Histoire de Marie-Antoinette/Livre III/I

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

LIVRE TROISIÈME


1789-1793

I

Situation de la Reine, au commencement de la Révolution, vis-à-vis du Roi, de Madame Élisabeth, de Madame, de la comtesse d’Artois, de Mesdames tantes, de Monsieur, du comte d’Artois. — Les princes du sang : le duc de Penthièvre, le prince de Condé, le duc de Bourbon, le comte de la Marche. — Le duc d’Orléans. — La Reine et les salons ; le Temple, le Palais-Royal, etc. — La Reine et l’Europe. — L’Angleterre. — La Prusse. — La Suède. — L’Espagne et Naples. — La Savoie, etc. — L’Autriche.


La Révolution commence.

Il convient de montrer d’abord la position de la Reine ; de chercher ses appuis, ou du moins ses consolations contre les passions déchaînées d’un peuple ; de dire sa situation vis-à-vis de son mari, de sa famille, des salons, des puissances, de Versailles, de Paris, de l’Europe.

Louis XVI aimait la Reine. Il l’aimait d’un amour que les Bourbons n’avaient accordé jusqu’alors qu’à leurs maîtresses ; et c’est une remarque fort juste d’un contemporain, qu’en héritant d’un pareil amour, Marie-Antoinette avait aussi hérité des haines et des ennemis d’une maîtresse de Roi[1]. La malveillance publique, qui avait si longtemps consolé les reines de France des infidélités de leurs époux, s’était attaquée à l’épouse dont le règne succédaient à l’influence des Pompadour et des du Barry. Cependant, si dans ce ménage de deux esprits dissemblables, la volonté et le caractère l’avaient emporté, si Louis XVI s’était soumis, s’il recourait aux conseils de la Reine, c’était avec le secret dépit et la défiance préconçue des natures faibles, qui ne veulent que se débarrasser de la responsabilité de l’insuccès. Il abandonnait les idées de la Reine, puis y revenait brusquement et paraissait y retomber. À peine s’était-il confié, qu’il se reprenait encore. C’étaient à tout moment des arrêts, des retours, des inerties qui défaisaient en lui les résolutions de la Reine. Ainsi la faiblesse même de Louis XVI le faisait incapable d’obéir et le dérobait à la soumission, sans que son cœur, aujourd’hui tout entier à la Reine, eût jamais part à son humeur.

Seule, parmi les femmes de sa famille, Madame Élisabeth, libre des inimitiés qui avaient entouré son enfance, échappant à son éducation et suivant sa belle âme, montrait son amitié, par son dévouement à la femme de son frère, la facile victoire de tant de grâces, quand elles ne rencontraient ni les préventions des intérêts, ni les haines des partis.

Les deux belles-sœurs de la Reine, Madame, femme de Monsieur, et la comtesse d’Artois, jalouses toutes deux de la Reine, envieuses de cette domination enchantée de sa bonté et de son esprit, étaient allées grossir le parti de Mesdames tantes, et lui avaient apporté deux hostilités qui empruntaient leurs nuances et leur gradation à la tournure de leurs caractères et à l’hostilité de leurs maris. La passion de la comtesse d’Artois était un peu retenue par l’attachement du comte d’Artois pour sa belle-sœur. La passion de Madame, au contraire, était excitée et encouragée par les propos et la guerre de méchancetés de Monsieur contre la Reine. Mille chocs journaliers, les moindres incidents, les plus petits prétextes à fâcherie, les affronts imaginaires, un mot de la Reine à Madame sur la conduite équivoque de madame de Balbi et le tort qu’elle avait de l’attacher à sa personne, un geste même, un air, rien ne se perdait dans cette mémoire sans pardon où germait la rancune. Un jour Madame ne disait-elle pas à Marie-Antoinette : « Vous ne serez que la Reine de France, vous ne serez pas la Reine des Français[2]. » Les contrariétés de la Reine de ce côté de sa famille allaient, en 1782, jusqu’à prendre sur sa santé. Effrayés de sa mélancolie que rien ne pouvait distraire, de son indifférence sur toutes choses, de cet amaigrissement qui la menaçait d’une maladie de langueur, les amis de la Reine ne cachaient pas leur espérances que la demande, pour le Dauphin, de l’appartement de Monsieur et Madame forçât le ménage à quitter Versailles et à se retirer au Luxembourg[3].

Mesdames, réduites à leur cour de Bellevue et y cachant leur défaite, sans influence dans les affaires et ne gouvernant rien, frappées dans le présent et dans l’avenir par l’amour du Roi pour la Reine, ne parvenant à l’oreille du Roi et ne l’occupant qu’un jour de mardi gras où tout le monde dansait[4], Mesdames boudaient et murmuraient. Unies à Madame Louise, la carmélite de Saint-Denis, que sa haine contre l’Autriche emportait jusqu’à troubler un couvent de religieuses autrichiennes[5] ; à Madame Louise, que Louis XVI avait été obligé de venir réprimander en personne, lui intimant l’ordre de ne plus se mêler des affaires du ministère[6], Mesdames se remuaient et se vengeaient dans l’ombre. Un choix, une idée de la Reine leur étaient-ils rapportés, elles avaient, pour calomnier les actes ou les vues de la Reine, deux formules invariables, tantôt celle-ci : « Nous serions bien surprises qu’elle pensât comme mon père ou comme mon frère ; » tantôt celle-là : « Nous la surprenons tous les jours avec de nouvelles opinions contraires à la maison de France[7]. » Enfin, dans ce néant et ce supplice de leur position, éloignées de la cour, éloignées du Roi, et ne pouvant le disputer à la Reine, ne pouvant même pas lutter en face, Mesdames s’abaissaient à appuyer ce Mémoire du commerce de Lyon qui accusait la Reine et son amour des robes blanches de la misère du commerce de la France[8]. Mesdames étaient réduites à faire le procès à la simplicité de la Reine ; elles oubliaient qu’hier elles n’avaient pas assez de reproches pour le luxe de sa toilette.

Les beaux-frères de la Reine… Il est triste de le dire, c’était parmi les frères du Roi que la Reine avait trouvé le pire de ses ennemis : j’ai nommé Monsieur ; Monsieur, dont toute la conduite privée, dont toute la conduite politique n’avait été jusqu’alors qu’une critique de la vie de la Reine et un persiflage de son rôle. Marie-Antoinette tout entière à sa jeunesse et au plaisir, Monsieur affichait une piété de montre et de spectacle. Versailles en fêtes, il allait au Calvaire. Libre et sans religion d’esprit, facile aux nouveautés, penché de nature vers la popularité et ses flatteries, Monsieur se détourne de son caractère et de ses idées. Dès que l’appui donné par Marie-Antoinette au rétablissement des parlements exilés acquiert à la Reine les applaudissements de la nation, Monsieur se jette dans le parti de la résistance à l’opinion, dans le système du droit absolu de la volonté royale. Dès que la Reine touche à la politique, Monsieur ne quitte plus le crayon ni la plume : il ne fait que répandre la caricature et la satire, promener l’insulte et le discrédit de l’ironie sur les amis de la Reine, ses ministres, ses idées, ses illusions[9].

La Reine avait trouvé un ami parmi les hommes de sa famille. Cet ami avait partagé ses jeux et lui avait fait partager ses plaisirs[10] ; il avait fait cause commune avec ses goûts, il s’était uni à ses désirs, il s’était associé à ses amitiés[11], il avait soutenu ses reconnaissances ; pour lui plaire, il n’avait pas craint d’aller jusqu’à se compromettre, se dévouer presque. Mais cet ami, le malheur des circonstances l’éloignait d’elle. Travaillé par Vaudreuil, cédant aux insinuations des Polignac que les froideurs de la Reine jetaient dans le salon et dans la familiarité d’un frère aimé tout à coup du Roi, le comte d’Artois embarrassait le ministère Brienne et aidait à sa chute. Puis, le jour où s’ouvrait la Révolution, le voilà encore séparé de la Reine, en dissentiment avec ses vœux de conciliation et de satisfaction aux exigences nationales, en lutte sur la grande question de la représentation du tiers, que la Reine juge contre lui en faveur du tiers. Le comte d’Artois est déjà entouré. Il commence à appartenir à ces conseils des Calonne et des Vandreuil qui feront de lui, sans qu’il en ait la conscience et le remords, un des grands périls de la Reine pendant la Révolution.

Les princes du sang gardaient encore contre la Reine le ressentiment du pas qu’avait voulu prendre sur eux son frère, l’archiduc Maximilien. Le beau-père de la princesse de Lamballe, le duc de Penthièvre seul était dévoué à la Reine ; mais, vivant loin de la cour, retiré en renfermé dans ses terres, il ne pouvait servir la Reine que de bien loin. Puis ses vertus mêmes, par leur douceur, par leur bienveillance, par leur sainteté, manquaient, non sans doute de courage, mais d’autorité et de commandement. Pauvre prince ! né pour d’autres temps, et qui devait céder à la Révolution, avec cette patience affligée et cet abandon de lui-même que nous révèle cette lettre à son curé : «… Je puis encore moins m’exposer à me compromettre perdés s’il vous plaît les idées que vous avez reçues sur l’autorité des possesseurs de la maison que j’ai dans votre paroisse : je suis maintenant citoyen, on ne peut rien ajouter…[12]. »

Le prince de Condé, l’ami de Mesdames, qui s’était enfermé avec Mesdames tout le temps de leur petite vérole[13], le confident de Mesdames, leur allié, le prince de Condé ne pouvait pardonner à Marie-Antoinette de n’avoir point voulu recevoir à la cour sa maîtresse, madame de Monaco ; et les familiers de Versailles représentaient ce prince à la Reine comme un personnage tenace, obstiné, ambitieux, ténébreux même, et heureux de faire naître des dangers[14]. Le duc de Bourbon, trop pauvre d’esprit et trop paresseux de tête pour faire ses opinions lui-même, pensait comme on hérite : il acceptait les inimitiés de son père, aigries encore en lui par l’intérêt et la sollicitude fraternelle donnés par Marie-Antoinette, lors de son duel, à son adversaire, le comte d’Artois.

Le fils du prince de Conti, le comte de Lamarche, ce prince qui avait compromis d’une façon honteuse son nom et les traditions d’opposition de son père dans le parti Terray et Maupeou, le comte de Lamarche, après avoir insulté M. de Choiseul et déserté Versailles, se contentait de faire à la Reine la même cour que son père, l’abordant et la saluant en Parisien dans les corridors de l’Opéra[15]. Bientôt il lui faisait la guerre, en se déclarant contre les ministres Calonne et Brienne ; et demain, dans le danger de la monarchie, la Reine verra ce valet de l’opinion « demander pardon à tout le monde d’un titre qui le fait mourir de peur[16]. »

Le duc d’Orléans… hélas ! que de faiblesse en celui-ci, dont la haine même fut une faiblesse ! Tête et cœur, tout en lui était trop petit pour une telle passion. Mais quel travail de ses conseillers, quel complot des intérêts particuliers s’empressant à forcer sa conscience et sa nature ! Ç’avait été une œuvre souterraine, lente et patiente, qui avait changé en une inimitié ulcérée et saignante cette amitié du duc de Chartres avec la Reine, assez vive un moment pour avoir été calomniée. Louis XVI n’avait jamais eu ces bonnes dispositions de la Reine ; dès le commencement de son règne, il avait montré son éloignement pour le duc, sa mauvaise humeur contre les amis du duc. Ces sentiments de Louis XVI, qui forçaient Marie-Antoinette à éloigner ce prince du sang de sa familiarité, étaient montrés au prince comme l’ouvrage et la joie de la Reine. Dès lors ce fut la Reine qui fut coupable, au dire des amis du prince, de tous ses échecs et de tous ses affronts. C’était la Reine qui encourageait les satires contre le duc à propos du combat d’Ouessant ; la Reine qui l’empêchait d’obtenir la charge de grand amiral de France ; la Reine qui lui valait cette épigramme, la nomination de colonel général des husards ; la Reine encore qui avait fait manquer le mariage d’un de ses fils avec Madame[17]. Puis, quand cette rancune, chaque jour excitée, remplit toute l’âme du duc d’Orléans et parut l’agrandir, les conseillers y jetèrent peu à peu l’avenir, les espérances lointaines, les idées qui sont des tentations, les rêves qui épouvantent d’abord et qui finissent par sourire les ambitions monstrueuses… À la seconde grossesse, le duc d’Orléans jurait, et avec quels outrages à la Reine ! que jamais le Dauphin ne serait son roi[18]. Marie-Antoinette, blessée de ses insolences, se vengeait de lui avec le ridicule ; et elle faisait dire par le roi au prince qui descendait à être l’entrepreneur de son Palais-Royal : « Comme vous allez avoir des boutiques, on ne pourra guère espérer de vous voir que les dimanches[19] ! » Les Biron, les Liancourt, les Sillery, les Laclos, recevaient et échauffaient le prince, tout furieux et tout honteux encore des rires de Versailles ; ils lui parlaient d’audace, de vengeance, d’exil de la grande dame en Allemagne[20]. Et le 4 mai 1789, abusant de l’homme, ils essayaient déjà la couronne au prince.

Par le Temple, salon du prince de Conti, par le Palais-Royal, salon du duc d’Orléans, par ces deux salons du monde intelligent, la Reine trouvait, au plus haut de la meilleure société de Paris, deux centres ennemis, dont l’un devait jusqu’à sa mort rallier les calomnies et les conjurations contre elle. Au-dessous du Palais-Royal, au-dessous du Temple, parmi tous les salons ouverts à la Révolution, depuis le salon de madame Necker, qui avait recueilli les philosophes de madame Geoffrin, jusqu’au salon de madame la duchesse d’Anville, qui accueillait Barnave[21], il en était beaucoup de plus hostiles encore à la personne de la Reine qu’aux idées de la contre-révolution : c’étaient les salons des femmes de la cour qui avaient eu à souffrir, pour elles ou leurs amis, de la faveur de madame de Polignac, et aux dépens desquelles la Reine avait bâti cette grande fortune, sans se soucier de leur amoindrissement. Et que de cercles de conversation autour de la Reine, dans sa maison même, où la conversation était une malice et une vengeance ! Combien de femmes ne commandaient pas mieux à leurs ressentiments que la femme du premier écuyer de la Reine, dont la survivance, espérée par son cousin le vicomte de Noailles, avait été donnée à M. de Polignac ! Combien de maîtresses de maison, comme madame de Tessé, laissaient faire à leurs amis et menaient elles-mêmes, avec les grâces méchantes de leur sourire et la philanthropie sentimentale de leur temps, la guerre de la déclamation, de la causerie et de l’esprit français contre la Reine de France[22] !

Le malheur voulait qu’à l’animosité des courtisans lésés et jaloux il se joignît l’ingratitude et la trahison des courtisans favorisés et comblés, des familiers, des amis. Ce n’était point assez, contre la Reine, de l’hostilité de toutes les grandes familles, les Montmorency, les Clermont-Tonnerre, les la Rochefoucauld, les Grillon, les Noailles ; ses protégés eux-mêmes, ses commensaux, ses hôtes de Trianon lui faisaient défaut et manquaient à ses périls. Le grand exemple de la princesse de Tarente n’était guère imité. La duchesse de Fitz-James partait pour l’Italie[23]. Le prince d’Hénin, que les grâces de Marie-Antoinette avaient trouvé si bas, faisait le sourd au silence de mépris qui l’accueillait au château[24]. La comtesse de Coigny, dont le nom seul rappelle une telle dette de reconnaissance, méritera, au retour de Varennes, que la presse royaliste l’accuse[25] d’avoir encouragé l’insulte sur la place Louis XV. Il était des ducs comme le duc d’Ayen. Un prince qu’une lettre de Louis XVI accuse de surveiller son Roi, le prince de Poix, aux journées d’octobre, la Reine en danger, passait sur son uniforme une redingote qui le dérobait également, dit Rivarol, à la honte et à la gloire.

Que si maintenant l’historien embrasse d’un coup d’œil plus large la position de la Reine ; si, laissant tout ce qui l’approche, il cherche tout ce qui l’environne ; s’il va plus loin que Versailles, que Paris, que la France ; s’il interroge l’Europe, il demeurera effrayé des dispositions hostiles des cours, et de la fatalité qui fait, à tous les coins du monde, tant d’ennemis à cette malheureuse princesse. Il verra qu’il est dans les intérêts et presque dans les nécessités de la politique européenne de refuser à Marie-Antoinette le bénéfice de l’appui moral, de la laisser désarmée et sans secours, de la ruiner par l’action continue et le langage commandé d’un corps diplomatique à peu près unanime ; de l’abandonner enfin à la révolution, et de permettre qu’elle meure.

L’Angleterre était au premier rang des puissances ennemies de la Reine. Elle n’avait cessé de l’avilir par ses agents. Elle avait accueilli les calomnies, recueilli les calomniateurs, toléré et encouragé à Londres les libelles et les outrages, payé à Paris les injures et les diffamations. Le cabinet de Saint-James voyait dans Marie-Antoinette une créature de la politique de M. de Choiseul, du ministre qui, le premier, avait inquiété la puissance anglaise en Amérique ; il voyait dans la Reine le lien de cette alliance des maisons d’Autriche et de France, qui pouvait arrêter les progrès et les conquêtes de sa politique envahissante. Marie-Antoinette, il est vrai, était loin d’avoir poussé à l’émancipation des colonies américaines. Si elle s’était laissé flatter par la gloire acquise par quelques Français sur les champs de bataille du nouveau monde, elle n’avait point cédé à l’engouement de Diane de Polignac[26]. Elle n’avait point cessé de déplorer ce secours donné à une insurrection républicaine, comme si elle eût eu le pressentiment que les vaisseaux de la France rapporteraient d’Amérique quelque chose d’une république, sinon l’idée, au moins le mot. Cette conduite, l’accueil presque exceptionnel fait par la Reine à tous les Anglais présentés, ne faisaient point taire les haines du peuple anglais brûlant de se venger de la France, empêché de disposer contre elle des forces autrichiennes par ce traité de 1756 dont Marie-Antoinette sur le trône de France était le gage, impatient et contenu dans son île jusqu’à la rupture de ce traité, jusqu’à la déclaration de guerre des Brissotins à l’Autriche, jusqu’à l’arrestation de la Reine[27]. La Reine n’ignore point ces haines. Elle a peur de ce peuple, et elle ne peut prononcer le nom du premier ministre de l’Angleterre, le nom de Pitt, « sans que la petite mort ne lui passe sur le dos ; » ce sont les paroles mêmes de la Reine.

Cette alliance de l’Autriche et de la France était plus redoutée encore par une autre puissance, par la Prusse. Elle était, en effet, un rappel permanent au roi de Prusse de la ligue qui avait menacé d’effacer de la carte de l’Europe la monarchie prussienne. Aussi Marie-Antoinette était-elle entourée des agents secrets de la Prusse, épiant ses démarches, étudiant ses partisans, scrutant ses relations avec la famille royale, conspirant, en un mot, avec les agents de l’Angleterre.

Au nord, la Suède, plus blessée de la froide réception de Gustave III à Versailles que Gustave III lui-même, qui revenait ébloui de la beauté de la Reine de France, presque amoureux ; la Suède, ainsi que les petits États de l’Allemagne, attribuait à Marie-Antoinette l’union moins intime de la France, sa protection moins assurée et moins confiante.

Au midi, l’Espagne et Naples, indignées des efforts de la reine Caroline pour détacher son mari du pacte de famille, cette conquête de Louis XIV sur l’Autriche ; l’Espagne et Naples, jugeant Marie-Antoinette par sa sœur, penchaient à ne voir dans la Reine de France qu’une archiduchesse d’Autriche vendant l’intérêt de ses peuples aux intérêts de sa maison.

Au midi encore, la Savoie regardait Marie-Antoinette et l’alliance qu’elle représentait comme la fin des avantages de sa position, comme la ruine de sa vieille politique d’option entre la France et l’Autriche, qui s’étaient disputé si longtemps son alliance dans leurs guerres. Les petites républiques de Gênes et de Venise manifestaient, par leurs agents à Paris, leurs antipathies contre cette alliance, contre cette Reine à laquelle ils faisaient porter la responsabilité du partage de la Pologne[28].

Enfin, d’un bout de l’Europe à l’autre, la politique des intérêts, le mot d’ordre des agents diplomatiques étaient hostiles à cette Reine, la gardienne et le gage du traité de 1756. Là même où l’Europe finit ; les haines continuaient ; et le grand vizir, apprenant à Constantinople la proclamation de la république, s’écriera : « C’est bon ! cette république n’épousera pas des archiduchesses[29]. »

Cette hostilité universelle contre la princesse autrichienne assurait-elle au moins à Marie-Antoinette l’entier dévouement de sa maison, l’appui sans réserve de l’Autriche ? Non. Les souverains appartiennent à leur patrie avant d’appartenir à leur famille ; et l’empereur Joseph n’avait point trouvé dans sa sœur une alliée assez obéissante, un instrument assez docile des intérêts de son empire, des projets de son règne, des espérances de sa diplomatie, des tentatives de ses armes. Quand il avait voulu s’emparer de la Bavière, et réclamé du roi de France le secours de 24,000 hommes stipulé dans le traité de 1756, ou, à défaut de ce secours, un subside d’argent, quand la guerre de l’Autriche avec la Prusse semblait imminente, la Reine n’avait usé que de ses pleurs pour détourner cette guerre de sa maison. Le Roi écrivait à M. de Vergennes : «… J’ai vu la Reine après qu’elle vous a eu vu. Elle m’a paru fort affectée d’un sentiment d’inquiétude bien juste sur la guerre qui pourrait éclater d’un moment à l’autre entre deux rivaux si près l’un de l’autre ; elle m’a parlé aussi de ce que vous n’aviez pas assez fait pour la prévenir : j’ai tâché de lui prouver que vous aviez fait ce qui était en vous, et que nous étions prêts à faire toutes les démarches amicales que la cour de Vienne pourrait nous suggérer. Mais en même temps je ne lui ai pas laissé ignorer le peu de fondement que je voyais aux acquisitions de la maison d’Autriche, et que nous n’étions nullement obligés à la secourir pour les soutenir, et, de plus, je l’ai bien assurée que le roi de Prusse ne pourrait pas nous détourner de l’alliance, et qu’on pouvait désapprouver la conduite d’un allié sans se brouiller avec lui[30]. » Sur cette simple assurance du Roi, appuyée par M. de Maurepas, la Reine renonçait à se mêler de la négociation ; si bien que l’empereur faisait des plaintes de sa sœur au comte de la Marck.

Lorsqu’en 1784, Joseph II avait voulu exiger l’ouverture de l’Escaut, et s’établir à Maëstricht, il s’était encore adressé à la Reine. Et la Reine avait encore refusé d’entrer dans cette affaire. Elle s’était bornée à solliciter auprès du Roi une médiation de la France qui procurât à son frère la sortie la plus honorable de cet imprudent coup de tête[31]. Ces refus, dont Marie-Antoinette eut le courage, ces refus, auxquels la Reine força son cœur de sœur, ces nobles refus, affirmés par des témoins dont le témoignage est indiscutable, qui les niera aujourd’hui après cette lettre de la Reine à son frère ?

« Vous savez combien le Roi est parfait pour moi, et il n’agit que d’après son cœur quand il est question de vous ; je ne fais de vœux si ardents pour personne que pour vous, mais vous comprendrez que je ne sois pas libre aujourd’hui sur les affaires qui concernent la France : vraisemblablement je serai fort mal venue à m’en mêler, surtout sur une chose qui n’est pas acceptée au conseil ; on y verrait faiblesse ou ambition. Enfin, mon cher frère, je suis maintenant Française avant d’être Autrichienne…[32]. »

Ainsi cette reine, accusée de faire passer à son frère les trésors de la France, accusée d’être à Versailles l’espion et l’agent de l’Autriche, cette reine, que l’épithète d’Autrichienne poursuivra jusque sur la place de la Révolution, devait à sa conduite française de ne trouver que des sympathies froides dans sa maison même, dans cette patrie à laquelle elle devait tant d’ennemis.


  1. Mémoires de Rivarol. Beaudoin, 1824.
  2. Mémoires de la République des lettres, vol. XXXV.
  3. Journal manuscrit de Hardy. Bibliothèque nationale, vol. V.
  4. Id.
  5. Id.
  6. Id.
  7. Mémoires historiques et politiques du règne de Louis XVI, par Soulavie, vol. I.
  8. Id., vol. II.
  9. Mémoires historiques et politiques, par Soulavie, vol. II.
  10. Les archives de l’Empire conservent sous des maroquins rouges où les armes de la Reine se marient aux armes du comte d’Artois : État des chasses de l’équipage de la Reine et de Monseigneur le comte d’Artois pour le sanglier, année 1784. — Chasses du sanglier de la Reine et de Monseigneur le comte d’Artois, année 1786. Les chasses avaient lieu à Versailles, à Saint-Germain, à Fontainebleau, à Marly et à Rambouillet.
  11. Maximes et pensées d’Antoinette, 1802.
  12. Lettre autographe du duc de Penthièvre. Collection d’autographes du feu comte de Panisse.
  13. Correspondance secrète (par Métra), vol. I.
  14. Recueil des pièces justificatives de l’acte énonciatif des crimes de Louis Capet. Troisième recueil.
  15. Mémoires d’un voyageur qui se repose, par Dutens, vol. I.
  16. Chronique scandaleuse, 1789.
  17. Mémoires de Weber, vol. I. — Mémoires de Mme Campan, vol. I. Correspondance entre le comte de Mirabeau et le comte de la Marck. Introduction.
  18. Mémoires historiques et politiques par Soulavie, vol. VI.
  19. Correspondance secrète (par Métra), vol. XIV.
  20. Maximes et pensées de Louis XVI. — Correspondance de Louis-Philippe d’Orléans publiée par le C. R. 1800.
  21. Correspondance entre le comte de Mirabeau et le comte de la Marck. Introduction.
  22. Mémoires du comte de Tilly, vol. I.
  23. Chronique scandaleuse, n. 18.
  24. Journal de la cour et de la ville, 5 décembre 1790.
  25. Ibid., 5 juillet 1791.
  26. Mémoires de Mme Campan, vol. I.
  27. Mémoires historiques et politiques, par Soulavie, vol. VI.
  28. Id.
  29. Mémoires historiques et politiques, par Soulavie, vol. III.
  30. Mémoires historiques et politiques, par Soulavie, vol. IV.
  31. Correspondance entre le comte de Mirabeau et le comte de la Marck. Introduction.
  32. Catalogue de lettres autographes du comte Georges Esterhazy, mars 1857.