Histoire du Canada (Garneau)/Tome II/Livre VI/Chapitre II

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Imprimerie N. Aubin (IIp. 189-263).

CHAPITRE II.




TRAITÉ D’UTRECHT.



1701-1713.

Une colonie canadienne s’établit au Détroit, malgré les Anglais et une partie des Indigènes. — Paix de quatre ans. — Guerre de la succession d’Espagne. — La France malheureuse en Europe l’est moins en Amérique. — Importance du traité de Montréal ; ses suites heureuses pour le Canada. — Neutralité de l’ouest ; les hostilités se renferment dans les provinces maritimes. — Faiblesse de l’Acadie. — Affaires des Sauvages occidentaux ; M. de Vaudreuil réussit à maintenir la paix parmi les tribus de ces contrées. — Ravages commis dans la Nouvelle-Angleterre par les Français et les Abénaquis. — Destruction de Deerfield et d’Haverhill (1708). — Remontrances de M. Schuyler à M. de Vaudreuil au sujet des cruautés commises par nos bandes ; réponse de ce dernier. — Le colonel Church ravage l’Acadie (1704). — Le colonel March assiége deux fois Port-Royal et est repoussé (1707). — Terreneuve : premières hostilités ; M. de Subercase échoue devant les forts de St.-Jean (1705). — M. de St.-Ovide surprend avec 170 hommes en 1709 la ville de St.-Jean défendue par près de 1000 hommes et 48 bouches à feu et s’en empare. — Continuation des hostilités à Terreneuve. — Instances des colonies anglaises auprès de leur métropole pour l’engager à s’emparer du Canada. — Celle-ci promet une flotte en 1709 et 1710, et la flotte ne vient pas. — Le colonel Nicholson prend Port-Royal ; diverses interprétations données à l’acte de capitulation ; la guerre continue en Acadie ; elle cesse. — Attachement des Acadiens pour la France. — Troisième projet contre Québec ; plus de 16 mille hommes vont attaquer le Canada par le St.-Laurent et par le lac Champlain ; les Iroquois reprennent les armes. — Désastre de la flotte de l’amiral Walker aux Sept-Îles ; les ennemis se retirent. — Consternation dans les colonies anglaises. — Massacre des Outagamis qui avaient conspiré contre les Français. — Rétablissement de Michilimackinac. — Suspension des hostilités dans les deux mondes. — Traité d’Utrecht ; la France cède l’Acadie, Terreneuve et la baie d’Hudson à la Grande-Bretagne. — Grandeur et humiliation de Louis XIV ; décadence de la monarchie. — Le système colonial français.


Hennepin avait dit : « Ceux qui auront le bonheur de posséder un jour les terres de cet agréable et fertile pays, auront de l’obligation aux voyageurs qui leur en ont frayé le chemin, et qui ont traversé le lac Erié pendant cent lieues d’une navigation inconnue. » Il y avait vingt-deux ans que ces paroles avaient été prononcées, lorsque M. de la Motte Cadillac arriva au Détroit avec 100 Canadiens et un missionnaire dans le mois de juin 1700, pour y former un établissement. Les colons furent enchantés de la beauté du pays et de la douceur du climat. En effet la nature s’est plu à répandre ses charmes dans cette contrée délicieuse. Un terrain légèrement ondulé, des prairies verdoyantes, des forêts de chêne, d’érable, de platane et d’acacia, des rivières d’une limpidité remarquable, et au milieu desquelles les îles semblent avoir été jetées comme par la main de l’art pour plaire aux yeux, tel est le tableau qui s’offrit à leurs regards lorsqu’ils entrèrent dans cette terre découverte par leurs pères. C’est aujourd’hui le plus ancien établissement de l’État du Michigan, et la plupart des fermes y sont entre les mains des Canadiens français ou de leurs descendans. Des pâturages couverts de troupeaux, des prairies, des guerêts chargés de moissons, des métairies, des résidences magnifiques, y frappent partout les regards du voyageur.

La ville du Détroit qui a subi depuis sa fondation toutes les vicissitudes des villes de frontière, et qui a été successivement possédée par plusieurs maîtres, renferme maintenant une population de 22,000 âmes. Fondée par les Français, elle est tombée sous la domination anglaise en 1760, et a été cédée par celle-ci à l’Union américaine à la suite de la guerre de 1812. Elle a conservé, malgré tous ces changemens, le caractère de son origine, et la langue française y est toujours en usage. Comme toutes les cités fondées par le grand peuple d’où sortent ses habitans, et qui a jalonné l’Amérique des monumens de son génie, le Détroit est destiné à devenir un lieu considérable à cause de sa situation entre le lac Huron et le lac Erié.

Son établissement éprouva de l’opposition de la part des Indigènes et surtout des Anglais, qui voyaient avec une jalousie, que le temps ne faisait qu’accroître, leurs éternels rivaux s’asseoir sur les rives des lacs, comme s’ils ne les avaient pas eu découverts et possédés depuis longtemps. Ce poste devait enlever à Michilimackinac toute son importance, et relier le Canada à la Louisiane à la colonisation de laquelle on travaillait alors, et où les Canadiens venaient, comme au Détroit, de commencer un établissement. Mais à peine avait-on jeté les premiers fondemens de la nouvelle ville qu’il fallut encore courir aux armes.

Il y avait quatre ans seulement que le Canada était en paix ; c’était bien peu pour réparer les maux d’une longue guerre, qui avait retardé l’accroissement de la colonie, arrêté le commerce et les défrichemens, fait périr beaucoup de monde et causé l’abandon de quantité d’habitations (Documens de Paris). Dans ces quatre années on avait fondé la Louisiane et le Détroit, et signé l’important traité de Montréal avec les Indiens. Les protocoles inutiles ouverts en Europe pour l’ajustement des limites de l’Acadie n’avaient occupé que le cabinet de Versailles ; les autorités coloniales n’avaient pas eu à s’en occuper. Les Canadiens croyaient jouir d’un long repos, lorsque la mort de Charles II roi d’Espagne, sans enfans, arrivée en 1700, ralluma la guerre dans les deux mondes. La possession de son vaste héritage ayant préoccupé fortement et avec raison la politique, plusieurs traités secrets avaient été conclus entre les différentes puissances européennes dès son vivant, pour partager ses dépouilles. Les Espagnols qu’on n’avait pas consultés, semblaient devoir subir la loi de l’étranger comme s’ils eussent été des vaincus. On alla jusqu’à démembrer la monarchie par un premier traité en 1699 ; plus tard l’on en disposa une seconde fois de la même manière en faisant un nouveau partage. Cette conduite, outre qu’elle blessait l’honneur de ce peuple fier et jaloux de son indépendance, violait ses droits et ses intérêts les plus chers. Menacé par tant de prétendans avides, le conseil d’État d’Espagne fut d’avis de préférer la maison de France, qui d’ailleurs avait pour elle les droits du sang, parceque la puissance de Louis XIV semblait une garantie pour l’intégrité de la monarchie. En conséquence, le roi moribond légua par testament tous ses États au duc d’Anjou, le second fils du dauphin et petit-fils du monarque français.

L’Europe vit avec étonnement un Bourbon monter sur le trône espagnol. Cet événement trompait toutes les ambitions, et telle fut la surprise qu’aucune nation ne songea d’abord à élever la voix pour protester, excepté l’empereur d’Autriche qui prit les armes afin de conserver un sceptre qui échappait de sa maison. La France ne pouvait éviter la lutte, soit qu’elle eût refusé d’accepter le testament, soit qu’elle s’en fût tenu au dernier traité. Ainsi elle se trouvait entraînée malgré elle dans une guerre qui fut la seule juste peut-être entreprise par Louis XIV, et cependant la seule funeste dans son long et glorieux règne.

Les autres cabinets, qui n’avaient besoin que d’un prétexte, se liguèrent avec l’empereur pour détacher de la monarchie espagnole les États qu’elle avait en Italie, dans le but de rétablir l’équilibre européen. Ce motif tout puissant pour Guillaume III, n’aurait pas été regardé par ses sujets tout-à-fait du même œil après sa mort qui arriva en 1702, sans une démarche du roi de France, qui insulta au dernier point la nation anglaise, en ce qu’elle parut une intervention dans ses affaires intérieures, objet sur lequel la jalousie d’un peuple libre est toujours très grande. Jacques II étant décédé, Louis XIV donna le titre de roi d’Angleterre à son fils, après être convenu du contraire avec son conseil. Les prières et les larmes de la veuve de Jacques appuyées par madame de Maintenon, firent changer la détermination qu’il avait prise. Cette dernière avait acquis sur le vieux monarque un empire qui fut plus d’une fois fatal au royaume.

« Le roi de France, disait la ville de Londres à ses représentans, se donne un vice-roi en conférant le titre de notre souverain à un prétendu prince de Galles : notre condition serait bien malheureuse, si nous devions être gouvernés au gré d’un prince qui a employé le fer, le feu et les galères pour détruire les protestans de ses États ; aurait-il plus d’humanité pour nous que pour ses sujets. » Le parlement passa un acte d’atteinder pour déclarer le prétendu roi Jacques coupable de haute trahison.

Telles furent les causes des nouvelles hostilités ; elles étaient parfaitement étrangères aux intérêts de l’Amérique ; mais elles n’en armèrent pas moins encore une fois les colons les uns contre les autres et les Indiens.

Cependant cette guerre fut bien moins meurtrière dans le Nouveau-Monde que celle de 1688 ; et tandis que le génie de Marlborough immortalise le règne de la reine Anne par des victoires, l’Angleterre voit presque toutes ses entreprises se terminer en Amérique par des défaites ou des désastres. Mais la faiblesse du Canada qui n’avait encore alors qu’une population de 18,000 âmes, en y comprenant même l’Acadie, à opposer aux 262,000 des colonies anglaises[1], ne permettait point d’entreprendre rien de sérieux contre elles ; l’argent manquait comme les hommes. En vain d’Iberville demanda-t-il (1701) 1000 Canadiens et 400 soldats pour prendre Boston et New-York, qu’il voulait attaquer l’hiver par la rivière Chaudière, on fut incapable de subvenir aux frais de cette expédition (Documens de Paris). Dans une pareille situation, l’on ne doit pas être surpris si les succès des Français n’avaient aucun résultat durable, s’ils étaient incapables de garder leurs conquêtes, tandis que l’ennemi retenait les siennes même en dépit de ses revers. Le Massachusetts, l’Acadie et Terreneuve furent les théâtres des hostilités. Cette dernière île acquérait tous les jours une plus grande importance, et l’Angleterre, devenue plus forte sur mer que la France, songea sérieusement alors à s’emparer de toute l’entrée du bassin du St.-Laurent, base de la puissance de la dernière nation dans cette partie du monde. En minant cette base petit à petit, la partie supérieure de l’édifice devait crouler au premier choc. Les points exposés aux coups de la marine britannique devinrent ainsi les côtés faibles du grand système colonial de Colbert.


Pour compenser cette faiblesse du côté de l’Atlantique, l’on travaillait à se fortifier dans l’intérieur, afin que la Nouvelle-France fût comme ces places de guerre que l’art a rendues redoutables au dedans tandis que le dehors semble solliciter l’ennemi à avancer. Le traité de Montréal et l’établissement du Détroit furent dictés par cette sage politique. Nos historiens n’ont pas assez senti la haute portée de ces grandes mesures de préservation territoriale ; ils n’ont pas prévu non plus l’influence immense que la conclusion du traité auquel nous venons de faire allusion, allait donner aux Français sur toutes les nations indigènes, traité en effet qui établissait une espèce de droit public pour elles, et dont le premier fruit fut de paralyser complètement l’action des colonies anglaises dans la présente guerre. Car on ne doit pas attribuer les résultats des traités d’Utrecht et de 1763 à l’élévation du drapeau français sur les Appalaches ; mais bien aux victoires de Marlborough et de la marine anglaise. La politique française avait élevé en quelques jours des barrières en Amérique qu’il fallut un demi siècle à l’Angleterre pour renverser, et qui ne l’auraient jamais été si la France eût eu seulement en 1755 les vaisseaux et les habiles officiers qui assurèrent le triomphe de la révolution américaine vingt ans après.

Cependant le traité de Montréal assurait la neutralité des Iroquois ; et rien ne pouvait être plus utile à la colonie dans ce moment (1702-3) qu’elle était en proie aux ravages d’une épidémie cruelle (la petite vérole), épidémie qui reparut treize ans plus tard, que d’être en paix avec eux. M. de Callières venait de leur envoyer plusieurs missionnaires qui se répandirent dans leurs cantons pour les disposer au christianisme, dissiper leurs préjugés contre les Français, avertir le Canada de toutes leurs démarches, travailler à les gagner ou à se faire des amis parmi eux, et enfin déconcerter les intrigues des Anglais peu redoutables de ce côté lorsqu’ils n’avaient pas pour eux les cantons. Cette dernière mission n’était pas moins nécessaire ; car à la première nouvelle de la guerre, la Nouvelle-York avait commencé à les solliciter vivement de renvoyer les missionnaires ; mais quoiqu’elle réussît à ébranler quelques chefs, et à étendre, par leur canal, ses intrigues jusque parmi les nations occidentales, tous ces peuples restèrent fidèles au traité.

Ainsi le gouverneur étant assez rassuré du côté du couchant, écrivit à la cour pour demander seulement quelques recrues, après avoir ordonné de mettre Québec en bon état de défense. Toute sa sollicitude se portait alors sur les provinces du golfe, l’Acadie et Terreneuve, qui n’étaient pas dans une situation si favorable, exposées qu’elles étaient sans défense, comme de coutume, aux insultes de l’ennemi, et n’ayant pas assez d’habitans pour faire une résistance sérieuse. Il était d’autant plus inquiet sur leur sort, que le bruit courait qu’elles allaient être attaquées par des forces considérables. Mais dans le temps que ces craintes étaient les plus vives, il apprit que les hostilités des Anglais s’étaient bornées à la prise de quelques navires pêcheurs le long des côtes, et qu’il était fortement question à Paris d’acheminer sur l’Acadie une émigration assez nombreuse pour défendre cette province et en assurer la possession à la France. L’épuisement de la métropole et les revers de Louis XIV vinrent empêcher cependant l’exécution de ce projet ; ce qui fut un malheur pour tout le monde, pour la France à laquelle cette province fut ensuite enlevée ; pour les Acadiens qui furent déportés et dispersés en divers pays ; pour l’Angleterre qui se déshonora par cet acte cruel, commis au préjudice d’un peuple dont la faiblesse même aurait dû servir d’égide. Mais dans le moment, M. de Callières crut la péninsule acadienne sauvée, et il ne se préoccupait plus que de la colonie qu’il avait sous son commandement immédiat, lorsqu’il tomba malade et mourut le 26 mai, 1703, regretté de tout un pays qu’il servait avec diligence et talent depuis plus de vingt années. C’était un ancien officier au régiment de Navarre. Il avait été nommé au gouvernement de Montréal sur la présentation du séminaire de St.-Sulpice revêtu de ce droit comme seigneur de l’île, et en remplacement, en 1684, de M. Perrot, qui perdit cette charge par sa violence, comme il se priva plus tard de l’administration de l’Acadie par sa cupidité. M. de Callières avait succédé en qualité de second fonctionnaire militaire du pays, à M. le comte de Frontenac, et son administration dura quatre ans et demi. Ayant fait du Canada sa patrie adoptive, il contribua beaucoup par ses actes et probablement par ses conseils, à amener la métropole à reposer cette confiance dans les colons, qui est si rarement accordée aujourd’hui malgré les assurances du contraire sans cesse répétées, mais répétées derrière un rempart de bayonnettes[2].

Le marquis de Vaudreuil, gouverneur de Montréal, fut choisi à la demande de toute la colonie, pour tenir les rênes de la Nouvelle-France. Ce ne fut pas néanmoins sans quelque répugnance, car en 1706 le ministre tout en le blâmant de montrer trop de faiblesse pour des parens auxquels il laissait faire la traite contre les ordonnances, lui écrivit que le roi avait eu de la peine à se résoudre à le nommer à cette haute charge, parceque son épouse était du pays. L’on verra faire plus tard les mêmes remarques à l’occasion de son fils. Était-ce jalousie métropolitaine, ou bien la condition de gouvernant est-elle incompatible avec celle de colon ?

Cependant la cour de Versailles, ayant bien vite senti l’impolitique, l’imprudence de ce système de soupçonneuse exclusion, semblait alors suivre une conduite contraire à celle de Londres ; car, tandis que celle-ci cherchait à soustraire aux colonies une partie de leurs libertés, et leur ôtait le droit d’élire leurs gouverneurs, la France se faisait comme une règle de nommer à ces fonctions des hommes nés dans ces provinces lointaines, ou qui s’y étaient familiarisés par une longue résidence ; le même esprit la guidait pour remplir les autres emplois. L’Angleterre essayait, elle, du système qu’elle suit aujourd’hui ; elle choisissait des gouverneurs étrangers au pays et les changeait souvent. Outre la raison d’état de ne pas laisser l’autorité royale trop longtemps dans les mains d’un sujet qui est loin de l’œil de son maître, ces changemens fréquens paraissent, ce nous semble, une conséquence du régime qu’elle avait introduit dans ses possessions d’outre-mer. Reconnaissant à tous ses nationaux les mêmes droits, et cependant reniant l’exercice d’une partie de ces droits à ceux d’entre eux qui habitent des contrées lointaines, elle dut se trouver engagée dans une lutte compromettante, en ce que les maximes invoquées contre elle sont les maximes mêmes sur lesquelles reposent les fondemens de sa propre liberté. Les gouverneurs, chargés de faire valoir ces prétentions inconstitutionnelles, mais inévitables, perdant bien vite leur popularité, il devenait nécessaire et politique de les changer souvent.

La confédération iroquoise était alors à l’apogée de sa gloire. Elle voyait les Anglais et les Français briguer son alliance et ramper pour ainsi dire à ses pieds. Cela ne devait-il pas satisfaire son orgueil, et flatter sa barbare ambition. Elle se crut l’arbitre des deux peuples ; et l’un de ses chefs, mécontent de la guerre qui venait d’éclater, disait avec une fierté naïve : « Il faut que les Européens aient l’esprit bien mal fait ; ils font la paix entre eux et un rien leur fait reprendre la hache ; nous, quand nous avons fait un traité, il nous faut des raisons puissantes pour le rompre. » Ces paroles orgueilleuses et qui renferment un reproche, faisaient connaître assez cependant à M. de Vaudreuil, que les Iroquois respecteraient le traité de Montréal au moins pour le présent. Fidèles à leur ancienne politique, ils voulaient jouer le rôle de médiateurs, et ce dernier, qui avait pénétré leur dessein, en avait informé le roi, qui lui fit répondre que, si l’on était assuré de faire la guerre avec succès, sans encourir de trop grandes dépenses, il fallait rejeter les propositions de l’ambitieuse confédération de comprendre les Anglais dans la neutralité ; sinon qu’on pouvait ménager cette neutralité pour l’Amérique, mais sans passer par la médiation des seuls Iroquois.

L’on se retrancha donc dans la partie occidentale du Canada sur la défensive. Les ordres de Paris portaient que, comme on était trop faible pour attaquer les colonies anglaises, il fallait mettre toute sa politique à maintenir nos alliés en paix ensemble et à conserver sur eux toute notre influence, double tâche qui exigeait beaucoup de dextérité et une grande prudence. M. de Vaudreuil possédait ces qualités ; il connaissait surtout parfaitement le caractère des Indiens : un air de froide réserve de sa part dans certaines circonstances qu’il savait choisir, lui ramenait quelquefois des tribus prêtes à l’abandonner.

Rassuré du côté des cinq cantons, il tourna aussitôt les regards vers les contrées occidentales, où les Hurons paraissaient pencher vers les Anglais, et où les Outaouais et les Miâmis voulaient guerroyer contre la confédération iroquoise, dont ils attaquèrent même quelques uns des guerriers près de Catarocoui (Kingston). La paix fut un moment en danger ; les Indiens du Détroit avaient envoyé des députés à Albany ; le colonel Schuyler, l’homme le plus actif du parti de la guerre dans la Nouvelle-York, et l’ennemi le plus invétéré qu’eussent les Français, employait toute son influence, et compromettait même sa fortune, pour rompre l’alliance qui existait entre eux et les Iroquois ; il allait aussi, sans les Abénaquis, gagner une partie des Iroquois chrétiens du Sault-St.-Louis et de la Montagne. Il avait réussi encore par ses intrigues qu’il étendait de tous côtés, à engager en 1704 quelques Sauvages à mettre le feu au Détroit et à disperser les colons. Tout annonçait enfin une crise, un soulèvement général. Mais une fois que M. de Vaudreuil eût en ses mains les fils de toutes ces menées, il sut en peu de temps les démêler, se rendre maître de la trame, et après des négociations multipliées et conduites avec la plus grande adresse, non seulement conjurer l’orage, mais armer encore les Iroquois chrétiens qui avaient été prêts à l’abandonner, contre ceux qui les avaient soulevés, contre les Anglais eux-mêmes.

Cependant cette multitude de tribus barbares à passions vives, mobiles et farouches, toujours armées, toujours désirant la guerre, étaient encore plus difficiles à maintenir en repos lorsque la France et l’Angleterre avaient les armes à la main, que lorsqu’elles étaient en paix. Il était donc presqu’impossible au marquis de Vaudreuil d’espérer une longue tranquillité dans l’Ouest. En effet à peine venait-il d’en réconcilier les peuples que des difficultés s’élevèrent tout-à-coup (1706) entre les Outaouais et les Miâmis par la faute de M. de la Motte Cadillac, commandant au Détroit, et qui manquèrent d’allumer la guerre entre la première de ces deux nations et les Français, ce qui aurait probablement mis les armes aux mains des cinq cantons. Les Miâmis tuèrent quelques Outaouais. La nation outaouaise demanda vengeance à M. de Cadillac, qui répondit qu’il allait faire informer. Partant quelques jours après pour Québec, il leur dit que tant qu’ils verraient sa femme au milieu d’eux, ils pouvaient demeurer tranquilles ; mais que si elle partait il ne répondait pas de ce qui pourrait arriver. Ces paroles énigmatiques leur parurent une menace ; ils crurent qu’on voulait les punir pour avoir attaqué les Iroquois à Catarocoui. Les paroles et la conduite de l’enseigne Bourgmont, qui vint remplacer temporairement M. de Tonti, lieutenant de M. de Cadillac, ne firent que les confirmer dans leur supposition ; et lorsqu’il leur proposa de marcher contre les Sioux avec les Hurons, ils crurent qu’il voulait les attirer dans un piège pour les massacrer. Une circonstance fortuite qui arriva pendant l’audience les éloigna encore davantage des Français.

Le chien de l’enseigne ayant mordu un de ces Sauvages à la jambe, et celui-ci l’ayant battu, Bourgmont se jeta sur l’Outaouais et le frappa avec tant de fureur qu’il en mourut. Cette violence atroce mit le comble à leur désespoir. Ils dissimulèrent cependant et firent mine de partir ; mais ils revinrent aussitôt sur leurs pas, attaquèrent des Miâmis et les poursuivirent jusqu’au fort, qui fut obligé de tirer sur eux pour les éloigner. Quantité de naturels furent tués des deux côtés avec quelques Français et un missionnaire, le P. Constantin.

La nouvelle de cet événement jeta M. de Vaudreuil dans le plus grand embarras, embarras qui fut encore augmenté par la députation que les Iroquois lui envoyèrent pour le prier d’abandonner à leur vengeance ces Outaouais perfides. Il commença par repousser la demande des cantons, à laquelle toutes sortes de raisons s’opposaient. Il exigea ensuite des ambassadeurs outaouais envoyés auprès de lui pour expliquer leur conduite, qu’ils lui remissent les coupables auxquels M. de Cadillac, de retour au Détroit, eut l’imprudence, par une fausse pitié, de faire grâce contrairement à l’opinion du gouverneur, qui voulait qu’on les abandonnât à la justice de leur nation. Les Miâmis, à qui l’on avait promis de les faire mourir et qui voulaient leurs têtes, outrés de ce que leur vengeance restait sans satisfaction, accusèrent de trahison ce commandant, et tuèrent quelques Français qu’il y avait dans leur bourgade. M. de Cadillac se disposait à aller punir ces assassinats lorsqu’il apprit que les Hurons et les Iroquois s’étaient entendus pour faire main basse sur tous ses compatriotes qui se trouvaient dans la contrée. Force lui fut de dissimuler, et même de faire une paix avec les Miâmis qui, méprisant sa faiblesse, n’en observèrent point les conditions. Mais cette paix avait rompu le complot des Indiens, et dès qu’il vit les Miâmis seuls, il marcha contre eux avec quatre cents hommes pour venger et leur premier crime et les violations du traité qui les avait soustraits à sa colère. Ces barbares ayant été battus et forcés dans leurs retranchemens, se soumirent sans condition à la clémence du vainqueur (Gazette de France 1707).

Tandis que le gouverneur tenait ainsi avec une main souple et expérimentée les rênes de ces nombreuses tribus de l’Ouest, qui comme des chevaux indomptés, étaient toujours prêtes, dans leur folle ardeur, à se jeter les unes sur les autres, il ne perdait pas de vue les Abénaquis que la Nouvelle-Angleterre cherchait à lui détacher. Pour contrecarrer ces intrigues lorsqu’elles allaient trop loin, il fallait quelquefois jeter ces Sauvages dans une guerre, chose après laquelle ils soupiraient sans cesse. C’était un recours extrême, il faut l’avouer ; mais la sûreté, l’existence même de la population française justifiait cette mesure ; il y avait là une raison suprême qui faisait taire toutes les autres.

Des relations s’étant secrètement établies entre Boston et certains Abénaquis, M. de Vaudreuil forma pour les rompre une bande de cette nation sous les ordres de M. de Beaubassin, à laquelle il joignit quelques Français, et la lança du côté de Boston (1703). Cette horde ravagea tout depuis Casco jusqu’à Wells. « Les Sauvages, dit Bancroft, divisés par bandes, assaillirent avec les Français toutes les places fortifiées et toutes les maisons de cette région à la fois, n’épargnant, selon les paroles du fidèle chroniqueur, ni les cheveux blancs de la vieillesse, ni les cris de l’enfant sur le sein de sa mère. La cruauté devint un art, et les honneurs récompensèrent l’auteur des tortures les plus rafinées. Il semblait qu’à la porte de chaque habitation un Sauvage caché épiât sa proie. Que de personnes furent ainsi soudainement massacrées ou traînées en captivité. Si des hommes armés, las de leurs attaques, pénétraient dans les retraites de ces barbares insaisissables, ils ne trouvaient que des solitudes. La mort planait sur les frontières ». L’excès des maux donna un moment d’énergie à ces malheureux. Ils attaquèrent les Abénaquis à leur tour dans l’automne et ne leur accordèrent aucune merci. Dans leur juste exaspération ils massacraient tous ceux qui tombaient entre leurs mains. Ils se vengeaient à la fois et de la cruauté des Indiens et de la trahison dont ils prétendaient avoir été les victimes ; en effet les chefs de cette nation leur avaient juré, dans une conférence tenue quelques semaines auparavant, que la paix durerait aussi longtemps, pour nous servir de leur langage figuré, que le soleil roulerait sur leurs têtes. Cependant, se voyant pressés de fort près, ils firent demander des secours au marquis de Vaudreuil, qui leur envoya dans l’hiver M. Hertel de Rouville, officier réformé, avec environ 350 hommes dont 150 Sauvages. Cette bande prenant au travers des bois à la raquette, traversa les Alléghanys et tomba dans la dernière nuit de février sur Deerfield défendu par une palissade de 20 acres de circuit. Dans cette enceinte même se trouvaient encore plusieurs maisons entourées d’une ceinture de pieux. Mais il y avait quatre pieds de neige sur la terre et le vent en avait amoncelé des bancs jusqu’à la hauteur des palissades ; de sorte que les assaillans avec leurs raquettes aux pieds, entrèrent dans la place comme si elle n’avait été protégée par aucun obstacle. Les habitans furent tués ou pris et la bourgade incendiée. La plus grande partie des prisonniers fut emmenée en Canada, où dans toutes les guerres l’on traitait toujours bien ces malheureux captifs. Bon nombre entre les enfans et les jeunes gens, car quelque fois des villages entiers suivaient les vainqueurs, étaient recueillis, élevés avec tendresse par leurs parens d’adoption ; et ils finissaient par embrasser le catholicisme et se fixer dans le pays où ils avaient été jetés par le sort des armes. L’on accordait à ces Anglais, devenus Français, des lettres de naturalité. Les archives canadiennes en renferment qui contiennent des pages entières de noms[3].

En 1708 une nouvelle expédition contre la Nouvelle-Angleterre fut résolue dans un grand conseil, tenu à Montréal, de tous les chefs des Sauvages chrétiens. Plus de cent Canadiens devaient s’y joindre, commandés par MM. de St.-Ours, des Chaillons et Hertel de Rouville. Mais la plupart des Indiens refusèrent ensuite de marcher ; deux cents hommes seulement se mirent en route, remontèrent la rivière St.-François, passèrent les Alléghanys par les Montagnes-Blanches, et descendirent dans le pays ennemi en se rapprochant du lac Nikissipique pour donner la main aux Abénaquis, qui ne se trouvèrent pas cependant au rendez-vous qu’ils avaient donné en cet endroit. Trompés par ces naturels qui devaient fournir une partie des forces pour attaquer la ville de Portsmouth, sur le bord de la mer, ils résolurent de tomber sur Haverhill, bourg palissade baigné par les eaux du Merrimac, à 400 ou 500 milles de Québec. On venait d’y envoyer des renforts, et on y était sur l’éveil. Rouville ne pouvant plus compter sur une surprise, passa la nuit avec sa bande dans la forêt voisine. Le lendemain matin ayant rangé ses gens en bataille, il exhorta ceux qui pourraient avoir quelque différend ensemble à se réconcilier. Ils s’agenouillèrent ensuite au pied des arbres qui les dérobaient aux regards de l’ennemi, puis il marchèrent à l’attaque du fort. Après une vive opposition ils l’enlevèrent l’épée et la hache à la main. Tout fut saccagé. Le bruit du combat ayant répandu l’alarme au loin, la campagne se couvrit bientôt de fantassins et de cavaliers qui cernèrent les envahisseurs. Il fallut se battre à l’arme blanche, la victoire, longtemps douteuse, resta enfin aux Canadiens. Hertel de Chambly et Verchères, deux jeunes officiers de grande espérance, furent tués. En peignant ces scènes de carnage n’oublions point les traits de l’humanité si souvent sacrifiée dans ces cruelles guerres. Parmi les prisonniers se trouvait la fille du principal habitant de Haverhill. Ne pouvant supporter les fatigues d’une longue marche, elle aurait succombé sans un jeune volontaire, M. Dupuy de Québec, qui la porta une bonne partie du chemin et conserva ainsi ses jours.

Ces attaques répandaient le désespoir dans les établissemens américains. M. Schuyler fit au nom des colonies anglaises les remontrances les plus vives à M. de Vaudreuil à ce sujet. « Je n’ai pu me dispenser, disait-il, de croire qu’il était de mon devoir envers Dieu et mon prochain de prévenir, s’il était possible, ces cruautés barbares, qui n’ont été que trop souvent exercées sur les malheureux peuples ». Mais en même temps qu’il élevait la voix au nom de l’humanité contre les excès de ces guerriers farouches, il intriguait lui-même auprès des cantons et des alliés des Français, pour les engager à reprendre les armes ; c’est-à-dire à faire la répétition des scènes dont il se plaignait. Aussi un auteur remarque-t-il avec raison, « que Schuyler était assez instruit de ce qui s’était passé depuis cinquante ans dans cette partie de l’Amérique, pour savoir que c’étaient les Anglais qui nous avaient réduits à la dure nécessité de laisser agir nos Sauvages comme ils le faisaient dans la Nouvelle-Angleterre. Il ne pouvait ignorer les horreurs auxquelles s’étaient portés les Iroquois à leur instigation pendant la dernière guerre ; qu’à Boston même les Français et les Abénaquis qu’on y retenait prisonniers, étaient traités avec une inhumanité peu inférieure à cette barbarie, dont il se plaignait si amèrement, que les Anglais avaient plus d’une fois violé le droit des gens et les capitulations signées dans les meilleures formes, tandis que les prisonniers de cette nation ne recevaient que de bons traitemens de notre part et de celle de nos alliés. »

Nous avons dit que le fort de la guerre se porta sur les provinces voisines du golfe. M. de Brouillan, gouverneur de Plaisance, avait remplacé en Acadie le chevalier de Villebon mort au mois de juillet 1700. Il avait reçu ordre d’augmenter les fortifications de la Hève, et d’y encourager le commerce en empêchant, autant que possible, les Anglais de pêcher sur les côtes. Ne pouvant espérer de secours du dehors, il fit alliance avec les corsaires, qui firent de la Hève leur lieu de refuge. Les affaires y prirent aussitôt un grand accroissement, et l’argent y afflua de toutes parts ; ce qui lui permit de récompenser les Indiens qui faisaient des courses dans la Nouvelle-Angleterre, pour venger les dégâts que les vaisseaux de celle-ci commettaient à leur tour sur les côtes acadiennes.

En 1704 le gouvernement de Boston, voulant user de représailles pour le massacre de Deerfield, chargea le colonel Church d’attaquer l’Acadie. Cet officier que le récit des ravages des Français avait rempli d’indignation, quoique déjà avancé en âge était venu à cheval de 70 milles, pour offrir ses services au gouverneur, M. Dudley. Il mit à la voile avec trois vaisseaux de guerre, dont un de 48 canons, 14 transports et 36 berges, portant 550 soldats. Il commença d’abord par tomber sur les établissemens des rivières Penobscot et Passamaquoddy, mettant tout à feu et à sang. Il cingla ensuite vers Port-Royal dont il fut repoussé par une poignée d’hommes. Il chercha après cela à surprendre les Mines et échoua également. Il dirigea alors sa course vers la rivière d’Ipiguit où il continua ses dévastations. Delà il se jeta sur Beaubassin ; mais les habitans, prévenus de son approche, l’empêchèrent de faire beaucoup de mal. Cette expédition qui l’occupa tout l’été, ne lui produisit pas d’autre avantage qu’une cinquantaine de prisonniers de tout âge et de tout sexe. En effet que pouvait-il y avoir à piller chez les pauvres Acadiens ? Mais il avait dévoilé la faiblesse de cette colonie. La facilité avec laquelle ses côtes avaient été insultées, engagea les Anglais à en tenter la conquête trois ans après. Mille hommes furent levés dans le New-Hampshire, le Massachusetts et Rhode-Island, et le 17 mai 1707, deux régimens sous les ordres du colonel March, arrivèrent à Port-Royal sur 23 transports convoyés par deux vaisseaux de guerre.

M. de Subercase y avait succédé à M. de Brouillan mort l’année précédente. Cet officier arrivait de Terreneuve où il s’était distingué dans la guerre de cette île. L’ennemi avait fait ses préparatifs avec tant de secret et de diligence qu’il fut surpris en quelque sorte dans sa capitale, dont les murailles tombaient en ruines. Pour donner le temps de les réparer, il disputa le terrain pied à pied aux ennemis, qui avaient débarqué 1500 hommes du côté du fort et 500 du côté de la rivière. Après deux ou trois jours de tâtonnement ils investirent la place et ouvrirent la tranchée. Un détachement de 400 hommes qu’ils avaient fait pour tuer des bestiaux dans la campagne, fut abordé par le baron de St.-Castin à la tête d’un corps d’habitans et de Sauvages et mis en déroute. Le sixième jour du siége on aperçut beaucoup de mouvement dans la tranchée ; ce qui fit soupçonner que les assiégeans formaient quelque dessein pour la nuit suivante. En effet, vers les 10 heures du soir, un bruit sourd causé par des masses d’hommes en mouvement, annonça l’approche des colonnes d’attaque, le plus profond silence régnait dans la ville et sur les remparts. Dès qu’elles furent à portée, l’on ouvrit tout à coup sur elles un feu d’artillerie et de mousqueterie si bien nourri qu’elles reculèrent et cherchèrent un abri contre les balles dans les ravines voisines, dans lesquelles ces troupes restèrent tapies la journée du lendemain après s’y être retranchées. Le baron de St.-Castin et 60 Canadiens arrivés quelques heures avant les Anglais, furent d’un grand secours, et ce fut à eux, dit-on, que Port-Royal fut principalement redevable de sa conservation.

Le surlendemain de l’assaut, l’ennemi leva le siége. L’on ne doutait point à Boston du succès de l’entreprise, et on y avait même fait d’avance des réjouissances publiques. La nouvelle de la retraite de l’armée y causa la plus vive indignation ; et le colonel March qui était resté avec la flotte à Kaskébé, n’osant paraître devant ses concitoyens, reçut ordre de ne laisser débarquer personne et d’attendre des directions ultérieures. Il fut résolu de venger cet échec sur le champ. Trois vaisseaux et 5 à 600 hommes furent ajoutés à l’escadre de March, et, ainsi renforcé, dès le 28 août il reparut devant Port-Royal. La surprise et la consternation y furent au comble parmi les habitans, qui regardèrent comme une témérité de vouloir se défendre contre des forces si supérieures. M. de Subercase seul ne désespéra point ; et son assurance releva le courage des troupes ; après le premier moment de torpeur passé, chacun ne songea plus qu’à remplir fidèlement son devoir. Les ennemis attendirent au lendemain pour opérer leur débarquement ; et c’est ce qui sauva la place, car on eut le temps d’appeler les hommes de la campagne.

Les Anglais descendirent à terre du côté de la rivière opposé à la ville, et s’y fortifièrent. Des partis que M. de Subercase y avait détachés pour les surveiller, les empêchèrent de s’éloigner de leur camp que les bombes les obligèrent bientôt d’évacuer. Dans une marche ils tombèrent au nombre de 14 à 1500 dans une ambuscade que leur avait tendue le baron de St.-Castin avec 150 hommes, et qui détermina leur retraite vers le second camp retranché qu’ils avaient formé. Le corps du chef des Abénaquis fut porté à 420 hommes, dont le gouverneur prit lui-même le commandement, pour charger l’ennemi dès qu’il voudrait s’embarquer, dessein que paraissait indiquer le mouvement des chaloupes de la flotte. Mais un des officiers, M. de Laboularderie, brûlant de combattre, commença prématurément l’attaque avec 80 hommes environ. Il emporta d’assaut un premier retranchement. Animé par ce succès, il sauta dans le second, où il fut blessé de deux coups de sabre. Le combat ainsi engagé il fallut le continuer. MM. de St.-Castin et Saillant arrivèrent pour soutenir Laboularderie. L’on se battit corps à corps, à coup de hache et de crosse de fusil. L’ennemi fut repoussé plus de cinq cents verges vers ses embarcations. Honteux de fuir devant si peu de monde, il revint sur ses pas ; mais le détachement de Laboularderie le chargea de nouveau avec tant de vigueur qu’il le força de se rembarquer précipitamment.

Le jour même une partie de la flotte leva l’ancre et le lendemain le reste s’éloigna. Les Anglais avaient éprouvé de grandes pertes tant par les combats que par les maladies. Le mauvais succès de cette expédition dispendieuse, dont ils attendaient les plus grands résultats, causa un mécontentement général dans tout le Massachusetts ; elle augmenta beaucoup la dette publique et blessa l’amour propre national. La perte des Français dans les deux siéges fut de très peu de chose.

Cependant tandis que l’Acadie et la Nouvelle-Angleterre voyaient les bayonnettes et la hache de guerre se promener sanglantes et hautes sur leur territoire à la clarté des incendies, les régions de Terreneuve étaient en proie aux mêmes calamités.

À la première rupture de la paix, les Anglais avaient fait comme en Acadie des dégâts considérables sur les côtes de la partie française de l’île. Ce ne fut qu’en 1703 que l’on pût commencer à y prendre sa revanche. D’abord l’on attaqua et l’on prit d’assaut en plein jour le Forillon, poste assez important où quelques navires furent incendiés. Dans l’hiver on continua les ravages, et l’on fit subir de grandes pertes au commerce de l’ennemi ; mais ce n’était là que les préludes d’attaques plus sérieuses. M. de Subercase qui y avait remplacé M. de Brouillan, passé au gouvernement de l’Acadie, avait repris, avec l’agrément de la cour, le plan de M. d’Iberville de mettre toute l’île sous la domination française ; et pour lui en faciliter l’exécution, le roi lui avait permis de prendre cent Canadiens et douze officiers commandés par M. de Beaucourt, qui débarquèrent à Terreneuve dans l’automne. Il se trouva à la tête de 450 hommes, soldats, Canadiens, flibustiers et Sauvages, tous gens déterminés et accoutumés à faire des marches d’hiver. Il se mit en campagne le 15 février 1705, et se dirigea vers St.-Jean. Le 26, cette troupe intrépide était à Rebou, à quelques lieues de cette ville, ayant traversé quatre rivières rapides au milieu des glaces qu’elles charriaient, et souffert cruellement du froid. Les habitans, effrayés en voyant paraître des guerriers que les obstacles avaient rendus plus farouches, tombèrent à genoux dans la neige devant eux et demandèrent quartier. Après avoir pris deux jours de repos à Rebou, M. de Subercase se remit en chemin ; mais cette halte, nécessitée par les fatigues de la marche, avait donné le temps à St.-Jean de recevoir des nouvelles de son approche ; de sorte que quand il se présenta devant la ville, elle s’était mise en état de défense. Néanmoins il ordonna l’attaque ; elle fut faite avec vigueur ; mais les deux forts qui la protégaient se défendirent avec tant de courage et firent un feu si vif de mortier et de canon, que l’on fut obligé de se retirer ; mais ce ne fut qu’après avoir mis le feu à la ville[4].

Les français se rejetèrent sur la campagne qu’ils ravagèrent au loin. En revenant ils brûlèrent le bourg du Forillon, épargné l’année précédente. Montigny avec une partie des Canadiens et des Sauvages réduisit tous les établissemens de la côte en cendre, et la terreur était si grande parmi les pauvres habitans, qu’il n’avait que la peine de recueillir les prisonniers. Il ne resta plus aux Anglais à Terreneuve que l’île de la Carbonnière et les forts de St.-Jean, que l’on n’avait pu prendre. Cette irruption néanmoins n’avait été qu’un orage. Le calme revenu, les flots débordés se retirèrent, on enleva les débris qu’ils avaient faits, et tout rentra dans l’ordre accoutumé.

Mais trois ans étaient à peine écoulés depuis l’expédition de M. de Subercase, que M. de St.-Ovide, lieutenant de Plaisance, dont M. de Costa Bella était alors gouverneur, proposa à ce dernier de faire une nouvelle tentative sur St.-Jean, entrepôt général des Anglais dans l’île, offrant de l’entreprendre à ses dépens. Il rassembla environ 170 hommes parmi lesquels il y avait des Canadiens et des soldats, et s’étant mis en marche sur la neige le 14 décembre, il arriva dans la nuit du 1er janvier 1709 à quelque distance de St.-Jean qu’il alla reconnaître à la faveur de la clarté de la lune. Après cet examen, il fit ses préparatifs pour donner l’assaut, et l’on se remit en marche en s’excitant les uns les autres. On fut près d’échouer par la trahison des guides. M. de St.-Ovide qui était en tête fut découvert à trois cents pas des premières palissades, d’où on lui tira des coups de fusil ; il continua cependant toujours d’avancer, et pénétra ainsi jusqu’à un chemin couvert qu’on avait oublié de fermer ; on s’y précipita aux cris de vive le roi ! L’on traversa le fossé malgré le feu de deux forts qui blessa dix hommes. On planta deux échelles contre les remparts qui avaient vingt pieds de haut ; St.-Ovide monta le premier suivi de six hommes dont trois furent grièvement blessés derrière lui. Au même instant, une autre colonne atteignait aussi le sommet du rempart sur un autre point, et s’élançait dans la place conduite par MM. Despensens, Renaud, du Plessis, la Chesnaye, d’Argenteuil, d’Aillebout et Johannis, tous Canadiens. L’on s’empara du corps de garde et de la maison du gouverneur, qui fut fait prisonnier après avoir reçu trois blessures. Le pont-levis fut baissé et le reste des assaillans entra. Ce n’est qu’alors que l’ennemi déposa les armes.

Ainsi en moins d’une demi-heure, l’on prit deux forts qui auraient pu arrêter une armée entière ; car ils étaient armés de 48 canons et mortiers, et défendus par plus de quatre-vingts soldats et huit cents miliciens bien retranchés[5], mais la porte souterraine par où ceux-ci devaient passer, se trouva si bien fermée qu’on ne put renfoncer assez vite. Il restait un troisième fort à l’entrée du port, gardé par une compagnie de soldats et muni de vivres pour plusieurs mois, de canons, de mortiers et de casemates à l’épreuve des bombes ; il se rendit néanmoins au bout de 24 heures.

M. de St. Ovide écrivit immédiatement en France et au gouverneur, M. de Costa Bella, pour annoncer sa conquête, mais ce procédé mécontenta ce dernier qui fut blessé de ce que son lieutenant eût écrit directement à la cour en même temps qu’à lui-même ; il l’en blâma, et lui envoya une frégate pour transporter les munitions de guerre, les prisonniers et l’artillerie de St.-Jean à Plaisance, et il lui enjoignit de s’embarquer lui-même pour revenir, après avoir détruit les fortifications. Le roi qui avait d’abord approuvé la détermination de M. de Costa Bella partagea ensuite le sentiment de St.-Ovide, qui voulait que l’on gardât St.-Jean, mais il était trop tard.

L’île de Carbonnière était le seul poste ennemi qu’on n’eût pas encore enlevé à Terreneuve. M. de Costa Bella ne recevant point de France les secours qu’on lui avait promis pour en faire la conquête, organisa l’année suivante deux détachemens, qui se mirent en marche l’un par terre et l’autre dans trois chaloupes, le tout sous les ordres d’un habitant de Plaisance, nommé Gaspard Bertrand. Ils arrivèrent à la baie de la Trinité dans le voisinage de la Carbonnière sans avoir été découverts. Ils y trouvèrent une frégate de 30 pièces de canon et de cent trente hommes d’équipage, appelée The Valor qui avait convoyé une flotte de vaisseaux marchands. Bertrand en la voyant ne put étouffer son désir de corsaire, il résolut d’en tenter l’abordage ; trois chaloupes, portant chacune vingt-cinq hommes, s’y dirigèrent rapidement à force de rames en plein jour. Bertrand le premier sauta sur le pont. Dans un instant le capitaine anglais fut tué, tous les officiers furent mis hors de combat et l’équipage rejeté entre les deux ponts, où il se défendit avec beaucoup de courage. C’est alors que fut tué l’intrépide Bertrand ; sa mort fit chanceler sa bande ; mais un de ses lieutenans prit sa place et l’on se rendit maître enfin du vaisseau. Au même instant deux corsaires, l’un de 22 canons et l’autre de 18, avant été informés de ce qui se passait, arrivèrent à pleines voiles, et chacun prenant un côté ils se mirent à canonner la frégate que les Français venaient de prendre. Mais les vainqueurs refusèrent de commencer un second combat, et leur chef fut obligé de faire couper les câbles et de profiter du vent pour sortir de la baie ; ce qu’il fit sans être poursuivi.

Cependant le détachement venu par terre voyant cela, se jeta sur les habitations, les pilla et retourna à Plaisance chargé de butin. L’île de la Carbonnière, protégée par sa situation reculée, fut sauvée une fois encore.

Ainsi les Français se promenaient en vainqueurs d’un bout à l’autre de l’île, depuis presque le commencement de la guerre ; mais la petitesse de leur nombre les empêchait de garder le pays conquis. Il ne leur restait que la gloire d’avoir déployé un courage admirable et empêché peut-être l’ennemi de venir les attaquer chez eux. Il n’est guère permis de douter que si la France avait été maîtresse des mers, toute l’île ne fût passée sous sa domination ; mais l’on verra que tant d’actes de valeur et tant d’effusion de sang devinrent inutiles, et que le sort des colons de Terreneuve se décidait sur un autre champ de bataille, où la fortune devenue contraire se plaisait à accabler la France.

Cependant les colonies anglo-américaines se sentaient humiliées des échecs répétés qu’elles avaient déjà éprouvés dans cette guerre, et du rôle qu’elles y jouaient. Terreneuve dévastée, le Massachusetts toujours repoussé de l’Acadie, la Nouvelle-York et les provinces centrales cernées par les Canadiens et leurs nombreux alliés et n’osant remuer de peur d’exciter l’ardeur guerrière de tant de peuples, c’était là une situation qui blessait leur intérêt et leur orgueil, et elles désiraient vivement en sortir. La conquête de toute la Nouvelle-France était à leurs yeux l’unique moyen d’en prévenir pour jamais le retour, et de parvenir à cette supériorité qui leur assurerait tous les avantages de l’Amérique et de la paix ; elles ne cessaient point de faire des représentations à la métropole dans ce sens. L’assemblée de la Nouvelle-York présenta une adresse à la reine Anne en 1709 dans laquelle on trouve ces mots : « Nous ne pouvons penser sans les plus grandes appréhensions au danger qui menacera avec le temps les sujets de sa Majesté dans cette contrée ; car si les Français, après s’être attaché graduellement les nombreuses nations indigènes qui les habitent, tombaient sur les colonies de votre Majesté, il serait presqu’impossible à toutes les forces que la Grande-Bretagne pourrait y envoyer, de les vaincre ou de les réduire ». Le moment paraissait propice d’enlever à la France ses possessions d’outre-mer ; après une suite de revers inouis, elle était tombée dans un état complet de prostration ; ses ressources étaient épuisées, son crédit était anéanti, le rigoureux hiver de 1709 achevait de désespérer la nation, en proie déjà à la famine. L’Angleterre profita de ce moment pour se rendre aux vœux de ses colonies et tenter la conquête du Canada ; et pendant que Louis XIV sollicitait la paix avec de vives instances, elle donnait des ordres pour s’assurer d’une des dépouilles du grand roi.

Le colonel Vetch paraît avoir été le premier auteur de cette nouvelle entreprise. Quelques années auparavant (1705), le gouverneur du Massachusetts, M. Dudley, l’avait envoyé avec M. Livingston à Québec, pour régler l’échange des prisonniers et pour proposer à M. de Vaudreuil un traité entre la Nouvelle-Angleterre et la Nouvelle-Fiance. Celui-ci crut que le gouverneur du Massachusetts ne voulait que gagner du temps. Cependant il lui répondit en lui transmettant un autre projet de traité de neutralité et de commerce qui ne fut pas accueilli sans doute, car ces ouvertures ne furent pas poussées plus loin. Au reste le projet même de M. de Vaudreuil ne fut pas goûté par la cour, qui voulait qu’il ne donnât lieu à aucun négoce entre les colons des deux nations, et qu’il fût général à toutes les colonies en Amérique (Documens de Paris). Peut-être, si les deux parties avaient eu plus de confiance l’une dans l’autre, ce projet tout humanitaire aurait-il pu s’exécuter, et dès lors bien des calamités et des malheurs auraient été prévenus. Quoi qu’il en soit, à la faveur de cette mission diplomatique plusieurs émissaires anglais s’étaient glissés dans la colonie, et avaient étudié ses forces et ses moyens de défense, ce qui attira des reproches au gouverneur canadien ; Vetch lui-même sonda le St.-Laurent en remontant jusqu’à la capitale[6], et il proposa ensuite au ministère anglais le vieux projet de conquérir le Canada par une double attaque par mer et par terre ; le succès ne lui paraissait pas douteux. En effet le pays, qui n’avait reçu aucun secours de France depuis le commencement des hostilités, était peu en état de résister. Cinq régimens de ligne auxquels devaient se joindre douze cents hommes du Massachusetts et du Rhode-Island, devaient opérer par le fleuve contre Québec, et deux mille miliciens et autant de Sauvages contre Montréal par le lac Champlain. Le colonel Schuyler venait aussi de réussir à rompre le traité qui existait entre les Français et la confédération, et à engager quatre des cinq cantons à entonner le chant de guerre et à prendre part à la campagne qui promettait d’être aussi profitable que glorieuse. Toutes les colonies anglaises s’y portèrent avec enthousiasme ; « la joie, dit un de leurs historiens, animait la contenance de tout le monde ; il n’y avait personne qui ne crût que la conquête du Canada ne fût achevée avant l’automne ». On ne comptait pour rien les sacrifices, et c’est à cette occasion que le Connecticut, la Nouvelle-York et le Nouveau-Jersey, dont le trésor était vide, fabriquèrent pour la première fois du papier-monnaie.

L’armée de terre se réunit sur les bords du lac Champlain dans le mois de juillet (1709), sous les ordres du gouverneur Nicholson ; elle se mit aussitôt à construire des forts, des blockhaus, des magasins, et une grande quantité de bateaux et de canots pour le transport des troupes et du matériel sur le lac. Jamais le Canada n’avait encore vu de si grands déploiemens de forces pour sa conquête. En faisant l’énumération de leurs soldats et de leurs vaisseaux, les ennemis se croyaient capables de s’emparer non seulement de cette province, mais encore de l’Acadie et de Terreneuve (Hutchinson).

Tandis que les Anglais étaient dans la joie et faisaient des rêves de triomphe, les Canadiens inquiets et silencieux se préparaient à faire tête à l’orage. Le marquis de Vaudreuil donnait des ordres pour armer Québec et pour que les troupes et les milices se tinssent prêtes à marcher au premier signal. Il monta lui-même à Montréal dans le mois de janvier, et envoya faire diverses reconnaissances vers le lac Champlain, afin d’être informé des mouvemens de l’ennemi. Une partie de l’été se passa ainsi dans l’attente des Anglais qui ne paraissaient pas.

Cependant lord Sunderland, le secrétaire d’État, avait écrit à Boston de se tenir prêts, que les troupes de renfort étaient sur le point de s’embarquer pour l’Amérique. L’on s’était empressé de se rendre à ces ordres, croyant à tout instant de voir arriver la flotte de la métropole ; mais elle n’arrivait pas. On se perdait en conjectures, le temps s’écoulait néanmoins, bientôt des murmures trahirent les craintes des colons, qui accusèrent l’Angleterre ; les maladies éclatèrent dans l’armée campée sur le lac Champlain. Peu accoutumée à la discipline, elle se lassa bien vite de la contrainte et de la sujétion militaire. L’assemblée de la Nouvelle-York trouvant la saison trop avancée pour entrer en Canada, présenta une adresse au gouverneur, au commencement de l’automne, pour rappeler les milices dans leurs foyers. Peu de temps après, l’on apprit la prise du général Stanhope avec cinq mille Anglais à Brihuega, et la défaite de Stahremberg le lendemain par le duc de Vendôme à Villa-Viciosa en Portugal. Ces revers inattendus avaient obligé la cour de Londres d’envoyer les troupes destinées contre Québec au secours des alliés dans la péninsule. Ainsi la victoire de Villa-Viciosa eut le double avantage de consolider le trône de Philippe V et de sauver le Canada.

Ce qu’on rapporte de l’empoisonnement de l’armée de Nicholson par les Iroquois paraît dénué de tout fondement. Ni Smith, ni Hutchinson, ni aucun historien américain ne parlent de cette circonstance ; et deux ans après, les guerriers de ces tribus se joignirent encore aux Anglais. Il est probable que l’astuce iroquoise a donné naissance à ce rapport dans un but politique. Ces barbares craignaient et baissaient également leurs deux puissans voisins ; mais ils étaient divisés à leur égard, ou plutôt ils voulaient ménager l’un et l’autre sans laisser percer leurs motifs. En conséquence une partie de la confédération, comme les Onnontagués, tenait pour les Français, et l’autre pour leurs ennemis. La même tactique fut adoptée l’année suivante. Dans l’hiver les Onnontagués et les Agniers envoyèrent une députation en Canada. L’on n’était pas en état de repousser avec dédain les excuses de ces belliqueux supplians. Le gouverneur tout en les menaçant de lâcher ses alliés contre eux, reçut leurs ambassadeurs de manière à les laisser partir satisfaits de leur accueil. Un échange de prisonniers entre le Canada et la Nouvelle-York fut à peu près tout le résultat de ces professions pacifiques.

Tandis que les cantons voyageaient ainsi d’un camp à l’autre, faisant des assurances trompeuses aux deux partis, le colonel Nicholson était passé en Angleterre pour presser la métropole de reprendre son projet, ce que le cabinet de Windsor lui avait promis de faire au printemps. Mais il fut encore trompé, et pour des causes que l’on ne connaît pas ; aucune flotte ne fut envoyée par la Grande-Bretagne. Le colonel Nicholson, qui était revenu de Londres avec une galiote à bombes et cinq frégates, dont quatre de 60 canons, portant un régiment anglais de marine, ayant vainement attendu jusqu’à l’automne les secours de l’Europe, se décida, de concert avec les gouvernemens coloniaux, à entreprendre seul la conquête de l’Acadie[7]. Il fut en conséquence rejoint par 30 vaisseaux ou transports, et quatre ou cinq bataillons de troupes provinciales formant 3400 hommes sans compter les officiers et les matelots. Il fit voile le 18 septembre de Boston, et arriva devant Port-Royal six jours après. Les Anglais débarquèrent sans rencontrer d’opposition.

M. de Subercase n’avait pu trouver, comme on l’a déjà dit, d’autre moyen, pour se maintenir à Port-Royal, que de s’allier avec les flibustiers, qui éloignaient l’ennemi par leurs courses, entretenaient l’abondance dans la ville et lui fournissaient de quoi faire de riches présens aux Indiens. Mais ces corsaires l’abandonnèrent au moment où il avait le plus besoin de leurs secours. Il voyait depuis longtemps l’orage qui se formait contre lui. Deux fois il avait repoussé l’ennemi avec une poignée de braves ; mais depuis cette époque glorieuse pour sa réputation, un changement inexplicable s’était opéré en lui. On aurait dit qu’il désirait maintenant, comme pour se venger de l’oubli dans lequel on l’avait laissé, la perte de l’Acadie. Il avait reçu quelques recrues de France et des secours de Québec, peu considérables il est vrai, mais qui auraient pu lui être très utiles ; il les renvoya au moment du plus grand péril, n’ayant pu s’accorder avec leurs officiers, qui firent de grandes plaintes contre lui. La retraite de ces renforts, la mauvaise disposition des habitans à son égard, son inaction lors de l’apparition de l’ennemi, tout cela coïncidant avec le départ des flibustiers, s’est tourné en preuve contre ce gouverneur ; et, malgré sa justification auprès de ses supérieurs, il n’a jamais pu reconquérir la confiance de ses compatriotes, dont plusieurs n’ont point cessé de le regarder comme un traître.

Quoiqu’il en soit, il n’avait pas deux cents hommes de garnison, lorsque le colonel Nicholson arriva devant Port-Royal avec des forces dont l’immense disproportion était un hommage éclatant rendu à ses talens et à sa bravoure. Il se laissa bombarder au milieu des murmures et de la désertion de ses gens jusqu’au 2 octobre, qu’il capitula. La garnison, épuisée de faim, sortit de la ville au nombre de 156 soldats avec les honneurs de la guerre. Nicholson, voyant défiler ce petit nombre d’hommes au visage pâle et amaigri, et que la disette lui aurait livrés à discrétion, regretta de s’être trop pressé de signer la capitulation : dès le lendemain il fut obligé de leur faire distribuer des vivres. Les soldats et les habitans, au nombre de 481, furent transportés à la Rochelle. M. de Subercase, ne pouvant emporter les mortiers et les canons réservés par un article du traité, les vendit aux Anglais 7499 livres, pour payer les dettes qu’il avait contractées au nom de son gouvernement. L’histoire doit dire, en justification de ce gouverneur, qu’il semble vraiment impossible qu’avec moins de 200 soldats minés par une longue famine, il pût, même s’il eût gardé les secours qu’on lui avait envoyés, lutter heureusement contre une flotte de 36 voiles et 4 mille hommes de débarquement. Le sort de l’Acadie était inévitable.

Les vainqueurs changèrent le nom de Port-Royal en celui d’Annapolis, en l’honneur de la reine Anne. Cette ville pouvait avoir alors une demi-lieue d’étendue en tout sens ; mais les maisons, très-éloignées les unes des autres, n’étaient que de mauvaises huttes avec des cheminées en terre ; l’église ressemblait plus à une grange qu’à un temple[8]. Telle était la capitale de l’Acadie, titre qu’Halifax, alors simple pêcherie connue sous le nom de Chibouctou, lui a dérobé depuis. Il y avait encore deux établissemens dans cette province, les Mines et Beaubassin. Il sortait beaucoup de blé du premier, situé au milieu d’un sol très-fertile et défendu contre la mer par des digues que l’industrie avait élevées à force de travaux.

L’expédition de l’Acadie coûta £23,000 à la Nouvelle-Angleterre, que le parlement impérial lui remboursa. Le colonel Vetch fut nommé gouverneur du pays et laissé à Port-Royal avec 450 hommes. Cependant il n’était question dans le traité que du fort lui-même et du territoire qui était à la portée de son canon ; M. Nicholson prétendit qu’il embrassait toute la province, M. de Subercase, Port-Royal seulement. L’un et l’autre envoyèrent des députés au marquis de Vaudreuil. Le député anglais, le colonel Livingston, se plaignit en outre à ce gouverneur des cruautés qu’exerçaient les alliés des Français, et le menaça, s’ils continuaient leurs hostilités contre les sujets de l’Angleterre, de faire exécuter les principaux habitans de l’Acadie. Le marquis de Vaudreuil répondit qu’il n’était pas responsable des actes des Indiens ; que les Anglais ne devaient imputer la guerre qu’à ceux qui avaient refusé la neutralité entre les deux couronnes[9], et que s’ils mettaient leur menace à exécution, il userait de représailles sur les prisonniers qu’il avait en sa possession. MM. Rouville et Dupuy furent chargés de porter cette réponse à Boston, avec ordre d’observer le pays, dans le cas où il serait nécessaire d’y porter la guerre. Il nomma en même temps le baron de St.-Castin son lieutenant en Acadie, avec mission d’y maintenir le reste des habitans dans l’obéissance à la France ; ce qui indique qu’il considérait que la capitulation n’embrassait que Port-Royal. Au reste le traité d’Utrecht devait mettre fin à cette contestation. Il fit dire l’hiver suivant aux missionnaires de redoubler de zèle pour conserver l’attachement des Sauvages et des Acadiens. La conduite sévère et tyrannique du colonel Vetch, en les irritant, ne faisait que seconder cette politique. L’infatigable St.-Castin continuait les hostilités de son fort de Pentagoët. Un détachement de 40 Indiens qu’il avait envoyé en course, tailla en pièces un corps d’Anglais beaucoup plus nombreux que lui, et qui avait été chargé de brûler dans la campagne les maisons de ceux qui refusaient de se soumettre aux vainqueurs de Port-Royal. Cette bande, ayant été rejointe par plusieurs Canadiens et Français, alla investir Port-Royal même, dont la garnison était très affaiblie par les maladies[10]. À cette nouvelle le marquis d’Alognies, commandant des troupes à Québec, reçut ordre de partir sur le champ avec 12 officiers et 200 hommes choisis ; mais l’arrivée de l’amiral Walker et d’une flotte anglaise dans le fleuve St.-Laurent, fit contremander ce détachement, qui aurait probablement remis Port-Royal sous la domination française[11].

La plus grande partie des Acadiens se soumit alors au joug des Anglais, qui, suivant leur usage, envoyèrent des troupes pour incendier les habitations de ceux qui tenaient encore pour la France. Un de ces partis, composé d’une soixantaine de soldats, fut encore surpris par les Sauvages ; tout fut tué ou pris, il n’échappa qu’un seul homme. Le théâtre de ce combat se nomme aujourd’hui l’Anse du Sang. Ce succès fit prendre de nouveau les armes à 500 Acadiens, qui, avec tous les Sauvages qu’ils purent rencontrer, se tinrent prêts à reprendre Port-Royal dès que le gouverneur de Plaisance leur aurait envoyé, pour les commander, M. l’Hermite dans l’habileté et le courage duquel ils avaient la plus grande confiance. Mais ce gouverneur les ayant fait informer qu’il avait besoin de tout son monde, et qu’il était incapable de laisser aller un seul officier, ils abandonnèrent leur entreprise et se dispersèrent. La perte de l’Acadie fut très sensible à la France, malgré son état d’abaissement. M. de Pontchartrain, ministre de la marine, écrivit à M. de Beauharnais, intendant de la Rochelle et de Rochefort : « Je vous ai fait assez connaître combien il est important de reprendre ce poste (Port-Royal), avant que les ennemis y soient solidement établis. La conservation de toute l’Amérique septentrionale et le commerce des pêches le demandent également : ce sont deux objets qui me touchent vivement, et je ne puis trop les exciter (le gouverneur général et l’intendant de la N.-France) à les envisager avec les mêmes yeux ». Le ministre aurait voulu que M. de Vaudreuil se chargeât de reprendre Port-Royal avec les milices canadiennes et le peu de troupes dont il pouvait disposer ; celui-ci de son côté demandait seulement deux vaisseaux avec ce qu’ils pourraient porter d’hommes et de munitions. Tout faible qu’était ce secours, il ne fut pas possible de le lui envoyer. M. de Vaudreuil cependant, qui sentait toute l’importance de Port-Royal, allait y détacher, comme on vient de le dire, le marquis d’Alognies, lorsque l’arrivée de l’amiral Walker dans le fleuve, fit donner un contre-ordre. En vain M. de Pontchartrain voulut-il former en France une société de marchands assez puissante pour remettre l’Acadie sous la domination du roi, et y former des établissemens solides, personne ne goûta une entreprise dont les avantages ne paraissaient certains que pour l’État. Alors les habitans de cette province, abandonnés à eux-mêmes et sans espérance de secours, n’eurent plus d’autre alternative que de se soumettre entièrement, afin de sauver des récoltes qui constituaient toute leur subsistance pour l’année ; mais ces fidèles et malheureux Acadiens, si dignes d’un meilleur sort, firent dire secrètement à M. de Vaudreuil que le roi n’aurait jamais de sujets plus dévoués qu’eux, paroles qui auraient dû soulever la France d’une extrémité jusqu’à l’autre pour la défense de ce noble esprit de nationalité qui fait la véritable grandeur des peuples.

Après la prise de Port-Royal, le colonel Nicholson était retourné à Londres pour la deux ou troisième fois, toujours pour solliciter la métropole d’entreprendre la conquête du Canada, qui était le grand boulevard des Français dans l’Amérique continentale. Le colonel Schuyler y avait été envoyé l’année précédente, par la Nouvelle-York, dans la même vue de représenter au gouvernement la nécessité absolue de faire cette conquête. Cinq chefs iroquois l’accompagnaient. Dans un discours prononcé devant la reine Anne, ils l’assurèrent de leur fidélité, et demandèrent son secours pour subjuguer leur ennemi commun, le Français. La Grande-Bretagne pensa qu’il ne serait pas prudent de se refuser à une entreprise demandée avec tant d’ardeur et tant de persistance ; prévoyait-elle alors que les Français, priés à leur tour par eux, aideraient ces supplians importuns à la chasser plus tard, elle aussi, du Nouveau-Monde ? M. St.-John, depuis vicomte de Bolingbroke, homme qui avait plus d’imagination que d’esprit, plus de brillant que de solide, était alors ministre. Non seulement il promit des forces suffisantes pour faire la conquête du Canada, mais il s’intéressa à cette entreprise comme s’il en avait été le premier auteur ; il se vantait d’en avoir formé le plan ; des préparatifs proportionnés à la grandeur du projet furent ordonnés, et le chevalier Hovenden Walker arriva à Boston le 25 juin (1711) avec une flotte portant un bataillon de soldats de marine et sept régimens de vétérans tirés de l’armée du duc de Marlborough, sous les ordres du général Hill, frère de madame Masham, qui avait remplacé la duchesse de Marlborough comme favorite de la reine Anne. Lorsque M. St.-John apprit l’arrivée de la flotte à Boston, il. écrivit avec triomphe au duc d’Orrery : « vous pouvez être assuré que nous sommes maîtres à l’heure qu’il est de toute l’Amérique septentrionale. » La nouvelle de cette arrivée attendue depuis si long temps et avec tant d’impatience, se répandit rapidement dans toutes les colonies anglaises, où elle fut reçue avec des transports d’ivresse ; l’assemblée de la Nouvelle-York vota une adresse de remercîment à la reine, et envoya une députation pour féliciter le colonel Nicholson sur le succès de sa mission. Elles mirent dans un mois deux armées sur pied, complètement équipées et approvisionnées[12].

Deux régimens de troupes provinciales se joignirent aux réguliers du général Hill, ce qui porta son armée à 6463 fantassins munis d’un train considérable d’artillerie et de toutes sortes d’appareils de guerre. La flotte composée de 88 vaisseaux et transports[13], mit à la voile le 30 juillet. Quelque temps après le colonel Nicholson s’avança à Albany avec quatre mille hommes et environ six cents Iroquois, afin de pénétrer en Canada par le lac Champlain ; c’était le plan d’invasion de 1690. Rendu sur les bords du lac St.-Sacrement, il s’arrêta pour attendre l’arrivée de l’amiral Walker devant Québec. Ce pays semblait perdu sans ressource. Aux quinze ou seize mille soldats et matelots qui marchaient contre lui, il avait à peine cinq mille hommes capables de porter les armes[14] à opposer : la providence le sauva.

La prise de Port-Royal avait fait une sensation pénible et profonde en Canada, non pas à cause de la chute de ce poste, qui était réellement de peu de chose en lui-même ; mais à cause de la faiblesse ou de l’apathie que montrait la France, et de la détermination où les colonies anglo-américaines paraissaient être de faire tous les sacrifices pour renverser sa puissance dans ce continent. Cependant lorsque les Canadiens virent, d’un côté, une flotte ennemie entrer dans leur fleuve, et, de l’autre, une armée s’avancer sur le lac Champlain, ils ne s’abandonnèrent pas à des pensées d’abattement ; ils songèrent qu’ils avaient eux-mêmes envahi plus d’une fois le pays de ceux qui venaient les attaquer à leur tour, qu’ils les avaient vu fuir devant eux dans la Nouvelle-York et dans la Nouvelle-Angleterre, à Terreneuve et dans la baie d’Hudson. Leur ancienne énergie reprit son empire, et à la voix du gouverneur tout le monde courut aux armes.

D’abord M. de Vaudreuil, pour en imposer aux Iroquois qui menaçaient la partie supérieure du pays, manda les Indiens occidentaux, qui descendirent au nombre de quatre à cinq cents avec MM. de St.-Pierre et Tonti et quelques Canadiens. En même temps voulant toujours les ménager, il envoyait le baron de Longueil et MM. Joncaire et la Chauvignerie dans les cantons pour y contrecarrer l’effet des intrigues de Schuyler et les engager à observer la neutralité. Les Iroquois ne purent cacher que la plus grande partie de la confédération penchait pour les Anglais, moins gagnée encore par les présens qu’ils en avaient reçus, que persuadée que le Canada ne pouvait humainement éviter d’être accablé sous les efforts de l’ennemi, en voyant les vastes préparatifs qui se faisaient de toutes parts.

Cependant toute la population jusqu’aux femmes montrait en Canada la résolution d’opposer une vive résistance. L’on apprit de plusieurs sources à la fois le départ de la flotte anglaise de Boston. Le marquis de Vaudreuil donna un grand festin à Montréal à environ huit cents Sauvages alliés, qui levèrent la hache et entonnèrent le chant de guerre au nom d’Ononthio. Le gouverneur descendit ensuite à Québec, où il fut suivi par les Abénaquis qui s’étaient établis à St.-François et à Bécancour, au commencement de la guerre, afin d’opposer une digue aux irruptions des Iroquois. Il trouva cette ville en état de soutenir un long siége. Il y avait plus de 100 pièces de canon en batterie. Les rives du fleuve au-dessous de Québec étaient si bien gardées, que l’ennemi n’aurait pu y opérer de débarquement dans les lieux habités sans livrer un combat dans une position désavantageuse. Chacun avait son poste marqué, où il devait se rendre à l’apparition de la flotte. On attendait l’ennemi avec anxiété, mais avec cette anxiété d’hommes qui ont résolu de faire leur devoir et qui savent que de leur courage dépend le salut de leur patrie. Enfin un habitant vint annoncer un soir du mois de septembre qu’il avait vu 90 ou 96 voiles dans le bas du fleuve.

C’était l’amiral Walker qui remontait le St.-Laurent. Il s’avançait moins comme un capitaine qui entreprend une campagne difficile, que comme un conquérant qui n’a plus qu’à aviser au soin de ses glorieux trophées et des guerriers qui les lui.ont fait obtenir. L’attaque de Québec n’était pour rien dans ses préoccupations ; cette ville, suivant lui, ne songerait certainement pas à se défendre, lorsqu’elle le verrait paraître. Il n’était occupé que des moyens de mettre dans ce climat rigoureux, sa flotte en hivernage dans le port de la ville conquise. Après avoir roulé plusieurs plans dans sa tête soucieuse, il s’arrêta à celui-ci ; il ferait dégréer ses vaisseaux et débarquer tout ce qu’ils portaient, jusqu’à leurs mâts ; ensuite il les ferait monter à sec sur le rivage, hors de l’atteinte des glaces, à l’aide de chameaux et autres puissans appareils ; évidemment cet expédient paraissait infaillible, mais il était prématuré. L’inquiétude de l’amiral venait de ce qu’il croyait que le fleuve se congélait jusqu’au fond. L’on sait que le St.-Laurent a près de cent pieds de profondeur dans le port de Québec ; mais on peut être physicien médiocre et excellent homme de mer.


Les élémens vinrent le tirer rudement de ces préoccupations oiseuses. Un gros vent de sud-est s’éleva avec une brume épaisse qui enveloppa sa flotte et empêcha de rien voir ; les pilotes ne purent plus se reconnaître. Un ancien navigateur canadien, retenu prisonnier à bord du vaisseau amiral, avertit de ne pas courir trop au nord. On refusa de l’écouter. On était dans la nuit du 22 août : le vent augmentait toujours. Deux heures après cet avertissement, l’on se trouva au milieu d’îles et de rescifs dans le danger le plus imminent, et personne ne s’en doutait. Un officier de l’armée de terre étant par hasard sur je pont de l’Edgar, aperçut tout-à-coup des brisans sur sa droite, il courut en informer l’amiral, qui ne voulut pas le croire, pensant que c’était l’effet de la peur. Le même officier redescendit une seconde fois, et le pria instamment de venir, que l’on voyait des écueils de tous côtés. « Sur ces importunités répétées, et entendant plus de bruit et de mouvement qu’à l’ordinaire, dit l’amiral, je passai ma robe de chambre et mes pantoufles, et je montai sur le pont. En effet, j’y trouvai tout le monde dans une frayeur et dans une confusion étrange ». La direction des vaisseaux fut immédiatement changée ; mais huit transports se brisèrent sur l’île aux Œufs, l’une des Sept-Îles, et près de neuf cents hommes périrent sur les dix-sept cents officiers et soldats qu’ils portaient. On reconnut ensuite parmi les noyés, rejetés sur la plage par les vagues, deux compagnies entières des gardes de la reine, et plusieurs familles écossaises qui venaient pour s’établir dans le pays. L’on trouva aussi parmi d’autres objets, un grand nombre d’exemplaires imprimés d’un manifeste adressé aux habitans du Canada, et que Charlevoix rapporte tout au long. Dans cette pièce singulière, le général Hill déclare les Canadiens sujets anglais en vertu de la découverte de l’Amérique septentrionale par Cabot, et que la France n’a possédé le pays qu’à titre de fief relevant de l’Angleterre !

Après ce désastre, Walker retourna sur ses pas et alla jeter l’ancre dans la baie des Espagnols au Cap-Breton. Comme la traversée de Boston avait été extrêmement longue, et qu’il ne restait plus de vivres sur la flotte que pour dix semaines, il fut décidé à l’unanimité, dans un conseil de guerre, d’abandonner l’entreprise sur Québec, et sur Plaisance qui devait être attaqué ensuite, et de s’en retourner chacun dans son pays, savoir, les Américains à Boston et les Anglais en Europe. En conséquence de cette résolution, la flotte cingla vers Portsmouth, où pour comble de malheur le vaisseau amiral, l’Edgar, de 70 canons, sauta et entraîna dans sa destruction quatre cents hommes, outre un grand nombre de personnes qui étaient venues à bord pour visiter leurs amis. Ces malheurs ne s’arrêtèrent pas là ; le Feversham de 36 canons et 3 transports qui suivaient la flotte, se perdirent aussi dans les parages du fleuve ou du golfe St.-Laurent[15].

La nouvelle de la retraite des Anglais ayant été apportée à Québec par des pêcheurs de Gaspé, le gouverneur renvoya M. de Ramsay à Montréal avec six cents hommes ; il y monta lui-même bientôt après avec un pareil nombre de soldats, et forma avec le corps de troupes resté sous les ordres du baron de Longueil pour garder le haut de la colonie, une armée de trois mille fusils. Il lui fit prendre position auprès de Chambly, afin de livrer bataille au colonel Nicholson s’il débouchait par le lac Champlain. Mais le commandant américain ayant appris les malheurs de la flotte, s’était hâté de décamper ; et ses troupes découragées avaient repris, pour la seconde fois depuis deux ans, le chemin de leurs provinces sans avoir brûlé une cartouche. Alors les craintes du Canada passèrent dans les colonies anglaises ; la frayeur s’empara aussitôt de leurs frontières ; Albany fut dans la consternation ; on s’empressa de faire réparer les forts avancés, et une partie de la milice resta sous les armes. Ainsi elles n’avaient fait tant de dépenses que pour se voir, à la fin de la guerre, accablées de dettes et réduites à défendre leurs propres foyers.

Cependant tandis que l’Angleterre dirigeait son épée droit au cœur de la puissance française dans ce continent, sa politique avait armé contre elle, par le moyen des Iroquois, une nation brave, indomptable et féroce, les Outagamis, vulgairement nommés les Renards ; ils habitaient à l’ouest du lac Michigan. Ils avaient promis de brûler le fort du Détroit, et de massacrer tous les Français qui se trouveraient dans ces contrées. Les Kikapous et les Mascontins étaient entrés dans le complot. M. Dubuisson, qui commandait au Détroit, sut ce complot d’un Outagami chrétien ; il appela sur le champ les Hurons et les Outaouais ses alliés auprès de lui : « Nous voici autour de toi, dirent ces braves, tu nous as retirés du feu des Outagamis il y a douze lunes, nous venons exposer notre vie pour ton service ; nous mourrons avec plaisir pour notre libérateur. La seule grâce que nous te demandons, c’est que tu prennes soin de nos femmes et de nos enfans si nous succombons, et que tu mettes un peu d’herbe sur nos corps afin qu’ils reposent en paix ».

Dubuisson marcha avec les Canadiens et ses alliés contre les Outagamis ; il dut les assiéger dans leur fort ; ils firent une défense désespérée, et n’ayant pu obtenir de capitulation, ils s’échappèrent pendant une nuit orageuse ; mais on les atteignit à quatre lieues de là, et on en fit un carnage affreux ; tous les prisonniers furent massacrés. La perte s’éleva du côté des vaincus à plus de deux mille personnes, tant hommes que femmes et enfans. On n’avait pas encore vu une pareille tuerie chez les Indiens. Ce résultat ôta tout espoir aux Anglais de s’élever au moins pour le moment dans l’Ouest sur les ruines de leurs rivaux. Il était d’une importance vitale de les empêcher de prendre pied dans cette partie du continent ; car s’ils devenaient maîtres de ce point, la communication entre le Canada et la vallée du Mississippi se trouvait coupée, et ces deux vastes provinces tombaient d’elles-mêmes comme les branches d’un arbre qu’on sépare de leur tronc.

Vers la même époque le gouverneur général fit rétablir le fort Michilimackinac abandonné depuis quelques années, et ajusta tous les sujets de mécontentement qui existaient entre les Français et les peuples septentrionaux et occidentaux, ou entre ces divers peuples eux-mêmes. Il savait profiter avec une rare intelligence des intérêts des uns et des autres pour paralyser les efforts des colonies anglaises qui travaillaient à les détacher de la France ; et c’était plus avec des raisons qu’il faisait triompher sa politique, qu’avec les forces dont il pouvait disposer. Une seule imprudence aurait pu soulever la confédération iroquoise au commencement de la guerre. Par une attitude digne, il conserva le respect de tous les peuples indigènes ; par son calme et sa prudence, il leur dissimula sa faiblesse.

Un instant en 1712, le bruit se répandit que l’Angleterre armait encore une flotte pour assiéger Québec ; cette nouvelle qui se trouva fausse, ne servit qu’à prouver le dévouement des habitans de cette capitale. Le commerce, toujours si généreux et si patriotique, avança cinquante mille écus au gouverneur pour augmenter les fortifications de la ville. C’était une somme très considérable pour le temps. Mais le sort des colonies françaises s’était décidé sur un autre champ de bataille. La guerre en Europe touchait à sa fin. Dès le commencement de 1711 un agent secret de Londres avait été envoyé à Paris. L’année suivante une suspension d’armes qui s’étendait aux colonies fut signée entre la France et l’Angleterre.

Cette révolution dans les affaires avait été amenée d’abord par la disgrâce de la favorite de la reine Anne, la duchesse de Marlborough qui entraîna les whigs dans sa chute ; et ensuite par la mort de l’empereur Joseph II, qui eut pour successeur celui qui disputait le trône d’Espagne au duc d’Anjou. Les alliés furent peu portés après cet événement à combattre pour donner une nouvelle couronne à celui qui était déjà assez puissant avec celle de l’empire.

Malgré la retraite des Anglais, le prince Eugène, qui commandait les Autrichiens, était encore supérieur de 20,000 hommes à l’armée française ; et les conférences d’Utrecht ne rassuraient point la France épuisée et qui avait perdu tout espoir ; elle n’osait plus croire au succès. Louis XIV, courbé vers la tombe et voyant périr presque toute sa famille en peu de temps, fit preuve en cette circonstance d’une grandeur d’âme qui l’élève beaucoup plus dans l’estime des hommes que la fierté qu’il déploya dans ses jours prospères[16]. Il annonça qu’en cas de nouveau malheur, il convoquerait toute la noblesse de son royaume, qu’il la conduirait à l’ennemi malgré son âge de soixante-et-quatorze ans, et qu’il périrait à la tête. Cette résolution n’était pas une menace vaine : on a vu ce que peut un peuple qui combat pour son existence, en France sous Charles VII et en 1793 ; en Allemagne, en 1813, et plusieurs fois en Amérique depuis 1775.

Ce monarque aurait dû pour sa gloire mourir avec le siècle dans lequel il était né ; le suivant devait être fatal à lui et à tous les siens. En effet, dès le début, cet âge est marqué par le naufrage de la gloire de ce prince, qui fut longtems le premier de la terre ; et la fin est à jamais mémorable par la chute d’un trône qu’il avait entouré d’un pouvoir absolu, et par la mort violente ou la dispersion de toute sa famille.

Les revers de la guerre de la succession d’Espagne et le traité d’Utrecht, ont précipité la chute de la puissance française en Amérique, quoique cette chute ait été produite par d’autres causes, comme on l’a dit plus d’une fois ailleurs.

Par le traité fameux auquel nous venons de faire allusion, et qui fut signé le 11 avril 1713, Louis XIV céda à l’Angleterre la baie d’Hudson, l’île de Terreneuve et l’Acadie, c’est-à-dire tous les pays situés sur le littoral de la mer Atlantique, sur laquelle il ne resta plus à la France que l’embouchure du St.-Laurent et celle du Mississipi dans la baie du Mexique ; elle se réserva seulement le droit de faire sécher le poisson sur une partie de l’île de Terreneuve. On peut juger, dit Raynal, combien ces sacrifices marquaient son abaissement, et combien il en dut coûter à sa fierté de céder trois possessions qui formaient avec le Canada, l’immense pays connu sous le nom glorieux de Nouvelle-France.

Les historiens français nous ont laissé un tableau fidèle de cette époque célèbre, et des causes de la grandeur et des revers de Louis XIV. Pendant près de quarante ans, il avait dominé l’Europe conjurée après l’avoir vaincue dans trois guerres longues et sanglantes. Cette période avait été illustrée par de grands génies en tous genres, et par les plus grands capitaines que les modernes eussent encore vus.

« L’Europe, dit un historien célèbre, s’était armée contre lui, et il avait résisté, il avait grandi encore. Alors il se laissa donner le nom de grand. Le duc de La Feuillade alla plus loin. Il entretint un luminaire devant sa statue, comme devant un autel. On croit lire l’histoire des empereurs romains.

« La brillante littérature de cette époque n’est autre chose qu’un hymne à la royauté. La Voix qui couvre les autres est celle de Bossuet. C’est ainsi que Bossuet lui-même, dans son discours sur l’Histoire Universelle, représente les rois d’Égypte loués par le prêtre dans les temples en présence des dieux. La première époque du grand règne, celle de Descartes, de Port-Royal, de Pascal et de Corneille, n’avait pas présenté cette unanimité ; la littérature y était animée encore d’une verve plus rude et plus libre. Au moment où nous sommes parvenus, Molière vient de mourir en (1673), Racine a donné Phèdre (1677), La Fontaine publie les six derniers livres de ses Fables (1678), madame de Sévigné écrit ses Lettres, Bossuet médite la connaissance de Dieu et de soi-même, et prépare le discours sur l’Histoire Universelle (1881). L’abbé de Fénélon, jeune encore, simple directeur d’un couvent de filles, vit sous le patronage de Bossuet, qui le croit son disciple. Bossuet mène le chœur triomphal du grand siècle, en pleine sécurité du passé et de l’avenir, entre le jansénisme éclipsé et le quiétisme imminent, entre le sombre Pascal et le mystique Fénélon. Cependant le cartésianisme est poussé à ses conséquences les plus formidables ; Mallebranche fait rentrer l’intelligence humaine en Dieu, et tout-à-l’heure dans cette Hollande protestante en lutte avec la France catholique, va s’ouvrir pour l’absorption commun du catholicisme, du protestantisme, de la liberté, de la morale de Dieu et du monde, le gouffre sans fond de Spinosa ». La première dans le domaine de l’esprit, la France ouvrit aussi les portes du 18e siècle, comme la première dans celui du courage ; elle allait couronner ses triomphes en faisant monter un de ses princes sur le trône d’Espagne. Mais elle n’avait plus pour diriger ses efforts qu’un vieux roi sur son déclin et une femme qu’il avait épousée pour dissiper la tristesse d’une vie dont il avait épuisé toutes les jouissances. Les hommes illustres qui l’avaient couverte de tant de gloire, n’existaient plus. Les esprits perspicaces voyaient avec inquiétude le pays entrer dans une nouvelle guerre. Louis XIV, devenu dévot sur ses vieux jours, vivait retiré, ne connaissait plus si bien les hommes ; dans sa solitude les choses ne lui parurent plus sous leur véritable aspect. Madame de Maintenon n’avait point non plus le génie qu’il faut pour manier le sceptre d’un royaume tel que celui de France dans un temps d’orages. Et elle fit la faute de nommer Chamillard, sa créature, pour être premier ministre, homme qui malgré son honnêteté était fort au-dessous de cette vaste tâche[17].

Dès lors les généraux furent mal choisis et durent souvent leur nomination à la faveur ; la discipline militaire tomba dans un relâchement funeste, et les opérations des armées furent dirigées par le roi et Chamillard du fond du cabinet de madame de Maintenon. Tout se ressentit de ce système malheureux ; la France fut ainsi conduite en quelques années du comble de la gloire au bord de l’abîme.

Le traité d’Utrecht qui blessa si profondément l’amour propre des Français, porta le premier coup à leur système colonial. À la fin du ministère de Colbert, leurs possessions en Amérique s’étendaient depuis la baie d’Hudson jusqu’au Mexique, en suivant les vallées du St.-Laurent et du Mississipi, et renfermaient dans leurs limites cinq des plus grands lacs, ou plutôt cinq des plus grandes mers intérieures, et deux des plus grands fleuves du monde. Par le traité d’Utrecht ils perdirent de vastes territoires, moins précieux encore par leur fertilité que par l’importance de leurs côtes maritimes. Ils se trouvèrent dans le nord du nouveau continent tout à coup éloignés, exclus en quelque sorte de l’Atlantique. Les colonies américaines ont contribué beaucoup à briser le réseau immense que la France avait jeté autour d’elles, On assure que leurs coups ne se dirigeaient pas alors exclusivement contre cette nation, qu’elles confondaient déjà dans le secret de leur pensée la métropole française et la métropole anglaise, et qu’elles les regardaient l’une et l’autre comme deux ennemies naturelles et irréconciliables de la cause américaine. Si c’était là l’objet de leur conduite, on doit avouer que ces colonies montraient à la fois une prévoyance profonde, et une grande puissance de dissimulation[18]. Trop faibles pour marcher ouvertement et au grand jour, et pour surmonter de force les entraves qui devaient nécessairement les arrêter à chaque pas, elles cheminaient vers leur but par des routes cachées ; le système colonial de l’Europe mettait un obstacle insurmontable à leur indépendance. « Les colons anglais, dit Bancroft, n’étaient pas simplement les colons de l’Angleterre, ils formaient partie d’un immense système colonial que tous les pays commerciaux de l’Europe avaient contribué à former, et qui enserrait dans ses bras puissans toutes les parties du globe. La question de l’indépendance n’aurait pas été une lutte particulière avec l’Angleterre, mais une révolution dans le commerce et dans la politique du monde, dans les fortunes actuelles et encore plus dans l’avenir des sociétés. Il n’y avait pas encore d’union entre les établissemens qui hérissaient le bord de l’Atlantique, et une seule nation en Europe aurait, à cette époque, toléré, mais pas une n’aurait favorisé, une insurrection. l’Espagne, la Belgique espagnole, la Hollande et l’Autriche étaient alors alliées à l’Angleterre contre la France, qui, par la centralisation de sa puissance et par des plans d’agrandissement territorial habilement conçus, excitaient l’inquiétude de ces nations, qui craignaient de la voir parvenir à la monarchie universelle. Lorsque l’Autriche et la Belgique auraient abandonné leur guerre héréditaire contre la France, lorsque l’Espagne et la Hollande, favorisées par la neutralité armée du Portugal, de la Suède, du Danemark, de la Prusse et de la Russie, se réuniraient à la France pour réprimer l’ambition commerciale de l’Angleterre, alors, mais pas avant, l’indépendance américaine devenait possible. »

Ces raisons expliqueraient, suivant le même auteur, les motifs de l’ardeur que les colonies anglaises mettaient dans les guerres contre la France ; elles voulaient rompre le système qui enchaînaient les colons au joug de l’Europe ; et l’Europe, trompée par de faux calculs, aveuglée par des jalousies et des rivalités funestes, travaillait elle-même à l’accomplissement de leur projet. Tels sont les profonds calculs que l’on prête aux pères de l’indépendance américaine. Probablement que l’on a exagéré la clairvoyance des vieilles colonies. Nous ne pensons pas, nous, qu’elles eussent déjà à cette époque pressenti si clairement leur avenir. Une espèce d’heureux instinct, comme une inspiration du génie, éclairait leur politique, à laquelle d’ailleurs la liberté était un sûr flambeau, et les conduisait comme par une pente naturelle là où elles devaient aboutir. Mais l’on doit être très sobre dans les jugemens que l’on porte sur les motifs de conduite des peuples à leur berceau. « Rien n’est plus commun, dit Michaud dans son bel ouvrage de l’Histoire des Croisades, que d’attribuer à des siècles reculés les combinaisons d’une profonde politique. Si l’on en croyait certains écrivains, c’est à l’enfance des sociétés qu’appartiendrait l’expérience[19]. Les colonies anglaises étaient dans cette voie où la providence met les peuples auxquels elle prépare une grande destinée. Le traité d’Utrecht, en satisfaisant une partie de leurs désirs, augmentait leurs espérances futures. Aussi jetèrent-elles un cri de triomphe lorsqu’elles virent tomber les trois plus anciennes branches de l’arbre colonial français. Cet arbre resta comme un tronc mutilé par la foudre ; mais on verra que ce tronc vigoureux, enfoui dans les neiges du Canada, était encore capable de lutter contre de rudes tempêtes et d’obtenir de belles victoires.

  1. Humphreys : Hist. Account.
    Nouvelle-Angleterre. Maryland 25,000 âmes
    Massachusetts 70,000 âmes Jerseys 15,000 â
    Connecticut 30,000 â Pennsylvanie 20,000 â
    Rhode-Island 10,000 â Virginie 40,000 â
    New-Hampshire 10,000 â Caroline du Nord 5,000 â

    Caroline du Sud 7,000 â
    120,000 â
    Colonies centrales et 142,000
    méridionales. 120,000
    Nouvelle-York 30,000 â
    Total 262,000
  2. Les 20 millions d’habitans de l’Union américaine ont moins de troupes pour les garder que les 1200 mille du Canada.
  3. Régistres du Conseil supérieur.
  4. American Annals : Humphrey.
  5. Lettres du major Lloyd datées octobre et novembre 1708, c’est-à-dire deux ou trois mois avant le siége et consignées dans un régistre manuscrit qui a appartenu à M. Pawnall, et qui se trouve maintenant dans les archives provinciales. Ce régistre est composé principalement d’extraits des procès verbaux du Board of Colonies and plantations. On y lit ce qui suit sur la situation de St.-Jean alors. — "The garnison was in as good a condition as he desired ; the company (80 men hesides the officers) was complete ; there were near 800 of the inhabitants under the covert of the fort ; and all things were in as good posture, etc. Captain Moody and others say that there were 48 pièces of cannon, mortars etc, and a great quantity of ammunition of war ".
  6. Smith : History of New-York.
  7. Quelques auteurs disent qu’il devait faire cette conquête seul, et qu’ensuite les forces de la Grande-Bretagne seraient envoyées pour prendre Québec.
  8. État de l’Acadie en 1710 tel que décrit par un Français à un Jésuite : The travels of several misiionaries of the society of Jesus, etc.
  9. D’où l’on doit conclure que c’est la Nouvelle-Angleterre qui a refusé le traité de neutralité et de commerce entre les deux colonies, proposé par M. de Vaudreuil : voir plus haut.
  10. D’après le rapport des déserteurs plus des deux tiers étaient morts ou désertés. Voir la dépêche [traduction] interceptée de M. l’Hermite à M. de Pontchartrain du 22 juillet 1711, dans l’Appendice du Journal de l’expédition de l’amiral Walker.
  11. Ibid.
  12. M. de Costa Bella avait, sur l’ordre de la cour, envoyé vainement M. de la Ronde à Boston pour tâcher de dissuader les habitans de fournir de nouveaux secours à la flotte anglaise destinée à agir contre le Canada. Il fallait que M. de Pontchartrain fût dans une grande ignorance des sentimens de ces habitans. Lettre interceptée (traduction) de M. de Costa Bella à M. de Pontchartrain du 23 juillet 1711, laquelle se trouve dans l’Appendice de la défense de l’amiral Walker.
  13. Forces du Canada en 1709.
    Montréal 1200 hommes de 15 à 70 ans.
    Trois-Rivières 400 h.
    Québec 2200 h.
    Troupes 350 h.
    Matelots des navires 200 h.
    Sauvages 500 h.

    SauvaTotal 4850.

    Documens de Paris.

  14. Voir la liste des vaisseaux de guerre dans l’Appendice du Journal of the Canada Expedition par l’amiral Walker. Ces Annales américaines se trompent en disant 68.
  15. That the ministry, after my return to Britain, were sensible how desesperate the navigation was in those seas ; and yet that they were as industrious to conceal it, appears not only by the author of the Post-Man being found fault with for giving an account thereof in his paper, but also that the Gazette mentioned nothing of the loss of the Feversham and three storeships laden with provisions following us to Quebec ; which accident may furnish matter for some not frivolous spéculations". Introduction p. 24. L’amiral Walker de retour de sa malheureuse expédition, fut mis à la retraite et son nom fut biffé de la liste des officiers généraux de la marine.
  16. . Ce fut le sort de Louis XIV, de voir périr en France toute sa famille par des morts prématurées, sa femme à 45 ans, son fils unique à 50 ; et un an après que nous eûmes perdu son fils, nous vîmes son petit fils le Dauphin, duc de Bourgogne, la Dauphine sa femme, leur fils aîné le duc de Bretagne, portés à Saint-Denis au même tombeau, au mois d’avril 1712 ; tandis que le dernier de leurs enfans, monté depuis sur le trône, était dans son berceau, aux portes de la mort. Le duc de Berri, frère du duc de Bourgogne, les suivit deux ans après ; et sa fille, dans le même tems passa du berceau au cercueil.

    Ce tems de désolation laissa dans les cœurs une impression si profonde, que, dans la minorité de Louis XV, j’ai vu plusieurs personnes qui ne parlaient de ces pertes qu’en versant des larmes. Louis XIV dévorait sa douleur en public : il se laissa voir à l’ordinaire ; mais en secret les ressentimens de tant de malheurs le pénétraient et lui donnaient des convulsions. Il éprouvait toutes ces pertes domestiques à la suite d’une guerre malheureuse, avant qu’il fût assuré de la paix, et dans un tems où la misère désolait le royaume. On ne le vit pas succomber un moment à ses afflictions. »

    Voltaire : Siècle de Louis XIV.

  17. « Chamillard était dirigé par madame de Maintenon, dit quelqu’un, madame de Maintenon par Babbien, sa vieille servante ».
  18. Ramsay, auteur d’une Histoire de la révolution américaine, attribue cet événement au changement de politique de la Grande-Bretagne, qui commença à faire peser en 1764, une dure oppression sur ses colonies. Quelques uns pensent, dit-il, que la révolution a été excitée par la France ; d’autres que les colons, une fois délivrés du dangereux voisinage de cette nation, ne songèrent plus qu’à obtenir leur indépendance ; mais, suivant lui, l’égoïsme du cœur humain est suffisant pour expliquer les motifs de la conduite des colons et de la métropole, sans recourir à ces opinions.
  19. Il rappelle à ce sujet l’opinion de Montesquieu : « Transporter dans les siècles reculés toutes les idées du siècle où l’on vit, c’est des sources de l’erreur celle qui est la plus féconde. À ces gens qui veulent rendre modernes tous les siècles anciens, je dirai ce que les prêtres d’Égypte dirent à Sàlon : Ô Athéniens ! vous n’êtes que des enfans. »