est absolument typique c’est le style, c’est la forme de cette première œuvre autobiographique, c’est le récit spontané, familier des événements tantôt plein d’humour, de verve, et tantôt de profond sentiment, ce sont des digression, des plaintes amères sur son sort, des réflexions d’une puissance extraordinaire sur des thèmes généraux, de poétiques paysages, des excursions de naturaliste, des épisodes comiques dialogues, des esquisses satiriques de personnages burlesques ou étranges, des pages alertes et gaies rappelant ses lettres intimes et d’autres écrites en sonores périodes évoquant le style de Lélia. Il est très curieux de noter le fait surprenant que George Sand avait, dès lors, ébauché en lignes générales le plan de son Histoire de ma vie tel qu’il fut exécuté plus tard.


Mont-Dore, dimanche 12 août.

J’arrive. Que c’est bête un voyage d’amateur. Je suis exténuée ! Que suis-je venue faire ici ?

Chercher la santé ? où est-elle la santé ? Je suis d’une humeur de chien.

Lundi. — C’est bizarre, une vie comme celle-ci. C’est même plaisant. Je me réconcilie. Cependant, je ne me sens pas encore assez d’aplomb pour rester au salon. Nouvelle débarquée, tous les regards se portent sur moi. Que c’est sot de faire attention à moi ! Je viens dans ma chambre…

…Çà, que faire ? Il pleut. Jamais je n’ai eu tant envie de me promener. Je suis fantasque aujourd’hui. Je fais la jolie femme. Ah ! pour femme, pas trop ! Jolie encore moins. C’était bon il y a dix ans. Je n’ai pas de livre qui me plaise.

Ce que j’ai emporté est absurde. C’est égal, cela me donnera un maintien pour sortir seule.

J’aurai l’air de lire, de penser à quelque chose et je pourrai à mon aise ne penser à rien.

À rien ! Quand ne pense-t-on à rien ? Qu’on serait heureux si, un quart d’heure dans la vie, on pouvait ne penser à rien ! Mais en dormant même, on rêve !…

…Ah ! il y a un bénitier auprès de mon lit. C’est une attention, cela me rappelle le couvent. Comment donc ! mais c’est charmant, un bénitier ! Me voilà bien, si j’écrivais à quelqu’un ? oui, à ma mère, par exemple ! à ma mère, ah Dieu ! Ô ma mère, que vous ai-je fait ? pourquoi ne m’aimez-vous pas ? Je suis bonne pourtant. Je suis bonne, vous le savez bien. J’ai cent défauts, mais je suis bonne dans le fond. J’ai mes violences et elles sont terribles. Mais vous en aperçûtes-vous jamais ? Oh ! que j’étais facile à mener ! Un mot de vous détruisait toutes mes résolutions. Je vous avouais tout ce qu’en tenant caché j’aurais pu faire servir à adoucir mon sort. Mais, chose étrange, vous saviez également me faire peur et m’attendrir.

Quand vous étiez en colère, je tremblais, j’étais pâle et me sentais mourir. Quand vous m’entouriez de vos séductions, j’arrosais vos mains de pleurs… Oh ! que je vous aurais aimée, ma mère, si vous l’aviez voulu ! Mais vous m’avez trahie, vous m’avez menti, ma mère, est-ce possible ? vous m’avez menti ! Oh ! que vous êtes coupable I Vous avez brisé mon cœur. Vous m’avez fait une blessure qui saignera toute la vie. Vous avez aigri mon caractère et faussé mon jugement.

Vous m’avez mis dans l’âme une sécheresse, une amertume que je retrouve dans tout.

Croyez-vous que j’ai oublié tout cela quand maintenant vous me caressez ? Oh ! vos caresses me font du mal. Quand vous m’embrassez, mon cœur se gonfle et, si j’osais pleurer devant vous, je pleurerais ! Et quand je vois une autre fille dans les bras de sa mère, heureuse, adorée, protégée, je me tords les mains et je pense à vous qui m’avez abandonnée. Ma mère, Dieu vous pardonne ! Il vous pardonnera. Dieu est parfait. Mais vous m’avez fait bien du mal.

Je voudrais me venger, je voudrais pouvoir vous faire du bien. Vous verriez que je ne suis pas une mauvaise fille ! Ah ! je n’étais pas née pour cela !!!

Voilà ma lettre ; l’enverrai-je ?

Pauvre mère ! que de chagrin elle vous ferait ! Vous êtes légère, mais vous n’êtes pas méchante. Non, vous ne l’êtes point. Vous n’êtes que bizarre. Ah ! je ne vous ferai jamais de reproches. Je pleurerai en silence. Vous vieillirez tranquille.

Je me sens très mal à présent. À quoi ai-je été songer 1 Si j’allais consulter le médecin ? Encore quelque âne ! Je n’irai point, qu’ai-je à faire de lui ?

Mais, mon Dieu, à qui écrirai-je donc ? Je sais bien à qui je n’écrirai pas[25].

À Adolphe[26] ? C’est un ami despote. Je n’aime pas la tyrannie. À Stéphane[27] ? C’est un fou, un vrai pédant. Je déteste la science. À Gustave[28] ? C’est une bête. Les bêtes m’ennuient. À mon père[29] ? L’excellent cœur ! Mais que lui dirai-je ? Lui raconter ce que j’ai vu à Clermont ? l’éternelle relation obhgée ! Mais je n’ai rien vu ! J’ai été partout. J’ai attrapé un coup de soleil au Puy-de-Dôme. Je me suis éreintée à cheval, époumonée à pied. Et tout cela pourquoi ? Si, je le sais !… Il n’y a pas là de quoi faire une lettre. Mon Dieu, qu’on est bête quand on a de l’humeur.

Je vas écrire à Zoé[30], Elle est si bonne ! C’est un ange. Oui, mais elle montrerait ma lettre et je ne veux pas qu’on se souvienne de moi[31]. À Jane[32] plutôt. C’est une reine. Oh ! je lui ferais horreur dans ce moment-ci.

Décidément je n’écrirai pas, mais qu’est-ce que je fais donc à présent ?…

Puis, la jeune femme se désespère de l’inutilité de sa vie, elle songe au suicide, mais n’a pas le courage de se tuer, à cause du petit Maurice ; elle voudrait pourtant mourir, se débarrasser a de la corvée de la vie », elle s’ennuie et ne sait que faire… Puis, tout à coup elle esquisse le portrait de M. Garrick, le gardien de l’établissement balnéaire, qui, pour tuer le temps, fait avec ses fils des collections minéralogiques, estropie les noms latins d’une manière épouvantable, mais au fond ne dit « guère plus de bêtises que beaucoup de savants de ma connaissance, » et à ce propos la jeune pessimiste lance une phrase toute Georgesandesque :

Je déteste les grands mots et le grand savoir en manchettes et en jabot. Je les aime à la folie en casquette et en sabots.

Puis elle ajoute : « Garrick est fort aimable et je ne m’étonne pas des bontés de M. Ramond pour lui. » (M. Ramond — soit dit par parenthèse — c’est Raymond Aurélien de Sèze, qui apparaît plus loin sous le pseudonyme transparent de M. Lesène et qui apparaîtra dans Indiana sous celui de Raymon de la Ramière.) Et enfin elle dessine en quelques traits bouffons la société de la petite ville d’eaux et ses établissements thermaux.

Mais avec tout cela, le temps n’avance guère.

…On ne dînera que dans deux heures. Il m’est impossible de m’amuser de rien avec suite aujourd’hui. J’ai la tête fort malade. En vain j’ai cherché tous ces jours passés à m’étourdir par la fatigue. Ce chagrin, ce chagrin ne sait pas dormir et ne veut pas se taire. Ô angoisse !…

Au fait, si je me plaignais à moi-même ? Comme ce serait nouveau, ce pourrait me distraire.

Si je me racontais mon histoire ? C’est une bonne idée. Écrivons des mémoires. C’est un genre à la portée de tout le monde, et cela fera bon effet. Les pensées d’hier feront diversion à celles d’aujourd’hui. Mais surtout pas un mot du présent. Je l’écrirais avec une plume de feu trempée dans du fiel. Aussi bien, puisque me voilà écrivant mon voyage, je suis bien aise qu’il y ait de tout, et que la chose dont il soit le moins question soit précisément mon voyage. Commençons.

Ferai-je une préface ? Oui. Il en faut une. C’est indispensable et je veux faire un ouvrage complet. Passons à la préface.

Mémoires inédits.
Préface

J’écris mon histoire pour me désennuyer (Fin.)

Bien. Je ne vois pas ce qu’on peut dire de plus et de mieux. Cela est véritable, positif, clair, concis. On voit tout d’abord ce que je veux dire. — Passons au chapitre premier, pour suivre les règles de l’art, il faudrait faire un peu l’histoire de mes parents et même remonter à celle de leurs parents à la seconde ou troisième génération. Mais comme je n’ai pas le temps et que je prétends finir mon ouvrage avant de dîner, je passe à ma propre histoire.

I

Je naquis dans la rue Mélée (sic) l’an XII de la république. Ma mère était au bal. J’arrivais entre la chaîne anglaise et la queue du chat.

On n’eut que le temps de m’envelopper dans un fichu de crêpe rose et de m’emporter. C’était d’un bon augure, dit-on. Les augures ne se justifient que quand ils annoncent le mal.

Le lecteur voit que dès le début c’est là en abrégé la vraie Histoire de ma vie qui ne présente qu’une version développée de ces mémoires premiers. Nous y trouvons notamment et « l’histoire des parents et même celle de leurs parents à la seconde et troisième générations », histoire qui doit expliquer et faire prononcer l’absolution sur bien des faits de la vie de l’auteur, et le « premier chapitre » commençant par le récit de sa naissance en « l’an XII de la République », et même, au vol de la plume, la remarque amèrement ironique sur ce que les pronostics gais et roses accompagnant la venue au monde de l’auteur de Lélia et du Journal de Piffoël et lui prophétisant un avenir riant, ne se sont pas justifiés. Puis vient une série de petits chapitres qui ne présentent pour le lecteur qui connaît l’Histoire de ma vie et l’histoire réelle des premières années de George Sand, qu’un précis de tout ce qu’il a lu ; c’est pour cela que ces petits chapitres nous intéressent. C’est l’Histoire de ma vie en germe :

II

Je fus mise en sevrage à Chaillot, pendant que ma mère partit pour l’Italie[33]. Clotilde et moi demeurâmes là chez une bonne femme jusqu’à deux ou trois ans.

On nous apportait le dimanche à Paris sur un âne, chacune dans un panier avec les choux et les carottes qu’on vendait à la halle.

III

Ma grand’mère me prit et fit de moi une demoiselle. J’arrivais d’Espagne. J’avais la fièvre, la gale et des poux. On m’apprit à lire, on me décrassa. Je devins gentille, un peu colère pourtant.

IV

Je jouais à colin-maillard, à traîne ballet, à la main-chaude, voire à l’oie. J’avais un précepteur.

Le chapitre V manque.

Il est évident qu’Aurore Dudevant saute sa vie de couvent, ce qu’elle n’évita pas lorsqu’elle parla de sa vie plus tard. Mais en 1827 il est probable qu’elle ne voulait pas parler à la légère de ses impressions pieuses. Donc, immédiatement après le chapitre IV, vient le chapitre VI.

VI

Quand j’eus seize ans, on s’aperçut comme j’arrivais du couvent que j’étais une jolie fille.

J’étais fraîche quoique brune. Je ressemblais à ces fleurs de buisson, un peu sauvages, sans art, sans culture, mais de couleurs vives et agréables. J’avais une profusion de cheveux presque noirs qui sont devenus depuis presque blonds. En me regardant dans une glace, je puis dire pourtant que je ne me suis jamais fait grand plaisir. Je suis noire, mes traits sont taillés et non pas finis. On dit que c’est l’expression de ma figure qui la rend intéressante. Et je le crois car en me regardant de sang-froid, comme je me regarde toujours, je n’ai jamais pu comprendre comment on a fait attention à moi. Mes yeux, qu’on a vantés souvent, me semblent froids et bêtes. D’où je conclus qu’il faut qu’une femme s’aime beaucoup pour avoir de l’expression dans la figure lorsqu’elle se regarde et pour se trouver jolie. Si je me voyais dans les yeux de quelqu’un que j’aime, je serais sans doute plus contente de l’ouvrage de ma mère.

On retrouve bien dans l’Histoire de ma vie ce même portrait, rien qu’un peu modifié selon l’année un peu ultérieure où il fut tracé, 1847, année où l’Histoire de ma vie fut commencée.

VII

J’avais l’humeur gaie et pourtant rêveuse. Car il y a des contrastes dans tous les caractères et surtout dans le mien. L’expression la plus naturelle à mes traits était la méditation.

Et il y avait, disait-on, dans ce regard distrait, une fixité qui ressemblait à celle du serpent, lorsqu’il fascine sa proie. Du moins c’était la comparaison ampoulée de mes adorateurs de province. Un d’eux surtout s’y laissa prendre, tandis que je lui préférais Colette.

VIII

J’eus dix-sept ans. En vérité, ai-je jamais eu dix-sept ans ? C’est si loin que si l’on ne m’assurait qu’il est une époque dans la vie où personne ne peut passer sans compter dix-sept ans, je croirais que je n’ai jamais vu cette belle saison.

Je commençais les veilles et les larmes.

IX, X et XI

Je perdis ma bienfaitrice, mon bonheur et ma beauté.

X

Ma mère...

XI

Ma sœur me repoussa et me trahit.

XII

Mon frère… fut toujours bon, mais faible. Il ne sut pas me défendre.

XIII

On chassa André, on m’ôta tous ceux que j’aimais. Arrachée à Nohant ma patrie, seule et désolée, il me restait un pauvre chien qui m’égayait par ses folies. On m’ôta mon pauvre chien[34].

XVI OU XVII

Quand je fus mariée, j’eus un fils, et il y a encore un ou deux chapitres qui me sont absolument sortis de la mémoire. Si l’on me montrait quelque chose qui eût rapport à ce temps-là, je tressaillerais peut-être d’effroi ou de douleur.

Mais si l’on ne m’en parle pas, je n’y songe pas. Je n’ai pourtant pas le don de l’oubli. J’ai le sentiment du passé si je n’en ai le souvenir. Hélas ! et quand je regarde mon teint flétri, ma vieillesse anticipée[35], quand je sens dans mon cœur éteint, glacé, quand je sens dans mon corps des douleurs affreuses, fruits amers du désespoir, des sanglots renfermés et des tristes veilles, je vois bien que j’ai vécu. Je n’ai pas besoin de me rappeler quels jours commencèrent ma ruine et quels jours la finirent.

XX

Le cœur demeura pur comme le miroir.

Eh ! ogni respiro appanna.

Il fut ardent, il fut sincère, mais il fut aveugle ; on ne put le ternir, on le brisa.

XXI

Je partis pour les Pyrénées… Qu’est-ce que j’entends là ? Déjà le dîner ? J’ai donc bien rêvassé au lieu d’écrire ! Oui, j’ai fait une pause après chaque chapitre et les deux heures sont écoulées, et je n’en suis qu’à la moitié. Que dis-je ? Je ne fais que commencer… Allons, ce sera pour un second volume, en attendant, envoyons celui-ci à un libraire, à M. Panckouke ou à M. Ladvocat ? À M. Ladvocat :

Monsieur, je vous envoie mon ouvrage. Il est bon, c’est moi qui vous le dis.

Je suis avec considération…


C’est par cette allègre drôlerie que les mémoires se terminent soudain : plus loin on y voit la suite du journal du voyage, jour par jour, l’auteur jase avec une spontanéité toute prime-sautière sur tous les « baigneurs » et tous les incidents survenus dans la petite ville d’eaux ; nous voyous apparaître quantité de personnages plus ou moins comiques (MM. Lesène, Ramond et même un Russe qui porte le nom estropié de Kologrigoff et, on ne sait pas trop pourquoi, parle français avec un accent allemand !). Et au milieu de toutes ces petites scènes bouffonnes, voilà que surgissent tout à coup deux épisodes ou deux morceaux fort poétiques : une page lyrique adressée à l’âne qui portait la petite Aurore sur son dos de Paris à Chaillot, et une autre page que l’auteur prétend être fortuitement trouvée dans son journal, intitulée les Corbeaux et écrite dans un style parfaitement imité de Chateaubriand ou… de Lélia. Puis, dans la Seconde partie : Voyage en Espagne, Aurore Dudevant raconte à peu près tout ce qu’elle conta plus tard dans l’Histoire de ma vie du voyage qu’elle fit avec sa mère pour rejoindre M. Dupin en Espagne et toutes ses impressions enfantines d’alors. Nous ne nous arrêterons point sur cette fin de la première partie du Journal de voyage, surtout important comme témoignage du talent inné et spontané de George Sand. Il se dégage de ces lignes écrites au courant de la plume, tant de précision dans les expressions, tant d’observation des caractères, tant de puissance poétique, d’humour et tant de nostalgie désespérée qu’on a peine à croire que leur auteur n’était qu’une femme de vingt-trois ans, mariée à un hobereau médiocre, passant ses vacances dans mie ville d’eaux, au milieu d’un tas d’adorateurs ennuyeux, et qui joue de sa plume comme d’autres jouent de l’éventail. Nous avons déjà noté cet éveil spontané du talent de George Sand ; ce qui nous importe c’est de marquer la ressemblance des Souvenirs d’Auvergne avec l’Histoire de ma vie. Ce n’est pas seulement le plan général, mais même la manière de raconter, le procédé et le point de départ sont identiques. Il est vrai que la jeune femme de vingt-trois ans ne peint que ses sentiments personnels et ses propres pensées, tandis que la femme de quarante-trois trouve nécessaire de mêler à son récit des réflexions et des raisonnements sur des thèmes généraux. Mais, dès que la narration touche à des événements trop intimes, nous voyons apparaître à la place de George Sand, l’auteur du Voyage au Mont-Dore. Si on n’envisage que les deux préfaces, on peut croire que les deux auteurs avaient deux buts différents. « Pourquoi ce livre ? » Aurore Dudevant répond : pour tuer le temps, George Sand prétend que le récit sincère et véridique de la vie de chaque homme peut servir à tous les hommes : la loi de la solidarité oblige chacun à partager avec les autres les fruits de son expérience, de ses réflexions et de ses peines… Mais lorsque l’auteur commence son récit et nous conte l’histoire de ses parents, de ses ancêtres, sa naissance, son enfance à Paris et à Chaillot, son voyage en Espagne, les efforts de sa grand’mère « à faire une demoiselle » de la petite sauvageonne qu’elle était, les « excentricités » de sa mère, la liberté dont elle jouissait à Nohant et ses jeux au grand air, puis nous parle d’Hippolyte, de Deschartres, de son couvent, du retour à Nohant, quand elle évoque les lectures nocturnes, la mort de l’aïeule, le divorce moral avec sa mère (jusqu’à l’exil du petit chien inclusivement), son désespoir de jeune fille, son mariage, la naissance de Maurice, alors nous reconnaissons que l’auteur suit de point en point le plan tracé dans le Voyage en Auvergne. Après quoi, soudain l’auteur de l’Histoire, comme l’auteur du Voyage, s’interrompt uniquement pour dire au lecteur : « Il y a ici encore un ou deux chapitres fort intéressants, mais ils sont absolument sortis de ma mémoire… »

Nous lisons dans les Souvenirs d’Auvergne des lignes mystérieuses sur les « jours qui commencèrent ma ruine et ceux qui la finirent », c’est-à-dire sur les malheurs conjugaux d’Aurore Dudevant, sur son amour non moins malheureux pour Aurélien de Sèze, et immédiatement après : « Je partis pour les Pyrénées… » Tout cela apparaît dans l’Histoire de ma vie sous la forme des lignes non moins mystérieuses sur « l’être » qui aida Aurore « à supporter sa solitude », sur sa rupture finale avec lui, ou des pages consacrées au voyage dans les Pyrénées, pleines d’ellipses mentales, de sous-entendus, d’allusions à « Bordeaux », aux « chênes de Montesquieu, » à la « Brède » à l’Esprit des lois[36]. Et à travers tout cela dans les deux versions, des mémoires passe comme un fil rouge la même pensée :

« Le cœur resta pur, comme le miroir, il fut ardent, il fut Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/349 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/350 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/351 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/352 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/353 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/354 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/355 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/356 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/357 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/358 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/359 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/360 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/361 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/362 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/363 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/364 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/365 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/366 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/367 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/368 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/369 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/370 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/371 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/372 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/373 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/374 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/375 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/376 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/377 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/378 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/379 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/380 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/381 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/382 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/383 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/384 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/385 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/386 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/387 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/388 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/389 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/390 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/391 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/392 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/393 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/394 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/395 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/396 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/397

Entre temps la suspension de la Presse — probablement grâce à l’intervention de Mme Sand — fut levée. Charles Edmond continuait à lui demander son roman suédois pour ce journal ; elle lui répondit :

…Quant au Château des Étoiles, ça ne peut pas s’arranger comme ça. Comment passerai-je l’été avec deux mille francs ? Rappelez-vous Nohant : il y a du monde et de la dépense. Pour m’arranger du budget que vous m’offrez, il faudrait aller vivre à Gargilesse, ce qui ne serait pas très désagréable, mais ce qui n’est possible que dans nos courts moments de vie de garçon. Donc, cherchez un autre problème, cher ami, ou dites-moi de chercher un autre titre à annoncer dans la Presse. J’aurai largement le temps de vous faire un roman pour l’époque où vous en aurez besoin, et je pense, d’ici à une quinzaine, vous dire mon titre. Voilà, quant au Château en question, l’ultimatum non de ma volonté, mais de ma caisse…


L’affaire avec la Presse ne s’arrangea pas et le Château des Étoiles fut publié dans la Revue des Deux Mondes, à laquelle George Sand revint ainsi après une querelle de dix-huit ans (car quoique le Château des désertes y parût en 1851, l’auteur n’y fut pour rien, le manuscrit ayant été cédé à cette revue par un autre éditeur qui l’avait acheté)[37]. L’Homme de neige parut dans la Revue des Deux Mondes du 1er juin au 15 septembre. Cette affaire fut arrangée par Émile Aucante, le secrétaire de Mme Sand, l’ami de toute sa famille et l’hôte constant de Nohant de 1848 à 1858[38].

L’Homme de Neige terminé, Mme Sand, à partir de 1858, revint souvent à Gargilesse pour y séjourner « en garçon », parfois pour quelques jours, parfois pour quelques semaines. Elle écrit par exemple le 23 avril 1858 à Ernest Périgois, à Tourin, où il vivait exilé, après l’incident Orsini, et où Solange voulait aller le retrouver :

« …Sol. s’apprête à partir le 26 ; elle est souffrante et je Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/399

Elle note dans son Journal, à la date du 29 mai 1858 :

Je reste à la maison et finis mon roman Thérèse (Elle et Lui) commencé le 4 mai, 620 pages en 25 jours. C’est un joli coup de collier. Je n’ai jamais travaillé avec autant de plaisir qu’à Gargilesse. J’ai fait ici 200 pages malgré les longues promenades[39].

Mme Sand avait bien raison de dire que ses séjours à Gargilesse lui permettaient d’accomplir le double, le triple de son labeur ordinaire. C’est ainsi qu’elle écrivit de 1857 à 1862, non seulement treize romans (la Daniella, les Dames vertes, les Beaux Messieurs de Bois-Doré, l’Homme de Neige, Narcisse, Flavie, Jean de la Roche, Elle et Lui, Constance Verrier, la Ville noire, le Marquis de Villemer, la Famille de Germandre et Valvèdre), mais encore toute une série d’articles pour ses deux recueils : Promenades autour d’un village et Autour de la table[40], le texte pour deux albums de dessins de Maurice Sand : Visions à la campagne et Masques et Bouffons et enfin trois pièces : Marguerite de Sainte-Gemme, le Pavé et le Drac.

Et en effet, rien que par les lettres de Mme Sand à Maurice, de mai-juillet 1858, on voit combien ce calme refuge à Gargilesse, plus encore que sa vieille maison de Nohant, lui permettait de travailler beaucoup, sans trop de fatigue.


Nohant, 19 mai 1858.

Cher fanfan, j’ai reçu ta lettre ce matin, je pars après-demain, c’est-à-dire demain jeudi 20 (car il est minuit passé) pour la Villa Algira, où je finirai probablement le roman court que j’ai en train[41]. J’y resterai huit jours. Donc, dans le milieu de la semaine prochaine je serai revenue et je trouverai, j’espère, les explications nécessaires pour me mettre à ton texte fantastique[42] ; car celles que tu me donnes sont encore insuffisantes. Est-ce quinze cents lettres pour chaque sujet ? je le présume, mais d’après la phrase, on croirait que c’est quinze cents lettres pour huit sujets. Quand faut-il que ce soit livré ? tu sais qu’il me faut les points sur les i et qu’alors je suis exacte comme un chemin de fer.

Dis à Émile de ne pas m’envoyer d’autre argent (s’il ne l’a fait) d’ici à jeudi de la semaine prochaine. Mais s’il y avait quelque chose de pressé à me faire savoir, qu’il écrive sous l’adresse de Manceau : À monsieur Manceau, propriétaire à Gargilesse, par Eguzon (Indre). À présent le facteur y passe tous les jours. Écris-moi z-y, toi, pour que je ne sois pas huit jours sans nouvelles de toi, ce qui me gâte un peu mes délices de Gargilesse. Ne fût-ce qu’un mot. Et puis, je suis bien aise de voir si, de là, on peut correspondre avec Paris, au besoin. Ne donne à personne et dis à Émile de ne donner à personne mon adresse pour ce pays-là, et ne mettez pas mon nom sur la lettre, car les ennuyeux m’y poursuivraient de leurs épîtres en vers et en prose. Tu me disais dans ta lettre d’avant-hier, que j’aurais à faire seize feuilles pour tes huit lithographies. Une feuille dans notre argot, c’est seize pages, tu vois donc bien que je ne serais pas fixée par de telles indications et qu’il me faut une de ces notes techniques et précises comme Émile sait le faire.

Nous allons donc encore écheniller sans toi les buissons fleuris de la Creuse ! Manceau emporte de quoi charger un navire, en boîtes de toutes sortes. Il emporte même une énorme boîte à éclosions pour que son absence ne soit pas fatale à sa progéniture, et qu’il puisse la transpercer paternellement d’un fer rouge, dès qu’elle aura vu la lumière. Encourage-le dans ses travaux et recherches, car il y a des moments où il dit : Pourvu que ça amuse encore Maurice, les bêtes ! Et il mérite d’être payé du mal de chien qu’il se donne pour la science, par une mention honorable de son patron. Il a fini et refini sa planche. Il va faire le savant et le propriétaire, moi je vais refaire mes expériences sur l’eau de source de Gargilesse qui est je crois, plus souveraine que toutes celles qu’on me prescrit[43]. J’étais guérie là-bas, et je ne le suis pas ici par l’eau de Vichy. À mon retour, je prendrai le régime Philips que tu m’envoies, et me priverai d’asperges avec délice. Bonsoir, mon Bouli, je te bige et te regrette. J’espère que tu te portes bien, pauvre Parisien. Je voudrais pouvoir t’envoyer la campagne dans ton atelier.

Villa Algira, 24 mai 1858.

Nous sommes à Gargilesse, mon Bouli, et nous n’y avons pas beau tems, bien que nous nous soyons mis en route par un soleil magnifique. Mais ce mois de mai ne veut pas se décider à tenir les promesses du mois d’avril. On dit que c’est excellent pour les biens de la terre, à la bonne heure !

Heureusement la maisonnette est bien close et bien habitable, quelque temps qu’il fasse, et j’y travaille quand il pleut. Aujourd’hui c’était grande fête ici : nous avons vu, en déjeunant, une procession très pittoresque sur le chemin qui descend devant la fenêtre de l’hôtel Malasset ; les enfants en avant, puis les hommes, puis les femmes et ensuite une foule de femmes, de vieillards et d’enfants par trois et quatre à la fois sur des chevaux et sur des ânes, sans selle ni bride. Nous avions à déjeuner la famille Vergne, avec qui nous avons fait ensuite une belle promenade par un tems couvert ; nous sommes rentrés au moment où la pluie commençait, et, ce soir, tous les vents de la montagne sont déchaînés et le ruisseau grossi par la pluie chante comme un perdu.

J’ai été malade en arrivant ici, je ne sais de quoi. J’ai dormi dix-huit heures et je suis tout à fait vaillante, car j’ai marché comme un Basque aujourd’hui. Ce pays est toujours attrayant ; tous les jours on y découvre des sites superbes ou des recoins charmants et bizarres. Ma petite chambre microscopique me plaît beaucoup. De mon lit je vois la lune se coucher dans un bois tout noir au haut de la colline. Et puis on est très aimable pour nous dans le village. Nous en sommes, tout à fait, à présent. Tous les enfants chassent la chenille et apportent souvent des choses intéressantes. Manceau les met à l’ordre et donne des récompenses selon la trouvaille, rien si la chenille n’est pas apportée fraîche et bien portante dans une feuille, rien si elle est commune. Un beau jour, tout le village fera partie de la Société entomologique.

Nous ne savons pas au juste quel jour nous repartirons. Mais à la fin de la semaine nous serons à Nohant, tu peux nous y écrire alors. Mais j’espère recevoir de tes nouvelles ici auparavant. Il faut écrire par Eguzon. Autrement, c’est un jour de retard à Argenton. J’ai beaucoup pensé à tes sujets fantastiques la nuit que j’étais malade, et que je ne dormais pas. Il y avait dans le ciel et sur l’horizon, les animaux les plus bizarres dans les nuages et dans les silhouettes des branches ; et je voyais très bien tous les dessins en nature.

Bonsoir, mon cher Bouli, travailles-tu bien ? Moi, j’espère finir ici mon roman. Manceau, qui n’a pas voulu sortir un instant pendant que j’étais patraque, a dessiné des chenilles eu quantité et dans une grande perfection de fini et d’exactitude. Marie des poules[44], soigne celles qui sont à Nohant, on lui a appris. La boîte à éclosions est ici et la chasse continue.

J’ai reçu hier des nouvelles de Sol, elle va bien. Dis à Émile que j’ai corrigé et renvoyé à Buloz des masses d’épreuves[45].

Elle écrit à Poncy à la fin de sa lettre du 19 juin 1858 :

Manceau vous envoie toutes ses tendresses. Nous avons passé l’hiver ici tous les deux, allant de temps en temps passer la semaine dans une chaumière qu’il a achetée, moyennant la somme de huit cents francs, au bord de la Creuse, dans un pays enchanteur, bien que la distance ne soit que de douze lieues. Nous rêvons voyages. Si une certaine circonstance se réalisait, nous irions passer l’automne ou l’hiver en Afrique et alors, certes, nous nous verrions. Mais, il y a toujours le triste mais ! nous ne faisons encore qu’espérer.

Nous avons déjà noté que presque toutes les œuvres de George Sand de 1850-1860 reflètent son goût pour l’histoire naturelle. Notons aussi que dès ses tout premiers romans — à commencer par l’ « encyclopédique » princesse Cavalcanti adonnée entre autres à l’entomologie — George Sand montrait très souvent ses héros et ses héroïnes s’occupant de différentes branches de la science, ceux-ci de botanique, celles-là de minéralogie, les troisièmes de géologie, d’autres encore collectionnant des papillons, des minéraux, des coquillages pétrifiés. Cette passion pour les sciences naturelles domine à présent tous les romans de Mme Sand. La plupart de ses personnages adorent dame Nature autant que leurs maîtresses ou leurs fiancées. Allant à un rendez-vous, ils remarquent les couches géologiques des rochers, ils ramassent des pierres ou attrapent des lépidoptères, en attendant le moment bienheureux où leur adorée les mettra eux-mêmes sous sa pantoufle.

C’est ainsi que nous voyons dans Flavie des entomologistes, des ornithologues, des minéralogistes et des oiseaux empaillés, et des boîtes de fer-blanc, et des chrysalides, et des papillons, et, au milieu d’eux, la ravissante et pimpante chrysalide et papillonne Flavie, la spirituelle et coquette fille de M. ***. M. *** s’occupe à collectionner des oiseaux empaillés ; son père est un peu maniaque, comme tous les collectionneurs ; il est un fort mauvais chaperon pour une jeune personne aussi légère et aussi volontaire. Il veut la marier au jeune lord Malcolm, autant parce que ce seigneur et sa mère, la belle lady Rosemonde, sont des gens charmants, que parce que lord Malcolm a la passion de l’histoire naturelle, mais surtout parce qu’il est l’ami d’une célébrité future, d’un certain savant extraordinaire, M. Émilius.

Cet homme est une vraie encyclopédie vivante, s’occupant d’ophtahnologie et de zoologie, et d’ornithologie et d’entomologie en particulier. Il a de plus voyagé en Afrique, en Sibérie, dans les Indes, et il arrive dans les environs de Rome, juste au moment où lady Rosemonde et Flavie s’y trouvent en partie de plaisir. Flavie est entourée d’adorateurs et flirte avec tous. C’est une jeune fille très moderne, tellement moderne par son entrain, son bagout, sa crânerie, son indépendance et ses spirituelles sorties que le roman semble écrit, non en 1857, mais en 1917 ! Bien loin d’être sentimentale, Flavie se croit incapable de tout entraînement passionnel : il lui plaît de voir tout le monde à ses pieds, mais elle veut garder sa liberté et se promet bien de ne jamais devenir la femme d’un savant. Fi, quelle horreur ! Elle soupçonne Malcolm d’être quelque chose comme cela. Elle décide donc de faire la leçon à son fiancé en l’effrayant ; mais, comme cela arrive toujours, elle est attrapée, comme un papillon. Son aplomb, son flirt éternel et sa légèreté lui jouent un mauvais tour. Elle croit que Malcolm veut l’espionner, la soumettre à une surveillance secrète, tandis que l’ami de Malcolm, le savant Émilius, s’adonne simplement à la poursuite d’une noctuelle, car la « Flavie » dont Malcolm s’entretient avec son ami Émilius, n’est point elle, mais un papillon jaune à corsage de velours. Or Flavie croit que le monde entier ne s’occupe que d’elle ! La jeune fille commet alors une série de bévues et d’erreurs. Elle se met à faire la coquette avec Émilius, mais c’est elle qui s’éprend de lui passionnément. Dès lors elle abdique toute haine pour les sciences naturelles et « les gens qui se promènent sans gants ». Elle s’efforce même de tenter Émilius par l’offre de sa grande fortune. Cette fortune faciliterait ses recherches biologiques et physiologiques. Mais, hélas ! le savant reste fidèle à son unique passion : la science ! Il dit franchement à Flavie que ses charmes ne l’enchaîneraient pas longtemps, qu’elle a besoin d’un amour et d’une adoration non partagés, exclusifs ; s’il l’épousait il la rendrait malheureuse ; ne le voulant pas, il la repousse. Ce coup terrible devient néanmoins pour la jeune fille jusqu’alors dominée par un amour-propre excessif la cause d’un changement moral bienfaisant. Il lui révèle le prix des choses et lui fait comprendre quel est le vrai bonheur de la femme. Elle abandonne ses caprices, sa légèreté, ses flirts et finit par épouser, non pas le savant Émilius, mais M. Émile Vaureponne, décidée à devenir son épouse dévouée et fidèle. Quant à lord Malcolm, lui aussi guérit de son amour pour cette jeune personne inquiétante et trouve le bonheur en se mariant avec sa petite cousine Anna qui l’adore depuis son enfance.

Peu de nouvelles de George Sand sont écrites avec plus de grâce, de verve, d’esprit ; peu sont aussi remplies de fines observations que Flavie. Elle respire la fraîcheur comme si elle avait été écrite hier ; ni Mme Gyp, ni M. Marcel Prévost — qui reproduisent si incomparablement le jargon et toutes les allures des jeunes demoiselles contemporaines, sportives, pleines d’aplomb et d’amour-propre, — n’auraient pu rendre avec plus de précision et de drôlerie le style alerte, typique et personnel en même temps de Flavie dans ses lettres : le roman est écrit sous forme de lettres. Quant à l’idée générale du roman, c’est un des thèmes favoris de George Sand : le changement, l’élévation, la renaissance d’une âme sous la bienfaisante influence du véritable amour ; et en même temps la suprématie des hommes adonnés aux grandes idées, à l’étude, sur les gens qui ne sont occupés que de leur propre moi.

Nous trouvons la même idée dans Jean de la Roche. Dans la Préface même — qui est une réponse au livre indigne de Paul de Musset — Mme Sand dit que « ce pamphlet » lui remplaça son herbier oublié lorsqu’elle suivait la trace de ses héros dans les montagnes du Puy de Dôme et du Sancy et « les pages du livre infâme furent purifiées par le contact des fleurs, suaves choses de Dieu qui lui firent oublier les fanges de la civilisation ».

Dans ce roman qui se passe en Auvergne — le héros, absorbé par sa personnalité, analyse ses sentiments, ceux de sa fiancée, la jeune Anglaise Love Butler, et se trouve inférieur à cette jeune fille sans expérience, parce que celle-ci, dès son plus jeune âge, a travaillé sérieusement, étudié la nature, et que sa vie n’a été qu’un acte de dévouement : elle a acquis ainsi, pour lutter contre toutes les épreuves de la vie, une force morale que Jean, malgré son intelligence, son âge, sa sensibilité, ne possède pas, son amour n’étant qu’une passion égoïste. Love Butler, ainsi que son père et l’ami de la maison, le ridicule savant Junius Black, sont tous, bien entendu, épris de minéralogie, de botanique et collectionnent avec fureur.

De même dans Valvèdre (dédié à Maurice) Mme Sand dit dans sa Préface qu’elle a mis, dans ce roman, une idée savourée en commun : « la nécessité de sortir de soi » en étudiant la nature, au lieu de se complaire à l’éternelle analyse de ses sentiments ou de ses sensations. En effet, la coquette et nonchalante Alida de Valvèdre, et le poète dilettante Valigny, êtres futiles et égoïstes, se meurent d’ennui. Leur passion seule compte pour eux et ils se trouvent ainsi entraînés à commettre une foule de mensonges, de tromperies, de forfaits sans nombre et doivent finalement baisser pavillon devant le mari d’Alida — Valvèdre — un homme déjà âgé, entièrement voué à la science, devant Mlles Obernay, habituées, dès leur jeune âge, à s’intéresser aux choses sérieuses et devant le vieil Israélite Moserwald, qui, malgré tous ses travers, tout son prosaïsme bourgeois, est capable de sacrifice et de vrai amour, tandis que ces deux amants aptes à jouer uniquement la comédie de la passion, ont voué au malheur la famille des Valvèdre.

On dit souvent que Valvèdre est la contre-partie de Jacques, que c’est la défense des vieux maris trompés, que c’est le procès fait à la liberté d’aimer, tandis que Jacques en est le plaidoyer. Il y a là une erreur. Jacques est une apologie de l’amour tout-puissant ; Valvèdre est un jugement prononcé contre l’amour passe-temps, né du désœuvrement.

Ce Moserwald — soit dit par parenthèse — est un des très rares Israélites que l’on trouve dans les romans de George Sand. Mme Sand avait peu de sympathie pour la race d’Israël, la trouvant antisociale, empreinte d’esprit bourgeois. C’est ainsi que dans une lettre à Victor Borie (du 16 avril 1857) elle dit à propos du poème d’Edouard Grenier, le Juif errant :

…Son poème est très remarquable. Moi, je vois dans le Juif errant la personnification du peuple juif, toujours riche et banni au moyen âge, avec ses immortels cinq sous, qui ne s’épuisent jamais, son activité, sa dureté de cœur pour quiconque n’est pas de sa race, et en train de devenir le roi du monde et de tuer Jésus-Christ, c’est-à-dire l’idéal. Il en sera ainsi par le droit du savoir-faire, et, dans cinquante ans, la France sera juive. Certains docteurs israélites le prêchent déjà. Ils ne se trompent pas…

L’antipathie de Chopin pour les juifs a aussi un peu son écho dans les œuvres de Mme Sand. Dans les Sept cordes de la lyre on voit paraître un juif avide : c’est un usurier sordide.

Moserwald, lui, représente un autre type de juif, un bourgeois riche, un sac à or, croyant que tout s’achète. Mais sous l’influence de son amour malheureux pour Alida, il comprend, lui aussi, qu’avec de l’argent on peut, tout au plus, conjurer des désastres matériels, que l’argent est un instrument pour faire le bien, mais qu’il peut aussi faire le mal.

Le héros de Valvèdre s’appelle Francis. Ce roman parut en 1861. Or, au commencement de 1862, George Sand fit la connaissance d’un israélite, auquel elle soutint, d’une part, que la richesse, l’argent, gâtent les hommes ; qu’étant riche il fallait posséder une grande force d’âme pour rester bon, et d’autre part c’est à propos de cet israélite, venu si délicatement en aide à un certain Francis fort réel, que Mme Sand demandait à Dumas fils s’il avait remarqué… « qu’avec les juifs il n’y avait pas de milieu ; quand ils se mêlent d’être généreux et bons, ils le sont plus que les croyants du Nouveau Testament ». Nous dirons bientôt qui était ce représentant d’Israël.

En 1860, la même année où fut écrit Valvèdre, parut un roman, qui, s’il n’eut pas autant d’éclat que les premières œuvres de George Sand, lui attira néanmoins de nouveau les sympathies générales et devint l’un de ses livres les plus aimés et toujours relus. Ce fut le célèbre Marquis de Villemer.

Hélas ! au risque d’encourir l’anathème de tous les fidèles sandistes, nous devons confesser que nous ne partageons pas cet engouement ; sans parler des premiers romans de George Sand, nous trouvons même parmi ses toutes dernières créations des œuvres qui nous attirent infiniment plus par la profondeur de la pensée et la vivacité du récit. Nous qui n’étions pas nés lorsque Villemer éveilla cette admiration unanime, nous trouvons son exposition à la fois naïve et froide. Cette histoire d’une « pauvre mais noble » lectrice qui gagne le cœur du mélancolique fils cadet d’une vieille douairière nous parait peu intéressante, et son dénouement rappelle singulièrement les vertueuses et touchantes nouvelles anglaises des journaux pour adolescents.

Nous devons avouer pourtant que peu de romans se lisent avec autant de plaisir que la première partie de Villemer ; peu de types littéraires restent aussi nettement gravés dans la mémoire que celui de cette vieille marquise, du duc d’Aléria, de Mme d’Arglade, de la vieille duchesse de Dunières, de l’alerte et résolue Diane de Xaintrailles. Tous ces personnages sont des types tracés magistralement, avec vigueur et en même temps avec un fini merveilleux, avec cette science à saisir les détails caractéristiques qui est le propre des grands maîtres de l’art. Or, parmi tous les représentants de l’ancien faubourg Saint-Germain que l’auteur de la Marquise savait si bien portraiturer, il faut donner la palme à la marquise de Villemer. Quel curieux être humain que cette vieille dame qui sait avec tant de simplicité, par point d’honneur, payer les dettes de son fils, et accepter avec tant de philosophie sa ruine, tout en ne pouvant se résoudre à monter dans une voiture de louage ! Il n’y a qu’à lire une page des conversations entre la marquise et Caroline ou avec ses fils pour comprendre que c’est dans le salon de son aïeule, Marie-Aurore de Saxe, ou au château de son cousin René de Villeneuve, ou encore dans les familles de ses amies de couvent, Mlles de La Rochejaquelein, de Grammont, de Wismes, que la future George Sand entendit de semblables entretiens, et certainement pas dans l’appartement bourgeois de sa mère, ni chez ses amis politiques et littéraires de la dernière période de sa vie. Et ce langage, toutes les allures de la vieille dame sont rendus avec un art incomparable, ils lui donnent ce je ne sais quoi qui la distingue d’une quantité de personnages de romans. Malgré tous ses travers, ses façons d’être singulières, — sa personnalité humaine, son âme demeurent visibles, et nous ressentons pour cette curieuse représentante d’un monde suranné un sentiment de chaude sympathie, de même que toutes les sorties étranges et les brusqueries du vieux prince Bolkonsky dans la Guerre et la Paix de Tolstoï, ne peuvent nous cacher sa vraie âme, grande et belle, et ne nous empêchent pas de l’aimer avec passion. La vivacité, l’activité extrême de son esprit et même sa mondanité expliquent la préférence de la marquise pour son fils aîné, le duc d’Aléria, né d’un premier mariage. Celui-ci est le type du viveur charmant, du mauvais sujet adoré des femmes. Par contre, son frère Urbain, est le type de l’amoureux vertueux, morne et discoureur, souvent ennuyeux. Ces deux hommes se croient un moment rivaux : tous deux aiment Caroline, mais non du même amour, et cette passion est le point culminant de l’œuvre. Or, le duc d’Aléria, ce fils prodigue, est cher à sa mère comme au lecteur ; ce dernier comprend parfaitement que Diane de Xaintrailles préfère ce brillant et spirituel quadragénaire à son jeune frère vertueux. De plus, le duc trahit par maint trait ses ancêtres espagnols remontant au grand Cid, et sa vieille noblesse française. Ces doubles traits de race lui donnent beaucoup de relief.

Quant aux héros principaux, Urbain et Caroline, nous ne pouvons rien en dire : ils nous laissent indifférents et froids, malgré toutes leurs vertus, ou à cause de cet excès de vertus.

Par contre, la vive, décidée et un peu audacieuse Diane traverse les dernières pages du roman comme une ravissante silhouette. Malgré sa naïveté classique et son rire obligatoire d’ingénue de dix-sept ans, elle est aussi marquée de traits de race typique qui en font plus qu’une pensionnaire de convention. C’est bien une petite échappée du couvent, espiègle et rieuse, mais c’est aussi une fille de qualité, sachant apprécier à leur juste valeur les hommes et les choses.

Tous ces traits typiques qui caractérisent les personnages, le ton admirablement soutenu de la première partie font le charme du roman. C’est comme un beau tableau hollandais où tout : effets de lumière, détails d’intérieur, figures principales et secondaires sont peints avec une précision, un réalisme, une vérité de coloris merveilleux. Ce sont ces qualités-là qui font pardonner au Marquis de Villemer la naïveté de sa fable, la pâleur des deux héros, toutes les invraisemblables aventures de la seconde partie et son ennuyeuse conclusion.

Le Marquis de Villemer fut mis à la scène et joué au théâtre de l’Odéon en 1864. La pièce eut le même succès que le roman. C’est une des comédies les plus connues de George Sand : elle resta au répertoire. Nous pensons néanmoins qu’elle est très inférieure au roman.

On dit que c’est Alexandre Dumas fils qui donna à George Sand l’idée première de sa pièce, et l’aida à en établir la construction. En quoi consista cette aide ? il est impossible de le dire à présent, car le manuscrit qui existe est écrit ou plutôt copié de la première jusqu’à la dernière ligne de la main de George Sand et le brouillon ou plutôt les brouillons (car Mme Sand refit au moins deux fois toute la pièce de fond en comble) furent détruits[46]. Quant à Alexandre Dumas, il se dédit en faveur de George Sand de toute part de collaboration : il refusa toujours de donner un seul renseignement sur ce qui était dû à sa plume. « C’est un service qu’on se rend entre confrères, cela ne vaut pas la peine d’en parler », avait-il coutume de répondre lorsqu’on le questionnait plus tard à ce sujet. On dit couramment que cette part consista à émailler de mots le rôle du duc d’Aléria. Mais lorsque nous avons mot à mot comparé la pièce au roman, nous nous sommes, à notre grand étonnement, convaincus que le duc ne s’y montrait ni plus gai, ni plus spirituel. Au contraire, beaucoup de traits fins, de mots et de petites reparties manquent dans la version théâtrale. Ainsi, nous préférons le premier dialogue de Caroline et du duc, tel qu’il se trouve dans le roman, à celui de la comédie. Le commencement de cette scène : la conversation de Caroline avec un inconnu, qui se trouve au dernier moment être le duc ; les quiproquos et les situations comiques qui en proviennent ; la soudaine prière, si touchante, de cet inconnu qui demande à Caroline de lui tendre la main ; la crainte visible de cet homme mondain de ne pas être trouvé digne d’un simple shake-hands, et ses dernières paroles, prononcées d’une voix tremblante : « Ayez soin de ma mère, » tout cela est changé et gâté dans la pièce. Dans le roman ce n’est qu’à ce moment que Caroline s’écrie : « Ah ! Je sais à présent qui vous êtes. Vous êtes le duc d’Aléria. » Dans la comédie, elle sait tout de suite à qui elle parle ; c’est pour cela que ni la prière du duc, ni la réponse de Caroline, ni les paroles finales ne produisent sur le spectateur cette impression inattendue, troublante et touchante. Le dialogue est privé de cet arôme d’inconnu, de mystérieux, de mélancolique, qu’on devine malgré l’apparente gaieté du duc. On y sent une noble âme souffrant de ses propres péchés et ne portant que le masque de l’insouciance. Dans la pièce, ce trait est à peine perceptible ; ce n’est que le jeu d’un bon acteur qui peut y remédier.

Le rôle de Mme d’Arglade n’a pas moins souffert. Dans le roman c’est une bourgeoise vaniteuse qui se faufile, grâce à son babil, à sa feinte naïveté et à son habileté à se plier aux goûts de n’importe qui, dans le monde restreint du Faubourg. Et c’est un type comique et déplaisant, plein de caractère, fait de main de maître. Il est réduit dans la comédie à une banale intrigante de convention.

Nous savons que la scène entre les deux frères produit au théâtre une impression profonde. Nous trouvons cependant que les nécessités dramatiques lui enlèvent de la vérité, du naturel. L’unité de lieu entraîne certaines impossibilités fâcheuses. Xous voyons, entre autres, Diane de Xaintrailles arriver chez la marquise de Villemer à une heure matinale impossible. Nous regrettons aussi de voir la lettre si incomparablement écrite de la duchesse de Dunières et cette charmante vieille dame elle-même remplacées par le personnage volontairement comique et les propos burlesques du duc de Dunières. Tout ceci fait s’envoler la fine analyse psychologique des sentiments, des états d’âme que George Sand savait peindre si excellemment.

Nos lecteurs trouvent peut-être que nous jugeons trop sévèrement cette pièce[47] et se demandent comment elle a pu avoir un tel succès. Nous croyons que ce succès est dû au roman. Mais justement ce qui fait le charme du roman ne se retrouve pas dans la pièce. Pour nous c’est le premier acte qui est le mieux réussi ; la couleur du roman y est mieux maintenue, ainsi que la fidélité des personnages aux types qu’ils représentent dans le roman ; enfin la plupart des dialogues sont gardés tels que.

Il est douteux que George Sand ait pu travailler autant en ces années, si elle ne s’était périodiquement retirée dans « son village », à Gargilesse. Or, ces excursions aux bords de la Creuse eurent une autre signification pour l’œuvre de l’écrivain. Les légendes et les récits sur le château de Briantes lui suggérèrent l’idée d’écrire les Beaux Messieurs de Bois Doré. Le château de Sarzay lui servit de prétexte pour écrire un autre roman dont l’action se passe à Gargilesse même et dans les environs. C’est la Famille de Germandre qui parut en 1861.

Dans l’une de ses Promenades autour d’un village. George Sand avait raconté comment elle et ses compagnons avaient découvert une curieuse famille de gentilshommes ruinés descendants de la brillante maison des Montmorency-Fosseux, devenus paysans et vivant à Gargilesse où l’on pouvait entendre un simple villageois crier : « Dites à Mlle de Montmorency d’apporter de l’eau » et voir ladite Mlle de Montmorency puiser l’eau, porter des seaux et traire les vaches, tout comme dans ce village russe peuplé de princes décrit par Herzen, où un paysan criait : « Hé ! prince Ivan, viens donc labourer. » Et le prince de répondre du bout de son champ : « J’y cours, prince Wassili, » tous les deux n’étant nullement des princes laboureurs par principe, comme Tolstoï, mais de vrais paysans pauvres et insignifiants.

Cette demoiselle de Montmorency et sa famille apparaissent dans le roman de George Sand sous le nom de Mlle Corisande de Germandre et de son frère, le chevalier de Germandre, laboureur, qui arrivent au château de Germandre en qualité d’héritiers, devant assister, avec toute leur parenté titrée, à l’ouverture du testament du chef de leur famille, le marquis de Germandre, prétendu maniaque. Naturellement les représentants démocratisés de la noble famille sont, sous tous les rapports, supérieurs à leurs aristocratiques cousins, et il va de soi que, grâce à son esprit observateur et à ses connaissances multiples, le chevalier-laboureur devine le secret du mystérieux coffret, secret dont la découverte donne droit à tout l’héritage du marquis maniaque, d’après son testament.

Lorsque George Sand travaillait, à la fin de l’automne 1860, à cette Famille de Germandre, elle tomba subitement malade du typhus et presque immédiatement elle perdit connaissance. Elle resta longtemps alitée, entourée de Maurice et de Manceau épeurés et de sa parente Mme Pauline Villot qui se trouvait par hasard à Nohant avec son fils Lucien. Eh bien, l’écrivain nota plus tard le fait curieux qu’au milieu des divagations de la fièvre, elle voyait à tour de rôle les personnes se tenant auprès de son lit, et les héros de son roman, avec lesquels elle se promenait à travers des châteaux et des rochers inconnus, et que même à demi évanouie elle continuait à développer le fil de sa narration. Cela prouve à quel point le travail de son imagination était incessant et comment George Sand avait habitué son esprit à ne jamais rester inactif : elle pensait à tout, excepté à elle-même.

Tout le train de vie établi et maintenu à Nohant depuis 1851 (exception faite du voyage d’Italie en 1855) fut bouleversé par cette maladie de Mme Sand. Sur le conseil de son médecin, elle dut quitter le Berry à la fin de février 1861 et se transporter dans le Midi de la France, où elle passa tout le printemps à Tamaris, près de Toulon. Elle y fut accompagnée par Maurice, Manceau et le jeune Lucien Villot, très aimé de tous les Sand, mais prématurément mort peu de temps après, en 1862. Ce séjour à Tamaris provoqua la création du roman qui porte ce nom et parut l’année suivante. Il est surtout intéressant par ses descriptions et les types des indigènes. De plus, c’est lors de ce séjour dans le Midi que George Sand eut l’idée du Drac. La pièce a pour sujet la croyance provençale au lutin nommé le drac, rappelant le korrigan breton, le trilby suisse et l’erco vénitien jadis chanté par George Sand. Cette comédie fut plus tard remaniée par Paul Meurice pour les théâtres de Paris (la version de George Sand ne fut jouée qu’à Nohant et imprimée dans le volume du Théâtre de Nohant).

C’est quand Mme Sand était à Tamaris, se guérissant au soleil du Midi, qu’y arriva Edmond Plauchut, avec lequel elle était en correspondance depuis 1849[48].

Dès leur première entrevue avec Plauchut, Mme Sand et son fils apprécièrent cette âme droite, ce cœur chaleureux, et Mme Sand lui voua une sympathie maternelle qui se changea vite en une amitié à toute épreuve. Plauchut devint un fidèle de Nohant et un vrai ami dévoué à toute la famille Sand. Ce dévouement ne changea jamais, ni durant la vie de Mme Sand, ni après sa mort. Il resta l’ami des enfants et petits-enfants de George Sand jusqu’à sa dernière heure et fit toujours preuve pour la mémoire de sa grande amie d’une piété fervente. Il fut, selon son vœu, enterré au cimetière de Nohant et fit graver sur sa tombe : « On me croit mort, mais je suis ici. »

Au mois de mai, Maurice, qui s’ennuyait à Tamaris, partit avec le prince et la princesse Jérôme en Algérie, puis en Espagne, au Portugal et enfin en Amérique. Il décrivit son voyage, qui dura jusqu’au mois de novembre, dans le volume Six mille lieues à toute vapeur, dont George Sand écrivit la préface, comme nous l’avons dit. Elle revint avec Manceau vers le 8 juin à Nohant, après un petit voyage en Savoie et dans le Dauphiné (où elle venait de placer l’action de Valvèdre, imprimé au printemps dans la Revue des Deux Mondes, et où elle fit une visite au directeur de ladite revue, Buloz). Puis, en continuant sa route, elle s’arrêta à Montluçon où elle revisita les usines et les mines, ayant pour guide un ingénieur de ses amis[49].

Dans Flavie, dans Valvèdre et dans Jean de la Roche, les lépidoptères, les couches « tertiaires » ou « dévoniennes », les « ombellifères » et les « labiées » n’apparaissent que comme les marottes des héros. Dans Antonia, c’est une fleur rare qui est pour ainsi dire l’héroïne du roman.

L’Antonia est un spécimen de liliacées merveilleux, à grand’peine obtenu par la culture et possédée par Antoine Thierry, vieux célibataire avare et maniaque, riche commerçant du dix-huitième siècle. La secrète passion de sa vie est la culture des fleurs rares. L’Antonia, cette merveilleuse fleur, devient donc le point de départ d’une série d’aventures compliquées. Antoine Thierry ne pardonne pas à sa belle-sœur, la veuve du célèbre peintre Thierry, d’avoir refusé de l’épouser. Il se venge sur elle et sur son fils, peintre aussi, en les faisant souffrir de leur indigence. Il les tient dans la dépendance de sa générosité, et, finalement, il les opprime tout à fait, lorsqu’il apprend que le jeune Thierry est aimé par la jeune marquise qui vient encore de le repousser. Or, par ce mariage il voulait la sauver des poursuites de sa méchante belle-mère et des créanciers de son mari défunt. Pour comble de malheur, voici que dans un accès d’enthousiasme, le jeune peintre brise l’Antonia qu’il venait de peindre pour son oncle. Cette peinture lui avait presque fait regagner le cœur de ce dernier.

Tout est perdu. Antoine Thierry chasse sa belle-sœur et son neveu de la maison qu’ils habitent. La marquise ne voulant pas être la cause de la ruine de celui qu’elle aime feint de le repousser et se retire au couvent. Un autre neveu, un jeune robin. Marcel Thierry, s’efforce en vain d’amadouer son oncle. Chacun fait assaut de désintéressement et de noblesse d’âme. Soudain tout est changé. Revenue à Paris, la marquise accorde à son amoureux un rendez-vous criminel, résolue à se noyer après. Son amant la sauve, le procureur déjoue les ruses de son oncle et arrange tout pour le bien général. L’Antonia a fleuri de nouveau. Antoine Thierry baptise la fleur du nom de la marquise, puis, en oncle de comédie, il consent au mariage de son neveu et lègue au jeune couple toute sa fortune.

Tout cela serait simplement ennuyeux, n’étaient les caractères des personnages secondaires, finement tracés et maintenus : par exemple Marcel Thierry, robin du dix-huitième siècle, sournois et peu enclin aux finesses sentimentales ; puis, quelques traits — assez caricaturés — de l’oncle ; mais surtout la peinture, pleine de détails typiques de ce que George Sand représentait avec un charme et une vérité de ton et de couleur incomparables : la vie et les hommes du grand monde de la fin du dix-huitième siècle. La marquise Antoinette, sa famille, son amie, sa soubrette, leurs propos, leurs manières, leurs attifages et falbalas, leurs propos, tout cela est frappant de pénétration dans l’esprit de l’époque et extraordinaire comme science et savoir. Si la vieille Mme Dupin de Francueil, née de Saxe, avait pu ressusciter et lire Antonia, elle aurait certes beaucoup reconnu de ce qui l’avait entourée jadis, ou de ce qu’elle avait raconté à sa petite-fille. La belle-mère de Casimir Dudevant, la méchante, sèche et revêche baronne Dudevant, aurait aussi pu — avec bien moins de plaisir ! — se reconnaître sous les traits de la belle-mère du feu mari de la marquise : à l’instar de la baronne _ Dudevant, celle-ci tâchait, par amour de l’art, de faire toutes les méchancetés et tous les désagréments possibles à sa belle-fille[50].

Ce roman est dédié à Edouard Rodrigues, ex-saint-simonien, très riche, mécène et amateur de musique qui fut l’aide de George Sand dans une quantité de bonnes œuvres, comme par exemple l’éducation d’enfants pauvres, le soutien de jeunes gens nécessiteux, la distribution de petites sommes à cette troupe de malheureux qui fourmillait toujours près de George Sand, vrais ou prétendus indigents qui exploitaient sa confiance.

George Sand écrivit en tête d’Antonia :

À monsieur Edouard Rodrigues.

À vous qui adoptez les orphelins et qui faites le bien tout simplement à deux mains et à livre ouvert, comme vous lisez Mozart et Beethoven.

Dans ces lettres à Rodrigues, Mme Sand écrit qu’elle aurait voulu lui « dédier non pas Antonia », mais un roman « qui exprime mieux une idée générale et personnelle en même temps »[51], c’était Mademoiselle La Quintinie, qu’elle écrivait alors, mais elle « n’a pas osé », ne voulant pas « mêler le nom de M. Rodrigues au torrent d’injures que certaine presse va vomir contre elle »[52], et aussi, paraît-il, pour ne pas dédier à Rodrigues un roman « à tendance », lui qui appréciait surtout en elle la consolatrice venant dissiper par son divin talent les tristesses et les dégoûts de notre existence, tandis qu’elle s’estimait surtout un soldat, un champion de la vérité.

Je suis soldat, lui écrit-elle un autre jour, et mon devoir est la guerre quand l’on envahit la patrie de mon idée[53]

George Sand fut néanmoins profondément émue en apprenant quelle influence bienfaisante elle avait exercée sur M. Rodrigues :

Mon cœur est tout pénétré, monsieur, de cette amitié si bonne et si vraie que vous me témoignez. En me la révélant, mon cher Alexandre (Dumas) savait bien que dans la vie littéraire digne et croyante, le public n’est pour nous qu’un très petit nombre d’âmes choisies auxquelles nous sommes heureux de plaire. Le reste profite s’il peut et s’il veut de ce que nous tâchons de dire de bon et de vrai, mais nous ne le connaissons pas et si nous le consultions, il nous égarerait comme il égare tous ceux qui lui font des concessions intéressées. Mais le petit nombre qui pense comme nous et qui dirait comme nous s’il voulait dire, celui-là nous soutient et nous donne une force intérieure dont nous devons le remercier. Aussi, monsieur, je vous remercie de cœur, ainsi que cette chère malade[54], dont Alexandre m’a parlé. Mais ce n’est pas moi qui vous ai rendu bon, c’est tout au plus si je vous ai fait sentir que vous l’étiez. Pour cette bonté je chéris votre suffrage et j’y penserai désormais pour me rendre meilleure moi-même. Vous voyez que l’échange sera égal et complet et que si je vous ai fait du bien, vous me le rendez pleinement…

Le fait est que Rodrigues disait d’elle à Dumas fils et écrivait à George Sand elle-même qu’il se considérait comme son débiteur parce qu’elle avait exercé une influence salutaire sur toute sa vie : grâce à elle il devint meilleur.

Voilà une récompense qui échoit rarement aux poètes, voilà le but vers lequel tendent tous ceux qui voudraient « exhausser les âmes par le son de leur lyre », voilà le prix des efforts constants et incessants de George Sand à peindre dans ses romans des natures bonnes, élevées, idéales.

…Je connais quelques natures aussi bonnes que celle que j’invente, — écrivait George Sand un peu plus tard à M. Rodrigues, — et c’e ?t là ce qui soutient ma foi. On ne rêve pas ce qui n’est pas, et à ceux qui me reprochent d’être optimiste, je réponds qu’ils sont bien malheureux de n’avoir pas rencontré des cœurs d’or dans leur triste vie. Dans la jeunesse j’étais sceptique aussi : c’était frayeur de l’inconnu et manque d’expérience ou expérience mal faite. Quand on a vécu, il n’est pas permis de juger ainsi et c’est à recouvrer le sens de la justice que la vieillesse est bonne.

Vous voyez bien que j’ai raison de croire puisque vous voilà devant moi, cher monsieur, et si, en vous écrivant, je me rappelais qu’il existe des égoïstes. Dieu me crierait : « À quoi songes-tu ? C’est bien le moment !…

La correspondance entre George Sand et Rodrigues se noua à l’occasion de l’éducation d’un jeune garçon, M. Francis Laur, qui, adolescent encore, gagnait sa vie et soutenait sa mère, en servant de secrétaire et de guide à un vieil ami de Mme Sand, M. Charles Duvernet, subitement devenu aveugle[55]. Mme Maurice Sand nous avait raconté que Francis Laur, tout enfant encore, avait d’emblée gagné la confiance et les sympathies de Mme Sand un jour, qu’aidant à faire un rangement dans la maison, il avait soudain découvert au grenier, au milieu des vieilles paperasses, les naïfs et touchants bouquets de fleurs sauvages que, dans les jours bienheureux de jeunesse, en 1834, le docteur Pagello cueillait de grand matin pour Mme Sand, au pied des Alpes vénitiennes, et lui présentait à son réveil ; elle les avait soigneusement séchés et gardés au milieu de ses souvenirs, mais les croyait perdus et les revit avec joie. Mme Sand s’intéressa au sort du jeune garçon laborieux ; elle y intéressa Rodrigues et celui-ci lui donna les moyens de faire de bonnes études à domicile, de passer ses examens, afin d’entrer dans une école supérieure, et de devenir ingénieur. C’est M. Louis Maillard, ingénieur des colonies, naturaliste et voyageur, un parent d’Alexandre Manceau et un grand ami de Mme Sand qui, vers 1860, prit une vive part à cette bonne œuvre-là. Ayant passé plusieurs années à l’île de la Réunion-Louis Maillard écrivit une série d’études sur sa faune, sa flore et sa formation géologique ; revenu en France, il voua son temps et ses efforts à l’éducation de deux enfants noirs qu’il eut d’une femme des colonies, et son épouse l’y seconda généreusement. Mme Sand plaça chez Maillard Francis Laur, puis son petit-neveu Simonnet (fils de sa nièce Mme Léontine Simonnet, née Châtiron) et il se forma autour de Louis Maillard comme un petit pensionnat qu’il dirigeait. C’est ainsi que Mme Sand fit participer M. Louis Maillard à la bonne œuvre de M. Rodrigues, Or, elle se lia d’une si grande amitié avec lui qu’elle le nomma l’un de ses trois exécuteurs testamentaires par rapport à la conservation et à la publication de sa correspondance avec Musset. (Voir notre vol. II, p. 177). Mme Sand écrivit aussi deux fois sur Maillard, ayant consacré deux articles sympathiques : l’un à son livre sur Vile de la Réunion et l’autre à la description faite par M. Deshayes de ses collections conchyliologiques. Ces articles parurent tous les deux en 1863 dans la Revue des Deux Mondes, et font maintenant partie du volume Questions d’art et de littérature[56].

Quant aux lettres multiples de Mme Sand à Louis Maillard, écrites de 1862 à 1865, elles occupent une place marquante dans sa correspondance et sont extrêmement précieuses pour sa biographie, mais elles ne sont pas imprimées dans sa Correspondance. Une partie en fut publiée déjà après la mort de Maurice Sand, comme appendice aux lettres de Mme Sand à Rodrigues et à Francis Laur. Toutes ces correspondances parurent sous le titre de Autour d’un enfant dans la Revue de Paris de 1899. La préface, écrite par M, Henri Amie, contient beaucoup de faits et de détails fort précieux, et par quelques lignes chaleureuses évoque dans l’esprit du lecteur cette atmosphère de l’amour du prochain que George Sand créait autour d’elle. Cette correspondance est l’une des pages les plus sympathiques de l’histoire de George Sand ; elle nous initie, une fois de plus, à ce charme que l’écrivain exerçait sur ceux qui l’approchaient, et nous montre comment Mme Sand attirait ses amis dans le cercle magique de cette « bonté active » où elle vivait et agissait.

Au printemps de cette année de 1862 où parut Antonia, Maurice Sand remplit enfin le désir ardent et constant de sa mère : Il se maria. L’apparition à Nohant d’une jeune maîtresse de maison apporta de grands changements dans la vie de Mme Sand et signala le commencement d’une période nouvelle de son existence, la dernière et peut-être la plus heureuse. Nous en parlerons dans le chapitre suivant. Nous allons clore celui-ci par quelques extraits de lettres de George Sand à Dumas fils. Disons quelques mots à propos de la correspondance entre George Sand et Dumas dont la partie la plus intéressante se rapporte à 1860-1863. Ces lettres nous renseignent complètement sur la ce véritable histoire du Marquis de Villemer », tant de fois racontée et commentée de toutes les manières, mais en réalité restée ignorée, inconnue ou — ce qui pis est — faussée. De plus, il y a parmi ces lettres des pages qui sont comme le résumé de la vie morale et intellectuelle de George Sand pendant ces douze dernières années ; elles sont importantes aussi comme l’expression de son opinion sur son « fidèle tête-à-tête » Manceau.

Quoique lié d’amitié avec Mme Sand dès 1851, Dumas fils n’est venu pour la première fois à Nohant que le 9 juillet 1861 et il y est resté jusqu’au 10 août. Il était à ce moment malade, nerveux, très abattu après l’échec de l’une de ses pièces, les complications de sa vie intime et les ennuis de sa vie d’écrivain, pourtant si « veinarde ». Mme Sand — qui lui avait déclaré, dès l’article qu’il écrivit sur Flaminio, en imitant le parler de miss Barbara[57] : « je adopte vous pour un fils de moâ, » — tâcha de remonter le moral à ce « cher grand fils lumineux », alors pessimiste et découragé, de lui rendre avant tout la confiance en ses propres forces. Elle s’efforça aussi à lui insuffler la foi à l’idéal et l’optimiste panthéisme auquel elle était arrivée. En septembre, Dumas revint encore une fois à Nohant, accompagné cette fois par Mme Narishkine et Mlle Olga Narishkine, ainsi que par le peintre Marchal. Ces dames étant parties, Dumas resta jusqu’au 9 octobre, en compagnie du peintre Véron, qu’on nommait V’ron et de Mlle Marie Lambert, du Gymnase, portant le sobriquet de Mlle Drac, en allusion à cette œuvre de Mme Sand, dédiée à Dumas.

Dumas s’était beaucoup plu à Nohant, cette vie simple, partagée entre le travail et les amusements naïfs, la bonne humeur qui régnait entre tous les habitués de la maison, l’amitié de Mme Sand et l’admiration enthousiaste de Manceau lui rendirent le calme moral, et finalement ce séjour lui fit le bien qu’il en attendait. Dès sa première venue, Dumas avait emporté avec lui le volume de Villemer, avec l’idée d’en tirer une pièce. Au bout de très peu de temps, il envoya, en effet, à Mme Sand un scénario de la pièce à faire et un premier acte tout fait[58].

Mme Sand fut étonnée et émerveillée à la fois de cette facilité et de ce savoir-faire dramatique. Et dès ce moment, pendant deux ans, de septembre 1861 à octobre 1863, presque toutes les lettres entre Dumas et George Sand contiennent des détails extrêmement curieux et précieux sur la genèse de cette pièce, sur le travail accompli par chacun des deux collaborateurs, et enfin sur les scrupules de Mme Sand à signer à elle seule cette pièce, faite par eux deux, et à en accepter tous les profits futurs, scrupules que Dumas finit par vaincre tous en avançant comme suprême argument le fait que Mme Sand avait fait toute la partie descriptive de l’Affaire Clemenceau, et que lui, Dumas, l’avait pourtant signée seul. Cette correspondance entre Dumas et Mme Sand réfute, à elle seule, d’une manière absolue, presque tous les « faits » se rapportant à Villemer, racontés dans les Mémoires récemment parus de M. Duquesnel, Mais nous allons encore démontrer dans le chapitre suivant que presque tout ce que cet auteur avance sur n’importe quel fait de cet épisode de la vie de Mme Sand n’est que… de « l’histoire telle qu’on l’écrit ».

À monsieur Alexandre Dumas fils.
Nohant, 26 août 1861.

Tant mieux et vive le fer, si vous vous en trouvez bien : moi, j’y crois, ayant vu de vrais miracles sortir de l’officine de mon vieux ami[59]. On vous embrasse et on vous aime. Continuez à faucher. Voilà un remède qui seconde diablement l’effet du fer ! Les bains d’arrosoir, c’est bon aussi. Le travail aussi, la campagne aussi. Tout est bon quand le jugement est sain et le cœur honnête. Avec ça et de la jeunesse, et du talent vrai, on surmonte tout. Je suis bien curieuse de ce qui va sortir de Villemer. Ça m’amuse un peu de penser que la moelle va se détacher sans que j’aie la peine de découper le morceau et qu’à mon réveil un de ces matins, je verrai se produire un nanan auquel je n’aurai pas mis la main.

Vous savez nos conventions auxquelles il ne faut pas revenir dire non. Nous partageons les profits, s’il y en a, et je crois qu’il y en aura. Je crois aussi que la chose faite et lancée, il faudra que je vous donne un petit écrit, parce que je suis vieille, et que je peux mourir, et que plus tard, ça fait des si et des mais ennuyeux. Ne riez pas de ma régularité, c’est une habitude que j’ai, surtout depuis ma maladie si subite et si bête, de tenir mes affaires en ordre comme si je devais partir le lendemain. Ne me répondez pas à ce projet-là. Comme Manceau naturellement dévore vos lettres avec moi et que mes idées de mort l’attristent toujours, il ne faut pas les lui remettre sous les yeux. Pour moi ce ne sont pas des idées tristes. J’ai, sur la mort, des croyances très douces et très riantes, et je m’imagine n’avoir mérité qu’un sort très gentil dans l’autre vie. Je ne demande pas à être dans le septième ciel avec les séraphins et à contempler à toute heure la face du Très-Haut D’abord je ne crois pas qu’il y ait ni face ni profil, et puis si c’est une grande jouissance d’être aux premières places, ce n’est pas pour moi une nécessité. Il y a tant de jolis petits mondes à habiter ! fût-ce même un autre coin de celui-ci, sous une autre forme ! que de bonheurs cachés peut-être dans l’inconnu des autres existences ! Et qui nous dit que la nôtre soit la meilleure ?

J’ai passé bien des heures de ma vie à regarder pousser l’herbe, ou à contempler la sérénité des grosses pierres au clair de lune. Je vous ai dit ça, je crois. Je m’identifiais tellement au mode d’existence de ces choses tranquilles, prétendues inertes, que j’arrivais à participer à leur calme béatitude. Et de cet hébétement sortait tout à coup de mon cœur un élan très enthousiaste et très passionné pour celui, quel qu’il soit, qui a fait ces deux grandes choses : la vie et le repos, l’activité et le sommeil. Ah ! nous voilà dans les nuages, moquez-vous de votre m’man, mais aimez-la tout de même, sa toccade n’a rien de mauvais.

Donnez de vos nouvelles, quand ça ne vous ennuie pas, et revenez sitôt que le cœur dira : allons.

Je ne vous charge de rien pour ceux qui vous entourent : mais vous savez que j’aime qui vous aime.

Manceau pionce, mais je ne jurerais pas qu’il ne pensât à vous quand même en rêve.

En voilà un que vous pouvez estimer sans crainte de déception. Quel être tout cœur et tout dévouement ! C’est bien probablement les douze ans que j’ai passés avec lui du matin au soir qui m’ont définitivement réconciliée avec la nature humaine. Il y a aussi Maurice marchant toujours droit et sagement dans son chemin tracé — et puis il y a moi qui suis capable de reconnaissance et d’appréciation. Alors, je me disais dans mes restes de vieux spleen : Eh bien, si nous sommes trois bous cœurs pas bêtes au fond, il y en a certainement d’autres, et probablement beaucoup d’autres, car nous ne pouvons pas avoir la prétention d’être des exceptions de tous points. Nous serions alors des monstres ! Suivez mon raisonnement ! Bonsoir.

… On veut que je sois un personnage. Moi, je ne veux être que votre maman. Vous avez du cœur, puisque vous m’aimez et je ne vous demande que ça. Je ne me suis jamais aperçue de ma supériorité en quoi que ce soit, puisque je n’ai jamais pu faire ce que j’ai conçu et rêvé que d’une manière très inférieure à mon idée. On ne me fera donc jamais croire, à moi, que j’en sais plus long que les autres. Restée enfant à tant d’égards, ce que j’aime le mieux dans les individualités de votre force c’est leur bonhomie et leur doute d’elles-mêmes. C’est, à mon sens, le principe de leur vitalité, car celui qui se couronne de ses propres mains a donné son dernier mot. S’il n’est pas fini, on peut du moins dire qu’il est achevé et qu’il se soutiendra peut-être, mais qu’il n’ira pas au delà. Tâchons donc de rester tout jeunes et tout tremblants jusqu’à la vieillesse et de nous imaginer, jusqu’à la veille de la mort, que nous ne faisons que commencer la vie ; c’est, je crois, le moyen d’acquérir toujours un peu, non pas seulement en talent, mais aussi en affection et en bonheur intime. Ce sentiment que le tout est plus grand, plus beau, plus fort et meilleur que nous, nous conseiTe dans ce beau rêve que vous appelez les illusions de la jeunesse, et que j’appelle, moi, l’idéal, c’est-à-dire la vue et le sens du vrai élevé par-dessus la vision du ciel rampant. Je suis optimiste en dépit de tout ce qui m’a déchirée, c’est ma seule qualité peut-être. Vous verrez qu’elle vous viendra. À votre âge j’étais aussi tourmentée et plus malade que vous au moral et au physique. Lasse de creuser les autres et moi-même, j’ai dit un beau matin : « Tout cela m’est égal. L’univers est grand et beau. Tout ce que nous croyons plein d’importance est si fugitif que ce n’est pas la peine d’y penser. Il n’y a dans la vie que deux ou trois choses vraies et sérieuses, et ces choses-là, si claires et si faciles, sont précisément celles que j’ai ignorées et dédaignées, mea culpa ! Mais j’ai été punie de ma bêtise, j’ai souffert autant qu’on peut souffrir ; je dois être pardonnée. Faisons la paix avec le bon

Dieu !… »

CHAPITRE XII

1862-1866


Mariage de Maurice. — Lina Sand. — Protestantisme. — Mademoiselle La Quintinie. — Le Marquis de Villemer au théâtre. — Palaiseau. — Mort de Manceau. — Monsieur Sylvestre. — Le Dernier amour. — Sainte-Beuve. — L’Académie. — Flaubert. — Cadio. — Réinstallation à Nohant.


Dès 1853-55, c’est-à-dire après la trentième année de Maurice, Mme Sand se montre de plus en plus souvent préoccupée de marier son fils. Lui, il choisit tantôt une jeune fille, tantôt une autre, mais ne ressentant pour aucune d’amour sérieux et n’ayant qu’un médiocre désir de se créer une famille, Mme Sand s’adressa à ses amis : Boucoiran, les Duvernet etc., etc., leur demandant de chercher un bon parti pour Maurice et débattit avec eux le pour et le contre de plusieurs mariages.

En 1858, Maurice semble avoir fait choix d’une profession, il veut se consacrer à l’illustration. Mme Sand, heureuse de voir que ses efforts maternels sont enfin atteints, lui écrit :

Nohant, 25 avril 1858.

… Je vois avec plaisir que tu te tires d’affaire, quand besoin est, avec ton travail. Dieu soit loué, c’est tout le but que je poursuivais dans ton enfance quand je te répétais qu’il fallait avoir son gagne-pain au bout des bras, quand même on avait un petit patrimoine assuré. C’est encore la situation sociale la meilleure que celle où tu te trouves…

… Tout serait bien si tu pouvais compléter la vie par un mariage assorti à ta situation et sympathique à ton esprit et à tes sentiments. Mais tu cherches peu ou mal et je ne veux en rien te pousser à prendre un parti si grave. Ma seule conclusion est toujours la même : Aime, ou n’épouse pas[60]

Enfin, en 1862, le sort de Maurice fut décidé. Il arrêta son choix non pas sur quelque « charmante inconnue », non pas sur quelque « bon parti », ni sur une jeune personne qui « conviendrait surtout aux rôles de « jeune première »[61] dans les spectacles improvisés, mais sur une jeune fille que lui et sa mère connaissaient depuis son enfance.

À monsieur Jules Boucoiran.
Nohant, 3 mai 1862.

Mon cher ami, bonne nouvelle ! Maurice se marie selon son cœur et selon son gré. Il épouse la charmante fille de mon vieux et digne ami Calamatta. La fortune qu’il eût demandé à une personne inconnue, il ne la demande pas à celle qui vaut par elle-même, et il a raison. Il est dans le vrai et je suis pleine de bonheur et de satisfaction… Nos fiancés sont à Paris avec Calamatta pour quelques jours[62]

À Charles Poncy.
Nohant, 3 mai 1862.
Cher ami et chers enfants,

Bonne nouvelle ici. Depuis plusieurs semaines mon cœur est dans un grand tralala. Enfin, c’est arrêté ! Maurice épouse la fille d’un de mes plus anciens et plus chers amis, le graveur Calamatta, directeur de l’École de dessin de Milan. C’est une petite Italienne, née et élevée en partie à Paris et que nous chérissons comme un enfant de la famille, depuis qu’elle est au monde. Elle est gentille, charmante, intelligente et chaude patriote romaine. Nous sommes heureux et joyeux. Le père pourra vivre une bonne partie de l’année près de nous. C’est un bonheur de plus. Nous ne savons encore si nous faisons le mariage à Paris ou à Nohant et le jour n’est pas fixé. Mais c’est très prochain, car nous publions les bans.

… Je vous prie de faire part de notre événement de famille à tous nos amis de là-bas, M. et Mme Trucy, M. Gouin, le docteur Aubon, Courdonan, etc. J’écris aux Margollé.

Amitiés et tendresses de Manceau.

À Ludre Gabillaud[63].
Nohant (15) mai 1862.

Demain alors, mon ami. Tâchons que le contrat soit signé à 4 heures et que le mariage ne se fasse pas plus tard que 5. Est-ce possible ? Notre fillette se fait des idées sur le mariage à la nuit comme un mauvais présage.

Caressons l’enfantillage en bonnes gens que nous sommes. Encore un bon coup de collier, mon bon Ludre. Chargez-vous d’amener l’adjoint et le notaire, ce dernier témoin de Maurice avec Duvernet. Vous, témoin de Calamatta. Nous dînons ensemble après. Dimanche, le lendemain, vous revenez dîner avec nous et vous nous amenez votre femme. Est-ce convenu ? Dites à Sylvain si c’est oui sous tous les rapports[64].

G. Sand.

Donc, le 16 mai 1862, Maurice Dudevant se maria avec la fille du graveur connu Luigi Calamatta, Caroline-Marceline Calamatta (ou « Lina », comme on l’appela désormais), petite-fille de l’égyptologue célèbre Raoul Rochette et arrière-petite-fille de Houdon. Le vieux Nohant vit dans ses murs une jeune maîtresse de maison qui non seulement prit sur elle tous les soins, tous les soucis du ménage et des devoirs mondains, mais qui devint bientôt l’aide de Mme Sand dans toutes ses œuvres de bienfaisance[65], son amie, sa vraie fille dévouée et bien-aimée. Dans une lettre que Mme Sand lui adressa au moment de la demande en mariage faite par Maurice Sand, en parlant de la vieille amitié qui unissait les Sand avec le père de Lina, le vieil ami Calamajo, et en suppliant la jeune fille de se fier à l’amour de Maurice et de sa mère, elle lui disait carrément : « Je sens bien que je te serai une mère véritable, car j’ai besoin d’une fille[66]… » Et cette fille Mme Sand la trouva effectivement dans cette « petite Italienne — nera, nera, chantant adorablement de sa voix de contralto fraîche et veloutée, nature chaude et généreuse, bonne et emportée, toujours prête à rire ou à pleurer, » cœur spontané, esprit éveillé, s’intéressant à toutes les questions scientifiques ; tantôt lisant avec ardeur des traités d’archéologie, des brochures politiques et des romans à clef, Darwin et Flaubert, Renan et Lyell, et tantôt s’adonnant avec la même ardeur à l’art culinaire, à la confection de robes d’enfants, à la préparation de toutes sortes de surprises pour tous ses proches, se livrant à des sorties véhémentes contre tout ce qui lui paraissait « obscurantisme » et défendant avec la même véhémence les idées qui lui étaient chères. Oui, cette nouvelle fille fut de tous points une fille selon le cœur de Mme Sand. Quant à Lina, elle disait plus tard franchement : « Oh ! j’ai bien plus épousé George Sand que Maurice Sand, je me suis mariée avec lui, parce que je l’adorais, elle. » Et cette adoration, cette vénération, ce chaud amour filial, Lina le garda pour George Sand tant qu’elle vécut et même après sa mort ! Elle voua sa vie entière à son service, au culte de sa mémoire. Mme Sand trouva par elle et en elle tout ce qui lui avait tant manqué depuis la mort de son aïeule, ce que ni sa mère, ni son mari, ni même son fils, ni surtout sa fille n’avaient su lui témoigner : une sollicitude toujours égale et active, un souci constant de la préserver des ennuis matériels de la vie, des soins ininterrompus, continuels, la volonté de prévenir tous ses désirs. Mme Sand trouva en Lina quelque chose de plus encore : la réalisation de ce qu’elle prêchait dans ses œuvres et de ce qu’elle prenait comme thème favori de ses romans : un être s’oubliant pour les autres, et cependant nullement ordinaire, nullement effacé, un cœur d’une loyauté rare, une nature d’élite se distinguant par ses goûts artistiques, ses aspirations intellectuelles, sa spontanéité, sa sincérité, son abnégation. Lina Sand se disait avec tant de bonne foi « la plus ordinaire, la plus simple des femmes », elle se croyait si sincèrement au-dessous de tous ceux qui l’entouraient, elle se tenait si humblement dans l’ombre, qu’elle induisit en erreur beaucoup, beaucoup de personnes, même parmi ses plus proches ! Et tandis que l’on ne parle de Maurice Sand que sur un ton dithyrambique, qu’on s’extasie toujours sur ses multiples talents, d’aucuns — et ils sont assez nombreux — parlent de « Mme Maurice » avec une condescendance méprisante ou bienveillante.

Or, ceux qui eurent le bonheur de connaître cette femme exceptionnelle pensent tout autrement. Ils se souviendront sans cesse avec une admiration émue de cette âme vibrante, prête à s’enthousiasmer, à se sacrifier pour toutes les nobles causes. Ils se rappelleront à tout jamais le rôle qu’elle joua dans l’existence de George Sand, dans la dernière période de sa vie ; qu’elle fut la gardienne de la glorieuse mémoire de sa « bonne mère » adorée. Ils savent aussi tout ce que George Sand lui doit et comment elle l’appréciait ; ils peuvent donner mainte preuve du dévouement infatigable, des soins pieux dont Lina l’entourait dans ses dernières années, veillant sans cesse à son bien-être. On sait aussi que George Sand l’initiait à tous ses intérêts et que dans son testament elle légua tout son héritage littéraire à Maurice et, en cas de mort, à sa femme Lina et non pas à sa propre fille, ni à personne d’autre.

Les lettres de George Sand durant les quatorze dernières années de sa vie sont toutes remplies d’expressions de tendresse pour sa « Linette », d’admiration devant cette nature spontanée et généreuse, de satisfaction pour le bonheur de Maurice et de joie d’avoir trouvé dans sa femme une jeune amie aussi dévouée, aussi « compréhensive ».

La toute première lettre de Lina Calamatta gagna d’emblée le cœur de Mme Sand. En réponse à son consentement de devenir la femme de Maurice, Mme Sand lui écrivit donc :

Paris, 10 avril 1862.

Ma fille bien-aimée, tu dois avoir reçu hier la lettre de Maurice, aujourd’hui je viens t’embrasser de toute mon âme, au milieu de mes préparatifs de départ pour Nohant, où Maurice me rejoindra pour attendre votre arrivée. Quelle charmante lettre tu m’écris, ma diavolina ! Oui, j’en suis sûre, tu veux nous rendre heureux. Cela t’est bien facile, ma chérie, il ne s’agit que d’être heureuse toi-même, puisque nous n’avons pas d’autre pensée et d’autre besoin que celui-là. Si tu es l’enfant terrible, tu sais aimer. J’aime mieux l’énergie du cœur et de la tête que la moutonnerie de l’habitude et l’absence de volonté. Si tu crois en nous et si tu nous confies ta vie, c’est que tu nous aimes de ton propre mouvement et sans être influencée par des convenances vulgaires.

Dieu nous tiendra compte à tous trois de notre foi, car le mariage est un acte de foi en Lui et en nous-mêmes. Les paroles du prêtre n’y ajoutent rien. Elles sont là pour la forme, car bien souvent il ne croit pas lui-même à ce qu’il dit. Nous nous entendrons sur ce point, nous autres, et à l’église, pendant que le prêtre marmottera, nous prierons le vrai Dieu, celui qui bénit les cœurs sincères et qui les aide à tenir leurs promesses. Qu’il me tarde de t’embrasser, ma chère fille. Et ton bon père aussi que j’aime tant. Embrasse-le pour moi en attendant et reçois toutes les bénédictions de mon cœur.

George Sand.
Jeudi.

Après-demain soir je serai à Nohant[67].

En annonçant le mariage prochain de Maurice à son vieil ami Armand Barbès, George Sand lui écrivait :

Je veux vous annoncer le prochain mariage de mon fils avec la fille de mon vieux et cher ami Calamatta. C’est une charmante enfant et un esprit généreux. Cette union est un vœu de mon cœur enfin accompli.

Et à sa sœur naturelle Mme Caroline Cazamajou, George Sand écrit à son retour de Paris, après le mariage :

Je te disais que le mariage devait avoir lieu, il y a eu aujourd’hui quinze jours. Nos jeunes mariés sont déjà très habitués à leur nouvelle situation qui leur plaît mutuellement, car ils n’ont pas voulu venir passer quarante-huit heures avec moi à Paris, d’où je suis arrivée hier. Je les ai trouvés bien portants, travaillant ensemble et très gais. Je suis bien heureuse, ma nouvelle fille est charmante et nous nous aimons depuis longtemps. Elle a vingt ans, elle est très enfant et en même temps très raisonnable. Je n’ai plus d’autre occupation et d’autre désir que de la rendre heureuse…


À Jules Boucoiran Mme Sand écrivait dans sa lettre du 28 juin 1862 :

Mon jeune ménage va très bien, Maurice pioche, sa petite femme est la grâce et le charme en personne. Nous l’adorons…


Et plusieurs mois plus tard, lorsque sa jeune bru était à Paris avec Maurice pour « voir le monde et se laisser voir », comme disent les bonnes gens, sa belle-mère lui écrivait également :

À Lina Sand.
Nohant, 14 février 1863.

Ma cocotte chérie, j’ai été heureuse ce matin et je suis heureuse pour toute la journée d’avoir une lettre de toi. C’est fête, et elle est bonne et charmante comme toi, ta lettre. Tout en la lisant et en déjeunant, je me suis aperçue que je pleurais dans mon chocolat et comme ce n’étaient pas des larmes tristes, bien au contraire, mon chocolat ne m’en a paru que meilleur.

Tu as bien raison de m’aimer, va, car je ne vis que pour toi et Maurice et je me persuade si bien que je t’ai mise au monde, que je ne fais pas de différence de plus ou de moins entre vous deux.


Or, par une lettre du 20 février de cette même année, adressée à Édouard Cadol qui, alors à ses débuts dramatiques, venait d’obtenir un grand succès avec la Germaine, refaite sur les conseils de George Sand, et venait de quitter Nohant où il avait séjourné plusieurs semaines et gagné tous les cœurs, par cette lettre nous voyons que Mme Sand disait de Lina aux autres la même chose qu’à elle-même :

…Vous êtes gentil de me dire que ma Lina s’amuse et va bien, car elle n’a guère le temps de m’écrire. Je ne le lui dis pas, pour ne pas mettre un cheveu dans ses confitures, mais la maison me paraît bien morne sans elle…

Et encore deux mois plus tard Mme Sand écrit à Ed. Rodrigues :

…En fait de jouissance musicale, je n’ai que le chant de ma petite belle-fille italienne, mais elle en vaut cent. C’est la voix la plus délicieusement fraîche et veloutée qui existe et un sentiment d’une individualité exquise. Chez elle le chant révèle tout l’être. Avec cela, elle coud elle-même toute une layette à elle seule. Elle s’occupe d’histoire naturelle avec son mari et moi, et elle s’apprête bravement à nourrir son enfant…


Lorsque cet enfant — Marc-Antoine Sand — était déjà né et que Mme Sand, séjournant à Paris, visita Mme Arnould-Plessy dans sa loge lors de la première de Penharvan, elle raconta, dans une lettre à Maurice et à Lina, comment on la questionna sur sa « Lina « et comment elle répondit :

…Elle m’a fait mille questions sur vous et tout le monde aussi : « Mme Maurice est-elle artiste ? Est-elle intelligente ? S’intéresse-t-elle aux occupations de son mari ? » — « Oui, certainement, elle chante comme un amour et réconcilie son mari avec la musique, et puis elle s’intéresse à tout ce qu’il fait et même à la science, et elle connaît déjà les coquilles fossiles comme un vieux professeur, et ça ne l’empêche pas de nourrir son mioche aussi bien qu’une vraie paysanne, et de se relever la nuit, et d’ourler ses langes et de tailler ses brassières, etc. » Alors on fait des cris d’admiration et Fromentin s’extasie…


En 1863 George Sand dédia à sa jeune bru son roman Laura ou Voyage dans le cristal où s’était reflété l’expansion de l’auteur non plus pour la botanique, mais la minéralogie et la géologie et où elle parle, sous la forme d’un conte fantastique, de géodes, de druses, de cristallisations et autres choses scientifiques. Cette dédicace est non seulement l’expression du tendre attachement de l’auteur pour la jeune femme de Maurice, mais c’est aussi l’écho des études communes « en géologie » des deux femmes, dirigées par leur mari et fils.

« Vous trouverez dans ma Lina une adepte coiffée aussi de géologie et de fossiles », écrit Mme Sand le 7 février 1863 à Louis Maillard.

Et les expressions de tendresse, les mots émus, les épithètes louangeuses se poursuivent à travers les années et se retrouvent dans toutes les lettres de Mme Sand où il est question de sa belle-fille.

Maurice est heureux en ménage — écrit George Sand à L. Viardot le 11 avril 1867 — il a un vrai petit trésor de femme, active, rangée, bonne mère et bonne ménagère, tout en restant artiste d’intelligence et de cœur. Nous avons un seul petit enfant, une fillette de quinze mois qui s’appelle Aurore et qui annonce aussi beaucoup d’intelligence et d’attention. La gentille créature semble faire son possible pour nous consoler du cher petit que nous avons perdu[68].


Quelques mois plus tard Mme Sand dit à Flaubert dans sa lettre du 24 juillet 1867 :

Ma fille Lina est toujours ma vraie fille. L’autre se porte bien et elle est belle, c’est tout ce que j’ai à lui demander[69].


Encore quelques mois plus tard, au moment où Mme Maurice Sand s’attendait à la venue de son troisième enfant et lorsque la vie du jeune ménage était devenue une part intégrale et indivisible de l’existence de Mme Sand, où les lettres de cette dernière devinrent véritablement des épîtres d’une grand’mère, elle parle en termes que voici de ses « deux enfants » Maurice et Lina, dont l’un venait de la divertir par une pièce de marionnettes extraordinaire et prophétique intitulée « 1870 », où apparaissaient Isidore et sa femme Euphémie :

…Maurice me donne cette récréation dans mes intervalles de repos qui coïncident avec les siens. Il y porte autant d’ardeur et de passion que quand il s’occupe de science. C’est vraiment une charmante nature et on ne s’ennuie jamais avec lui. Sa femme aussi est charmante, toute ronde en ce moment, agissant toujours, s’occupant de tout, se couchant sur le sofa vingt fois par jour, se relevant pour courir à sa fille, à sa cuisinière, à son mari, qui demande un tas de choses pour son théâtre, revenant se coucher, criant qu’elle a mal et riant aux éclats d’une mouche qui vole ; cousant des layettes, lisant des journaux avec rage, des romans qui la font pleurer ; pleurant aussi aux marionnettes quand il y a un bout de sentiment, car il y en a aussi. Enfin c’est une nature et un type ; ça chante à ravir, c’est colère et tendre, ça fait des friandises succulentes pour nous surprendre et chaque journée de notre phase de récréation est une petite fête qu’elle organise[70].

Et le 23 mars 1868, après une série de reproches et de conseils à sa nonvelle amie Mme Juliette Lamber qui souffrait alors d’insomnies nerveuses et se laissait en général trop émouvoir et trop abattre, Mme Sand dit à sa jeune correspondante :

…Ma Lina ne se pique pas de calme, mais elle a de grands mouvements de vouloir et de raison qui se succèdent et se rattachent les uns aux autres après qu’une émotion vive a semblé les briser ; c’est une nature rare, une grande force dans une exquise finesse. Elle est toute disposée à vous aimer, mais elle n’est pas expansive, elle est plutôt timide à première vue et observant plus qu’elle ne songe à montrer. Elle eût été une artiste, si elle n’eût été avant tout une mère. Ce sentiment-là a absorbé toute sa vie depuis six ans. Elle y a mis toute son âme[71].

En 1872, félicitant cette même Juliette Lamber (devenue Mme Adam) du mariage prochain de sa fille adorée Alice, surnommée Topaze et fiancée à M. Paul Segond, le célèbre médecin, Mme Sand écrit à cette amie, le 16 octobre :

…Que votre gendre soit pour vous ce que Lina est pour moi, et vous serez bien récompensée de votre amour pour cette charmante Alice[72]

Enfin le 1er janvier 1873, George Sand écrit à Charles Poncy :

…Lina est toujours la perle de la maison. Toutes les qualités et toutes les grâce ?…[73].

Et combien encore de ces lignes enthousiastes et de jugements émus et tendres sur sa Lina sont disséminés dans les lettres de George Sand des quatorze dernières années de sa vie ! Or, après la mort de Lina elle-même, Mme Séverine écrivit sur elle entre autres les lignes que voici, justes et vraies :

…Son horreur des ténèbres, du mensonge, se renforçait du souvenir toujours vivant en elle. Avec un tact admirable elle sut tout concilier ; ne pas souffrir de son effacement, ne faire souffrir personne ; être le lien obscur, mais solide, entre des personnalités marquées, être la bonne fée secourable à l’intimité.

Dans les souvenirs du grand écrivain, dans tous les livres publiés sur Sand et sur Nohant on la voit passer discrète, bienfaisante, répandant autour d’elle l’ordre sans lequel il n’est pas de foyer…


Le mariage de Maurice Sand ne fut d’abord conclu que devant le maire[74] et ce ne fut que plus tard, lorsque les jeunes époux avaient déjà un fils, qu’ils furent bénis selon les rites de l’Église, non pas catholique, mais protestante, quoique tous les deux fussent catholiques[75]. Ce fut ainsi autant par désir personnel de Maurice qui voulait assurer la liberté de conscience à lui et à ses futurs enfants[76] qu’en raison des idées libératrices de sa mère et de ses croyances religieuses et philosophiques arrivées vers cette époque à une synthèse définitive. Puis, en dehors de l’esprit général de protestation qui s’accentua de plus en plus en France contre le cléricalisme à outrance gagnant tous les jours du terrain, au moment où le second Empire était arrivé à son apogée — ce qui joua bien certainement le rôle d’un argument ab adverso dans la décision de Maurice Sand, ce fut le fait que la mère de Lina Calamatta, Mme Anne-Joséphine Calamatta, une femme charmante et une nature d’élite, une vraie artiste[77], cette distinguée personne, catholique fervente dès sa jeunesse, tomba peu à peu sous l’influence exclusive des prêtres. (Plus tard, après la mort de son mari, elle se fit même religieuse et mourut le 10 décembre 1893 sous le nom de sœur Marie-Josèphe de la Miséricorde.) Luigi Calamatta et sa fille, durant bien des années, souffrirent d’incidents pénibles et révoltant leurs idées, leurs sentiments d’époux et de fille. L’intransigeance de Mme Joséphine les froissait, et sous les traits de différents pères spirituels, confesseurs de Mme Calamatta, le cléricalisme envahissait leur foyer.

George Sand, ayant depuis longtemps franchi toutes les étapes de Spiridion, et acheté au prix de grandes souffrances morales sa foi libre, son credo, rejetait toutes les pratiques et toutes les formalités du culte. Elle niait la divinité du Christ, l’existence du diable et de l’enfer — qu’elle appelait une monstruosité, « une imposture et une barbarie » — et protestait surtout contre le dogme du châtiment éternel[78]. Il est tout naturel qu’elle fût révoltée et douloureusement peinée de tout ce qui se passait alors autour d’elle. La domination spirituelle absolue, annihilante, exercée par leurs confesseurs sur des jeunes femmes et des jeunes filles inconnues ou connues exaspérait Mme Sand. Autrefois, lors du séjour de sa fille dans un pensionnat, elle s’était efforcée de mettre Solange en garde contre le culte extérieur masquant la religion même, elle voulait la préserver du mysticisme sensuel du catholicisme et ne pas lui laisser prendre pour Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/438 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/439 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/440 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/441 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/442 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/443 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/444 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/445 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/446 aussi, qui paraîtra aussitôt après le mien dans la même revue.

Manceau fait de tout et tout le monde vous aime et vous embrasse…


Nous lisons enfin dans la lettre de Mme Sand à Ed. Rodrigues, dont nous avons cité un passage au chapitre xi :

J’ai donc bien fait de ne pas vous dédier ce roman qui va m’attirer des horions ? Vous voyez, je n’ai pas été trop bête, cette fois, pour moi. Vous vous inquiétez de me voir rentrer en campagne, mais c’est mon état, cher ami. Je suis soldat et mon devoir est la guerre quand l’on envahit la patrie de mon idée. Mais ce n’est pas de politique que je m’occupe, sachez-le. Vous me demandiez aussi le sujet de ce roman qui m’occupe si fort ? Je vous l’ai dit, je crois. C’est la guerre aux hypocrites. Cela vous inquiétait pour moi. Pourquoi cela, mon ami ? La mission douce et persuasive que vous m’attribuez n’a de valeur que si elle est sincère et brave à l’occasion.

…La préoccupation qui nous lie, celle de donner du bonheur aux autres, est la mise en commun de ce qu’il y a en nous de meilleur et de plus important… »


La jeunesse des écoles apprécia à sa juste valeur cette « bravoure de soldat » et à la première occasion — qui fut la première de Villemer à l’Odéon — fit des ovations très démonstratives à l’auteur de Mademoiselle La Quintinie.

Lorsque ce roman parut on fit des tentatives pour en trouver la clef, pour découvrir les personnes réelles que George Sand avait mises en scène, on avait tâché de dévoiler aussi les noms des héros. On demandait même dans les colonnes de l’Intermédiaire des chercheurs et des curieux, si sous les noms du « père Onorio », de « l’abbé Moréali » se cachaient des personnages réels, à quelle époque ils avaient vécu ou si ce n’étaient que des êtres créés par l’imagination de l’auteur. On alla jusqu’à dire que le sermon du père Onorio à la suite duquel Lucie La Quintinie abjure la religion catholique, n’était que la reproduction presque textuelle des « anathèmes » de Louis Veuillot contre le père Passaglia dans son Parfum de Rome.

Quoi qu’il en soit, Mademoiselle La Quintinie souleva une grande tempête, et lorsque neuf ans plus tard, en 1872, George

Sand fit des démarches pour mettre à la scène un drame tiré de Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/448 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/449 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/450 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/451 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/452 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/453 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/454 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/455 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/456 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/457 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/458 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/459 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/460 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/461 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/462
Illustration
Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/465

l’anniversaire de Molière : un comédien doit être excommunié ; mais Napoléon aussi fut un grand homme. Il a bien parfois contrarié les ultramontains : on avisera à supprimer sa fête.

— Mais non, me dit-on, c’est autre chose. Vous ne devinez pas ?

Non, je ne devine pas le rapport qui peut exister entre Shakespeare et la police de sûreté. Moi qui défendais le dix-neuvième siècle ! Mon Dieu, mon Dieu, qu’elles sont longues, les racines du moyen âge ! Mais que t’importe le banquet, ô divin Shakespeare ? Tu as le livre de Victor Hugo…

Et Mme Sand termine sa Lettre par ce passage tout pareil à celui du commencement :

Moi je reviens, non d’un banquet fameux, mais d’un fameux banquet, la nature en fête, le mois d’avril dans une oasis, et j’en rapporte un grand bien-être, beaucoup de parfums dans la tête et d’harmonies dans les oreilles. Il n’y a pas jusqu’aux grelots rythmiques de ces petits chevaux blancs qui ne m’aient bercé d’une riante chanson. Au fond de tout cela, sans doute, il y avait l’impression produite par le livre ; je ne sais quoi de fort émane pour moi de ces grandes audaces de personnalité…

Cette Lettre est datée du 25 avril 1864. Or le 24 avril parut, dans le Temps, une lettre de Mme Sand À propos du banquet shakespearien qui devait être lue au banquet, et George Sand s’y adressait à ses « frères en Shakespeare » qui avaient eu l’excellente idée de se réunir pour fêter « un grand mort », elle les priait de

porter en son nom la santé du divin Shakespeare, celui de nous tous qui se porte le mieux, car il a triomphé de Voltaire quand même et il est sorti sain et sauf de ses puissantes mains…

Une autre fois — continuait George Sand — nous fêterons Voltaire quand même, vu qu’il a triomphé de bien d’autres. Notre gloire à nous sera d’avoir replacé nos maîtres dans le même panthéon et d’avoir compris que tout génie vient du même Dieu, le Dieu à qui tout beau chemin conduit et dont la vérité est le temple…

C’est ainsi qu’en 1864 George Sand parla par deux fois de Shakespeare, ce qui n’est point étonnant si l’on considère qu’elle avait toujours admiré le grand poète britannique. Rappelons qu’en 1837, presque au début de sa carrière, elle écrivit une petite étude sur Antoine et Cléopâtre qui parut dans le recueil d’étrennes les Femmes de Shakespeare[79], qu’en 1845 elle consacra quelques pages éloquentes à Hamlet[80] et qu’en 1855 elle adapta pour la scène française le Comme il vous plaira, dont le héros, Jacques le Mélancolique, avait, dès sa jeunesse, été son héros favori[81].

Les lignes enthousiastes de Mme Sand sur le livre de Victor Hugo William Shakespeare, venant à la suite d’un article publié dans la Presse six mois plus tôt, en août 1863, et consacré au livre de Mme Hugo, Victor Hugo par un témoin de sa vie, flattèrent extrêmement le grand exilé. Il répondit à George Sand, en liant à tout jamais par un vers célèbre le nom de l’illustre femme à celui du ruisseau sur les bords duquel elle avait lu le livre sur Shakespeare. Notamment son morceau Amour de l’eau (où il disait que chaque cours d’eau attirait sur ses bords ceux qui chantent, oiseaux et poètes qui, comme l’eau, courent devant eux sans chemin et sans besogne, mais vont toujours vers un but), il le termine par ces mots :

George Sand a la Gargilesse
Comme Horace avait l’Anio.

Ces deux vers attirèrent pour leur part une réponse de George Sand à Hugo, Elle publia en 1865 dans l’Avenir national un petit article sur les Chansons des rues et des bois[82]. Dès les premières lignes elle y rejetait avec une douleur et une amertume profonde l’honneur « d’avoir la Gargilesse », car, disait-elle :

George Sand n’a rien, pas même l’eau courante et rieuse de la Gargilesse, c’est-à-dire le don de la chanter dignement, car ces choses qui appartiennent à Dieu, les flots limpides, les forêts sombres, les fleurs, les étoiles, tout le beau domaine de la poésie, sont concédées par la loi divine à qui sait les voir et les aimer. C’est comme cela que le poète est riche. Mais moi, je suis devenue pauvre… Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/468 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/469 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/470 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/471 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/472 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/473 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/474 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/475 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/476 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/477 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/478 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/479 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/480 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/481 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/482 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/483 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/484 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/485 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/486 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/487 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/488 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/489 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/490 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/491 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/492 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/493 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/494 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/495 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/496 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/497 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/498 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/499 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/500 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/501 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/502 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/503 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/504 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/505 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/506 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/507 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/508 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/509 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/510 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/511 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/512 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/513 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/514 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/515 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/516 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/517 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/518 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/519 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/520 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/521 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/522 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/523 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/524 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/525 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/526 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/527 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/528 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/529 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/530 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/531 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/532 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/533 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/534 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/535 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/536 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/537 ces deux pièces fut encore représentée en 1862 au Gymnase, sans la participation de l’auteur.

13) Et pour finir remarquons que M. Duquesnel fait partout précéder le nom de Mademoiselle La Quintinie d’un de : « Mlle de la Quintinie », tandis que le nom de cette demoiselle — héroïne du roman de George Sand et de la pièce du même nom qui ne fut jamais jouée du vivant de l’auteur est simplement La Quintinie.


CHAPITRE XIII

1867-1876


Vieillesse sereine. — Les amis. — Les petites filles. — La vie à Nohant entre 1867 et 1876. — Les marionnettes. — Les contes d’une grand’mère. — Les articles pédagogiques. — 1870. — La Guerre et la Commune. — Le Journal d’un voyageur pendant la guerre. — Francia. — Nanon. — Nouvelles lettres d’un voyageur. — Impressions et souvenirs. — Synthèse philosophique et religieuse. — Les derniers romans : Césarine Dietrich, Marianne Chevreuse, — La série des histoires d’un enfant : la Filleule, la Confession d’une jeune fille, l’Autre, Ma soeur Jeanne, Flamarande et les Deux frères, la Tour de Percemont, Albine. — La maladie et la mort. — Les obsèques.


Cette dernière période — les dernières neuf années de la vie de George Sand — peut être caractérisée en deux mots : vieillesse sereine. Oui, sereine et lumineuse, elle le fut. Étant, après de cuisants doutes, de longues recherches et souffrances, arrivée à une synthèse complète de l’univers, à un idéal religieux précis, Mme Sand vécut tranquillement ses neuf années, de 1867 à 1876, entourée de la vénération générale, de l’admiration de ses amis, de l’adoration de son fils, sa belle-fille et ses petites-filles et les adorant elle-même. Les amis de sa jeunesse étaient à cette époque tous, ou presque tous, partis pour un monde meilleur, ou la vie les avait éloignés. Hippolyte Chatiron était mort en 1848, de Latouche en 1851, Planet en 1853, Jules Néraud en 1855. Il lui restait Fleury, Papet, Rollinat et Duvernet. Mais Fleury, depuis son exil et sa rentrée en France, se tenait à l’écart, désapprouvant les rapports de George Sand avec les descendants de Napoléon ; Rollinat, depuis son mariage, ne quittait guère Châteauroux et venait rarement à Nohant, quoiqu’il partageât comme par le passé les chagrins et les joies de son « Oreste », il ne la voyait que de loin en loin. La mort de ce « cher Pylade », arrivée en 1867, Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/540 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/541 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/542 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/543 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/544 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/545 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/546 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/547 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/548 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/549 à ce nouveau genre littéraire : la littérature pour enfants, ou même, proprement dit : aux contes d’enfants. Du reste elle avait déjà écrit plusieurs œuvres dans ce genre. En 1837 elle écrivit pour Solange le Roi des neiges, conte resté inédit. En 1850, comme nous l’avons indiqué plus haut[83], elle usa du dicton populaire sur Gribouille qui se jette à Veau de peur d’être mouillé comme d’un thème pour écrire son Histoire du véritable Gribouille[84]. En 1859, George Sand publia, dans le Figaro, encore un petit conte, la Fée qui court. Et enfin en 1865 elle dédia à Manceau un grand conte fantastique et symbolique, la Coupe. D’autre part, voulant créer à l’usage de la petite Aurore la meilleure méthode possible pour apprendre à lire et à écrire, Mme Sand remania pour elle le système tiré par Jules Boucoiran de la célèbre méthode Laffore, pour l’enseignement de Maurice. Mme Sand, avec infiniment d’esprit et un tact pédagogique admirable, sut encore faciliter et simplifier cette méthode. De plus, elle trouvait nécessaire que l’enseignement de la lecture marchât de front avec les premières connaissances enseignées à l’enfant sur toutes choses. Il est très instructif de lire ses réflexions et ses observations sur ce sujet dans les chapitres xi, xii et xiii de ses Impressions et souvenirs, ayant pour sous-titre : « Pensées d’un maître d’école ». « Le maître d’école, c’est moi », dit-elle, car durant toute sa vie elle a toujours eu quelques élèves à qui eUe enseignait l’a & c : ses enfants, sa nièce, ses petits-enfants et des filles de village adultes, des servantes et des serviteurs, bref des élèves de tout âge et de toute condition ; ces pages sont donc le résultat de son expérience et de ses observations. Quand, dans sa jeunesse, elle apprit à lire à ses enfants, George Sand ignorait encore beaucoup de choses en matière d’éducation qui ne lui devinrent claires qu’avec l’expérience et le raisonnement, et Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/551 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/552 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/553 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/554 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/555 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/556 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/557 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/558 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/559 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/560 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/561 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/562 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/563 s’indigne de voir deux peuples civilisés, laborieux, vivant paisiblement côte à côte, se ruer soudain l’un contre l’autre comme deux bêtes féroces, parce que la volonté de leurs gouvernements, la politique personnelle de leurs chefs, les intrigues diplomatiques auxquelles ils restent étrangers l’ont voulu ainsi Puis le cours des événements empoigne l’écrivain, son ton devient d’abord patriotique, puis chauvin et ses articles prennent un caractère belliqueux propre aux écrivains de tous les pays et de tout peuple en temps de guerre, et surtout de guerre malheureuse !

La voix indignée de George Sand fut entendue non seulement de ses compatriotes, mais aussi des ennemis de la France, et, en 1871, en réponse à ses lignes dénonçant certaines actions des Prussiens, il parut à Mayence mie brochure allemande intitulée : Franzôsische Stossseufzer und deutscJie Reflexionen. Eine Antwort an George Sand Aurora Dudevant. (Soupirs français et réflexions allemandes. Une réponse à George Sand, Aurore Dudevant.) L’auteur, M. Ferdinand Haas, y soumettait à une rude critique, quelquefois assez bien fondée, mais le plus souvent tout aussi chauvine, et en tout cas très désobligeante comme ton, — côtoyant l’indécent et le comique, — les idées et les sentiments que George Sand émettait dans son Journal.

Nous ne nous arrêterons point sur ces articles de la grande femme, ils portent trop l’empreinte de leur époque, ce qui rend leur signification temporaire[85]. La seconde partie, écrite après la guerre de Prusse et la guerre civile, présente une bien autre valeur. Toutes les péripéties de la guerre des partis, toutes les teintes des opinions politiques se reflètent dans ces derniers chapitres du Journal d’un voyageur, ainsi que dans les Impressions et souvenirs qui lui font suite.

L’invasion étrangère de 1870 inspira encore une œuvre à George Sand. C’est son roman Francia dont l’action se passe lors de l’invasion des « alliés » en 1815. On y voit apparaître une espèce de général russe caricaturé de la façon la plus singulière, — quelque chose entre le « russe, mangeur de chandelles » si répandu dans les feuilletons d’il y a un siècle, — et le « général Dourakine » de la « Bibliothèque rose ». Comment George Sand, amie de Louis Viardot, qui non seulement voyagea en Russie, mais encore traduisit si bien Gogol et Pouschkine, l’amie de Charles Rollinat, le traducteur de Tolstoï et Tourguéniew, enfin l’amie de Tourguéniew lui-même, qui vint plusieurs fois à Nohant et dont Mme Sand admirait tant les Récits d’un chasseur, la Nichée de gentilshommes, la Fumée, Roudine[86], Pères et enfants etc., etc., comment George Sand put-elle peindre cet incroyable général Ogokskoï (le nom à lui seul fait rire de pitié tout vrai Russe !) véritable enluminure d’Épinal ! — l’oncle du prince Diomyde Diomyditch Moursakine (nous le disions, cela devait rimer à Dourakine !) non moins grotesque, et pour comble appelé au cours du roman Diomyditch tout court ! Nous ne disons pas cela par chauvinisme ou patriotisme mal entendu, mais pour constater que George Sand avait, en cette occasion, fait preuve de cette même incapacité que parfois les auteurs éprouvent à rendre d’une manière vraie des types étrangers. C’est pour cela que les Japonais s’indignent contre Pierre Loti et sa façon de peindre la vie et les femmes japonaises dans Madame Chrysanthème ; les Italiens, contemporains de Mme Sand, s’étaient révoltés de sa manière de peindre les types italiens dans Daniella. Les Russes ne feront que rire en voyant comment George Sand avait portraituré en guignols grotesques nos héros de 1812-1815. Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/566 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/567 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/568 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/569 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/570 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/571 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/572 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/573 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/574 bien et du mal, Aurore Dupin se pénétra de la doctrine de saint Jean et l’opposa à celle de saint Pierre, l’apôtre de l’Église militante, intolérante[87]. À la fin de sa carrière, après toutes les épreuves de son existence privée et sociale, après avoir passé par tant de doctrines, de systèmes philosophiques les plus divers et traversé tant de cataclysmes politiques, George Sand resta fidèle à l’enseignement de saint Jean et ce sont les paroles de cet évangéliste qu’elle adresse à ses concitoyens à l’heure terrible de la folie générale et de l’effondrement social. C’est comme le Hic jacet de Spiridion, c’est ici que se trouve la clef de toutes ses opinions politiques, de toutes ses théories sociales. Elle dit dans la lettre à Flaubert, et nous avons déjà cité ces mots dans le chapitre sur 1848 :

Plus que jamais je sens le besoin d’élever ce qui est bas et de relever

ce qui est tombé. Jusqu’à ce que mon cœur s’épuise, il sera ouvert à la pitié, il prendra le parti du faible et réhabilitera le calomnié. Si c’est aujourd’hui le peuple qui est sous les pieds, je lui tendrai la main ; si c’est lui qui est l’oppresseur et le bourreau, je lui dirai qu’il est lâche et odieux. Que m’importent tels ou tels groupes d’hommes, tels noms propres devenus drapeaux, telles personnalités devenues réclames ?

Je ne connais que des sages et des fous, des innocents et des coupables…

Ceci explique ses agissements en 1848-49, les espérances qu’elle fondait sur Louis-Napoléon Bonaparte — le réformateur social — et son horreur devant le coup d’État et le régime de Napoléon III ; son enthousiasme à l’avènement de la République en 1870 et son horreur devant la Commune de 1871. George Sand resta fidèle à elle-même. Elle se déclarait alors un ennemi juré de la politique. Elle le dit sans ambages dans sa Réponse à une amie, le numéro vu des Impressions et souvenirs qui est une suite et une conclusion de sa Réponse à un ami : « Je méprise profondément la politique. »

La question principale que George Sand examine dans cet article c’est ce même suffrage universel qui excitait Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/576 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/577 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/578 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/579 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/580 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/581 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/582 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/583 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/584 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/585 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/586 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/587 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/588 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/589 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/590 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/591 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/592 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/593 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/594 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/595 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/596 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/597 tout ce qui purifie l’existence, tout ce qui réchauffe l’amour, je ne te prierai pas. Je n’ai rien à te demander dans la vie que la loi de la vie ne m’ait offert, et si je ne l’ai point saisi, c’est ma faute ou celle de l’humanité dont je suis un membre responsable et dépendant. Mon élan vers toi ne saurait être le marmottage du mendiant qui demande de quoi %ivre sans travailler. Ce qui m’est tracé, c’est à moi de le voir, ce qui m’est commandé, c’est à moi de l’accomplir. Le miracle n’interviendra pas pour me dispenser de l’effort. Point de supplication, point de patenôtres à l’esprit qui nous a donné l’étincelle de sa propre flamme pour tout utiliser. Le dialogue avec toi ne s’exprime pas en paroles que l’on puisse prononcer ou écrire ; la parole a été trouvée pour échanger la pensée d’homme à homme. Avec toi il n’y a point de langage, tout se passe dans la région de l’âme où il n’y a plus ni raisonnements, ni déductions, ni pensées formulées. C’est la région où tout est flamme et transport, sagesse et fermeté. C’est sur ces hauteurs sacrées que s’accomplit l’hyménée, impossible sur la terre, du calme délicieux et de l’ineffable ivresse…

Lorsqu’on a lu ce chapitre viii des Impressions et souvenirs, on comprend encore mieux l’état de désespérance et d’effroi reflété par Lélia et Spiridion et auquel était livrée l’âme de la malheureuse ex-élève du Couvent des Anglaises, alors que ses croyances anciennes s’écroulèrent, et la nouvelle foi n’était point encore éclose en son âme. À présent, cette âme bouleversée, cet esprit ayant, jadis, combattu contre Jéhovah et les hommes, a retrouvé son calme !

La thèse et l’antithèse se sont fondues dans leur synthèse. Et ces neuf dernières années peuvent ainsi, à l’exception de l’année terrible (1870-71), être considérées au double sens de la vie familiale et de la sérénité de l’âme comme les années les plus heureuses de la vie de George Sand.

En cette dernière période de sa vie George Sand continuait, comme par le passé, d’écrire au moins un roman par an, quelquefois deux ou trois. Outre les romans déjà mentionnés en différents endroits, plus haut (Malgrétout, 1869, Mademoiselle Merquen, Cadio, 1868, et Nanon, 1872), elle écrivit en ces dernières dix années : Césarine Dietrich, Ma sœur Jeanne, Flamarande, les Deux Frères, Marianne Chevreuse, la Tour de Percemont.

Si le petit volume de Césarine Dietrich n’était pas signé, si Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/599 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/600 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/601 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/602 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/603 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/604 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/605 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/606 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/607 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/608 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/609 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/610 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/611 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/612 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/613 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/614 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/615 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/616 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/617 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/618 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/619 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/620 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/621 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/622 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/623 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/624 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/625 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/626 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/627 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/628 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/629 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/630 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/631 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/632 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/633 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/634 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/635 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/636 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/637 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/638 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/639 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/640 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/641 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/642 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/643 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/644 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/645 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/646 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/647 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/648

Encore une fois, je ne veux juger personne, mais ceux qui ont conseillé de livrer la dépouille de George Sand au prêtre, me paraissent n’avoir compris ni la grandeur de son esprit, ni les obligations qu’en présence d’une telle mémoire on doit à la religion, à la France, à l’humanité. Un juge disait : « Quoi que tu fasses, n’oublie pas que tu donnes un exemple. » Ce qui a été fait n’est pas seulement la condamnation de l’œuvre de G. Sand, c’est la tristesse jetée dans le cœur de ceux qui croient au respect des principes et au progrès des idées, c’est encore et surtout l’encouragement donné aux représentants du despotisme spirituel. Parlez, écrivez, agissez contre nous, diront-ils, quand vous mourrez, vous n’en serez pas moins notre proie ! Kecevez, cher monsieur, l’expression de mes meilleurs sentiments.

L. Leblois.

La lettre de faire-part, envoyée lors de la mort de George Sand, est curieuse sous plus d’un rapport. Elle est ainsi conçue :


M.

Monsieur Maurice Sand, baron Dudevant, chevalier de la Légion d’honneur, et Madame Maurice Sand ; Monsieur Clésiuger et Madame Solange Clésinger-Sand ; Mesdemoiselles Aurore et Gabrielle Sand-Dudevant ; Madame Cazamajou ; Monsieur et Madame Oscar Cazamajou ; Madame veuve Simonnet ; Monsieur René Simonnet, substitut du procureur de la République à Châteauroux ; Monsieur Edme Simonnet, employé de la Banque de France à Limoges ; Monsieur Albert Simonnet, employé de la Banque de France à Bourges ; Monsieur et Madame de Bertholdi ; Monsieur Georges de Bertholdi ; Mademoiselle Jeanne de Bertholdi ; Monsieur et Madame Camille Villetard et leurs enfants

Ont l’honneur de vous faire part de la perte douloureuse qu’ils viennent d’éprouver en la personne de

Madame GEORGE SAND

Baronne Dudevant

Née Lucile-Aurore-Amantine Dupin

leur mère, belle-mère, grand’mère, sœur, tante, grand’tante et cousine, décédée au château de Nohant le 8 juin 1876, dans sa soixante-douzième année.

Nohant (Indre), le 8 juin 1876.


CHAPITRE XIV

LE CENTENAIRE DE GEORGE SAND


Quelques pages de souvenirs personnels sur les fêtes du centenaire (30 juin, 1er juillet et 10 juillet 1904). — L’exposition et les galas, l’inauguration de la statue au jardin du Luxembourg, les fêtes à Nohant et La Châtre.


Maurice Sand n’a survécu à sa mère que treize ans, il est mort en septembre 1889. Solange Clésinger est morte en mars 1899, Mme Maurice Sand en 1901 et sa fille, Gabrielle, qui avait été mariée à M. Roméo Palazzi, mais s’était séparée de lui et dvait auprès de sa mère, la plupart du temps à Notant, en 1910. En ce moment la famille des Sand n’est représentée que par l’aînée des petites-filles de George Sand, Mme Aurore Lauth. En 1884 on inaugura, avec grande pompe, à La Châtre, un monument de George Sand dû au ciseau d’Aimé Millet. En 1901 il y eut à Nohant et à La Châtre des fêtes plus grandioses encore, des cortèges, des processions, des représentations, des discours et des séances commémoratives à l’occasion du vingt-cinquième anniversaire de sa mort.

Et enfin, en 1904, Paris, Nohant et La Châtre fêtèrent solennellement le centenaire de sa naissance. Un comité d’honneur fut organisé (parmi les membres duquel l’auteur de ce livre avait aussi été nommé). Une exposition smidiemie fut ouverte dans les salles de l’Odéon, c’est-à-dire une exposition de choses ayant appartenu à George Sand, de ses portraits, de ceux de ses aïeux et de ses parents, de toutes sortes d’objets se rapportant à l’illustre femme ou à ses œuvres, M. N.-M. Bernardin fit les samedis, dans ce même local, une conférence sur l’auteur de Consuelo. On y joua encore, à l’Odéon, le Démon du foyer. Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/651 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/652 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/653 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/654 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/655 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/656 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/657 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/658 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/659 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/660 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/661 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/662 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/663 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/664 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/665 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/666 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/667 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/668 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/669 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/670 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/671 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/672 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/673 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/674 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/675 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/676 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/677 avec une teinte de grâce maniérée, et le texte parle d’une « bergère gardant ses blancs moutons », et rencontrant un « beau cavalier » ou « un berger » qui lui demande un baiser, puis l’oublie et l’abandonne, ou qu’elle oublie elle-même, fort légèrement, dans les bras de Jeannot ou de Colin. Tantôt c’est elle qui se plaint à sa mère de l’infidèle qui brisa son « pauvre cœur» ; tantôt c’est le berger qui se désole parce que Nannette l’a oublié pour les riches présents de quelque beau cavalier. Le texte de quelques-unes de ces chansons est assez grivois, rappelant de banales chansonnettes de café-concert contemporaines, mais les paroles restent sentimentalement maniérées, comme les poses des bergers de Watteau, et la musique sentimentalement mélancolique, comme les romances du siècle de Mme de Pompadour et de Marie-Antoinette, avec leurs couplets répétés, leurs cadences finales et leurs modulations caractéristiques.

La distribution des prix pour les chansons les plus intéressantes et les mieux dites et une bourrée finale à laquelle prirent part, à la joie unanime de tous les assistants, les petites-filles de George Sand, terminèrent les fêtes en son honneur à La Châtre. Le lendemain, devait encore avoir lieu une conférence sur George Sand au théâtre de la ville, mais je voulais garder en leur entière intégrité, toutes brillantes, les impressions vraiment berrichonnes, emporter avec moi des souvenirs d’un caractère local et non pas du genre de tout ce que l’on voit et entend dans toutes sortes de fêtes commémoratives et littéraires. Il manqua donc à cette conférence un auditeur qui passa toute cette journée du lendemain dans le cabinet de travail de George Sand et dans son petit bois favori. Le soir, il quitta la chère grande maison en compagnie de tous ceux qui, comme lui, vinrent en pèlerinage

à Nohant pour le centième anniversaire de George Sand.

APPENDICES




LES ÉDITIONS DES ŒUVRES COMPLÈTES
ET LA CORRESPONDANCE DE GEORGE SAND

En 1881-86 parut la Correspondance de George Sand en six volumes, publiée par son fils. Un peu auparavant, en cette même année, parurent dans la Nouvelle Revue les chapitres de son roman inachevé, Albine, ouvrant ainsi la série de ses œuvres posthumes, il serait plus exact cependant de compter comme sa première œuvre posthume un article sur les Mélanges et fragments philosophiques de Renan, publié dans le Temps le 16 juin 1876. Si on ne le considère pas comme « posthume », c’est que ce fut encore Mme Sand qui l’envoya à la rédaction du journal.

Toutes, ou presque toutes les œuvres de George Sand après leur première publication dans les revues, paraissaient en volumes séparés. Il existe cinq ou six éditions plus ou moins « complètes » des œuvres de George Sand, — en mettant certes à part toutes les contrefaçons, belges et autres, très répandues en dehors de la France, malheureusement.

La première, en 24 volumes in-8°, parut entre 1836-1840 chez Bonnaire (avec portrait de l’auteur gravé par Calamatta, le même qui avait paru dans la Revue des Deux Mondes).

En 1841, Magen y avait ajouté un vingt-cinquième volume qui contenait les Mississipiens et Pauline.

La deuxième, éditée en 16 volumes in-16, parut chez Perrotin entre 1842-1844, elle réapparut en 1847 chez Garnier.

La troisième, en 9 volumes in-4°, en deux colonnes, avec illustrations de Maurice Sand et Tony Johannot, parut chez Hetzel entre 1851-56. Cette édition des œuvres complètes est incomplète. Il y manque des œuvres déjà parues dans les éditions précédentes, telles : les Lettres d’un voyageur, les Sept cordes de la lyre, les Lettres à Marcie. Elle contient par contre des préfaces inédites nombreuses écrites par George Sand pour cette édition.

La quatrième, in-12, commencée par Hetzel et Lecou en 1852, fut menée par ces éditeurs jusqu’au volume 21, puis cédée à Michel Lévy qui la continua jusqu’au volume 77 (sans tomaison).

La cinquième et dernière édition est une répétition et une suite de la quatrième, elle est continuée par Calmann Lévy jusqu’à nos jours et s’imprime sur des clichés de la précédente. Elle contient non seulement toutes les œuvres de George Sand publiées dans des éditions qui parurent durant sa vie, sans en excepter celles qui manquaient dans la troisième édition, mais encore : toutes les œuvres des dernières années, les six volumes de la Correspondance, le volume des Lettres de George Sand à Sainte-Beuve, la Correspondance avec Flaubert et le volume posthume des Souvenirs et idées (mentionné dans les vol. III, chap. vi et le vol. iv, chap. ix et xi). À ce moment cette édition présente un total de 111 volumes.

En 1904, M. Félix Decori publia la Correspondance complète entre George Sand et Alfred de Musset, que tous les amis de Mme Sand et tous les admirateurs de son talent avaient depuis si longtemps impatiemment attendue.

Mais il existe encore une masse énorme de lettres inédites de George Sand. Lina Sand, à elle seule, a copié, classé et préparé pour l’impression la Correspondance inédite de George Sand de 1821 à 1876. Une masse de lettres se trouve encore dans la collection de manuscrits du vicomte de Spœlberch de Lovenjoul, léguée par lui avec toute sa précieuse bibliothèque à l’Institut de France.

De plus, une foule de lettres de George Sand est disséminée dans divers journaux, gazettes, revues et livres.

Nous connaissons à peu près cinq cents de ces gazettes, journaux, livres et revues, où parurent des lettres séparées ou des séries de lettres de George Sand, qui ne furent pas réimprimées et ne font pas partie de sa Correspondance publiée.

Il est inutile de dire combien il serait à désirer que toute la correspondance de George Sand fût publiée intégralement, c’est-à-dire : 1° qu’on réimprimât sans passages tronqués, sans omission et changements pratiqués et sans erreurs (volontaires et involontaires des rédacteurs) les six volumes de la Correspondance et les trois volumes des Lettres à Flaubert, à Musset et à Sainte-Beuve.

2° Qu’on réimprimât toutes les lettres disséminées dans les revues, journaux, etc., etc.

Et enfin, 3° que la Correspondance inédite, préparée avec tant de soin et tant de peine par Lina Sand, vît enfin le jour.

Nous ne disons déjà point que, depuis que la collection Lovenjoul est ouverte pour les travailleurs, il est devenu possible de compléter la Correspondance inédite, préparée par Lina Sand, par beaucoup de lettres séparées et de séries de lettres et de correspondances entières qui lui manquaient encore (et dont une notable partie a été copiée par nous chez le vicomte de Spœlberch, à Nohant et ailleurs).


ICONOGRAPHIE DE GEORGE SAND

Sans prétendre à dresser une iconographie complète de George Sand, notons tous ses portraits et statues que nous connaissons :

1) Portrait d’Aurore Dupin enfant, par Deschartres. (Appartient à M. Raymond Lécuyer.)

2) Aurore Dupin enfant, par La Michellerie (pastel).

3) Aurore Dudevant aquai’elle par Blaize, représentant G. Sand vêtue et coiffée à la mode de la Restauration, manches à gigot et cocardes de cheveux triples. (A Nohant. Appartient à Mme Lauth-Sand).

4) Portrait au crayon, dessiné par Aurore Dudevant en 1831, pour être envoyé à sa mère. (Appartient à Mme Georges Lécuyer.)

5) Portrait à l’huile peint en 1835 par Delacroix, représentant George Sand jusqu’à mi-corps, en costume masculin, redingote de velours, cravate lâche et cheveux retombant des deux côtés de la figure. (Appartient à Mme M.-L. Pailleron.)

6) Gravure de Calamatta, faite d’après le portrait précédent en 1836. Il existe des exemplaires :

a) Avant toute lettre, sur grand papier de Chine, extrêmement rare.

b) Avant la lettre, aussi sur papier de Chine, avec les noms à la pointe : Disegnato e indso da me Calamatta, Paris, 1836.

c) Les épreuves publiées dans le volume de la Berne des Deux Mondes en 1836. (4« série, t. VII, juillet à septembre.)

d) Les mêmes épreuves publiées en tête du volume d’Indiana, avec la lettre, sur papier blanc, très inférieures.

« Calamatta inciso, Paris, 1837. — George Sand, »

7) Portrait au crayon dessiné par Calamatta en 1837 représentant George Sand vêtue d’une robe à amples manches grecques, coiffée de bandeaux plats, avec ferronnière et nœuds de rubans couvrant les oreilles.

b) Ce portrait fut gravé par Calamatta et pubhé en 1840 chez Ritterer et Goupil. (Musée Carnavalet. Don de Mme Lauth-Sand.)

c) Plus tard, il fut encore publié chez Jourdan, mais avec un changement : les nœuds de la coiffure y manquent.

8) Portrait de Delacroix, que le comte R. de Montesquieu décrit ainsi : « Un bout d’esquisse, mais à quel point pénétrante et

6e« Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/682 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/683 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/684 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/685

4) Buste en marbre, par Clésinger (1847). H est à Nohant et avait
appartenu à Gabrielle Sand. Un exemplaire en plâtre fut acheté par
le Louvre le 26 février 1923 à la vente Clésinger (n° 53).
5) Statue par le même artiste, représentant la Littérature sous les
traits de Mme Sand, vêtue du costume classique et pieds nus. Elle
avait appartenu à Emile de Girardin ; elle orne maintenant le vestibule
de la Comédie-Française.
6) Buste par Carrier-Belleuse ; autrefois ce buste se trouvait au
foyer de l’Odéon, il se trouve à présent au musée de Versailles.
7) Buste en terre cuite par Aimé Millet, qui se trouve actuellement
à l’Odéon.
Buste en terre cuite par Leroux (Salon de 1879). Offert en 1882
par Talien, artiste dramatique, au Musée de Châteauroux.
8) Statue en marbre, par Aimé Millet (inaugurée à La Châtre le
10 août 1884).
9) Statue sur l’Hôtel de Ville de Paris, pavillon S.O. (sur le quai),
façade en retour, rez-de-chaussée. Statue de deux mètres, en pierre,
par Bourgeois.
10) Statue par Sicard, érigée en 1904 au Jardin du Luxembourg, à
Paris.



BIBLIOGRAPHIE [88]

A

A. 1) Jean Valreg et la jeunesse française. — 2) À propos de Daniella. — 3) Maître Favilla. — 4) Lucie, pièce de George Sand. — 5) Comme il vous plaira, par George Sand. — 6) À propos du livre de Skalkovsky sur les femmes écrivains (Oletchestvennya Zapiski, 1865, 1856, t. V, mai 1857, 1865, en russe).

ACADEMY (THE). Vol. II, April 1871, p. 193. Literary Notes on George Sand’s Journal d’un voyageur pendant la guerre.

ACABEMY (THE). Vol. III, March 1872, n° 43. The Proverb of George Sand (Revue des Deux Mondes, of the 15 February).

ACADEMY (THE). Vol XV, April 12, 1879, p. 322. On George Sand’s Homme de Neige (from the Swedish Journal Upsala).

A. D. Article sur George Sand (avec portrait) dans la Galerie de la Presse, de la Littérature et des Beaux- Arts, rédigée par Charles Philipon et Louis Huart. Première série, sixième livraison, Paris, 1839.

Adam (Juliette Lamber, Mme Edmond). Mémoires des hommes du temps présent. (Figaro, 10 sept. 1893.)

Adam (Juliette Lamber, Mme Edmond). 1) Mes premières armes littéraires et politiques. Paris, Lemerre, 1904, in-12. — 2) Mes sentiments et nos idées avant 1870. Paris, Lemerre, 1906, in-12. Aderer (Adolphe). 1) Souvenirs inédits de Chopin. {Le Temps, Théâtres, 28 jamier 1903.) — 2) George Sand et Marie Dorval. {Le Temps, Théâtres, 19 et 21 février 1903.) Ageorges (Joseph). 1) George Sand paysan. Paris, Picard, 1908. — 2) U Enclos de George Sand. Paris, Bernard Grasset, 1910. Albert (Paul). La Littérature française au d’x-neuvième siècle. Paris, Hachette et C^S 1885. Allart (Mme Hortense). Lettres inédites à Sainte-Beuve (1841- 1848), avec une introduction et des notes par Léon Séché. Portrait et autographe. Paris. Mercure de France, 1908, in-8°. ALMANACH POPULAIRE DE LA FRANCE POUR 1849. AMATEUR D’AUTOGRAPHES (L’). Revue rétrospective et contemporaine, 16 janvier 1900. p. 15- 16. (Lettre de George Sand sur la tolérance religieuse.)

Amic (Henri). 1) George Sand. Mes souvenirs. Paris, Calmann Lévy, 1893. — 2) La Défense de George Sand. (Le Figraro, 2 novembre 1896) (avec fragments de lettres de George Sand à Émile Regnault). — 3) Préface de la Correspondance de George Sand et de Flaubert. Paris, Calmann Lévy, 1904. — 4) Une grande passion d’un grand écrivain, par Charles Cornuault. Préface de M. Henri Amic. Aix-en-Provence. Aux Éditions de la Victoire.

Amic (Henri) et Lecomte du Nouy (Mme). 5) Jours passés. Paris, Calmann Lévy, 1904.

Amic (Henri) et Lecomte du Nouy (Mme). 6) En regardant passer la vie. Paris, Calmann Lévy, 1905.

Amiel (Henri-Frédéric). Fragments d’un journal intime précédés d’une étude par Edmond Scherer. 7e édition, Genève, 1897.

Ancona (Al. d’). Per le nozze de Mlle Dejob. Pisa, Mariotti, 1901.

Andrieu (Jules). Mme Sand et les Dudevant. (L’Écho de Gascogne, 20 octobre 1899.)

Anglais (Un) à Paris, Notes et souvenirs. Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1894. 2 vol. : I. (1835-1848) ; II. (1848-1871).

ANNALES POLITIQUES ET LITTÉRAIRES, 26 juin 1904.

Annenkow (P.-V.) et ses amis. Souvenirs littéraires et correspondance (1835-1885). Saint-Pétersbourg, Souvorine, vol. I, 1892, (en russe).

Annenskaya (Mme). 1) George Sand (dans la collection la Vie des hommes célèbres, éditée par Pavlenkow, en russe). — 2) Chopin (même collection).

Arago (Étienne). Compte rendu des Don Juan de village de George Sand et Maurice Sand (L’Avenir national, 20 août 1866). [Voir ibidem, les nos  des 12 et 14 août sur le même sujet.]

Arène (Paul). Article nécrologique sur George Sand. {La Tribune, 13 juin 1876). Arnold (Matthew). 1) George Sand {The Forthnigthly Review, éd. by Jolm Morley, vol. XXL new serieSi January-June, 1877). (Vol. XXH, old séries.) — 2) The Eclectic Magazine. — 3) 2’he Living Age. Arseniew (Constantin). Notice biographique sur SaUyJcotv-Stchédrine-. Appendice aux Œuvres complètes de Saltvkow, Saint-Pétersbourg, 1891-92 "(en russe). ASSEMBLÉE (L’) NATIONALE COMIQUE, p. 32, 62, 63, 62. Assolant (Alfred), Le droit des femmes. ATHENAEUM {THE). Aiticle sur Marianne Chevreuse. ATLANTIC MONTELY, 1861, VIII, George Sand. ATLANTIC MONTELY, 1883, LI, George Sands LetterSi AucANTE (Emile). Les Lettres de George Sand seront publiées, {le Gaulois, 26 octobre 1896). Audebrand (Philibert). 1) Petits mémoires du dix-neuvième siècle^ Paris, 1892, 2^ édition. — 2) Le château de George Sand. Paris, 1904, in-12. Audelay (Mme A.). Frédéric Chopin, sa vie et ses œuvres. Paris, Pion, 1880. (D’abord paru dans Le Correspondant, 25 janvier et 10 février 1879.) Balzac (Honoré de). Œuvres complètes : 1) Béatrix. — 2) Mémoires de deux jeunes mariées. — 3) Correspondance (1819-1850), avec notice biographique par Mme Laure Surville. Calmann Lévy, 1882, in-80. — 4) Œuvres posthumes ; Lettres

à l’Etrangère, vol. I (1833-1842), Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/689 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/690 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/691 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/692 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/693 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/694 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/695 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/696 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/697 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/698 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/699 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/700 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/701 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/702 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/703 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/704 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/705 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/706 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/707 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/708 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/709 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/710 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/711 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/712 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/713 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/714 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/715 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/716 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/717 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/718

X. George Sand et l’impératrice Eugénie.
(Figaro, 1er juin 1881.)
X. George Sand intime, documents
inédits. (Le Voltaire, 8 mai 1882.)
X. À propos de l’absence d’Alexandre
Dumas à l’inauguration de la statue
de George Sand à La Châtre
(Le Gaulois, 12 et 13 août 1884.)
X. Inauguration de la statue de George
Sand. (Le Temps, 12 août 1884.)
X. Inauguration de la statue de
George Sand. {Le Mot d’ordre,
14 août 1884.)
X. La statue de George Sand. {Le
Monde illustré, 16 août 1884.)
X. Lettre de George Sand à M. Le-Mois.
(Journal des Délais, 3 septembre
1884.)
X L’Angleterre jugée par George
Sand. (La France, 21 août 1884)
X. Nohant. (Le Petit Journal, 8 septembre
1889.)
X. Marie Dorval. (L’Evénement,
16 octobre 1890.)
X. Petites questions littéraires [Rose
et Blanche]. {Supplément du Figaro,
4 mars 1893.)
X. Félicien Mallefille. {Le Gaulois,
25 septembre 1885.)
X. George Sand et Mallefille. {Le
Temps, 30 octobre 1884.
X. Hôtel de George Sand et de Foucoi.
{Le XIX^ Siècle, 17 mars 1895.)
XX. Chronique théâtrale (à propos de
Claudie). {Le Temps, 4 juillet 1904.)
X. La Maison où est née George
Sand. (Les Annales romantiques,
1909, VI.)


Y

Yorick [Edmond Hédouin]. Deux
articles : {L’Homme liire,
14 avril 1877, et le Figaro,
28 avril 1882.)
Y. Y. George Sand, Joseph Dessauer
und Heinrich Heine. {Frankfurter
Zeitung, vom 26 juni 1904.)


Z

Zebrikov ([ou Tzebrikov] (Mme Marie).
George Sand. {Otetchestvennya
Zapiski, 1877, juin-juillet.)
Zola (Emile). 1) Nos auteurs dramatiques.
— 2) Documents littéraires.
Etudes et portraits. — 3) Les
Romanciers naturalistes. Paris,
Charpentier, 1890.

      • Article sur George Sand dans le

Dictionnaire de la Conversation te
de lalecture, t. XLVIIL Paris,1838,
p. 184-190.

INDEX DES ŒUVRES DE GEORGE SAND CITÉES


A

À propos de botanique [Nouvelles lettres d’un voyageur], IV, 525.

À propos de l’élection de Louis-Napoléon à la présidence de la République, III, 394 ; IV, 166-167.

À propos de Madelon d’Edmond About, IV, 426.

À propos des Idées de Mme Aubray, IV, 75.

À propos du banquet shakespearien, IV, 448.

À propos du choléra, IV, 454, 550.

Adieux par De Latouche (article sur les) I, 439 ; III, 268, 639.

Adriani, IV, 170, 272, 314.

Ailes (les) du courage, IV, 531.

Aimée, I, 303, 324,

Albine, IV, 595, 661.

Aldo le Rimeur, II. 14, 35, 108, 119, 138-143, 147.

Allart (article sur Mme Hortense) de Meritens, III, 281 ; IV, 384, 549.

Amis disparus (articles nécrologiques sur des) : Néraud père, Gabriel de Planet, Carlo Soliva, le comte d’Aure, Louis Maillard, Ferdinand Pajot, Patureau Francœur, Mme Laure Fleury, IV, 238, 485, 549, 619.

Amschaspands et Darvands de Lamennais (article sur les) II, 229, 395 ; III, 237, 268.

André, II 62, 119, 152, 166, 243, 420 ; III, 234, IV, 582.

Antoine et Cléopâtre (article sur), IV, 449.

Antonia, IV, 315, 356, 357, 399, 401, 404.

Après la mort de Jeanne Clésinger, III, 617 ; IV, 348.

Arts, IV, 62, 75.

Au jour d’aujourd’hui [Le Meunier d’Angibault] III, 402. 646, 648, 650, 651, 653-654.

Autour de la table, IV, 374, 384, 442, 451.

Autre (l’), IV, 242, 315, 584, 589, 590, 592.


B

Balzac (article sur H. de), II, 462 ; IV, 384.

Barbès, IV, 124, 125.

Baronnie de Muldorp (la), V. Nello et Maître Favilla.

Beau (le) Laurence, II, 293 ; IV, 272, 311.

Beaux (les) Messieurs de Bois-Doré, IV, 306, 307, 354, 365, 384, 396.

Beaux (les) Messieurs de Bois-Doré

(pièce), IV, 75, 315, 591.

Bélanger (article sur), IV, 384.
Berthenoud (la), III, 476, 636 ; IV, 550.
Bigarrure, I, 309, 330, 331.
Blonde Phœbé (la), I, 73 ; IV, 336.
Bois (les), IV, 357, 359..
Bonne déesse de la pauvreté (la). [V. la comtesse de Rudolstadt], III, 357 ; IV, 476, 518.
Bords de la Creuse (les), III, 476, 636.
Botanique de l’enfance (article sur la), 1,362 ; III, 388, 397.
Bulletins de la République, III, 391, 694 ; IV, 2, 5. 30, 41, 42, 45, 46, 48, 51, 52, 53, 56-62. 68-71, 73, 74, 79, 80, 85, 91, 94, 96, 114-119, 123, 482, 519.


C



Cadio, II, 424 ; IV, 315, 507-509, 610. 511, 512, 513, 514, 639, 545, 560, 591.
Carl, I, 359 ; II, 252, 393 ; III, 104, 159-161 ; IV, 534.
Cause du Peuple (la), III, 550 ; IV, 2,3, 5, 30, 50, 51, 60-63, 66, 68, 70, 71, 72, 74, 75, 77, 85, 91, 94, 97, 98, 99, 101.
Ce que disent les fleurs, IV, 531.
Ce que dit le ruisseau, IV, 375, 442-446, 549, 570, 574.
Cercle hippique de Mézières en Brenne (article sur le), III, 388, 397, 476, 501, 502, 503, 636.
Césarine Dietrich, IV, 580-581.
Charmettes (les), I, 361 ; IV, 549.
Château de Pictordu (le), I, 359 ; II, 252, 393 ; III, 160 ; IV, 581, 534-536.
Château des Désertes (le), I, 359 ; II, 252, 393 ; III, 36, 104, 212, 525, 547. 553-554, 555-556, 564 ; IV, 266, 268, 271, 298, 301, 306, 339, 382.
Château des Étoiles (le), premier titre de l’Homme de neige, IV, 305, 306, 382.
Chêne (le) parlant, IV, 531.
Chien (le) et la fleur sacrée, IV, 531.
Circulaire pour la fondation de l’Éclaireur de l’Indre, III, 386, 387.
Claudie, III, Avant-propos, I. III. 327, 671, 678, 679, 680, 685 ; IV, 139, 140, 168, 272, 275, 276, 277, 285, 291, 292, 297, 633, 635-645, 647, 648.
Comme il vous plaira, IV, 275, 295, 296, 298, 300, 449, 519.
Compagnon du tour de France (le), II, 125 ; III, 17, 173, 174, 244, 248-256, 332, 635 ; IV, 476, 650.
Complainte sur la mort de François Luneau, II, 121.
Comtesse de Rudolstadt (la), 1, 169 ; II, 125, 252, 393 : III, 17, 59, 132, 268, 322, 350-358, 365, 369, 384, 445, 470, IV, 476.
Conchyliologie de l’île de la Réunion, IV, 404.
Confession d’une jeune fille (la), IV, 518, 584, 587-590, 591, 592.
Constance Verrier, I, 359 ; IV, 313, 314, 384.
Consuelo, I, 62, 124, 169, 194, 336, 359 ; II, 14, 159, 252, 344, 391, 393 ; III, avant-propos, m, 12, 17, 32, 33. 36, 88, 104, 132, 216, 218, 268, 322-366, 369, 370, 402. 403, 469, 470, 635, 684 ; IV, 237, 304, 476, 518, 534, 556, 647.
Contes (les) d’une grand’mère, IV, 531.
Contrebandier (le), II, 324, 340 341 ; III, 32.
Cora, I, 384, 447-448.
Correspondance, I, 116, 196, 224, 256 260. 264, 277, 311, 314, 324, 330, 331, 334, 335, 340 ; II, 52, 64, 78, 83, 105, 117, 153, 178, 181, 188. 214, 256, 257, 262, 266, 283, 295, 298, 299, 303, 310, 313, 322 323, 324, 333, 353, 355, 365, 378, 395. 398. 428, 431, 432, 440, 442, 452 ; III, 13, 15, 31, 40, 57, 59, 60, 62-63, 66, 67, 68, 78, 79, 80, 81, 82, 84, 92, 94, 95, 97, 98,

99, 102, 108, 162, 163, 165, 211, 215, 217, 299, 300, 301, 307, 379-380, 386, 387, 394,419, 437-438, 468, 461, 477, 487, 489, 498, 573, 582, 587, 687 ; IV, 5, 7, 19, 21, 22, 30 45, 47, 49, 50, 121, 132, 145, 179, 184, 186, 238, 239, 244, 317, 318, 347, 403, 406, 418, 432, 433, 451, 488, 489, 504, 110, 118, 125, 133, 168, 171, 172, 173, 218, 219, 231, 238, 302, 303, 304, 305, 382-383, 384-385, 402, 405, 408, 410, 444, 445, 455, 456, 478, 479, 485, 486, 502, 537, 544, 563, 598, 630, 631, 686, 8, 12, 14, 16, 17, 18, 34, 36, 37, 39, 40, 74, 92, 94, 99, 116, 158. 159, 176, 177, 189, 190, 192, 208, 257, 303, 307, 308, 350, 362, 377, 381, 419, 420, 424, 428, 462, 465, 474. 477, 508, 584, 618.
Correspondance de George Sand et de Flaubert, IV, 278, 279, 418, 419, 604, 551, 593, 594.
Cosima, II, 371, 375 ; III, 109, 136, 161-166, 177, 211, 679 ; IV, 168, 264, 619.
Coup d’œil général sur Paris, I, 1-8 ; III, 17, 369-370.
Coupe (la), IV, 632.
Courrier du village, [premier titre des Promenades autour d’un village]. IV, 373, 375.
Croyances et légendes du centre de la France, par M. Laisnel de la Salle (article sur les), III, 665.

D

Dames (les) vertes, IV, 355, 384.
Daniella (la), I, 143 ; IV, 239, 357, 360-371, 377, 384, 547.
Dans les bois, IV, 210, 250, 548.
De la littérature slave, article, III, 10 1-198, 268, 361, 369.
Deburau, II, 46 ; IV, 76.
Démon (le) du foyer, IV, 276, 280, 281, 282, 283, 284, 317, 632, 633.
Dernier Amour (le), IV, 484, 505-507.
Dernière Aldini (la), I, 359 ; II, 14, 48, 108, 139, 143, 152, 262, 393, 432 ; III, 120, 665.
Dernières Pages, III, 509 ; IV, 121, 210, 250, 301, 548, 649.
Deux frères (les). (V. Flamarande.)
Deux jours dans le monde des papillons (préface à), IV, 341.
Devant l’Hôtel de Ville, IV, 97, 99.
Diable (le) aux champs, IV, 118-154, 271, 300, 301, 321, 339, 340,
354.
Dialogues familiers sur la poésie des prolétaires, III, 268, 295-297, 311,
Dieu inconnu (le), II, 285.
Don Juan (les) de village, IV, 591.
Drac (le), IV, 316, 384, 398, 619.
Droit (le) au vol (préface au livre de Nadar), IV, 469.

E

Éducation sentimentale (article sur l’), II, 507.
Elle et Lui, I, 54 ; II, 13, 16, 36, 41-42, 69, 70, 111, 113, 130-131, 134,
135-137 ; IV, 312, 321, 355, 384.
Engelwald, II, 352 ; III, 227.
Evenor et Leucippe, IV, 296, 351-355.

F

Famille de Germandre (la), IV, 384, 396-397.
Fanchette, III, 268, 294, 369, 374-384, 467, 486, 678.
Fauvette du docteur (la), II, 433 ; IV, 322.
Fée aux gros yeux (la), IV, 631.
Fée Poussière (la), IV, 531.
Fée qui court (la), IV, 532.
Fenimore Cooper (article sur). IV. 384.
Fille d’Albano (la), I, 309, 391, 344 345, 359, 366 ; III, 160 ; IV, 534.
Filleule (la), IV, 314, 583, 684, 586. 587.

Flamarande, IV, 518, 680, 583, 684,
592, 693.
Flaminio, IV, 275, 286, 406.
Flavie, IV, 356, 357, 384, 387-389,
399.
« Fragment d’un roman qui n’a pas
été fait », I, 78 ; II, 137 ; IV, 442.
Francia, IV, 315, 546, 547.
François le Champi, III, 636, 637,
638, 662, 669-676, 680, 687 ; IV,
127, 129, 270.
François le Champi [pièce], III, 625,
679-680 ; IV, 112, 168, 269, 276,
285, 289, 297, 298, 463.
Françoise (ou l’Irrésolu), IV, 275,
296, 297, 300, 519.
Gabriel-GabrieUe, I, 194 ; II, 14,
108, 119, 138-139, 143, 452 ; 111,96,
98, 231 ; IV, 262, 263, 264.
Garibaldi, TV, 369.
Garnier, I, 384, 447, 448.
Géant Yeous (le). (Contes d’une
grand’mère), III, 678 ; IV, 631.
Giovanni Freppa et les Maîoliqnes
florentines, IV, 357,
Gnome (le) des huîtres, IV, 631.
Goethe, Byron et !Mickiewicz, III,
81, 178, 186-188, 217, 230, 234.
Gribouille (histoire du véritable), III,
369 ; IV, 632.
Guerre (la), IV, 370,
H
Hamlet (article sur), IV, 449.
Henri De Latouche (Notice sur), I,
437,439 ; 111,668.
Histoire de dix ans (article sur 1’),
III, 388, 394, 610,
Histoire de France... écrite sous la
dictée de Biaise Bonnin (1’), III,
294, 678 ; IV, 30, 41, 63-55, 66,
67, 60.
Histoire de la Révolution par Louis
Blanc (articles sur), III, 394, 510 ;
IV, 440-441.
Histoire de ma vie, 1, 42, 66-68. 62-63,
66-67, 73, 75, 77, 81-82, 83, 89,
91, 93-94, 95, 96, 102-103, 107,
108, 109, 116, 122, 125, 132, 159,
164, 174, 181, 183, 189, 191, 196,
201, 202, 216, 220, 222, 223, 230,
231, 232, 235, 238, 242, 244, 248,
254, 255, 258, 259, 261, 264, 267,
268, 277, 280, 281, 286, 289. 290,
291, 292, 293, 295, 296, 300, 302,
307, 310, 312, 321, 324, 325. 326,
332-333, 341, 349, 361, 384, 385,
394, 395, 396, 414, 415, 421, 437,
438, 439 ; II, 12, 46, 56, 61, 74,
77, 83, 84, 85, 92, 95, 156, 166,
177, 183, 184, 186, 188, 189, 210,
211, 250, 262, 295, 299, 315, 322,
378, 394, 395, 428, 430, 432 : III,
13, 28, 34, 55, 58, 77, 82, 86-88,
90-91, 92, 95, 102-103, 105-106,
111, 112, 126, 146, 223-225, 281,
413, 418, 449, 457, 465, 469, 476,
477, 481, 497, 510-511, 512-513,
514, 515, 520, 527, 528-529, 631,
634, 543, 582, 588, 589, 593, 694,
599, 618, 620-621, 624, 643, 656,
678, 690. 692 ; IV, 4, 6, 10-11,
16, 18, 89, 148, 236, 302, 312,
321, 322, 324, 327, 328, 329, 331,
332, 333, 334-339, 350, 401, 610,
611, 519, 536, 573, 684, 689.
Histoire du grillon, I, 294,
Homme (1’) de neige, IV, 271, 301-
304, 305, 306-309 310, 311, 339,
380, 382, 384, 387, 451, 453, 468,
461, 470, 518, 584, 591.
Horace, 1, 27, 28 ; III. avant-propos i,
17, 125, 128, 256, 265, 267, 268,
271-292, 321, 322, 332, 368, 369,
635 ; IV, 142.
Impressions et souvenirs, I, 73, 169,
297, 416 ; II, 48-49 ; III, 106,
i04-208, 215, 281, 469, 524 ; IV,
82, 210, 246, 247, 249, 250, 429,
261, 632, 634, 646, 548, 649, 650,
661, 552-560.
Indiana, I, 27, 265, 303, 309, 340,
341, 344, 359-360, 362, 371, 372-

374, 377, 388, 393, 407, 416, 436,

441 ; II, 17, 39, 123, 404 ; III, 166, 268, 288, 333 ; IV, 263, 321, 326.

Ingres et Calamatta, II, IV, 398, IV, 399.

Introduction à la Cause du peuple, IV, 61.

Isidora, II, 250 ; III, 268, 369, 397, 461-465, 500 ; IV, 321.


J

Jacques, I, 27, 265, 377 ; II, 62, 81, 119, 146, 166, 317, 404, 413 ; IV, 390, 391.

Jardins (les) en Italie, IV, 357, 359.

Jean de la Roche, 1, 143, 338 ; II, 71, 108, 113 ; IV, 312, 355, 356, 384, 389-390, 399, 583.

Jean Ziska, 1, 169 ; III, 17, 268, 363, 369, 445 ; IV, 647.

Jeanne, 1, 127 ; II, 309 ; III, 17, 369, 402, 404, 476, 478. 488, 509, 635- 648, 651, 653, 661, 662, 671, 677 ; IV, 237.

Joconde (la), gravée par Calamatta (article sur), II, 399 ; IV, 384.

Journal d’un voyageur pendant la guerre, I, 73 ; IV, 645, 646, 548, 649, 550, 551.

Journal de 1848 et Journal du coup d’État de 1851, IV, 17, 18, 35, 48, 89, 91-93, 96, 168-174, 384.

Journal du docteur Piffoël, II, 249, 269, 324, 356 ; III, 1, 127, 128, 200-204, 215, 231-233, 278, 279, 280-283, 284, 359-361, 454, 461 ; IV, 287, 321, 327, 334.

Journal intime et journal à Musset, 111,33,124.126.

Journée du 16 avril, IV, 61, 91.

Journée du 20 avril, IV, 61, 91.


K

Kourroglou, III, 268, 369.


L

Laitière (la) et le pot au lait, IV, 315, 691.

Lamartine utopiste (article sur), III, 267, 295.

Laura ou Voyage dans le cristal, I, 362 ; IV, 417, 549.

Laure et Adriani. V. Adriani.

Lavinia, I, 256, 262, 384, 445-446 ; II, 34 ; IV, 582.

Légendes rustiques, 1, 137 ; III, 377, 665.

Lélia, I, 27, 112, 156, 169, 336, 344, 371, 377, 384, 386, 398, 403, 417, 421 et suiv., 449 ; II, 13, 17, 39, 125 ,152, 168, 183, 255, 309-311, 353, 404, 413 ; III. 1, 13, 80, 81, 84-85, 121, 166, 210, 217-218, 224, 231, 234 ; IV, 264, 321, 323, 327, 331, 580.

Leone Leoni, II, 62, 108, 119, 146, 213.

Lettre à Henri Arrault (premier promoteur de la Croix-Rouge), IV, 454.

Lettre à la classe moyenne, IV, 22, 23, 30, 32, 33, 53.

Lettre à Lamartine, III, 268, 386.

Lettre à Lamennais, IV, 101, 102.

Lettres à Marcie, II, 262, 398, 401-413.

Lettres à M. de Lerminier, II, 396 ; III, 220 ; IV, 322.

Lettre à Théophile Silvestre, III, 125.

Lettre à Théophile Thoré (sur la mise en accusation de Louis Blanc), IV, 124.

Lettre à Victor Hugo sur la reprise de Lucrèce Borgia, IV, 76, 451.

Lettre au pape (de Mazzini) traduite par George Sand, IV, 11, 12, 16, 16, 145.

Lettre au rédacteur de la Réforme (contenant une prétendue « Lettre de mon village »), III, 394.

Lettre au rédacteur de la Réforme

[datée du 21 mars 1848], IV, 36-39

Lettre au rédacteur de la Vraie République du 8 avril 1848, IV, 82.
Lettre aux modérés, IV, 145.
Lettre aux rédacteurs de l’Éclaireur de l’Indre, III 386-387, 388, 389.
Lettre aux riches, III, 671 ; IV, 3, 30, 31, 33, 42.
Lettre d’Antoine G. et réponse de Gabrielle G. à son mari Antoine G.,
ouvrier carrossier à Paris. (Feuilletons populaires), IV, 109, 121.
Lettre d’introduction aux fondateurs de l’Eclaireur de l’Indre, III, 388.
Lettre d’un boulanger à sa femme, III, 678.
Lettre d’un oncle, IV, 322.
Lettre d’un paysan de la Vallée Noire, III, 294, 388, 390-391, 643, 652, 678 ; IV, 30.
Lettre d"un vovageur (à Manceau, en 1864), IV," 446-448, 549.
Lettre d’un voyageur (de 1865), IV, 501-503.
Lettre de Blaise Boimin à Claude Germain. (V. Lettre d’un paysan de la Vallée Noire et Fanchette.)
Lettre écrite de Fontainebleau en 1837, IV, 566.
Lettre sur Emile Aucante, IV, 342.
Lettres au peuple, 2, 23, 24, 25, 26, 29, 36, 42, 58, 60, 61.
Lettres d’un vovageur, I, 54, 73 ; II, 14, 62, 69,’ 84. 109, 118, 152, 159,161, 173, 189-210, 252, 269, 324, 335. 390 ; III, 121, 209, 278 ; IV, 16, 287. 321, 322. 334, 481, 482, 501, 602.
Lis (le) du Japon (tiré d’Antonia), IV, 315, 357.
Loges (les) de Raphaël, IV, 357.
Louis Blanc au Luxembourg, IV, 124.
Lucie, IV. 275, 296, 298, 519.
Lucrezia Floriani, I. 62. 359 ; II, 262 ; III, 134, 470, 501, 504, 515-537.
543, 554, 559, 567, 570, 574, 582. 653 ; IV, 321.
Lupo Liverani, IV, 299, 315.

M

Ma sœur Jeanne, 580, 584, 591, 592.
Mademoiselle La Quintinie, I, 21, 143 ; IV, 315, 401, 425, 427, 429, 430, 439, 440, 464, 630.
Mademoiselle La Quintinie [pièce], IV, 315, 429, 431-434, 520, 591.
Mademoiselle Merquem, I, 143, 338 ; III, 545, 566-567, 583 ; IV, 580.
Maison (la) déserte, II, 250 ; IV, 288, 372.
Maître Favilla, III, 140, 159 ; IV, 272, 287, 288, 289, 291, 292, 296, 297, 300, 316, 317, 318, 519.
Maîtres mosaïstes (les), II, 108, 119, 152, 159, 354, 399, 422.
Maîtres sonneurs (les), II, 424 ; III, 672, 680-687 ; IV, 275, 354, 583.
Malgrétout, IV, 240-241, 243, 244, 246, 544, 580.
Mare au diable (la), I, 139, 374 ; III, 410, 488, 504, 549, 636, 637, 638, 661-664, 668, 669, 671, 672 677, 680, 687 ; IV, 6, 17, 129, 237, 638.
Marguerite de Sainte-Gemme, TV, 300, 314, 384, 519.
Mariage (le) de Victorine, IV, 168, 170, 171, 173, 274, 275, 276, 278, 279, 282.
Marianne Chevreuse, IV, 680. 582, 583.
Marie Dorval. I, 394-396 ; IV, 75, 313, 335.
Marielle (v. Théâtre de Nohant), IV, 271, 275, 287.
Marionnettes de Nohant (les), III, 509, 546 ; IV, 301, 536.
Marquis de ViUemer (le), I, 124 ; II, 146 ; IV, 315, 384, 392-394, 429, 517, 584.
Marquis de Villemer (le) [pièce], IV, 297, 315, 394-396, 405-407, 426, 431, 435, 471, 474, 496, 517, 519, 690.

Marquise (la), I, 124, 309, 341, 344, 346, 349, 359, 416 ; II, 34.
Marraine (la), I, 294, 303, 343.
Mars et Donnai, IV, 75.
Marteau (le) rouge, IV, 531.
Mattea, II, 14, 62, 108, 119, 152, 154, 159, IV, 321.
Mauprat, I, 27, 124, 338 ; II, 263- 264, 354, 362, 413, 422, 424-427.
Mauprat (pièce), IV, 144, 170, 275, 284, 285, 286, 287, 297, 433, 434.
Mélanges et fragments philosophiques de Reaan (article sur les), IV, 661.
Melchior, I, 341, 344, 359, 379.
Mères de famille dans le grand monde (les), III, 369, 370, 460-467.
Meunier d’Angibault (le), I, 374 ; III, 17, 394, 404, 452, 488, 635, 637, 639, 648-658, 661, 677.
Mississipiens (les), I, 124 ; III, 161 ; IV, 263, 264.
Mœurs et coutumes du Berry, III, 665, 678.
Molière, III, 627 ; IV, 168, 270, 271, 275, 276, 287.
Molinara (la), I, 309, 330.
Mon grand-oncle, I, 73 ; IV, 336.
Monsieur Jacques, IV, 440, 441, 442.
Monsieur Maillard et ses travaux sur l’île de la Réunion, IV, 404.
Monsieur Rousset, I, 127 ; III, 510, 637.
Monsieur Sylvestre, II, 166 ; IV, 453, 479-484, 505, 506.
Mont-Revêche, IV, 280-281.
Mouny Robin, I, 127 ; II, 377 ; III, 636, 637.

N

Nanon, II, 424 ; III, 510 ; IV, 646, 680.
Narcisse, IV, 272, 311, 312, 384, 683.
Nello le violoniste (v. Maître Favilla), IV, 274, 275, 284, 286, 287.
Noce de campagne (la) ou les Noces de campagne, III, 636, 664, 665-669, 670.
Nouvelle (la) lettre de Junius, IV, 548.
Nouvelles lettres d’un voyageur, I, 73 ; II ; III, 397 ; IV, 238, 357,
446, 447. 449, 450, 472, 485, 501, 525, 549, 650, 567, 571, 619.
Nuage rose (le). (Contes d’une grand’mère), III, 678 ; IV, 531.
Nuit (la) de Noël, imitée d’Hoffmann, IV, 316, 316.
Nuit d’hiver (la), I, 73 ; IV, 336.
Œuvres complètes, III, 369, 386,610 ; rV, 661.
Orco (1’). II, 14, 108, 119, 152, 158, 159 ; III, 231.
Orgue (P) du Titan, IV, 531.
Ouvriers boulangers de Paris (les), III, 388-390.

P

Paroles de Biaise Bonnin aux bons citovens, III, 294, 678 ; IV, 2, 30, 69.’
Pauline, I, 314, 344, 350, 358,359 ; III, 231 ; IV, 681.
Pauline Garcia et le théâtre italien, (article), III, 215.
Pavé (le), IV, 315, 384, 619.
Péché de M. Antoine (le), I, 124, 336, 338, 374 ; III, 17, 476, 635, 637, 639, 658-661, 677, 678.
Pensées d’un maître d’école, IV, 632-534.
Père (le) Communisme, IV, 107, 113- 114.
Père-Va-tout-seul (le), III, 636, 678,
Petite Fadette (la), I, 137, 374 ; III, 637, 638, 672, 676-678, 680 ; IV, 46, 302, 660.

Petite Fadette (la) [pièce], III, 678-679. I
Pétition pour l’organisation du travail (article sur la), III, 38S, 391-
392, 393, 394, 396.
Peuple (le) et le président (V. A propos de l’élection de Louis-Napoléon).
Piccinino (le), III, 509-510. 659. 687, 690-696 IV, 8, 16, 53, 132.
Pierre Bonnin, III, 636, 678 ; IV, 649.
Pierre qui roule (v. Le beau Laurence), IV, 271, 272, 311, 518.
Plutus, IV, 316, 316, 317.
Poème de Mvrza (le), II, 285 ; IV, 321.
Politiques et socialistes, III, 388, 394-336.
Pourquoi les femmes à l’Académie, IV, 437.
Pourquoi nous sommes revenus à nos moutons (préface de la Petite Fadette), premier titre de : A propos de la Petite Fadette, IV. 45, 127-129.
Préface aux Conteurs ouvriers, III, 297, 321-326.
Préface aux Masques et Bouffons de Maurice Sand, IV, 271, 343, 384.
Préface aax Poésies de Magu, III, 297, 317-319.
Préface aux Six mille lieues à toute vapeur de Maurice Sand, IV, 258, 369.
Préface d’Obermann, 1, 384. 398, 447, 448 ; II, 400.
Préface de Werther, traduit par Leroux, III, 178, 389.
Préface des Chansons de chaque métier de Poncy, III, 297, 308.
Préface des œuvres complètes (pour l’édition Perrotin, 1843), III, 268.
Préface des Travailleurs et Propriétaires, de Victor Borie, I, 16 ; III, 550 ; IV, 3, 4, 146.
Préface du Bouquet de marguerites de Poncy, III, 297.
Préface du Chantier de Poncy, III, 297, 305, 307, 308.
Pressoir (le), III, 678, 679 ; IV, ^76, 284, 285, 297.
Prière, II, 314.
Prima Donna (la), I, 331, 344-345, 359.
Princesse Amia Czartorvska (la), III, 199 ; IV, 550.
Proclamation de la République à Nohant-Vic. (V. La Lettre au rédacteur
de la Réforme datée du 21 mars 1848).
Procope le Grand, I, 169 ; III, 17, 268, 363-365, 369, 445.
Promenades autour d’un village (v. Courrier de village), I, 6-3 ; in, 476. 665 ; IV, 373. 374, 375, 377, 378, 384, 336, 507.

Q

Question (la) de demain, IV, 107.
Question (la) sociale, IV, 99, lOO, 101, 104.
Questions d’art et de littérature, II. 46 ; III. 318 ; IV, 5, 75, 375, 404, 426, 449, 507, 560.
Questions politiques et sociales, III, 386. 394 ; IV, 3, 5. 99, 101, 548, 549, 550.
Réalisme (le), IV, 375, 507.
Réception de Sainte-Beuve à l’Académie (article sur la), III, 394.
Réflexions sur J.-J. Rousseau. I, 361 ; III, 196, 370-373.
Reine Coax (la), IV, 531.
Reine Mab (la), I, 309, 341, 344, 383 ; II, 120.
Relation d’un voyage chez les sauvages de Paris ; I, 362 ; III, 369, 370, 373-374.
Réponse à diverses objections i (V. La politique et le socialisme), III, 388, 395-336.

Réponse à un ami et réponse à une amie, IV, 557, 562.
Reprise de Lucrèce Borgia. (V. Lettre à Victor Hugo).
République et royauté en Italie de Mazzini (préface et traduction de), IV, 145.
Rêves et souvenirs. (Premier titre d’Impressions et souvenirs).
Revue politique et morale de la semaine, IV, 83, 105.
Roi (le) attend, IV, 62, 75, 77, 168, 269, 270, 519.
Roi (le) des neiges, conte écrit en 1839 et resté inédit, IV, 532.
Rose et Blanche, I, 336-340, 344, 346, 359 ; III, 288-289 ; IV, 312, 681.
Rues (les) de Paris, IV, 61, 71, 107.
Ruisseau (le), II, 375, 442.

S

Salammbô (article sur), IV, 507.
Secrétaire intime (le), II, 14, 62, 108, 119, 149, 152, 450, IV, 287.
Sept cordes de la Lj-re (les), II, 48, 125, 324, 378-390, 392 ; III, 17, 188, 230, 234 ; IV, 263, 391, 449.
Simon, I, 382 ; II, 249, 366, 369, 413, 416 ; III, 130, 234, 278, 285, 610.
Sketches and Hints, I, 420, 429.
Socialisme, IV, 3, 61, 60, 62, 63-64, 65, 66, 67, 68, 72, 104.
Sonnet sur Chatterton d’Alfred de Vigny, II, 120.
Souvenirs de 1848, I, 73, 362, 439 ; IV, 5, 107, 121, 124, 469.
Souvenirs de Mme Merlin (article sur les), IV, 156.
Souvenirs et idées, III, 547, 548, 617 ; IV, 3, 18, 82, 89, 169-173, 348.
Spiridion, I, 169, 377 ; II, 458 ; III, 12, 17, 18, 66, 67, 80, 81, 86, 137, 187, 217-230, 237, 242, 244 ; IV, 321, 421, 430, 556, 657, 680.
Sur le drame fantastique (V. Goethe, Byron et Middewdcz), III, 186-187, 217.
Sur le général Cavaignac. (Voir le Peuple et le Président et A propos de l’élection de Louis-Napoléon à la présidence de la République.)
Sur les poètes populaires, III, 267, 292, 293-295.
Tamaris, I, 143 ; IV, 398.
Tapisseries du château de Boussac (article sur les), III, 476, 636.
Théâtre de Nohant, IV, 398.
Teverino, I, 359 ; II. 62 ; III, 687-690. IV, 275, 286.
Toast (le), I, 309. 341, 344, 359, 379 ; IV, 321.
Tour (la) de Percemont, IV, 580, 583, 584, 594.

U

Un bienfait n’est jamais perdu, IV, 315, 591.
Un coin de la Marche et du Berry, III, 476.
Un cyclone à l’île de la Réunion, IV, 404.
Un été dans le Sahara, de Fromentin (article sur), IV, 384, 453.
Un hiver à Majorque, I, 57, 68 ; III, 55, 56, 59, 60, 64, 69, 70, 72, 73-76, 77, 80, 82-86, 87, 125.
Un voyage chez M. Blaise, IV, 121, 336.
Un voyage en Auvergne et en Espagne, I, 73, 92, 197, 279, 294, 297, 338, 343 ; IV, 323-333.
Une année dans le Sahel, de Fromentin (article sur), IV, 384, 463.
Une lettre écrite de Fontainebleau en 1837, II, 48-49, 432 ; IV, 666.
Une visite aux Catacombes, II, 398, 400.

Uscoque (l’), I, 33, 362 ; II, 14, 108, 119, 152, 157, 159, 422 ; III, avant-propos n’, 231.

Utilité d’une école normale d’équitation, III, 397 ; IV, 650.


V

Vacances (les) de Pandolphe ; IV, 271, 274, 275, 279, 280, 282.

Valentine, I, 27, 124, 201, 309, 341, 344, 359, 373-374, 377, 388, 416, 441 ; II, 17, 404 ; III, 676. 677 ; IV, 321, 681. 682, 584.

Vallée noire (la), III, 476, 636.

Valvèdre, II, 424 ; IV, 256, 366, 384, 390-392, 399.

Veillées du chanvreur (les), III, 638, 662, 666, 687 ; IV, 129.

Victor Hugo par un témoin de sa vie (article sur le livre de Mme Hugo), IV, 449.

Vierge (la) à la chaise, gravée par Calamatta, II, 399.

Villa (la) Pamphili, IV, 367, 369.

Ville noire (la), III, 311 ; IV, 384, 899.

Vision (la), I, 309, 330.

Visions de nuit à la campagne, I, 137 ; III, 636, 665, 678 ; IV, 378, 384.

Voyage au Mont Dore. (V. Voyage en Auvergne et en Espagne.)

INDEX DES NOMS CITÉS

A


Abbatucci (Jacques - Pierre - Charles d’). IV, 157, 172, 194, 218. 219. 220.
Abrantès (la duchesse d’), IV, 465, 517.
Accolas, avoué, I, 276, 287, 292 ; II, 291.
Accursi (M.). IV, 10, 16.
Achille, III, 284.
Adam (Edmond). IV, 523, 526, 527-529, 537, 538, 618.
Adam (Mme), IV. 419, 427, 523, 524, 525, 526-529. 536-540, 541, 542-544, 551, 553, 557.
Adrienne, par De Latouche. III, 654.
Affaire (l’) Clemenceau, par Dumas fils, IV, 406.
Affaires de Rome, de Lamennais, II, 228.
Ageorges (Joseph), III, 388.
Agnès Sorel et Charles VII, IV, 351.
Agnès de Méranie. de Ponsard, III, 552.
Agoult (Marie de Flavigny, comtesse d’) = Daniel Storn, I, 70, 72, 403 ; II, 49-50, 105, 108, 146, 152, 161, 209-211, 213, 239-241, 243-244, 246-248, 251-253, 256-257, 259, 263, 264, 266-267, 295, 298-299, 310-311, 324-326, 328, 329-330, 333, 337, 339, 344-347, 349-350, 353, 362 ; II, 367-369, 371, 713
373, 378, 395, 399-416, 420, 427, 428. 433, 442, 457 ; III, 14, 16, 11, 22, 28, 36, 95, 127, 128, 164, 275. 182, 183, 184, 186. 191, 202, 238, 259, 265, 269, 278-286, 291, 449. 465 ; IV, 2, 31. 42. 52. 73, 76, 81. 85-87, 93, 98. 99, 287, 313, 482.
Agrestes (les), de De Latouche, III, 652.
Aguado (Alexandre-Marie). III, 366, 368.
Ajasson de Grandsaigne ou de Grandsagne (Stéphane). I, 196-
197, 286, 289, 361 ; II, 148 ; IV, 325, 351.
Albert (Mme), artiste dramatique, IV, 170.
Albert (Paul), IV, 522.
Albert, membre du gouvernement provisoire, IV, 49, 92.
Albin (Sébastien) = Mme Hortense Cornu, III, 178 ; IV, 163.
Albrecht, III, 65
Alcan, III, 119.
Alexandra Nicolaiewna, grande-duchesse, IV, 549-550.
Alexandre ier IV, 165, 335, 623.
Alicia (mère), I, 160, 178, 180.
Allan (Mme), artiste dramatique, IV, 170.
Allart (Mme Hortense), I, 244 ; II, 346 ; III, 120, 128, 280, 281, 282, 461, 465 ; IV, 649.

Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/732 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/733 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/734 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/735 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/736 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/737 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/738 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/739 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/740 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/741 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/742 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/743 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/744 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/745 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/746 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/747 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/748 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/749 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/750 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/751 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/752 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/753 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/754 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/755 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/756 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/757 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/758 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/759 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/760 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/761 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/762 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/763 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/764 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/765 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/766 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/767 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/768 Page:Karenin - George Sand sa vie et ses oeuvres T4.djvu/769

Wagnien (Ferdinand), III, 296.
Waldau (Max), I, 441.
Waldo (Pierre), chef des Vaudois, IV, 305.
Walsh (le comte Théobald), 1, 12.
Wattean, IV, 660.
Weber (Charles-Marie), I, 101 ; III, 34, 104, 105, 140, 423.
Weber (David), II, 85.
Weisshaupt (Adam), III, 857,
Werther, III, 631, 632 ; IV, 583.
Wilhelm Meister, de Goethe, I, 44, 317, 429 ; III, 554.
William Shakespeare, par Victor Hugo, IV, 446-449.
Wills, IV, 299.
Wittgenstein (princesse Caroline de Seyn), II, 240.
Wismes (Mlle Émilie de), I, 72, 180.
Witwicki (Étienne), III, 181, 188, 576, 623.
Wodzinska (Marie, comtesse), II, 217 ; III, 31, 32, 43, 201, 435, 438.
Wodzinslri (les comtes), II, 349, 355 ; III, 27, 31, 37, 435.
Wodzinski (Antoine, comte), III, 119, 431, 432, 433, 434-436, 437, 438, 439, 623.
Wodzinski (comte), auteur des Trois romans de Chopin, III, 439-441.
Wojciechowski (Titus), III, 623.
Wolff (Eugène), III, 132, 133, 134, 153.
Worcel, IV, 142.
World (the), III, 628.
Wurtemberg (la princesse de), III, 558.

X

X... (le Père), III, 242, 243-244.

Y

Y. Y., III, 135.

Z

Zajaczek (le général), III, 186.
Zajaczek (Mme), III, 116, 117, 186.
Zalade Lour, habitant de La Châtre, IV, 476.
Zaleski (Bohdan), III, 195.
Zirardini, III, 443.
Ziskaou Ziszka (Jean), 111,228, 351, 363.
Ziwny (Adalbert), III, 26.
Zizime, fils de Mahomet II, III, 476.
Zola (Emile), 1, 12, 13, 77, 141 ; III. 650 ; IV, 278, 279, 318, 319, 535, 648,
Zoroastre, III, 239.
Zur Stellung der Künstler (À propos de la position des artistes), article de Liszt, II, 238.



TABLE GÉNÉRALE DES ILLUSTRATIONS




TOME PREMIER
Aurore Dupin enfant (pastel) 
 Frontispice.
Aurore Dupin dessinée par elle-même (1831) 
 304


TOME II
George Sand, d’après le dessin de L. Calamatta (1837) 
 Frontispice.
George Sand, par Charpentier, d’après la gravure de Éobinson (1838) 
 224
Fac-similé d’une page du Journal de Piffoël 
 368


TOME III
George Sand, par Isabey 
 Frontispice.
Portrait de Chopin, par George Sand 
 205
Fac-similé du programme manuscrit de L’Oberge du Querime 
 588


TOME IV
George Sand, par Marchal 
 Frontispice.
George Sand en Pietro Colonna 
 266
Fac-similé de la dernière page de Ce que dit le ruisseau 
 446

TABLE DES MATIÈRES

LA RÉVOLUTION DE 1848
La veille. Mazzini. — Enchantemente de la première heure. — Lettres au Peuple, Bulletins de la République, Paroles de Blaise Bonnin et La Cause du Peuple. — Le 15 mai. — Ledru-Rollin, la Commission d’enquête, Jules Favre et Étienne Arago. — Théophile Thoré et La Vraie République. — Louis Blanc et Barbès. — Herzen et Bakounine. — Le Diable aux champs 
 1


GEORGE SAND ET NAPOLÉON III
Le prisonnier de Ham. — Lettre sur l’élection de Louis-Napoléon à la présidence de la République. — Le coup d’État de 1851. — Les démarches de George Sand pour les victimes. — Les relations de George Sand avec les malheureux et leurs familles. — Les républicains intransigeants. — L’impératrice Eugénie et Napoléon III jugés par George Sand. — Le prince Napoléon. — Mme Arnould-Plessy. — Malgrétout. — Impressions et Souvenirs et article sur l’Histoire de Jules César. — Une lettre vaudevillesque. — La consolatrice des malheureux 
 155


LE THÉÂTRE DE GEORGE SAND
Gabriel. — Les Mississipiens. — Cosima. — François le Champi. — La Commedia dell’ arte et les Marionnettes à Nohant. — Le Château des Désertes. — L’Homme de Neige et Narcisse. — Le Roi attend. — Molière et Marielle, — Claudie. — Le Pressoir. — L’époque théâtrale à Nohant (1850-1856), — Maître Favilla et deux lettres de Charles Baudelaire. — Le Mariage de Victorine. — Les Vacances de Pandolphe. — Mont-Revêche et le Démon du foyer, — Françoise. — Comme il vous plaira et Rouvière. — Lucie. — Pièces tirées de romans : Mauprat, Flaminio, Les Beaux Messieurs de Bois-Doré. — Le 
Pavé, — Le Drac. — La Nuit de Noël. — Marguerite de Sainte-Gemme. — La Laitière et le pot au lait. — Un bienfait n’est jamais perdu. — L’Autre 
 262


1855-1862
Œuvres autobiographiques de George Sand. — Le plan primitif des Lettres d’un voyageur. — Le Journal de Piffoël. — La Lettre d’un oncle. — Un Voyage au Mont-Dore et l’Histoire de ma Vie. — Existence à Nohant de 1849 à 1855. — Alexandre Manceau. — Noni Clésinger. — Terre et Ciel de Jean Reynaud et Evenor et Leucippe. — Voyage en Italie en 1855, — Impressions italiennes et la Daniella. — Charles Edmond et la Presse. — Les Beaux Messieurs de Bois-Doré, les Dames vertes. — Gargilesse et La Villa Algira. — Labeur sans trêve. — Entomologie, botanique et minéralogie. — Jean de la Roche. — Maladie et voyage à Tamaris en 1861. — Valvèdre, Flavie, Antonia et M. Rodrigues. — M. Francis Laur et Louis Maillard. — Le Marquis de Villemer. — Tamaris et Edmond Plauchut. — Autour de la table et Promenades autour d’un village. — La Famille de Germandre. — Alexandre Dumas 
 320


1862-1866
Mariage de Maurice. — Lina Sand. — Protestantisme. — Mademoiselle La Quintinie. — Le Marquis de Villemer au théâtre. — Palaiseau. — Mort de Manceau. — Monsieur Sylvestre. — Le Dernier amour. — Sainte-Beuve. — L’Académie. — Flaubert. — Cadio. — Réinstallation à Nohant 
 410


1867-1876
Vieillesse sereine. — Les amis. — Les petites-filles. — La vie à Nohant entre 1867 et 1876. — Les marionnettes. — Les contes d’une grand’mère. — Les articles pédagogiques. — 1870. — La guerre et la Commune. — Le Journal d’un voyageur pendant la guerre. — Francia. — Nanon. — Nouvelles lettres d’un voyageur. — Impressions et souvenirs. — Synthèse philosophique et religieuse. — Les derniers romans : Césarine Dietrich, Marianne Chevreuse. — La série des histoire d’un enfant : la Filleule, la Confession d’une jeune fille, l’Autre, Ma sœur Jeanne, Flamarande et les Deux Frères, la Tour de Percemont, Albine. — La maladie et la mort. — Les obsèques 
 521


LE CENTENAIRE DE GEORGE SAND
Quelques pages de souvenirs personnels (30 juin, Ier et 10 juillet 1904) : l’exposition et les galas à l’Odéon et au Théâtre-Français, l’inauguration
de la statue au Jardin du Luxembourg ; les fêtes à Nohant et à La Châtre 
 632


APPENDICES


PARIS


TYPOGRAPHIE PLON


rue Garancière, 8



  1. V. George Sand, sa vie et ses œuvres, vol. II, p. 143-146.
  2. George Sand, sa vie, etc., t. Ier, p. 124.
  3. V. George Sand, sa vie, etc., vol. III, chap. vi, p. 509.
  4. C’est tout à fait la manière de procéder pratiquée de nos jours par les sociétaires du Théâtre Artistique de Moscou.
  5. V. plus haut la lettre à Augustine datée du 28 avril 1861.
  6. V. le vol. précédent, chap. vi.
  7. V. la préface du Château des Désertes.
  8. Pour remercier George Sand de ce succès moral et matériel remporté par son théâtre, Bocage commanda au peintre Adolphe Leleux et fit cadeau à Mme Sand d’un tableau représentant la scène du Champi, où Jacques Bonnin demande la main de Mariette, la coquette nièce de Madeleine Blanchet. (V. l’article de M. Clément de Ris dans l’Événement du 29 avril 1850.)
  9. Cette pièce, quoique refaite plus tard, ne fut pas jouée et ne fut qu’imprimée dans la Presse en décembre 1851 et janvier 1852.
  10. Le Château des Désertes, l’Homme de Neige, le Diable aux champs, Pierre qui roule, etc., etc.
  11. C’était Nello, la première version de Maître Favilla.
  12. Léon Villevieille, peintre, ami de Maurice et de Lambert. On lui donnait à Nohant le sobriquet de Paloignon.
  13. Bien sûr une pièce de Paul-Henri Foucher, auteur dramatique de l’époque fort connu.
  14. Francis Ponsard.
  15. Gounod avait alors l’intention de faire un opéra tiré de l’un des contes champêtres de George Sand et dont le texte devait être écrit par Ponsard. Mais le mariage de Gounod et sa querelle avec les époux Viardot qui suivit, rompit aussi complètement les relations entre le grand compositeur et George Sand, et cette affaire tomba à l’eau. Ce fut Gounod néanmoins qui écrivit la musique d’une autre pièce de George Sand : Maître Favilla.
  16. Publié déjà dans la Rousskaya Mysl en septembre 1904.
  17. Bien certainement qu’après avoir pris connaissance des livres envoyés par Choïecki, George Sand vit nue « Stelleborg « était un nom bon tout au plus pour le théâtre des marionnettes de Nohant, qu’en suédois « Stelleborg » ne signifie rien, qu’il aurait fallu dire Stierneborg pour Château des Étoiles — mot qui écorcherait les oreilles françaises — et en rejetant son premier titre, elle intitula son roman l’Homme de Neige. À ce propos il faut noter que le « bibliophile Isaac » (le vicomte de Spœlberch) cite à la p. 32 de son Elude hibliographiqiie sur les œuvres de George Sand, le Château des Etoiles, parmi les « onvrag’es annoncés qui n’ont jamais paru n. Or, il est évident qu’il ne faut nullement l’inscrire dans ce nombre, ce roman et V Homme de Neige ne faisant qu’un.
  18. Ce roman parut dans la Presse à la fin de 1857. V. plus loin, chap. xi.
  19. Il faut noter que George Sand rentra par ce roman à la Revue des Deux-Mondes, où ses œuvres ne paraissaient plus depuis 1841. (V. notre vol. III, p. 230-234, 256 et suiv.) Ce rapprochement de l’écrivain avec la revue s’effectua un peu contre le désir de Mme Sand et seulement grâce à ce que Charles-Edmond ayant déjà payé le manuscrit que la Presse ne pouvait payer comptant, il le céda au directeur de la Revue des Deux Mondes. Ce fut donc pour le Château des Étoiles à peu près la même histoire que pour le Château des Désertes en 1851. Mais à partir de 1868 les romans de Mme Sand
  20. Nous avons raconté dans notre vol. II comment George Sand avait en passant répondu dans la Préface de Jean de la Roche aux récriminations des habitants de La Châtre qui avaient reconnu leur ville, le vrai but de cette préface ayant été de répondre aux procédés hostiles de Paul de Musset qui avait reconnu dans Elle et Lui le portrait de son frère Alfred et les détails de son roman vécu.
  21. Rose et Blanche ou la Comédienne et la Religieuse (v. notre vol. Ier p. 336-340).
  22. Nous avons déjà dit dans le chap. ix du vol. II de notre travail que le volume des Lettres d’un voyageur réunit : 1° les trois lettres, toutes lyriques, à Musset ; 2° des épanchements non moins lyriques et des réflexions élégiaques adressées à Néraud et Rollinat ; 3° une lettre politique à Everard (Michel de Bourges) ; 4° les impressions du voyage en Suisse et du jeu de Liszt racontées à Herbert (Charles Didier) ; 5° une lettre sur la phrénologie (à Liszt) ; 6° l’analyse critico-musicale des opéras de Meyerbeer et des œuvres de Berlioz (lettre à Meyerbeer) et enfin 7° un écrit polémique pro domo sua contre Nisard.
  23. Mme Sand indique plus loin, que la sixième Lettre d’un voyageur était intitulée Lettres d’un oncle. Cette indication n’est pas tout à fait exacte, de même qu’est inexacte l’indication, donnée plus haut, des lettres de « septembre 1834 et janvier 1835 ». Quoique nous l’ayons déjà dit dans le chap. x de notre deuxième volume, nous croyons indispensable de donner ici les dates, l’ordre et le numérotage des Lettres lors de leur première impression dans la Revue des Deux Mondes et les numéros sous lesquels elles sont réimprimées dans toutes les éditions des œuvres de George Sand depuis 1842 : 13 janvier 1835 : Lettres d’un Oncle.
    15 juin 1835, N° IV (à Everard)
    1er septembre 1835, N° V
    Revue des Deux Mondes Dans le volume Datées de :

    du 15 mai 1834, N° I
    15 juillet 1834, N° II à M***
    15 sept. 1834, N° III

    I
    II
    III
    Venise, 1er mai 1834.
    Sans date.
    Venise, juin 1834
    V (à Rollinat)
    VI à Everard (Michel)
    VII à Fr. Listz
    Janvier 1835.

    11, 15, 18, 20, 22, 23, 26, 29 avril 1835.
    Sur Lavater et une maison déserte.

    1er juin 1836, N° VI








    15 octobre 1836, Le Prince (M. de Talleyrand).

    nos IV et IX au Malgache et à Rollinat










    N° VIII

    Septembre 1835 :

    lundi soir
    mercredi soir
    jeudi
    vendredi, à Rollinat
    samedi
    au Malgache
    à Rollinat
    au Malgache, 15 mai 1836.
    introduction :
    minuit, six heures du matin dans ma chambre. Prière d’une matinée de printemps.

    15 novembre 1836, N° VII, à Charles Didier. X à Herbert Versailles, Auteuil, 2 sept. 1836,

    de Chalon à Lyon, Nantua, Genève, Fribourg.

    15 novembre 1836, N° VIII

    La Revue de Paris, de mai 1836, Lettre à M. Nisard.

    XI à Meyerbeer

    N° XII

    Genève, septembre 1836.

    Sans date.

    
    
  24. V. George Sand, sa vie et ses œuvres, vol. II, chap. xiii, p. 433-34.
  25. Allusion évidente à Aurélien de Sèze.
  26. Adolphe Dutheil.
  27. Stéphane Ajasson de Grandsagne (V. notre vol. Ier, p. 196-98,286-361, et vol. III de l’Histoire de ma vie, p. 327, 330, 334.)
  28. Gustave Papet.
  29. James Duplessis (V. notre vol. Ier, p. 216-220, et vol. III, p. 67).
  30. Zoé Leroy (V. vol. Ier, p. 264).
  31. C’est-à-dire que Zoé la montrerait encore à Aurélien de Sèze à qui Aurore Dudevant ne voulait point être rappelée à ce moment.
  32. Jane Bazouin (V. notre vol. Ier, p. 180, 250, 253, 259, 316).
  33. Cf. avec ce qui a été dit à la page 93 de notre premier volume, surtout la note à cette page.
  34. Nous avons raconté dans le chap. iv de notre premier volume comment la mère d’Aurore Dupin, après la mort de son aïeule, se mit à gouverner l’existence de sa fille et comment elle débuta dans ce rôle en la privant de son chien favori, de son petit groom et en jetant par la fenêtre tous ses livres.
  35. N’oublions pas que celle qui écrivait ces lignes avait à ce moment à peine vingt-trois ans !
  36. V. notre vol. ier, p. 269-270.
  37. À consulter, sur les relations entre le directeur de cette Revue et Mme Sand, le très intéressant ouvrage de Mme M.-L. Pailleron, paru au moment où notre livre était déjà terminé. Nous renvoyons aussi le lecteur au chapitre iii de notre troisième volume.
  38. Voir plus haut, p. 150-151, 191-196, 209, 230.
  39. Ce même journal nous apprend que « toute la correction de Elle et Lui est terminée le 1er juin » et « on part de Gargilesse pour retourner à Nohant ».
  40. Les articles sur Fenimore Cooper, Mme Allart, la Joconde gravée par Calamatta, sur les deux livres de Fromentin : Un été dans le Sahel et Une année dans le Sahara, sur Balzac, Béranger, etc., etc.
  41. Narcisse.
  42. C’est-à-dire le texte de ses dessins fantastiques Visions dans les campagnes.
  43. Mme Sand s’était tellement engouée de Gargilesse (qu’elle lui prédisait même dans ses articles un brillant avenir comme station balnéaire.
  44. Cette « Marie » était Marie Caillaud, qui joua plus tard un grand rôle à Nohant. Elle avait commencé par être gardeuse de basse-cour et laveuse de vaisselle ; puis Mme Sand se mit à lui enseigner à lire et à écrire, lui trouvant une rare intelligence ; plus tard elle la prit comme femme de chambre ; enfin Marie Caillaud joua la comédie à Nohant, devint une très bonne actrice et participa à toutes les représentations et fêtes organisées par les jeunes gens de la maison. Plus tard elle épousa l’un de ces jeunes gens. Nous la retrouverons dans le chapitre suivant.
  45. C’étaient les épreuves de l’Homme de neige.
  46. La pièce a été faite d’abord en quatre actes, puis refaite en cinq, puis de nouveau resserrée en quatre actes.
  47. Nous analysons la pièce à la suite du roman, ici, pour ne plus y revenir, quoique la comédie ne fût jouée qu’en 1864, et par cela même revient au chapitre suivant, où l’on trouvera les détails sur les premières représentations et sur les causes réelles de son succès.
  48. Voir notre vol. I, chap. i.
  49. On lit en note à la lettre de George Sand du 14 février 1861 (dans laquelle elle décrit son excursion à Montluçon et dit que « cela rentre dans son métier d’écrivain ») : « Mme Sand préparait alors son roman la Ville noire. Or, ce roman avait déjà paru en 1860. Donc les explications de M. Brothier — ingénieur à Montluçon — et les visites aux usines ne purent lui servir que pour quelques corrections ou quelques vérifications pour une nouvelle édition de ce roman. Nous avons aussi dit dans le chap. iii de notre précédent volume que Mme Sand avait peint, sous les traits d’Audebert, le vieux poète prolétaire Magu, mort en 1859.
  50. Voir notre vol. I et l’Histoire de ma vie, vol. III.
  51. Lettre du 17 octobre 1862.
  52. Lettre du 23 octobre 1862.
  53. Lettre du 27 octobre 1862.
  54. Mme B…, fille de M. Édouard Rodrigues.
  55. Voir Correspondance, t. V.
  56. Ces deux articles portaient le titre : Monsieur Maillard et ses travaux sur l’île de la Réunion dans la Revue des Deux Mondes ; en volume ils sont intitulés : Un cyclone à l’île de la Réunion et Conchyliologie de l’île de la Réunion.
  57. L’Anglaise qui remplace, dans cette pièce tirée de Tévérino, le curé si comique et si sympathique du roman.
  58. Mme Sand écrit dans sa lettre du 20 novembre 1861 (ce passage manque dans le vol. IV de sa Correspondance imprimée, il doit être placé à la p. 298 à la suite des mots se rapportant à Marchai : « Il nous a fait à tous nos portraits merveilleux, charmants comme dessin, et d’une ressemblance que les portraits n’ont jamais eue. Il ne se doutait pas de ça, lui il est tout étonné d’avoir réussi. ») : « Le mien de portrait est un chef-d’œuvre ; de même ceux de Maurice et de Manceau, et ceux de Véron et de Lucien, qu’il avait essayés en s’amusant. Il veut faire aussi celui de ma grande Marie. J’espère qu’il paie assez son écot ! Il s’y obstine et comment refuser ? Il va faire photographier le portrait qu’il a fait de moi, et vous aurez enfin quelque chose qui est moi et pas une autre. J’espère que je vous aurai comme ça quelque jour, car toutes vos photographies vous font affreux, et décidément la photographie sur nature est ce qu’il y a de plus menteur au monde. Ledit Marchal [puis viennent les lignes imprimées dans la Correspondance : repart pour voir sa mère… » etc.] Et enfin nous lisons dans cette lettre du 20 novembre : « Et dans tout ça je n’ai pas trouvé le temps de recopier ce chef-d’œuvre d’acte de Villemer, et je m’en faisais pourtant une fête. Manceau, lui, n’a pas respiré une heure depuis votre départ. » (Ces trois lignes sont encore omises dans la Correspondance, puis viennent les lignes imprimées à la p. 299 : « On vous attend pour retrouver le sens commun littéraire… »)
  59. Le docteur Vergne (de Beauregard.)
  60. Inédite.
  61. En 1851, Maurice Dudevant faillit se marier avec une jeune personne de son voisinage pour la seule raison qu’elle était très apte à jouer les jeunes premières dans les représentations improvisées ; fait confirmé par une lettre inédite de Mme Sand à son fils de septembre 1851.
  62. Inédite.
  63. Avoué à La Châtre, homme d’affaires de Mme Sand, ami de toute sa famille.
  64. Inédite.
  65. Après la mort de Lina Sand (en 1901) l’un de ceux qui parlèrent sur sa tombe dit, en rappelant aux assistants l’aide active que Lina prêta à Mme Sand dans ses secours aux malheureux : « Ces femmes admirables se cachaient toutes les deux pour faire le bien comme d’autres pour faire le mal, » disant ainsi en quelques mots plus qu’on ne pourrait en dire en des dizaines de pages.
  66. Lettre du 31 mars 1862. (Correspondance, t. IV.)
  67. Inédite.
  68. Correspondance, vol. V.
  69. Correspondance entre George Sand et Gustave Flaubert. (Paris. Lévy, 1904), p. 93.
  70. Lettre à Flaubert du 31 décembre 1867.
  71. Correspondance, vol. V.
  72. Ibid., vol. VI.
  73. Ibid., vol. VI.
  74. Voir la lettre de George Sand au prince Napoléon, p. 328-329 du vol. IV de la Correspondance.
  75. Mme Sand le déclare elle-même dans sa lettre du 3 août 1863 au pasteur Leblois ; à ce moment-là l’enfant n’était pas encore baptisé et, comme on verra par les lettres du printemps 1864, Mme Sand avait alors seulement l’intention d’être la marraine de son petit-fils. Le baptême n’eut lieu qu’au mois de mai 1864, et selon le rite protestant.
  76. Mme Sand avait écrit à Jules Boucoiran dès le 9 février 1863, c’est-à-dire encore avant la naissance de Marc-Antoine : « …Oui, mon cher ami, il faut venir nous voir cette année, nous en serons tous heureux. Vous aimerez notre Lina qui est une enfant ravissante et qui, dans cinq mois environ, nous donnera un petit protestant. Maurice a l’intention sérieuse de n’en pas faire un catholique, c’est son idée. Vous parlerez de cela avec lui. Je m’abstiens. Ils partent dans quelques heures à Paris où ils vont passer deux ou trois semaines. C’est donc pour Maurice autant que pour moi que je vous réponds et vous remercie. « Manceau vous embrasse aussi. »
  77. Elle peignait fort bien à l’huile et au pastel et nous avons vu au salon de Nohant plusieurs tableaux et portraits dus à son pinceau et à ses crayons.
  78. Que nos lecteurs se souviennent encore une fois des mots de Renan pris par nous comme épigraphe de notre travail et qu’ils ne nous rendent pas responsables des opinions de Mme Sand, nos idées religieuses différant sur bien des points de ses croyances et de son credo social et religieux. En qualité d’historien fidèle nous sommes obligé de rapporter et de citer exactement toutes les idées et expressions de George Sand, quelque hérétiques qu’elles puissent nous paraître. Nous prions nos lecteurs de ne point nous en croire solidaire ni responsable. — W. K.
  79. Cet article est réimprimé dans le volume des Sept cordes de la lyre.
  80. Réimprimé dans les Questions d’art et de littérature.
  81. Voir notre vol. I, chap. iii, et vol. IV, chap. viii et x.
  82. Voir Œuvres complètes de George Sand, vol, des Nouvelles lettres d’un voyageur.
  83. Voir plus haut, chap. viii.
  84. Histoire du véritable Gribouille, vignettes par Maurice Sand, gravures de Delaville (Petite Bibliothèque blanche. Éducation et récréation. Hetzel et Cie, Paris, 1850.) Cette histoire est dédiée à la fille du vieil ami de l’auteur, Alphonse Fleury. Mlle Valentine Fleury (plus tard Mme Engelhardt).
    Ce conte fut traduit en russe en 1851 par Mme Ogarew. Il parut avec une préface de Herzen, à Londres.
  85. Ces lignes furent écrites avant 1914. En relisant ces articles de George Sand au moment de la grande guerre, elles nous produisirent une toute autre impression.
  86. Par amour de la vérité nous devons toutefois noter ici que dans Francia nous trouvons un jugement de Mme Sand sur Roudine, prouvant que si elle admirait ce roman avec enthousiasme, elle comprenait fort mal le caractère du héros de Tourguéniew. Après avoir écrit : « C’est un trait fort répandu parmi les Russes (!!!) d’opprimer les faibles et de se prosterner devant les puissants » — [trait, hélas, noté par Tacite, Machiavel et La Rochefoucauld, donc un peu partout, ajouterons-nous ! W. K] — George Sand fait cette singulière remarque : « Ivan Tourguéniew, qui connaît bien la France, a créé en maître le personnage du Russe intelligent, qui ne peut rien être en Russie, parce qu’il a la nature du Français. Relisez les dernières pages de l’admirable roman Dimitri Roudine… » Or, on sait que dans Roudine Tourguéniew a voulu peindre un type très répandu en tous pays, celui d’un parleur ne trouvant nulle part de champs à son activité, par excès de réflexion et par manque de volonté.
  87. Voir notre vol. I, chap. iv, et le présent vol., chap. ix.
  88. Les articles anonymes ont été placés dans l’ordre alphabétique des périodiques dans lesquels ils ont paru.