Henri Cornélis Agrippa, sa vie et son oeuvre d'après sa correspondance (1486-1539)

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche




PREMIÈRE PARTIE
LA VIE ET L’ŒUVRE D’AGRIPPA
Pages.
Introduction. — Utilité de cette étude sur la vie et l’œuvre de Cornélis Agrippa. — Justice à lui rendre. — Division de notre étude. 
 5
I. — Portrait d’Agrippa au physique et au moral. — Données contradictoires sur sa vie et ses écrits. — Sa naissance en 1486. Sa famille et sa jeunesse à Cologne. — Par traditions de ses ancêtres, il débute dans le métier des armes. — De 1501 à 1507, il passe sept années au service de l’Autriche en Espagne, en Italie, dans les Pays-Bas. — Il est créé chevalier sur le champ de bataille. 
 9
II. — En 1507 il vient étudier à Paris. — Faute de ressources, il est obligé de revenir au foyer paternel à Cologne. — On le trouve en 1508 en expédition militaire au pied des Pyrénées. — Singulier épisode et sa lettre d’Avignon de février 1509. — Pérégrinations à Avignon, à Autun, à Dôle. — À l’université de Dôle il fait des conférences sur le Verbum mirificum de Reuchlin. — Il déchaîne contre lui la colère des moines ; sa querelle avec Catilinet et son mémoire virulent à ce sujet. 
 12
III. — Agrippa va en 1510 chez Jean Colet, en Angleterre. Son séjour à Londres, où il écrit ses commentaires sur les épitres de saint Paul. — La même année il reparaît à Cologne il y professe la théologie. — Voyage à Wurtzbourg, ses relations avec l’abbé Tritheim et conséquences de cette liaison. — Vers la fin de 1514 il se marie avec une jeune Italienne. — Il parcourt avec elle Milan, Brindes, Casal. — Concile de Pise où il est emmené comme théologien par le Cardinal de Sainte-Croix. — Leçons à l’Université de Pavie et de Turin. — Ses rapports avec les Suisses et le Cardinal Schinner, légat de Jules II en Lombardie. — Pour services diplomatiques il est félicité par un bref de Léon X. 
 14
IV. — Il est nommé en février 1518 syndic et orateur de la ville de Metz. — Son discours à son entrée en fonctions. — L’année suivante il s’absente un moment de Metz pour voir son vieux père, qui meurt peu après, en 1519. — Domination des Paraiges et des moines messins. — Discussions théologiques sur sainte Anne. — Défense énergique par Agrippa d’une vieille femme accusée de sorcellerie par l’inquisition ; son triomphe en cette cause mémorable, mais il se fait des ennemis irréconciliables. 
 16
V. — Sur la fin de 1519, il quitte Metz avec sa femme et son fils Théodoric. — Bonnes relations chez les Messins, entr’autres avec le curé Brennon. — Il retourne à Cologne ; là aussi querelles religieuses auxquelles il prend part. — Abandonnant Cologne, il vient à Genève. — En route, à Metz, triste événement imprévu : sa femme meurt. — Ses regrets, soins touchants de Brennon, fondations pieuses pour la défunte 
 18
VI. — Agrippa chez les Suisses. — Ses secondes noces à Genève le 17 septembre 1521. — Il en aura six enfants. Eustache Chapuys, official de Genève, devient son ami et le parrain du petit Haymon. — De Genève, Agrippa se rend à Fribourg au début de 1523, où, grâce aux Laurencin, il est nommé médecin de la ville. — Ère d’apaisement. — Il y exerce consciencieusement la médecine mais, par besoin de mobilité ou espérances ambitieuses, il donne sa démission. — Les conseillers Fribourgeois l’honorent d’une gratification le 8 février 1524. — Comparaison avec Rabelais. 
 20
VII. — Cornélis Agrippa à Lyon, en mai 1524. — Amitiés avec le puissant évêque de Bazas, agent diplomatique de Louis XII et de François Ier. — Présenté à la cour par ce prélat, il est nommé médecin de Louise de Savoie. — Superstitieuse et crédule, cette Princesse voulut en faire son devin. — Résistance d’Agrippa à cette besogne. — Lettre intime du 21 mai 1525 à Eustache Chapuys sur la politique à la cour de France. — Son peu de conviction et de loyauté politique. 
 22
VIII. — Le connétable de Bourbon. — Prophéties d’Agrippa à ce prince rebelle. — Rancune de Louise de Savoie contre son médecin devin. — Dédicace de l’opuscule De sacramento matrimonii à la princesse Marguerite de Valois, qui s’en trouve peu flattée ; manque de tact d’Agrippa à cet égard. — Les suites d’une rancune de femme. À la cour, la rumeur des courtisans veut faire passer le docteur allemand pour Bourbonniste. — Départ de la Cour de Lyon pour la frontière d’Espagne au devant de François premier. Ordre est intimé à Agrippa de rester à Lyon ; son collègue Chapelain, autre médecin de la reine-mère, accompagne la cour en voyage. — Agrippa se défend du soupçon d’être Bourbonniste. 
 23
IX. — Ses émoluments de médecin de la cour ne lui sont pas payés. — Épisode curieux des trésoriers de France. — Sollicitations du docteur Chapelain envers Louise de Savoie en faveur de Cornélis. — Martin de Troyes et les frères Antoine et Thomas Bullioud. — Douloureuse résignation ; science et misère. — Livre d’Agrippa sur l’Incertitude et la vanité des sciences et des arts. — Secours inespéré d’un nouveau Mécène : Augustin Fornari, riche Génois. — Celui-ci, qui avait des comptoirs commerciaux à Anvers, l’engage avec d’autres amis à y venir. 
 27
X. — Agrippa continue sa lutte pour obtenir à tout prix ses appointements non payés. — « Bullioud me paye en bulles. » — Violente colère du docteur contre la cour. — Il se voit obligé de recommencer ses recherches sur la pierre philosophale. — Croyance qui remonte aux sources égyptiennes, babyloniennes et gnostiques. — Le rêve des alchimistes. — Agrippa écrit à Chapelain avec une explosion de joie ; doutes à ce sujet ; fausse alerte. — Il faut revenir aux frères Bullioud. — Véran Chalandat. 
 31
XI. — Comédie peu délicate d’Agrippa vis-à-vis de Bullioud. — Il reçoit enfin ses écus « posthumes ». — Offres du Connétable ; il les refuse. — Le duc de Bourbon est tué à l’assaut de Rome le 6 mai 1527. — Agrippa réclame de Lyon à la cour un sauf-conduit ; longue attente. — Après 3 ans de séjour en cette ville, il la quitte le 6 décembre 1527. — Descendant la Loire, il passe par Briare, Gien, Montargis. — Il arrive à Paris, où il réside pendant plus de six mois, de janvier à juillet 1528. — Pour vivre, il pratique la médecine. 
 33
XII. — Au 25 février 1528, il reçoit le sauf-conduit tant réclamé, document valable pour six mois et pour 10 personnes de sa suite. — Le duc de Vendôme, devenu le chef de la maison de Bourbon à la mort du connétable, refusa, occupant les frontières avec ses troupes, de contresigner le sauf-conduit. — Craintes sérieuses qu’éprouva Agrippa de la reine-mère. — Il s’enfuit nuitamment, laissant à Paris, aux soins de son parent Guy Furbity, sa femme, ses enfants, ses bagages. — Il arrive à Anvers le 23 juillet 1528. — Correspondance avec Aurélien d’Aquapendento et Chapelain. — Ses imprécations contre Louise de Savoie. — Lettre de Guy Furbity lui apprenant que Jeanne-Loyse est tombée malade à Paris. — Il s’empresse de faire venir sa famille à Anvers. — Première édition en 1528 de l’Incertitude et vanité des sciences. 
 36
XIII. — Sa réputation de médecin dans les Flandres et en Brabant. — Appelé en juin et juillet 1529 à Louvain et à Malines auprès de riches malades, il correspond pour ses intérêts d’affection et de famille avec Jean Wier. — Intérieur privé d’Agrippa. Douce vision ; mais il perd brusquement sa femme Jeanne-Loyse et deux de ses enfants pendant la peste d’Anvers. — Lettre touchante à Furbity sur ces morts tragiques. — Épigramme latine d’Aurélien d’Aquapendente sur le trépas de Jeanne-Loyse. — Les médecins d’Anvers désertent la ville ; Agrippa reste pour secourir les pestiférés. — Il compose un remède héroïque pour les sauver. — Le professeur Jean Thibaut l’aide dans cette tâche périlleuse. — Procès des docteurs anversois contre celui-ci pour exercice illégal de la médecine. — Agrippa le défend et gagne sa cause. 
 38
XIV. — Grand bruit autour de son dernier ouvrage. — Démarches faites auprès de lui s’adressant plus à l’écrivain qu’au médecin. — Le chancelier Gattinara. — Eustache Chapuys ambassadeur impérial à Londres auprès d’Henri VIII. — Le marquis de Montferrat. — Agrippa se décide à accepter de Marguerite d’Autriche, gouvernante des Pays-Bas, les fonctions d’historiographe impérial. — Il débute par la relation du Couronnement de Charles-Quint à Cologne. — Ensuite il dédie à Marguerite d’Autriche son livre sur la Supériorité du sexe féminin. 
 40
XV. — Il va s’établir à Malines. — Son troisième mariage. — Malheureux dans cette nouvelle union, il se livre à un travail d’une incroyable activité. — La publication de ses opuscules précède ses grands traités. — Ennuis que lui causent les moines à propos de son Incertitude et vanité des sciences, dont certaines propositions sont soumises au Conseil de Malines. — Il présente sa défense ; pression d’en haut ; Marguerite est circonvenue à son égard, mais elle meurt fin de l’année 1530. — Comme nouveau défi à ses ennemis qui ont juré sa perte, il jette dans le public sa Philosophie occulte, qu’il place sous la protection souveraine de l’Électeur de Cologne. — Cette publication ravive les querelles, empire sa situation matérielle et morale. — Depuis la publication de cet ouvrage en 1531, ses appointements de fonctionnaire impérial ne lui sont pas payés. — Deux cardinaux le tirent d’embarras. 
 41
XVI. — L’Ambassadeur Chapuys lui demande le concours de sa plume pour empêcher le divorce de Catherine d’Aragon. — Correspondance avec Eustache Chapuys, avec le cardinal Campegi et Mélanchton. — Le Prince-Archevêque, Électeur de Cologne, appelle Agrippa auprès de lui. — Nouveau séjour à Cologne en mars 1532 ; il a quitté furtivement Malines afin de se mettre à l’abri des poursuites de ses créanciers. — Dans la même année, il reparaît un instant en Brabant en septembre, à Francfort ; puis il vient à Bonn, où il finit par s’établir définitivement dans une spacieuse habitation ; il y passe la majeure partie des trois dernières années de sa vie. — De Bonn, il surveille la réimpression de ses ouvrages, dont le succès va grandissant. — L’inquisiteur Conrad d’Ulm interdit les nouvelles éditions de ses œuvres. — Agrippa proteste énergiquement contre ce véto ; il en réfère au sénat de Cologne. — En même temps, long factum adressé à Marie, reine de Hongrie, nouvelle gouvernante des Pays. — Inutiles efforts ; fatigue morale. — On retrouve Agrippa peu après aux eaux thermales de Wertrigies avec le Prince-Archevêque. 
 44
XVII. — Agrippa a l’idée funeste de revenir à Lyon. — Il pensait les anciennes haines éteintes. — Dès son arrivée, il est incarcéré. — De puissants personnages obtiennent sa libération. — Il va se réfugier à Grenoble, où il tombe malade. — Sa mort inopinée, à 49 ans, en 1535, chez le Président François de Vachon de la Roche. — L’église des Frères Prêcheurs à Grenoble reçoit sa dépouille mortelle. — Au temps de Guy Allard, l’historien du Dauphiné au xviie siècle, on voyait encore la pierre tombale dans l’emplacement de cette église détruite en 1562. — Talent d’Agrippa diversement apprécié. — Sa ressemblance avec Apulée de Madaure dans sa vie et ses écrits. — Véritable pensée d’Agrippa sur la magie et les sciences occultes. 
 46
SECONDE PARTIE
Extraits, annotés et traduits pour la première fois du latin, de la correspondance d’Agrippa avec ses amis et les personnages de son temps.

I. — 
Lettre d’Agrippa à Landolphe. Avignon, le 6 février 1509 
 51
II. — 
Agrippa à Jean Tritheim. En 1510 
 57
III. — 
L’abbé Jean Tritheim à Agrippa. Wurzbourg, le 8 avril 1510 
 59
IV. — 
Un ami à Agrippa. Turin, en mars 1517 
 60
V. — 
Un ami à Agrippa. Turin, mars 1517 
 60
VI. — 
Un ami à Agrippa. Turin, aux ides de mars 1517 
 61
VII. — 
Un ami à Agrippa, mai 1517 
 61
VIII. — 
Un ami à Agrippa. Genève, entre 1517 et 1519 
 62
IX. — 
Un ami à Agrippa. Genève, 16 janvier, même époque 
 64
X. — 
Agrippa à un ami, mai 1519 
 65
XI. — 
Jacques Lefebvre d’Étaples à Agrippa. Paris, 20 mai 1519 
 66
XII. — 
Agrippa à Lefebvre. Metz, juin 1519 
 66
XIII. — 
Lefebvre à Agrippa. Paris, 20 juin 1519 
 68
XIV. — 
Agrippa à Lefebvre. Metz, 1519 
 69
XV. — 
Jacques Lefebvre à Agrippa. Paris, 14 novembre 1519 
 70
XVI. — 
Claude Dieudonné à Agrippa. Annecy, 26 juin 1521 
 71
XVII. — 
Claude Dieudonné à Agrippa. Annecy, 10 septembre 1521 
 71
XVIII. — 
Claude Dieudonné à Agrippa. Annecy, 2 octobre 1521 
 72
XIX. — 
Agrippa à Claude Dieudonné. Genève, 25 novembre 1521 
 73
XX. — 
Agrippa à Claude Dieudonné. Genève, 1521 
 73
XXI. — 
Eustache Chapuys à Agrippa. Genève, 1522 
 74
XXII. — 
Agrippa à un ami. Genève, 19 septembre 1522 
 74
XXIII. — 
Agrippa à un ami. Genève, 3 octobre 1523 
 75
XXIV. — 
Agrippa à un ami. Genève, 3 octobre 1522 
 76
XXV. — 
Agrippa à Eustache Chapuys. Fribourg (Suisse), 20 mars 1523 
 77
XXVI. — 
Eustache Chapuys à Agrippa. Genève, avril 1523 
 77
XXVII. — 
Agrippa à Eustache Chapuys. Fribourg, 19 octobre 1523 
 78
XXVIII. — 
Claude Blancherose à Agrippa. Annecy, 15 novembre 1523 
 78
XXIX. — 
Blancherose à Agrippa. Annecy, 20 novembre 1523 
 80
XXX. — 
Agrippa à Eustache Chapuys. Lyon, 3 mai 1524 
 81
XXXI. — 
Agrippa à Eustache Chapuys. Lyon, 1524 
 81
XXXII. — 
François Bonivard à Agrippa. Lompnes, 1524 
 82
XXXIII. — 
Un ami à Agrippa. Bâle, 1524 
 83
XXXIV. — 
Agrippa à Eustache Chapuys. Lyon, 21 mai 1525 
 84
XXXV. — 
Agrippa à Eustache Chapuys. Lyon, 8 juin 1525 
 85
XXXVI. — 
Un ami à Agrippa. Sursée (Suisse), 1 juin 1525 
 86
XXXVII. — 
Agrippa à Eustache Chapuys. Lyon, 24 juillet 1525 
 86
XXXVIII. — 
Eustache Chapuys à Agrippa. Genève, 2 août 1525 
 87
XXXIX. — 
Un ami à Agrippa. Chambéry, 5 mai 1526 
 87
XL. — 
Jean Chapelain à Agrippa. Cognac, 17 mai 1526 
 88
XLI. — 
Agrippa à Chapelain. Lyon, 16 septembre 1526 
 89
XLII. — 
Agrippa à Chapelain. Lyon, 3 novembre 1526 
 89
XLIII. — 
Un ami à Agrippa. Montluel, février 1526 
 95
XLIV. — 
Agrippa au connétable de Bourbon. Lyon, 26 février 1527 
 95
XLV. — 
Agrippa au connétable de Bourbon. Lyon, mars 1527 
 96
XLVI. — 
Agrippa à Jean Chapelain. Anvers, 25 juillet 1528 
 96
XLVII. — 
Un ami à Agrippa. Cambrai, 30 juillet 1529 
 97
XLVIII. — 
Agrippa à Guillaume Furbity, son parent. Anvers, août 1529 
 98
XLIX. — 
Agrippa à Guillaume Furbity, son parent. Anvers, 4 octobre 1529 
 100
L. — 
Agrippa à l’Archevêque de Cologne. Malines, janvier 1531 
 101
LI. — 
Agrippa à Érasme. Bruxelles, janvier 1531 
 102
LII. — 
Eustache Chapuys, ambassadeur impérial, à Agrippa. Londres, 26 juin 1531 
 103
LIII. — 
Agrippa à Eustache Chapuys. Bruxelles, août 1531 
 105
LIV. — 
Agrippa au Cardinal Campegio. Bruxelles, 21 août 1531 
 108
LV. — 
Un ami à Agrippa. Bruxelles, 21 août 1531 
 108
LVI. — 
Agrippa à Charles-Quint. Bruxelles, 1531 
 109
LVII. — 
Agrippa à un personnage ecclésiastique, 1531 
 110
LVIII. — 
Agrippa à un ami. Bruxelles, le 6 février 1531 
 112
LIX. — 
Agrippa à Érasme. Cologne, 17 mars 1531 
 113
LX. — 
L’Ambassadeur Chapuys, à Agrippa. Londres, 10 sept. 1531 
 113
LXI. — 
L’Ambassadeur Chapuys, à Agrippa. Londres, 25 novembre 1531 
 121
LXII. — 
Agrippa à Pierre de Bardi. Bruxelles, 17 décembre 1532 
 122
LXIII. — 
Agrippa à Melanchton. Francfort-sur-le-Mein, 17 sept. 1532. 
 123
LXIV. — 
Agrippa au Cardinal Campegio. Bonn, novembre, 1532 
 123
LXV. — 
Agrippa à Lucas Bonfius. Bonn, 13 novembre 1532 
 126
LXVI. — 
Agrippa à Don Bernard de Paltrineriis. Bonn, 13 nov. 1532 
 127
LXVII. — 
Agrippa à Érasme. Bonn, 13 novembre 1532 
 128
LXVIII. — 
Agrippa à Érasme. Bonn, 22 novembre 1532 
 129
LXIX. — 
Érasme à Agrippa. Fribourg, 9 décembre 1532 
 130
LXX. — 
Agrippa à Érasme, 15 avril 1533 
 131