100%.png

Henri Cornélis Agrippa/Lettre XLIII

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
◄  XLII
XLIV  ►

XLIII
Un ami à Agrippa.

Montluel, fin 1526 ou commencement de 1527.

Salut mon cher et fidèle parent. Il est temps, et l’occasion est favorable, il faut nous venger de la perfidie des Français qui nous ont indignement, joués. Aussitôt que vous aurez vu la présente, préparez-vous à voyager. à venir me rejoindre avec le jeune serviteur que je vous envoie. Il faut vous rendre aussitôt que possible au camp de l’Empereur ; il faut y voir Bourbon pour qui vous serez un messager très agréable. Ici, on vous expliquera le reste de vive voix.

Adieu. En mon nom et en celui de mon épouse, dites mille choses aux capitaines Claude, Othon, Jean, François[1], vos frères Germains et mes cousins.

Fait auprès du Mont des Légions[2].

  1. Les frères d’Illins, dont la deuxième femme d’Agrippa était parente.
  2. C’est probablement Montluel près de Lyon. Le texte latin du correspondant d’Agrippa dit « apud montem Legionem, sive, ut vulgo vocant Montlaï. » — Il y a aussi une locatité anciennement nommée Mons-Illins dans l’Isère, qui s’appelle aujourd’hui Luzinay.