Grand Traité d’instrumentation et d’orchestration modernes/La Guitare

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LA GUITARE.

Est un instrument propre à accompagner la voix et à figurer dans quelques compositions instrumentales peu bruyantes, comme aussi à exécuter seul des morceaux plus ou moins compliqués et à plusieurs parties, dont le charme est réel lorsqu’ils sont rendus par de véritables virtuoses.

Elle a six cordes accordées en quartes et en tierces, comme il suit :

\relative c, {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  e2 a d g b e
  \bar "||"
}
On l’accorde aussi quelquefois de la manière suivante, surtout pour les morceaux écrits dans le ton de Mi

\relative c, {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  e2 b' e gis b e
  \bar "||"
}

Les trois cordes graves sont en soie recouverte d’un fil d’argent, les trois autres sont en boyau. La Guitare est un instrument transpositeur de trois octaves et une quinte d’étendue, et qu’on écrit sur la clé de Sol, une octave au-dessus du son réel.

EXEMPLE.

\version "2.14.0"
\layout {
  indent = 15 \mm
}
\header {
  tagline = ##f
}
\score {
<<
  \new Staff {
    \relative c, {
      \clef "treble_8"
      \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
      \cadenzaOn
      e2 f g a b c d_\markup{\tiny "Avec les intervalles Chromatiques."}
      e f g a b c d
      e f g a b c d
      e f g a
      \bar "||"
    }
  }
  \new Staff \with {
    instrumentName = "EFFET."
  } \relative c, {
    \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
    \cadenzaOn
    \clef bass
    e2 f g a b c d
    e f g a b c
    \clef treble
    d
    e f g a b c d
    e f g a
    \bar "||"
  }
>>
  \layout {}
}

Les trilles majeurs et mineurs se font sur toute l’étendue de cette gamme.

Il est presque impossible de bien écrire la Guitare sans en jouer soi-même. La plupart des compositeurs qui l’emploient sont pourtant loin de la connaître, aussi lui donnent-ils à exécuter des choses d’une excessive difficulté sans sonorité et sans effet.

Nous allons essayer néanmoins d’indiquer la manière d’écrire pour elle de simples accompagnements.

Dans la position ordinaire de la main droite, le petit doigt étant appuyé sur la caisse de l’instrument, le pouce est destiné à pincer les trois cordes graves

\relative c, {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  e2 a d
  \bar "||"
}
l’index pince le Sol

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  g2
  \bar "||"
}
le doigt du milieu le Si

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  b2
  \bar "||"
}
et l’annulaire la chanterelle ou le Mi

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  e2
  \bar "||"
}
D’où il suit que lorsqu’il s’agit de faire entendre des accords à plus de quatre notes, le pouce est obligé de glisser sur une ou deux des cordes inférieures pendant que les trois autres doigts attaquent directement les trois cordes hautes. Dans les accords de quatre notes chaque doigt attaque seulement la corde qui lui est destinée, les doigts changent de cordes seulement lorsqu’il s’agit de plaquer des accords graves comme ceux ci :

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  <g c e g>2 <g b d g> <c e g> r
  \bar "||"
}

La Guitare étant surtout un instrument d’harmonie, il est très important de connaître les accords et par suite les arpèges qu’elle peut faire. En voici un certain nombre dans différens tons.

Nous commençons par les plus aisés, par ceux qui se font sans employer le Barrage, procédé au moyen duquel l’index de la main gauche placé transversalement sur le manche, sur deux, trois, ou quatre cordes, sert de Sillet factice. (On sait que le sillet est la petite pièce transversale du manche, sur laquelle reposent les cordes, et qui en détermine la longueur propre à être mise en vibration)

En UT.

\relative c, {
  \clef "treble_8"
  <e c' e g c e>2 <g c e g c e>
  <g b d g b g'> <f b d g b g'>
  <e c' e g c g'> <a e' a c e>
  <e a e' a c e> <a e' a c e>
  <c e g c e> <g b d g d' f>
  <c e g c e>1
  \bar "||"
}
Et tous les fragments de ces accords.
En SOL.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \key g \major
  <g b d g b g'>2 <a d a' c fis>
  <g b d g b g'> <c g' c e>
  <g b d g d'> <fis a d a' c>
  <g b d g b> <e b' e g b e>
  <c' e a c e> <a e' a c e>
  <d g b g'> <d a' c fis>
  <g, b d g b g'>1
  \bar "||"
}
En RÉ.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \key d \major
  <d a' d fis>2 <a d a' d fis>
  <fis a d a' d fis> <a e' a cis e>
  <d a' d fis> <e, a e' a cis g'>
  <fis a d a' d fis> <b d b' d fis>^\markup {\left-align Difficiles.}
  <g b d b' d e> <a d a' d fis>
  <a e' a cis e> <a e' g cis e>
  <d a' d fis>1
  \bar "||"
}
En LA.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \key a \major
  <a e' a cis e>2 <d a' d fis>
  <a a' cis e> <d a' b fis'>
  <e, a e' a cis e> <e b' d gis d' e>
  <a e' a cis e> <a a' cis fis>
  <fis a' cis fis> <a a' cis e>
  <e' gis b e> <d gis b e>
  <cis a' e'> <cis a' cis e>^\markup{\center-column{ Plus difficile.}}
  \bar "||"
}
En MI.

\relative c, {
  \clef "treble_8"
  \key e \major
  <e b' e gis b e>2 <e b' dis a' b fis'>
  <e b' e gis b e> <a e' a cis e>
  <b e gis b e> <b dis a' b fis'>
  <e, b' e gis b e>1
  \bar "||"
}

Les tons qui amènent des bémols à la clé sont incomparablement plus difficiles que les précédens et nécessitent tous le Barrage. Les accords Les plus faciles sont les suivants.

En FA.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \key f \major
  \textLengthOn
  <f a c f>2 <c f a c f>
  <a f' a c f> <f c' f a c f>
  <f a f' a c f> <e' bes' c g'>
  <e, bes'' c g'> <c' e bes' c e>
  <e, bes' e bes' c g'>1^\markup{\center-column{difficile.}}
  <f a f' a c f>2 <f' bes d f>
  <f, bes' d f> <f bes' d g>
  <e bes'' d g> <e bes'' c g'>
  <f a' c f>1
  \bar "||"
}
En SIBémol.svg.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \key bes \major
  <bes bes' d f>2 <a f' a es' f>
  <bes bes' d f> <es bes' g'>
  <es bes' c g'> <e bes' c g'>
  <f bes d f> <a, f' c' es>
  <bes f'  bes d>1
  \bar "||"
}

Il faut éviter dans tous les accords d’employer en même tems la première et la troisième des cordes graves sans la seconde, parce que le pouce serait obligé alors de sauter par-dessus cette seconde corde pour aller de la première à la troisième.

EXEMPLES.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  <g d' g b g'>1
  \bar "||"
  <e e' g b g'>
  \bar "||"
  <g e' g c g'>
  \bar "||"
  <e e' bes' cis g'>
  \bar "||"
}

Il est impossible de plaquer ces accords ; mais en leur ajoutant la seconde corde grave ils deviennent aisés.

EXEMPLES.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  <g b d g b g'>1
  \bar "||"
  <e b' e g b g'>
  \bar "||"
  <e c' e g c g'>
  \bar "||"
  <e a e' bes' cis g'>
  \bar "||"
}
Il faut aussi se garder d’écrire les accords de septième dominante dans la position ordinaire de trois tierces superposées, comme :

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  <g b d f>1
  \bar "||"
  <f a c es>
  \bar "||"
  <a cis e g>
  \bar "||"
  <e gis b d>
  \bar "||"
  <d fis a c>
  \bar "||"
  <c e g bes>
  \bar "||"
}
Ils sont presque impossibles ; celui ci est difficile mais praticable :

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  <a cis e g>1
  \bar "||"
}
à cause du Sol qui se fait à vide. Le suivant seul est très aisé et sonore

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  <fis ais cis e>1
  \bar "||"
}
à cause du Mi à vide. Les trois accords suivants sont aisés et s’enchaînent bien ensemble dans tous les tons :

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \key f \major
  <f a c f>2 <f bes d f>
  <e bes' c g'>1
  \bar "||"
}

De même en Fa Dièse.svg, en Sol, en La Bémol.svg etc.

EXEMPLE.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \key fis \major
  <fis ais cis fis>2 <fis b dis fis>
  <eis b' cis gis'>1
  \bar "||"
}

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \key g \major
  <g b d g>2 <g c e g>
  <fis c' d a'>1
  \bar "||"
}

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \key es \major
  <es g bes es>2 <es as c es>
  <d as' bes f'>1
  \bar "||"
}

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \key a \major
  <a cis e a>2 <a d fis a>
  <gis d' e b'>1
  \bar "||"
}
On conçoit que ces accords peuvent avoir quelquefois plus de quatre notes, dans les tons qui permettent de leur ajouter une corde grave à vide, en La Bécarre.svg par exemple, en Mi Bécarre.svg, en Sol, en Fa, partout enfin où l’on peut faire entrer l’une de ces trois notes pour basse

\relative c, {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \cadenzaOn
  e1 a d
  \bar "||"
}
Cette succession qui exige le Barrage de quatre cordes est également praticable sur les deux tiers inférieurs du manche de la Guitare.

\relative c {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \key des \major
  <es as c es as>2 <es as c ges'>
  <f as des f>1
  \bar "||"
}
et ensuite en montant par demi tons jusqu’à

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \override Score.TimeSignature #'stencil = ##f
  \key a \major
  <b e gis e'>2 <b e gis d'>
  <cis e a cis>1
  \bar "||"
}
qui est le point extrême à l’aigu où ce doigté peut être employé.

Les arpèges suivants sont d’un excellent effet sur la Guitare :


\relative c {
  \clef "treble_8"
  \time 2/4
  \times 4/6 { c16 g' c e c g } \times 4/6 { e g c e c g }
  \times 4/6 { c, g' c e c g } \times 4/6 { e g c e c g }
  \times 4/6 { b, g' d' f d g, } \times 4/6 { d g d' f d g, }
  \times 4/6 { b, g' d' f d g, } \times 4/6 { d g d' f d g, }
  \times 4/6 { g, g' c e c g } \times 4/6 { c, g' c e c g }
  \times 4/6 { b, g' d' f d g, } \times 4/6 { b, g' d' f d g, }
  \times 4/6 { c, g' c e c g } c,4
  \bar "||"
}

\relative c'' {
  \clef "treble_8"
  g16( e) c g c, g' c e g( e) c g c, g' c e
  g( f) b, g g, g' b f' g( f) b, g g, g' b g'
  <c,, g' c e>1
  \bar "||"
}

Dans ce dernier arpège les deux notes aigües liées se font en accrochant la chanterelle avec le petit doigt de la main gauche.

Les arpèges se dirigeant de haut en bas sont assez incommodes quoique très exécutables.

EXEMPLE.

\relative c'' {
  \clef "treble_8"
  \key a \major
  \time 2/2
  \repeat percent 2 { a16 e cis a, } \repeat percent 2 { gis'' d b e,, } \noBreak
  \repeat percent 2 { fis'' cis a fis, } \repeat percent 2 { eis'' cis gis cis, } \noBreak
  \repeat percent 2 { fis' cis a fis } \repeat percent 2 { fis' b, a d, } \noBreak
  \repeat percent 2 { e' cis a e } \repeat percent 2 { e' b gis e } \noBreak
  a2 r
  \bar "||"
}

Les mêmes en sens inverse sont au contraire très aisés.

À cause du mouvement rétrograde du pouce sur les deux notes graves, les suivants sont beaucoup plus difficiles et moins avantageux.


\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \key a \major
  e16 cis a e a, e' a cis e cis a e a, e' a cis
  e b gis e e, e' gis b e b gis e b e gis b
  e cis a e a,4 r2
  \bar "||"
}

Les gammes liées de deux en deux avec la répercussion d’une note sont élégantes et assez sonores, surtout dans les tons brillants de l’instrument

EXEMPLE.

\relative c'' {
  \clef "treble_8"
  \key a \major
  \tempo \markup {All\super o}
  cis16( b) b( a) a( gis) gis( fis) fis( e) e( d) d( cis) cis( b)
  b( a) a( gis) gis( fis) fis( e) e( d) d( cis) cis( b) b( a)
  a1
  \bar "||"
}


Les gammes en tierces quoique difficiles à leurs deux extrémités peuvent s’employer dans un mouvement modéré.

EXEMPLE.

\relative c' {
  \override Rest #'style = #'classical
  \clef "treble_8"
  \key a \major
  \time 2/2
  <a cis>8 <b d> <cis e > <d fis> <d fis>( <cis e>) <fis a> <e gis>
  <d fis> <cis e> <b d> <a cis> <gis b> <fis a> <e gis> <d fis>
  <cis e> <d fis> <cis e> <b d> <a cis>^"difficile" <gis b> <a cis> <gis b>
  <a cis> <b d> <cis e> <d fis> <e gis> <fis a> <gis b> <a cis>
  <b d> <a cis> <gis b> <a cis> <b d> <cis e> <d fis> <e gis>
  <fis a> <gis b>_"difficile" <a cis> <b d> <cis e> <b d> <a cis> <b d>
  <a cis>4 r r2
  \bar "||"
}


Les suites de sixtes et d’octaves sont dans le même cas.

Les notes répercutées deux, trois, quatre et même six ou huit fois se font aisément ; les roulements prolongés sur la même note ne sont guère bons que sur la chanterelle ou tout au moins sur les trois cordes hautes.

EXEMPLE.

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \key a \major
  \time 2/2
  \times 4/6 { a16[_\markup { \finger "P" } e'^1 e^2 b_\markup { \finger "P" } e^1 e]^2 }
  \times 4/6 { cis e e d e e }
  \times 4/6 { dis[ e e e e e] }
  \times 4/6 { d e e cis e e }
  b2 r
  \bar "|."
  a16[^\markup { \finger "P" } e'^1 e^2 e]^1 b^\markup { \finger "P" } e^1 e^2 e^1 cis[ e e e] d e e e
  cis[ e e e] b e e e a,[ e' e e] gis, e' e e
  fis,[ e' e e] e, e' e e d,[ e' e e] b, e' e e
  a,,[ cis' cis cis] e, cis' cis cis a,[ cis' cis cis] e, cis' cis cis
  a,[ a' a a] e, a' a a a,[ a' a a] e, gis' gis gis
  <a, a'>2 r
  \bar "||"
}

Les notes marquées d’un P se pincent avec le pouce, les autres avec le premier et le second doigt successivement.

Pour les roulements il faut faire succéder le pouce aux second et premier doigts sur la même corde.

EXEMPLE.

\relative c' {
  \clef "treble_8"
  \key a \major
  \tempo \markup {All\super o}
  \time 2/2
  e16_\markup { \finger "P" } e_1 e_2 e_1 e_\markup { \finger "P" } e_1 e_2 e_1
  fis fis fis fis fis fis fis fis
  gis gis gis gis gis gis gis gis
  a a a a a_\markup { \finger "P" } a_1 a_2 a_1
  a2_\markup { \finger "P" } r
  \bar "||"
}
PLUS AISÉ.

\relative c' {
  \override Rest #'style = #'classical
  \clef "treble_8"
  \key a \major
  \time 2/2
  \times 2/3 { e8[_\markup { \finger "P" } e_2 e]_1 } \times 2/3 { e_\markup { \finger "P" } e_2 e_1 } \times 2/3 { e[ e e] } \times 2/3 { e e e }
  \times 2/3 { d8[_\markup { \finger "P" } d_2 d]_1 } \times 2/3 { d_\markup { \finger "P" } d_2 d_1 } \times 2/3 { d[ d d] } \times 2/3 { d d d }
  \times 2/3 { cis8[ cis cis] } \times 2/3 { cis cis cis } \times 2/3 { b'[ b b] } \times 2/3 { b b b }
  \times 2/3 { a[_\markup { \finger "P" } a_2 a]_1 } \times 2/3 { gis_\markup { \finger "P" } gis_2 gis_1 } a4_\markup { \finger "P" } r
  \bar "||"
}

Les sons harmoniques sortent très bien sur la Guitare et on en fait en maintes occasions un très heureux usage. Les meilleurs sont ceux qu’on produit en effleurant l’octave, la quinte, la quarte et la tierce majeures des cordes à vide.

Ainsi que nous l’avons expliqué aux chapitres des instruments à archet, l’octave effleurée fait entendre cette même octave.

EXEMPLE.

En effleurant les octaves des 6 cordes à vide


<<
  \new Staff \relative c {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \cadenzaOn
    \clef "treble_8"
    e4_"Sons réels harmoniques." a d g b e
    \bar "||"
  }
  \new Staff \relative c, {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \clef "treble_8"
    <e_0 e'\harmonic>
    <a_0 a'\harmonic>
    <d_0 d'\harmonic>
    <g_0 g'\harmonic>
    <b_0 b'\harmonic>
    <e_0 e'\harmonic>
  }
>>
La quarte effleurée produit la double octave.

EXEMPLE. En effleurant les quartes des six cordes à vide.


<<
  \new Staff \relative c' {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \cadenzaOn
    \clef "treble_8"
    e4_"Sons réels harmoniques." a d
    \ottava #1
    g b e
    \bar "||"
  }
  \new Staff \relative c, {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \clef "treble_8"
    <e_0 a\harmonic>
    <a_0 d\harmonic>
    <d_0 g\harmonic>
    <g_0 c\harmonic>
    <b_0 e\harmonic>
    <e_0 a\harmonic>
  }
>>
La quinte effleurée produit la douzième.

EXEMPLE. En effleurant les quintes des six cordes à vide.


<<
  \new Staff \relative c' {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \cadenzaOn
    \clef "treble_8"
    b4_"Sons réels harmoniques." e a d fis b
    \bar "||"
  }
  \new Staff \relative c, {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \clef "treble_8"
    <e_0 b'\harmonic>
    <a_0 e'\harmonic>
    <d_0 a'\harmonic>
    <g_0 d'\harmonic>
    <b_0 f'\harmonic>
    <e_0 b'\harmonic>
  }
>>
La tierce majeure effleurée produit la dix-septième.

EXEMPLE. En effleurant les 3ce Maj. des six cordes à vide.


<<
  \new Staff \relative c' {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \cadenzaOn
    \clef "treble_8"
    fis4_"Sons réels harmoniques." b
    \ottava #1
    e a cis fis
    \bar "||"
  }
  \new Staff \relative c, {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \clef "treble_8"
    <e_0 gis\harmonic>
    <a_0 cis\harmonic>
    <d_0 fis\harmonic>
    <g_0 b\harmonic>
    <b_0 dis\harmonic>
    <e_0 gis\harmonic>
  }
>>
La tierce mineure effleurée produit la 16e l’octave de la 12e.

EXEMPLE. En effleurant les 3ce Mineures des six cordes à vide.


<<
  \new Staff \relative c'' {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \cadenzaOn
    \clef "treble_8"
    b4_"Sons réels harmoniques." e
    \ottava #1
    a d fis b
    \bar "||"
  }
  \new Staff \relative c, {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \clef "treble_8"
    <e_0 g\harmonic>
    <a_0 c\harmonic>
    <d_0 f\harmonic>
    <g_0 bes\harmonic>
    <b_0 d\harmonic>
    <e_0 g\harmonic>
  }
>>

Ces derniers sons harmoniques sont les moins sonores et sortent difficilement. Il est bien entendu que cette expression de sons réels est relative au diapason propre à la Guitare et non point au diapason général ; car absolument parlant, ces sons réels sont entendus à l’octave inférieure comme tous les autres sons de cet instrument.

On peut encore produire sur chaque corde des gammes chromatiques et diatoniques en sons harmoniques artificiels. Il s’agit pour cela d’appuyer avec les doigts de la main gauche sur les notes qu’on veut faire entendre à l’octave supérieure, d’effleurer ensuite le milieu de la corde avec l’index de la main droite et de pincer derrière l’index avec le pouce de cette même main.

EXEMPLE :

\new PianoStaff <<
  \new Staff \relative c' {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \cadenzaOn
    \clef "treble_8"
    e4_"Sons réels harmoniques." s fis s g s a s b s cis s d s e s fis s g s gis s a s ais s b s
    \bar "||"
  }
  \new Staff \relative c {
    \override Staff.TimeSignature #'stencil = ##f
    \clef "treble_8"
    \textSpannerDown
    \override TextSpanner #'(bound-details left text) = \markup{\tiny "Sur le Ré."}
    e2\startTextSpan fis g\stopTextSpan
    \override TextSpanner #'(bound-details left text) = \markup{\tiny "Sur le Sol." }
    a\startTextSpan b\stopTextSpan
    \override TextSpanner #'(bound-details left text) = \markup{\tiny "Sur le Si." }
    cis\startTextSpan d e\stopTextSpan
    \override TextSpanner #'(bound-details left text) = \markup{\tiny "Sur le Mi." }
    fis\startTextSpan g gis a ais b\stopTextSpan
  }
>>

On ne peut, je le répète, sans en jouer écrire pour la Guitare des morceaux à plusieurs parties, chargés de traits et dans lesquels toutes les ressources de l’instrument sont mises en œuvre. Il faut, pour se faire une idée de ce que les virtuoses savent produire en ce genre, étudier les compositions des célèbres guitaristes tels que Zani de Ferranti, Huerta, Sor, etc.

Depuis l’introduction du Piano dans toutes les maisons où existe la moindre velléité musicale, la Guitare est devenue d’un usage assez rare, partout ailleurs qu’en Espagne et en Italie. Quelques virtuoses l’ont cultivée et la cultivent encore comme un instrument solo, de manière à en tirer des effets délicieux autant qu’originaux. Les compositeurs ne l’emploient guère à l’église, au théâtre, ni au concert. La faible sonorité dont elle est pourvue, et qui ne permet pas de l’associer à d’autres instruments ni à plusieurs voix douées d’un éclat ordinaire, en est sans doute la cause. Son caractère mélancolique et rêveur pourrait néanmoins être plus souvent mis en évidence ; le charme en est réel, et il n’est pas impossible d’écrire de manière à le laisser appercevoir. La Guitare, à l’inverse de la plupart des instruments, perd à être employée collectivement. Le son de douze Guitares jouant à l’unisson est presque ridicule.